Archives de catégorie : Forêt

Foret : Relance des travaux d’élaboration de la politique forestière nationale en RDC

Lancés depuis le 04 mars dernier  par le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo, les travaux de l’élaboration de la politique forestière nationale ont  repris leur cours en République démocratique du Congo. L’atelier de la reprise des travaux a été lancé, à Kinshasa, ce jeudi 02 juillet 2020. L’objectif global poursuivi à l’issue de cette initiative est de doter la RDC d’une vision claire sur ses forêts, leur gestion et leur gouvernance. 

« 60 ans après l’indépendance de notre pays, et profitant également du deconfinement progressif de la commune de Gombe, il a paru urgent pour nous  de relancer ce processus. Les travaux de ce jour consistent à armer l’administration forestière du ministère et à  l’impliquer fortement dans ce processus d’élaboration de la politique forestière de notre pays », a déclaré le Ministre.

 

Avec ses 155 millions d’hectares de forêts, la RD Congo ne dispose pas encore à ce jour d’un document portant « politique forestière nationale ». Il devient donc urgent pour le plus grand pays forestier d’Afrique d’élaborer cet instrument qui servira de boussole avec pour motivation entre autres, de  renforcer le rôle du secteur forestier dans l’atteinte des objectifs nationaux contenus dans le programme national  stratégique et développement Durable (ODD)  d’ici 2030.

« Cette politique aidera le pays à lutter contre la pauvreté. Il est bon de préserver nos forêts pour jouer le rôle qui est le nôtre à travers le monde, il est temps que nos forêts contribuent efficacement au budget national », a ajouté Claude Nyamugabo.

 

Il était temps de relancer le processus qui va doter le pays d’un instrument d’une si grande valeur. «La politique forestière nationale est un document très capital qui permettra au ministère de l’Environnement et Développement durable de recadrer l’exploitation forestière. Nous voyons comment les uns et les autres exploitent nos forêts. C’est dans ce sens que le ministère a pensé à associer toutes les parties prenantes pour qu’à l’avenir, nous parlions tous un même langages dans le secteur forestier », a indiqué un acteur de la société civile.

Le ministre a par ailleurs déclaré qu’avant le 30 décembre de cette année, la RDC disposera la politique forestière nationale.

 

Nelphie Mie

 

Forêt : La coordination nationale de la COMIFAC valide les données d’enquête 2018-2019 sur les forêts de la RDC

Dans le but de promouvoir les connaissances et améliorer la gestion durable des écosystèmes forestiers, la coordination nationale de la COMIFAC a oganisé un atelier de validation des données d’enquête 2018-2019 sur les forêts congolaises, à Kinshasa, ce mercredi 24 juin. 

Au cours de cette atelier, le coordonnateur national de cette institution sous régionale, Luc Atundu a tenu à démontrer avant tout l’importance de la campagne nationale de récolte des données. Des données qui serviront au pays de mieux réconforter son leadership dans le débat international sur les changements climatiques étant donné que la RDC possède 60% des forêts denses et humides d’Afrique centrale.

Il par ailleurs rappelé qu’à l’issue de séances de concertations organisées à l’échelle sous-régionale de révision d’indicateurs de collecte des données, « l’on est arrivé à harmoniser ces indicateurs de collecte des données aux objectifs globaux, dont le processus FRA-FAO, OIBT, ODD », d’une part. D’autres parts, l’on est arrivé à identifier de « nouvelles thématiques pertinentes pouvant contribuer de manière transversale à la mise en œuvre du Plan de convergence de la COMIFAC », a t-il souligné d’entrée de jeu.  Continuer la lecture de Forêt : La coordination nationale de la COMIFAC valide les données d’enquête 2018-2019 sur les forêts de la RDC

Forêt : Claude Nyamugabo à la CAFI, « Oui à la préservation de nos forêts, mais nous voulons aussi des compensations, ce qui n’est que justice »

La République démocratique du Congo est l’une de plus grandes nations forestières du monde. Ses forêts sont considérées à elles seules comme le deuxième poumon vert de la planète. Cependant, le pays ne tire pas réellement profit de cette richesse, a précisé le Ministre congolaise de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo Bazibuhe, au cours de la réunion du Conseil d’Administration de l’Initiative CAFI, tenue par Visio conférence ce jeudi 25 juin. 

Claude Nyamugabo a au cours de son intervention, réitéré la volonté de la RDC de continuer à préserver ses forêts. Le Pays attend par contre que les efforts consentis pour préserver ses forêts soient reconnus et compensés comme cela se doit. 

« J’ai pendant ce Conseil épinglé les efforts que nous sommes entrain de fournir pour continuer à faire jouer à la RDC son rôle. J’ai souligné que nous voulons continuer à jouer ce rôle, mais que la préservation de ces forêts ne devrait pas être en contre-pied de nos efforts de développement. C’est dans ce cadre que j’ai insisté sur la compensation qui n’est que justice », a-t-il déclaré.

Pour Claude Nyamugabo, le peuple congolais s’interroge de plus en plus sur l’importance de préserver ses forêts au moment où il n’en tire pas profit. « Nous disons donc oui à la préservation des nos forêts mais nous voulons aussi des compensations pour avoir le discours à tenir à la population qui nous demande pourquoi préserver », a insisté le ministre. Continuer la lecture de Forêt : Claude Nyamugabo à la CAFI, « Oui à la préservation de nos forêts, mais nous voulons aussi des compensations, ce qui n’est que justice »

Coronavirus : A Kinshasa, le RENOI clôture la sensibilisation sur les gestes barrières à Kingambwa

Les ports de Kingabwa dans la commune de Limete à Kinshasa ont été la cible des équipes de sensibilisation du Réseau National des Observateurs Indépendants (RENOI), ce lundi 22 juin. Munis d’une quantité importante des masques, lave-mains, savons et solutions hydro alcooliques, les sensibilisateurs ont axé leur communication sur le respect des gestes barrières édictés par les autorités du pays.

« C’est une joie de recevoir de l’ONG OGF et RENOI un don en masques. Ceci va nous aider et aider aussi nos proches qui comme nous n’avaient pas d’argent pour s’en procurer », a informé Kapesa Mbala, travailleur au port de Baramoto.

Comme dans la partie Est de la ville de Kinshasa où les équipes ont sensibilisé, à Kingabwa, le constat est le même. Aucun respect des gestes barrières, ni le port obligatoire de masques par les visiteurs et les commerçants qui exercent leurs activités dans ce port privé qui reçoit journalièrement plusieurs centaines de personnes.  Continuer la lecture de Coronavirus : A Kinshasa, le RENOI clôture la sensibilisation sur les gestes barrières à Kingambwa

Forêt : Le Conseil des ministres adopte les mesures de Claude Nyamugabo contre le bois illégal dans les ports de Kinshasa

Les choses semblent de plus en plus prendre forme et s’accélérer pour matérialiser la vision du Ministre de l’Environnement et Développement durable de la République démocratique du Congo, Claude Nyamugabo Bazibuhe. Quelques semaines après sa descente sur terrain à Kinkole et dans les ilots pour constater ce qu’il avait appelé criminalité forestière, le ministre vient de faire valider à la 36ème réunion du Conseil des ministres,  ses décisions interdisant le sciage, et la vente illégale de bois de grumes dans les ports de Kinshasa et les ilots le long du Fleuve Congo. 

Le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo dans le port Moleka à Kinkole.

Une annonce qui émerveille certains acteurs de la société civile qui voient dans cet acte un engagement sincère du ministre de l’Environnement à lutter efficacement contre ce fléau qui nuit à la fois au trésor public et aux forêts congolaises.

 » Nous profitons de cette occasion pour saluer les efforts de son Excellence Monsieur Claude Nyamugab, ministre de l’Environnement et du Développement durable. Nos vives félicitions pour avoir entendu et fait entre notre plaidoyer, aujourd’hui prioritaire en termes des mesures adoptées en Conseil des ministres « , s’est félicité Philippe Nzita, secrétaire exécutif de la CNCEIB ( Coalition nationale contre l’exploitation illégale du bois).

A en croire cette organisation de la société civile, une planification est en cours avec les services attitrés du ministère de l’Environnement pour qu’une descente musclée soit organisée dès la semaine prochaine afin de faire appliquer les différentes décisions prises par le ministre.

Alfred NTUMBA

Forêt : Affaire 9 concessions attribuées aux entreprises chinoises, le premier ministre prend des mesures conservatoires

Près de six mois après la cession de neuf concessions forestières aux entreprises chinoises par le ministre congolais de l’Environnement et développement durable, Claude Nyamugabo, le premier ministre vient de prendre des mesures conservatoires, notamment le contrôle contradictoire de la légalité des allocations et de cessions des concessions forestières de 2014 à nos jours.

Dans une correspondance adressée au Ministre de l’Environnement et dont copie réservée au Groupe de Travail Climat Rénové (GTCRR), Sylvestre Ilunga instruit au ministre en guise des mesures conservatoire, de ne pas poser aucun acte susceptible de contrarier les dispositions du Décret n0 05/116 du 24 octobre 2005 et ses textes réglementaires d’application.

« En vue de clarifier l’état des lieux des concessions en prélude à la revue légale des titres forestiers correspondants avec le concours des partenaires de développement, j’ai requis l’Inspection Générale des Finances pour un contrôle contradictoire sur la légalité des allocations et des cessions dénoncées », a-t-il rapporté. Continuer la lecture de Forêt : Affaire 9 concessions attribuées aux entreprises chinoises, le premier ministre prend des mesures conservatoires

Forêt : Interdiction formelle d’acheter, vendre et scier les bois grumes le long du fleuve Congo

De la parole à l’acte, le Ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo Bazibuhe a signé ce mardi 09 juin, une note circulaire interdisant toute activité d’achat, vente et sciage des bois grumes sur les ilots et les long du fleuve Congo. Cette décision fait suite à la dénonciation de la CNCEIB et la descente du ministre à Kinkole. Une visite qui lui a permis de constater la criminalité forestière à ciel ouvert perpétrée par les exploitants du bois d’oeuvre.

Des scieurs en plein travail dans un port de Kinkole.

« Il me revient de constater que la plus part des exploitants forestiers artisanaux et leurs clients se livrent à des transactions des bois grumes et sciés sur les ilots et le long du Fleuve Congo, en violation de l’article 49 de la loi portant principes fondamentaux relatifs à la protection de l’environnement. Pour remédier à cette situation, il est décrété l’interdiction formelle à dater de ce jour aux autorités politico-administratives et forestières de délivrer les autorisations d’exploitation et d’installation des scieries mobiles et semi industrielles dans les ilots et à 50m le long du Fleuve », précise cette note circulaire. Continuer la lecture de Forêt : Interdiction formelle d’acheter, vendre et scier les bois grumes le long du fleuve Congo

Forêt : Un projet de loi en faveur des peuples autochtones pygmées déclarée recevable à l’Assemblée nationale de la RDC 

Il aurait fallu 8 ans pour que le projet de loi portant principes fondamentaux relatifs à la protection des peuples autochtones pygmée soit déclaré recevable à l’Assemblée nationale de la République démocratique du Congo. Après une présentation de ce projet, les députés nationaux ont au cours de la plénière tenue vendredi 05 mai, voté à l’unanimité pour la recevabilité de ce projet de loi qui pourrait promouvoir le droit de cette catégorie des personnes longtemps émargée de la société congolaise.

« Maintenant la loi appartient à l’Assemblée Nationale. Nous devons maintenant faire le suivi auprès de la Commission socioculturelle pour l’adoption définitive.  Il nous appartient à nous de faire  le suivi », a déclaré Patrick Saidi, coordonnateur de la DGPA, une grande organisation des peuples autochtones pygmées.

Une fois promulguée par le chef de l’Etat, cette loi devra concourir à la sauvegarde des intérêts de ces populations, longtemps marginalisées, malgré leurs droits à vivre comme toutes les autres communautés de la RDC. Des droits garantis par la déclaration des Nations Unies de depuis 2007.

Notons par ailleurs que cette loi présentée par le député Ruben Rachidi devra être traitée en commission avant d’être votée en session plénière et soumise à deuxième lecture au niveau du Sénat et enfin promulguée par le chef  de l’Etat. Elle constituera ainsi une première dans l’arsenal juridique congolaise. 

Désiré WEMBOLOWA

Forêt : Le Fonds forestier national reconnait l’existence d’un réseau de vente du bois illégal dans les ports de Kinshasa

C’est un constat amer dressé par le Fonds forestier national (FFN), après trois jours de mission de contrôle réalisée récemment dans les ports de Kinkole à Kinshasa. Il existe un vaste réseau illicite de vente de bois d’oeuvre, précisent les experts de cette institution dépêchés sur le terrain par le ministre de tutelle, Claude Nyamugabo Bazibuhe. Cette mission fait suite aux différentes allégations soulevées par la CNCEIB ( Coalition nationale contre l’exploitation illégale du bois), qui a décrié l’incapacité de l’Etat congolais à mettre fin au coulage des recettes occasionné par les exploitants illégaux en complicité avec certains services d’assiette.

« La société civile a décrié le caractère illégal du bois qu’on retrouve à Kinkole. Ces grumes qui arrivent ne sont pas en ordre d’une part et d’autre part, on ne parvient pas à tracer réellement leur provenance », a affirmé Alain Kalangiro, chargé de mission au FFN.

Au cours de cette mission de contrôle, plusieurs illégalités décriées par la société civile environnementale ont été confirmée par les experts du FFN, notamment le manque de traçabilité, le manque des documents pour certains exploitants, mais aussi les tracasseries administratives pour ceux des exploitants qui sont en ordre.

« Plus loin dans les îlots, nous avons constaté que les gens sont entrain de transformer des grumes au lieu d’accoster dans les ports, ils préfèrent rester dans les eaux et commencer à vendre de petites quantités. Ce qui échappe au contrôle de la traçabilité de tous les services », a-t-il rajouté. Continuer la lecture de Forêt : Le Fonds forestier national reconnait l’existence d’un réseau de vente du bois illégal dans les ports de Kinshasa

Forêt : Quand la DGRPEQ sert de béquilles à l’exploitation illégale du bois à l’Equateur

La Direction générale des recettes provinciales de l’Equateur (DGRPEQ) serait impliquée dans la couverture des fraudes et illégalités constatées au tour de l’exploitation et la commercialisation du bois d’oeuvre dans la province de l’Equateur. Selon plusieurs observateurs, cette institution provinciale de mobilisation des recettes est prête à tout pourvue que l’argent rentre dans les caisses de l’Etat, soit-il. Pour cela, la DGRPEQ octroie de manière illégale des avis favorables sans vérifier ni l’origine ni le volume du bois pour lesquels ce document est sollicité. 

Ce document signé souvent par la directrice générale adjointe de la DGRPEQ, Clarisse Boloko Djema, remplace même, selon les circonstances, les permis de coupe et autres documents exigés par l’administration forestière pour assurer le transport et la commercialisation du bois d’oeuvre à travers la province. 

La dernière en date, est bien celui livré à Monsieur Evoloko Lontanga Didier, en date du 12 mai 2020 couvrant ainsi une cargaison de plus de 800 mètres cubes qui flotte actuellement sur le fleuve en direction de Kinshasa. « Le permis est de 350 mètres cube, mais le radeau est d’environ 800 mètres cube, composés du bois de coffrage », a précisé une source sur place à Mbandaka. Continuer la lecture de Forêt : Quand la DGRPEQ sert de béquilles à l’exploitation illégale du bois à l’Equateur