Archives de catégorie : Forêt

Environnement  : Un édit pour planifier la gestion durable des ressources naturelles dans le Mai Ndombe

Avec une superficie de 127.465 km2, l’ex-domaine de la Couronne royale Belge est doté d’un potentiel important en ressources naturelles. Malheureusement, cette richesse contraste avec la pauvreté de sa population estimée à 1,5 millions d’habitants, d’une part, et des pressions accrues sur ses ressources naturelles, d’autres parts.

La mise en œuvre de la décentralisation à Maï-ndombe, conformément à l’article 2 de la Constitution de la République démocratique du Congo et en application de dispositions offre une opportunité de gestion décentralisée des ressources naturelles. Ce, en intelligence de la loi n°15/004 du 28 février 2015 portant fixation des limites des provinces et celles de la ville de Kinshasa et la loi n°15/006 du 25 mars 2015 déterminant les modalités d’installation de nouvelles provinces.

Le projet intégré REDD+/Mushie (WWF/RDC) a facilité du 04 au 08 novembre 2019, à Inongo, un atelier d’échanges et validation d’un draft zéro du projet d’édit portant modèle d’un plan de gestion des ressources naturelles. Cela après le partage des leçons tirées de l’expérience du processus d’élaboration des plans locaux de développement (PDL) des terroirs et plan de gestion des ressources naturelles (PGRN) dans le territoire de Mushie à Maï-ndombe. Continuer la lecture de Environnement  : Un édit pour planifier la gestion durable des ressources naturelles dans le Mai Ndombe

Environnement : La RDC prend la Vice présidence de la Conférence des Ministres africains de l’Environnement

Pendant 2 ans, la République démocratique du Congo va jouer le rôle du vice président de la Conférence des Ministres africains de l’Environnement. Elle remplace l’Afrique du Sud qui vient d’être élu président de cette organisation qui regroupe tous les ministres en charge de l’environnent et ou des forêts du continent.

Claude Nyamugabo, Ministre congolais de l’Environnement et Development durable, au cours de l’Assemblée générale des Ministre africains de l’Environnement.

Le Ministre de l’Environnement et développement durable qui a fait le déplacement de Durban, se félicite de la confiance lui accordée par ses pairs. « Offensive diplomatique environnementale en cours à Durban, ceci est une affirmation du leader environnemental africain et mondial de la RDC », a confié Claude Nyamugabo Bazibuhe.

La République démocratique du Congo devra ainsi représenter la zone Afrique centrale, ce qui lui confère un rôle prépondérant dans la prise de décision sur l’avenir du secteur environnemental africain.

Alfred NTUMBA

Forêt : évaluation des progrès accomplis dans l’atteinte des jalons 2018-2020

Au regard de la lettre d’intention qui régente le partenariat RDC-CAFI, il se tient actuellement à Kinshasa, la 3ièmeréunion de la revue annuelle sur l’évaluation des avancées atteinte en rapport avec les jalons définis pour la période 2018-2020 et l’échange sur les mesures idoines à prendre pour le plan d’action 2020.

Cette réunion annuelle qui regroupe notamment les représentants des agences d’exécution, les points focaux des administrations sectorielles, les représentants de la société civile et les membres du comité technique veut non seulement examiner les avancées et les contraintes quant à l’atteinte de ces jalons mais aussi développer un deuxième partenariat (2021-2025) sur base des recommandations qui sortiront de cette rencontre.

« Nous sommes là pour nous assurer que le fonds versé, a servi pour l’atteinte des jalons et aussi démontrer qu’il y a un plan d’action qui sera déployé tout en tenant compte, des leçons apprises aux anciens », a expliqué Victor Kabengele, coordonnateur adjoint au secrétariat exécutif du FONAREDD (Fonds National REDD).

Cette rencontre revêt un caractère particulier, car elle se tient au lendemain de la vérification indépendante effectuée par un bureau d’étude indépendant. Continuer la lecture de Forêt : évaluation des progrès accomplis dans l’atteinte des jalons 2018-2020

Forêt : CEMCO consulte les parties prenantes sur le NERF juridictionnel REDD+ de la TSHOPO

La firme CEMCO (Congo Emissions Management Corporation) a procédé à la consultation des parties prenantes sur le NERF (Niveau d’Emissions de Référence des Forêts) dans la juridiction REDD+ de la province de la Tshopo.  Dans un atelier organisé à Kinshasa, cette entreprise privée de droit américain a présenté ses résultats à mi-parcours des travaux menés sur terrain.  

« Nous sommes aujourd’hui à la première étape de ce programme, élaborer le Niveau de référence des émissions forestière de la province de la Tshopo. Ce Niveau de référence est en harmonisation avec les Niveau de référence nationale. Elle utilise les données produites par les institutions nationales comme la DIAF (Direction des inventaires forestières), des partenaires comme WWF, OSFAC et tous les autres qui ont travaillé dans l’élaboration du NERF national», a déclaré Fréderic Jacquemont, Directeur exécutif de CEMCO.

L’objectif de cette consultation est de trouver le consensus au tour du NERF de la province de la Tshopo et encourager le développement des initiatives et des projets REDD+ au sein de cette province, par la mise en œuvre d’un niveau de référence pour la réduction des émissions dues à la déforestation et la dégradation des forêts, selon les standards de certification de réduction des émissions du carbone (VERRA). Continuer la lecture de Forêt : CEMCO consulte les parties prenantes sur le NERF juridictionnel REDD+ de la TSHOPO

Forêt : Le gouvernement congolais veut récupérer tous les titres forestiers non mis en valeur

Quelques dizaines des concessions dites de conservation pourraient être récupérées par l’Etat congolais dans les tous prochains jours. Comme il en avait été pour les titres des concessions forestières d’exploitation industrielle non mises en valeur, il en sera de même pour celles-ci. Dans une interview exclusive accordée à Environews RDC, le directeur général en charge des forêts au Ministère de l’Environnement et Développement durable de la RDC, José Ilanga, a annoncé pour bientôt, le début sur toute l’étendue de la République, du contrôle des concessions de conservation non mises en valeur.

La forêt des Miombo dans le Haut Katanga.

« Il y’a des gens qui, pour ne pas perdre leurs concessions forestières, ils sollicitent de l’autorité politique, l’obtention d’une concession de conservation en attendant des jours meilleurs. Beaucoup ont pris des concessions de conservation, mais ils ne les mettent pas en valeur. Nous allons assainir ce secteur, les concessions qui ne sont pas viables l’Etat va les récupérer », a-t-il informé.

Reconnaissant tout de même les difficultés pour les services étatiques de réaliser cette mission de recensement et de contrôle de viabilité, José Ilanga y croit. « On trouvera bien de moyens pour le faire. On doit assainir », a-t-il affirmé. « Nous avons besoin que nos ressources forestières soient valorisées pour l’intérêt de tout le monde. C’est pour cela que nous tendons vers l’organisation des Etats généraux des forêts, et le ministre de l’Environnement venait d’en parler avec l’AFD (Agence Française de Développement) ». Continuer la lecture de Forêt : Le gouvernement congolais veut récupérer tous les titres forestiers non mis en valeur

Forêt : Mobilisation pour l’annulation des concessions illégalement attribuées dans le Mai Ndombe

Depuis la mise sur la place publique des informations relatives à l’attribution d’une étendue d’environ 1.400.000 hectares des concessions des forêts communautaires dans la province de Mai Ndombe, la société civile environnementale se mobilise pour obtenir sans condition, l’annulation de celles-ci attribuées dans la violation de la loi. Dans un entretien téléphonique accordé à Environews RDC, ce vendredi 08 novembre, Blaise Mudodosi, initiateur de cette action a insisté les irrégularités qui caractérisent l’acte posé par l’exécutif provincial.    

« Nous estimons que le gouverneur a agis par erreur, ou il a été induit en erreur par ses collaborateurs. Nous allons procéder par un recours gracieux en annulation de cet arrêté, car c’est un préalable dans ce genre de contentieux », a indiqué Blaise Mudodosi, coordonnateur de l’Ong APEM (Actions pour la Promotion et protection des peuples et Espèces Menacés ). « Nous allons construire un argumentaire et voir le gouverneur qui est l’auteur du texte, et lui demander de le retirer ».

En cas de résistance, la société civile envisage saisir les instances compétentes pour attaquer en justice l’arrêté du gouverneur Paul Mputu. « Nous allons parler avec lui. S’il refuse, nous allons saisir le Conseil d’Etat », a-t-il renchéri.

Blaise Mudodosi se dit préoccupé par le caractère conflictuel de l’arrêté pris par le gouverneur de la province de Mai Ndombe. Car, selon lui, il n’est pas normal que 9 communautés se partagent 6 concessions forestières. Continuer la lecture de Forêt : Mobilisation pour l’annulation des concessions illégalement attribuées dans le Mai Ndombe

Forêt : Boleko W’Alembo, « Toutes les allégations sur la présumée vente des forêts dans le Mai Ndombe sont fausses »

Toutes les allégations sur la présumée vente des concessions forestières dans la Province de Mai Ndombe sont fausses. C’est la réponse de Marius Boleko W’Alemba. Réagissant à un article publié sur notre site web, ce jeudi 07 novembre, relatif à la vente de 1.400.000 hectares des forêts dans cette province. Le Commissaire général à l’Environnement de la province de Mai Ndombe a tenu à préciser que les six concessions évoquées par le BVGRN ne représentent qu’à peine 300 hectares.

« Nous sommes dans une zone REDD, où nous voulons d’une province de Mai Ndombe plus verte. Et c’est ça la vision de son Excellence Monsieur le Gouverneur, Ingénieur Mputu Paul. Et les concessions demandées par les communautés les sont pour la conservation et non pour l’exploitation forestière », a-t-il précisé.

Boleko W’Alemba fustige le comportement qu’il traite d’irresponsable de détracteurs du gouverneur de la province. Pour lui, les ambitions de son chef sont bien celles de lutter contre la pauvreté dans laquelle croupie la majorité des communautés du territoire de Kiri. Il a par ailleurs relevé le caractère intrinsèque de l’assistance de l’administration forestière aux communautés requérantes dans le processus de l’obtention d’une concession de forêt communautaire.

« Lorsque le BVGRN parle de la vente, je tiens à vous confirmer qu’aucune concession n’a été vendue aux communautés. Et la loi n’interdit pas que les communautés soient assistée par l’administration forestière. Je suis membre de ces communautés de par ma mère et mon père.  Je ne vois aucun mal que je puisse assister mes frères pour leur bien-être », a-t-il informé.

Selon ce haut cadre de l’administration forestière provinciale, toutes les concessions de forêts des communautés dument attribués les sont pour la conservation et non pour l’exploitation comme veut le démontrer ses détracteurs. « Notre objectif est de développer notre province grâce aux projets mis en place par les communautés. Et ces projets sont notamment la conservation communautaire mais aussi le développement du tourisme », a-t-il précisé.

Alfred NTUMBA

Forêt : Quand le gouverneur Paul Mputu se vend lui-même les forêts dans le Mai Ndombe

C’est une histoire sans pareille, dans laquelle le vendeur est lui même l’acheteur. Dans la province du Mai Ndombe, le gouverneur Paul Mputu aurait mis en place un mécanisme efficace pour se vendre lui-même environ 1.400.000 hectares des concessions des forêts des communautés locales sous-couvert de son Commissaire général à l’Environnement, (l’équivalent du ministre provincial de l’Environnement), Boleko W’alembo, dans le secteur de Lutoy, territoire de Kiri.

Dans une correspondance adressée au BVGRN (Bureau de Veille et de Gouvernance des Ressources naturelles), les communautés locales de ce coin de la République se plaignent de l’attribution exagérée et frisant l’exploitation artisanale ou industrielle du bois d’œuvre sous le label des Concessions des Forêts des Communautés Locales.

« C’est un abus de pouvoir. Le gouverneur vend les forêts en les cédant à son commissaire à l’Environnement. Quel est ce ministre de l’Environnement qui ne connaît pas l’Arrêté sur les concessions des forêts des communautés locales ? On n’attribue jamais plus de 50.000 hectares à une seule communauté », a déclaré Joseph Bobia, coordonnateur du BVGRN.

A en croire les communautés frustrées, les édits du gouverneur Mputu attribuent plus d’un millions d’hectares des forêts à 6 communautés locales en toute violation. « Je suis sous le choc, car c’est le même Boleko qui en sa qualité de commissaire général à l’Environnement est sensé protéger nos forêts. Imaginez que c’est Boleko qui a élaboré la demande des forêts, et c’est lui-même qui les a attribués. Il est à la fois juge et partie », s’est indigné un activiste de l’environnement basé à Kiri. Continuer la lecture de Forêt : Quand le gouverneur Paul Mputu se vend lui-même les forêts dans le Mai Ndombe

Environnement : Claude Nyamugabo visite le FFN et l’ACE

C’est sa méthodologie du travail qui lui exige de laisser son bureau pour une visite de terrain. Le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo, a effectué une descente sur terrain ce mercredi 30 octobre à Kinshasa. Son itinérance a débuté par l’ACE (Agence congolaise de l’Environnement).

Dans ce bâtiment récemment réhabilité situé dans les encablures du siège de la Cour constitutionnelle, le ministre a voulu s’enquérir des conditions de travail de ses administrés. Il a saisi cette occasion pour immerger ce service qu’il considère désormais comme le bras séculier de la République démocratique du Congo.

« Cette Agence est très importante pour la vie nationale parce que plus jamais un projet ou un programme ne sera exécuté en République démocratique du Congo sans la validation des études d’impacts environnementaux.  Cela afin que tous les projets exécutés dans notre  pays respectent l’environnement », a déclaré le ministre. « Le Congo a besoin des citoyens en bonne santé pour contribuer à son développement ». Continuer la lecture de Environnement : Claude Nyamugabo visite le FFN et l’ACE

Accra : Richard Eba’a Atyi « seule la combinaison des efforts politiques et communautaires peut engendrer des résultats positifs »

Lancés le 29 octobre dernier à Accra au Ghana, c’est ce mercredi 30  octobre que se sont clôturés   les travaux du Global Forum Landscapes (GLF). Ayant pour thème Restaurer les paysages Africains tous ensemble, ce Forum d’Accra met un accent particulier sur la conciliation des efforts fournis par les politiques et ceux des communautés, afin de gagner le pari de restauration des paysages qu’ont  fait  les pays Africains, au moment où les Nations-Unies se préparent à lancer la décennie de la restauration. «  Le message du  Centre international des recherches forestières (CIFOR) dans ce Forum reste le même avec  celui du GLF, il s’agit  de combiner des efforts faits au-dessus et ceux d’en dessous » a déclaré Richard Eba’a  Atyi, chercher au CIFOR et coordonnateur du bureau régional. «  Les politiques conçues pour la restauration forestière doivent s’intéresser sur ce qui se passe sur le terrain avec des communautés locales . C’est de cette manière que nous pouvons obtenir des résultats visés ». Continuer la lecture de Accra : Richard Eba’a Atyi « seule la combinaison des efforts politiques et communautaires peut engendrer des résultats positifs »