Archives de catégorie : Forêt

Forêts : le Général Tango Four accusé d’exploitation illégale de bois

La société civile de l’ancienne province de l’Equateur accuse le chef d’état-major adjoint des forces armées de la RDC, le général Gabriel  Amisi Tango Four de l’exploitation illégale des bois dans cette partie  du pays. Une exploitation jugée illégale  au regard du moratoire  encore en vigueur sur les forêts congolaises, signé par le gouvernement de la RDC.

Le général Amisi Tango Four semble avoir plusieurs cordes à son arc quand il s’agit du business. Après avoir été cité dans une affaire de ventes de minutions au sein de l’armée, le voilà encore aujourd’hui épinglé dans une affaire d’exploitation illégale du bois dans l’ancienne province de l’Equateur.

D’après la société civile de cette province,  cet officier de  l’armée congolaise serait propriétaire de Maniema Union 2, une société gérée par sa femme et qui emploie des ouvriers chinois. Ces derniers mois,  cette société d’exploitation des bois s’est vue attribuer deux concessions dans les territoires de Bikoro et de Boende. Une attribution qui constitue une violation du moratoire sur les forêts congolaises.

Pour le ministère de l’environnement, cette attribution n’est entachée d’aucune irrégularité car il s’agissait de concessions déjà attribuées, mais dont les concessionnaires n’auraient pas respecté leur cahier des charges.

C’est faux, rétorque Greenpeace qui affirme que les attributions de ces concessions sont contraires à l’article 23 du moratoire signé par le président Kabila qui suspendait toute acquisition de droit d’exploitation, y compris pour les anciens titres.

«Le ministre n’a pas le droit de réhabiliter d’anciens titres au profit de nouveaux acquéreurs », a déclaré Irène Wabiwa, responsable de campagne forêt de Greenpeace à Kinshasa.

Pour rappel, Greenpeace et la société civile ne sont pas les seuls à se plaindre. Il y a peu, deux sociétés qui détenaient ces permis d’exploitation ont adressé une correspondance au ministre de l’environnement, pour dénoncer le débarquement des ouvriers chinois de Maniema Union 2 sur leurs concessions, alors qu’ils disent, selon ces lettres, être en train de régulariser la situation, notamment en termes de clauses sociales.

Signalons que jeudi dernier, cette affaire avait viré au drame, après des échauffourées qui ont éclaté entre des chinois exploitant le bois pour le compte de Maniema Union 2 et la population de Nsamba, dans le territoire Boende, causant ainsi 2 morts dont un chinois, a indiqué la société civile.

Une situation consécutive aux mauvais traitements infligés par le personnel de cette société et l’absence de ces fameuses clauses sociales, toutes les compensations prévues au bénéfice de la population.

 

Thierry-Paul KALONJI

Forêt : le Congo Brazzaville accueille le 11ème forum sur la gouvernance forestière

Le 11ème Forum sur la gouvernance forestière (FGF) se tiendra  du 30 au 31 octobre prochain à Brazzaville, capitale congolaise. C’est la première édition, qui sera organisée dans le cadre du projet CV4C financé par l’Union européenne.

Ce forum régional qui sera organisé en collaboration avec le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo( PFBC), aura comme différents thèmes: le processus législatifs en matière forestière dans le Bassin du Congo, le REDD+ zéro déforestation , l’Agrobusiness, les synergies entre FLEGT, REDD+ et la gouvernance de l’utilisation des terres. Continuer la lecture de Forêt : le Congo Brazzaville accueille le 11ème forum sur la gouvernance forestière

Forêt : SOMICONGO, la vraie fausse homologation d’Amy Ambatobe ?

Le Certificat d’homologation a été signé en avril dernier par Amy Ambatobe, ministre de l’Environnement et Développement durable de la République démocratique du Congo, en faveur de SOMICONGO FOREST CONSERVATION SARL, sur une superficie de 294.014 hectares dans la concession 52/2014, à Inongo dans la Province de Mai Ndombe. Depuis, la  question s’invite sur la place publique. Bien que l’acte posé par le ministre ne soit pas contraire aux prérogatives lui dévolues,  cependant, il laisse sans mot les observateurs de par la précipitation avec laquelle il a été signé révèlent les analyses.

Certains acteurs de la société civile environnementale décrient leur indignation face à ce qu’ils qualifient de supercherie. « Je pense qu’il nous faut rapidement arrêter une position. Il n’est pas à ce jour possible pour la RDC de délivrer un Certificat d’homologation. C’est inacceptable », s’indigne un expert. « Certaines conditionnalités pour confirmer l’homologation de cette concession sont loin d’être remplies ».

D’aucun pense que le Ministre s’est arrangé avec SOMICONGO pour changer la nature de sa concession en vue d’échapper aux réclamations des communautés locales pour lesquelles les clauses sociales n’ont pas été respectées par le concessionnaires. Continuer la lecture de Forêt : SOMICONGO, la vraie fausse homologation d’Amy Ambatobe ?

Kenya : Le Forum mondial des paysages se tiendra à Nairobi

« Trouver des solutions pour relever le défi de la restauration des paysages en Afrique où près de 50 millions d’hectares de terres se dégradent chaque année », est un défi lancé par plus de 800 acteurs multisectoriels de toute l’Afrique et du monde entier pour le forum mondial des paysages prévu pour les 29 et 30 Août à Nairobi au Kenya.

Parc national de la Garamba en République démocratique du Congo 

« Le paysage Africain doit être restauré pour répondre aux besoins en ressources naturelles du continent. Une population en expansion rapide sera un jour rencontrée, mais il n’y a pas de solution miracle », a averti le directeur général du centre pour la recherche forestière internationale, Robert Nasi.

Les communautés locales ont restauré plus de 5 millions d’hectares des paysages dégradés à travers le continent, tandis que plus de 20 nations se sont engagées à restaurer 100 millions d’hectares de forêts d’ici 2030 grâce à l’initiative de restauration des paysages forestiers Africains (AFR100). Continuer la lecture de Kenya : Le Forum mondial des paysages se tiendra à Nairobi

Forets : Le document NERF, un guide pour lutter éfficacement contre la déforestation

A l’occasion de la présentation du document du Niveau d’Emissions de Référence des Forêts (NERF) de la République Démocratique du Congo, qui a eu lieu le 19 juillet dernier à Kinshasa,  le Représentant de la FAO, Alexis Bonte a éclairé l’opinion sur l’importance de ce document dans la lutte contre la déforestation.

Dans une interview exclusive accordée à Environews,  Monsieur Bonte a précisé que, « Les estimations fiables contenues dans le document du NERF de la RD Congo permettront aux décideurs de prendre les mesures qui s’imposent pour infléchir la courbe de la déforestation ».

Environews : Monsieur Bonte, c’est depuis décembre 2017 que le document du Niveau d’Emissions de Référence des Forêts (NERF) de la République Démocratique du Congo a été validé. En quoi est-il utile pour le pays ?

Alexis Bonte (AB) : Il faut rappeler que cet important travail de construction du NERF de la RD Congo a été réalisé par le Ministère de l’Environnement et Développement Durable (MEDD) à travers de ces deux directions, la Direction des Inventaires et Aménagements Forestiers (DIAF) et la Direction du Développement Durable (DDD), avec l’appui de la FAO pour l’opérationnalisation d’un Système National de surveillance des forêts (SNSF) capable de mesurer l’état et l’évolution des ressources forestières du pays. Continuer la lecture de Forets : Le document NERF, un guide pour lutter éfficacement contre la déforestation

Forêts : Megabois dénonce la vente de ses concessions par le Ministère de l’Environnement

La société d’exploitation forestière Megabois dénonce la vente de son site d’exploitation par le ministère de l’environnement, à des chinois qui ont aussitôt débarqué avec des matériels en vue d’exploiter en toute illégalité cette partie, qu’elle occupe en toute légalité depuis 1992. C’est dans une correspondance adressée à plusieurs instances du pays dont la présidence de la République, aux ONG nationales et internationales ainsi qu’aux partenaires techniques de la RDC, que cette société a fait savoir cette décision qui viole le moratoire sur l’attribution des concessions forestières.

Dans cette lettre dont une copie est parvenue à la rédaction de Environews RDC , la société MEGABOIS explique que ces activités ont été momentanément suspendues à la suite des difficultés financières principalement dûes au non-paiement par l’Etat congolais d’importantes créances en sa faveur.

La société s’est vue attribuée la réhabilitation de l’axe routier Ingende-Bolamba dans le cadre des cinq chantiers. Elle a  en outre réalisé tous ces travaux en recourant aux emprunts. Selon les autorités de Mégabois, pendant que l’entreprise s’apprêtait à finaliser les dispositions légales conformément au processus de gestion durable des ressources forestières prévu par l’arrêté 034/2016, MEGABOIS n’a pas pu réaliser son plan d’aménagement à cause de l’intrusion dans son site des ressortissants chinois qui ont réussi à produire un permis de coupe octroyé en toute illégalité à la société Maniema 2. Continuer la lecture de Forêts : Megabois dénonce la vente de ses concessions par le Ministère de l’Environnement

Forêt : Validation du plan de plaidoyer de la société civile environnementale congolaise

Les organisations de la société civile environnementale de la République démocratique du Congo ont procédé à la validation de leur plan de plaidoyer en vue d’une reforme globalisante de la gouvernance forestière. Cette séance de travail s’inscrit dans la suite logique des activités initiées par ces organisations depuis la tenue à Kinshasa de la Table ronde multi acteurs.

Ce plaidoyer de la société civile a pour objectif d’amener toutes les parties prenantes à la gouvernance forestière à élaborer une feuille de route pour une reforme globalisante du secteur forestier, en cohérence et en harmonie avec toutes les autres reformes des lois sectorielles touchant aux ressources naturelles et à la vie des communautés.

« Convaincue de l’inefficacité d’actions isolées pour résoudre les problèmes qui se posent dans la gouvernance forestière, tenant compte de l’existence depuis plus de 15 ans d’un moratoire sur l’attribution de nouvelles concessions forestières, ainsi que des évolutions de processus directement en lien avec la gouvernance forestière, notamment le processus REDD+, la société civile a opté pour une approche globalisante du cadre général de gouvernance forestière, de manière à trouver des solutions durables aux différents problèmes rencontres à ce jour », indique le communiqué sactionant la fin de ces travaux,  lu par Néné Mainzana, membre de CFLEDD. Continuer la lecture de Forêt : Validation du plan de plaidoyer de la société civile environnementale congolaise

Forêts : La RDC révèle son outil de référence du niveau d’émissions des forêts

Dans le souci d’opérationnaliser le Système de surveillance nationale des forêts, et développer ses différents piliers, le Ministère de l’Environnement et Développement durable à travers les directions des inventaires et aménagement forestier et du Développement durable en collaboration avec la FAO a procédé à la présentation de son document du niveau d’émissions de référence des forêts congolaises, NERF, lors d’un atelier tenu à Kinshasa.

Cet outil de performance de la RDC, s’inscrit dans le cadre du programme de finalisation et de mise en œuvre du système national de surveillance des forêts qui contribue également à la réduction des émissions dues à la déforestation.

« Pour élaborer ce NERF au titre de la Convention cadre des Nations unies sur le Changement climatique, la RDC a initié un système national de suivi des forêts opérationnel et complet. Ce système comprend un inventaire forestier national, un inventaire des gaz à effet de serre du secteur forestier national et un système national de surveillance des terres par satellite. Ce premier NERF qui s’étend de l’année 2000 à 2014, se concentre d’abord sur la déforestation, l’activité pour laquelle les données sont disponibles, fiables et transparentes », a fait savoir, le représentant du secrétaire général du MEDD, dans son discours d’ouverture. Continuer la lecture de Forêts : La RDC révèle son outil de référence du niveau d’émissions des forêts

Forêt : Vers la mise en place d’un plaidoyer commun de la société civile environnementale

Quelques mois après la Table ronde multi acteurs sur l’élaboration de la politique forestière, la révision du code forestier et la levée du moratoire, les acteurs de la société civile se sont encore une fois de plus retrouvés aux tours d’une table afin d’approfondir les échange et produire la note méthodologique de la stratégie du plaidoyer des OCS.

Séance de travail lors de la Table ronde multi acteurs organisé en Avril à Kinshasa. (crédit photo, Alfred NTUMBA)

Cette note méthodologique devra orienter la démarche pour la mise en place de la stratégie de plaidoyer commun. Initiée par la CFLEDD avec l’appui du RRI, cette rencontre a été  une occasion pour la société civile environnementale congolaise de définir les thématiques que le nouveau code devrait intégrer et énumérer également les actions à mener pour atteindre les objectifs y relatifs. Et identifier les personnes ressources et experts capables de travailler à l’élaboration de ladite note méthodologique de la stratégie de plaidoyer.

A l’issue de la réunion, une grille d’orientation sur les thématiques, les actions, les personnes ressources clés représentant les réseaux et ONG de la société civile, et les acteurs clés stratégique pour le plaidoyer a été élaborée. Continuer la lecture de Forêt : Vers la mise en place d’un plaidoyer commun de la société civile environnementale

Forêt : Les forêts congolaises séquestrent environ 23 giga tonnes de carbone

Désormais, la République démocratique du Congo dispose de quoi mettre sur la table de négociations. Les forêts de la RDC ont une capacité de séquestration de carbone estimée à 23 giga tonnes. L’information a été livrée lors de la présentation des résultats du projet Carbon Map and Model (CM&C) initié depuis 2013 par WWF – RDC.

La carte nationale de la biomasse forestière réalisée par le WWF.

Un travail loué à sa juste valeur par les experts, pour qui la RDC dispose à présent des données fiables sur la valeur exacte de ses forêts afin de mieux peser dans les négociations notamment celle du marché Carbonne.

« C’est vraiment l’outil essentiel pour pouvoir répondre à la préoccupation mondiale qui est focalisée sur la question des changements climatiques. Pour avoir de paiements des services environnementaux, nous devons connaitre ce que nous avons dans nos forêts. La carte qui a été créée, nous permet d’avoir tous les chiffres qu’il faut, même par province. Et s’il y’a une province proactive, elle peut aller même négocier déjà ses paiements de services environnementaux », a indiqué Sébastien Malele, Directeur à la DIAF (Direction des Inventaires et Aménagements Forestiers). Continuer la lecture de Forêt : Les forêts congolaises séquestrent environ 23 giga tonnes de carbone