Archives de catégorie : Forêt

Forêts : Hans Baeckman, « les forêts congolaises continuent à emmagasiner du carbone »

C’est la plus grande annonce faite par le chercheur senior du Musée royal pour l’Afrique central (Tervuren), l’Ingénieur Hans Baeckman, lors de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo (PFBC), tenue récemment à Bruxelles.

Hans Baeckman, chercheur au Musée de Tervuren (Belgique).

Dans une interview exclusive accordée à Environews RDC, le scientifique belge a révélé que les résultats de récentes études menées dans les forêts congolaises ont prouvé que les forêts congolaises continuent à emmagasiner davantage du carbone, surtout grâce à leurs sous-bois considérés comme des  véritables conteneurs du carbone.

« Contrairement à certains blocs forestiers dans les zones équatoriales, en Amérique et en Asie, au Congo ça continue à augmenter. On a constaté que les sous-bois représentent un stock important du carbone. C’est qui est important est que ce stock est durable dans le sens où les petits arbres ont la durée de vie énorme », a-t-il révélé. Continuer la lecture de Forêts : Hans Baeckman, « les forêts congolaises continuent à emmagasiner du carbone »

Bruxelles : Une déclaration d’engagement attendu pour clôturer la 18ème réunion du PFBC

Vers un avenir durable pour les forêts du bassin du Congo, leurs habitats, leur flore et leur faune, c’est le thème retenu pour la  18 ème réunion ministérielle  de la commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC)  organisée à Bruxelles, conjointement par la facilitation du Partenariat pour les forêts du bassin du Congo PFBC et le royaume de Belgique.

C’est en marge de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC)  qui se tient à Bruxelles, censée  déboucher sur de nouveaux engagements afin de préserver les forêts d’Afrique centrale considérées comme  patrimoine de l’humanité, qu’une réunion regroupant les ministres en charges de forêts et de l’environnement  de la COMIFAC et des parties prenantes est organisée  dans le but d’optimiser l’articulation entre les stratégies de gestion durable des forêts, les approches en matière de conservation et les objectifs de développement économique en Afrique Centrale, et ce à travers une amélioration des  possibilités de dialogue et des engagements autour des enjeux.

Il est à ce jour admis que les forêts du bassin du  Congo  sont confrontées  à des défis dont la complexité s’accroit  au fil des années dans les domaines de la conservation et de la biodiversité, la gestion durable de la faune sauvage, la lutte contre les changements climatiques, la restauration des paysages et le développement local des populations du bassin du Congo. Continuer la lecture de Bruxelles : Une déclaration d’engagement attendu pour clôturer la 18ème réunion du PFBC

Bruxelles : Début de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

C’est le Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervurin) qui accueille la première journée de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC). Les travaux lancés ce mardi doivent déboucher sur de nouveaux engagements afin de préserver ces forêts partagées par une dizaine des pays d’Afrique centrale, et considérés comme un patrimoine de l’humanité.

Le choix porté sur ce grand musée ne relève pas du hasard.  Pour les organisateurs, le Musée de Tervurin a depuis des années, entretenu de liens étroits avec les forêts du bassin du Congo.

« Les activités du musée sont en ligne avec les objectifs du Partenariat qui organise cette réunion. Notre musée depuis 120 ans, est actif dans le domaine de la biologie du bois et nous sommes très actifs dans les recherches sur les forêts du Bassin du Congo, dans plusieurs domaines », a déclaré le directeur général du Musée de Tervurin, Guido Gryseels. Continuer la lecture de Bruxelles : Début de la 18ème réunion des parties du Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo

Forêts : Projet FORETS, le satisfecit de l’Union européenne et du CIFOR

Après dix-huit mois d’exécution du projet FORETS (Formation, Recherche, et environnement dans la Tshopo), les résultats sont satisfaisants et concrets. Cette information a été livrée à la presse par le Directeur du Centre de recherche forestière internationale (CIFOR), Robert Nasi. Au cours d’une conférence de presse organisée à Kinshasa, ce jeudi 22 novembre, le Directeur général du CIFOR n’a pas caché sa joie de voir ce projet apporter de résultats escomptés à mi-parcours.

« Le projet a démarré en 2017, mais nous avons passé les 18 mois à mener des recherches approfondies pour bien comprendre et apprendre des décisions fondées sur des preuves. C’est maintenant avec une grande satisfaction que nous commençons à voir la concrétisation de notre dur travail », a-t-il fait savoir.

Ce projet basé sur une approche intégrée vise à développer les filières économiques devant permettre de réaliser les plus de bénéfices économiques en vue d’améliorer la qualité de vie des communautés tout en préservant la riche biodiversité de la Reserve de biosphère de Yangambi. Continuer la lecture de Forêts : Projet FORETS, le satisfecit de l’Union européenne et du CIFOR

Forêts :  l’Ong OCEAN sensibilise sur l’édit provincial portant répartition des taxes

Dans le cadre de la poursuite de son projet renforcement de la résilience et de la capacité d’adaptation des communautés locales aux changements climatique à Kinshasa et dans la province de l’Equateur, l’Organisation Congolaise des Ecologistes et Amis de la Nature en sigle OCEAN avec l’appui de son partenaire DIAKONIA a organisé un atelier de sensibilisation, sur l’analyse de la mise en œuvre de l’Edit provincial portant clé de répartition de taxes et redevances de la superficie forestière dans la province de l’Equateur.

L’atelier a eu pour objectif, la mise en place des politiques susceptibles de favoriser l’accès équitable aux ressources naturelles et à la Terre par les ETD (Entités Territoriales décentralisée).
« La province de l’Equateur ne compte que sur ses forêts capable de générer des moyens financiers dont elle a besoin pour alimenter d’autres secteurs à partir des taxes et redevances perçues conformément aux prescrits du Code forestier en son article 122.
Une telle initiative mérite notre soutien et notre appui. Je remercie sincèrement l’organisation et son partenaire pour cette activité dans la province de l’Équateur
» a souligné le ministre provincial de l’environnement, Dieudonné Elia Bouka. Continuer la lecture de Forêts :  l’Ong OCEAN sensibilise sur l’édit provincial portant répartition des taxes

Forêts : REDD+ en RDC 10 ans après, les objectifs  sont loin d’être atteints

10 ans après son lancement, le mécanisme de Réduction des Emissions liées à la Déforestation et à la Dégradation forestière REDD + en République démocratique du Congo est en proie à une crise réelle et les objectifs  sont loin d’être atteints. C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé par l’ONG Collectifs de Défenseurs de l’Environnement   (CODE), mené du 5 au 8 octobre 2018.

Au final, il ressort de ce sondage que le processus REDD  + en RDC paraît en ce moment comme  un autre marché de dupes qui ne profite pas du tout aux  communautés locales et peuples autochtones. Ses vocabulaires et ou ses techniques sont beaucoup plus une importation qui ne concordent pas aux réalités locales congolaises.

C’est dans le but de  recevoir  l’opinion  du Gouvernement de la République Démocratique du Congo, de la société civile environnementale, des Communautés locales et des peuples autochtones, des partenaires et du secteur privé  sur les dix années du processus REDD+ en RDC d’une part, et de  savoir  également si la participation de la société civile environnementale était effective et efficace dans ledit processus d’autre part , que les CODE a réalisé ce sondage. Continuer la lecture de Forêts : REDD+ en RDC 10 ans après, les objectifs  sont loin d’être atteints

Forêt : Programmation géographique en RDC, RFUK alerte sur le risque de conflits

Dans un briefing publié ce lundi 12 novembre, RFUK (Rainforest Foundation UK), alerte sur le risque de conflits qui pourraient subvenir après l’accomplissement par le gouvernement congolais, de la troisième condition devant conduire à la levée du moratoire sur les forêts de la République démocratique du Congo, à savoir, « la programmation géographique ».

En théorie, cette condition relativement vague pourrait facilement être remplie – ce qui rendrait dix millions d’hectares de forêt accessibles aux entrepreneurs forestiers. Cependant, ce briefing montre, grâce à des données collectées par MappingForRights et d’autres sources, que tout processus qui ne prend pas assez en compte les communautés et les autres usagers des forêts aurait inévitablement des conséquences négatives, peut-on lire dans ce document, dont copie est parvenue à Environews RDC.

« Alors que le gouvernement menace de lever le moratoire sur les concessions d’exploitations forestières, il échoue dans la prise de mesures nécessaires pour faire en sorte que les concessions d’exploitations actuelles agissent conformément à la loi. Les preuves montrent que toute expansion, plutôt qu’une diminution accrue de l’exploitation forestière, déboucherait sur de nombreux et sérieux problèmes, et sur aucun bénéfice durable », précise ce briefing. Continuer la lecture de Forêt : Programmation géographique en RDC, RFUK alerte sur le risque de conflits

Brazzaville : Le gouvernement réagit aux accusations de Greenpeace contre la campagne de greenwashing

Réagissant aux accusations portée contre lui par l’ONG Greenpeace, au sujet de la campagne de greenwashing actuellement menée par la République du Congo en dévoilant sa mise aux enchères de trois blocs pétroliers au cœur des tourbières récemment découvertes, le gouvernement congolais par l’entremise de la ministre du tourisme et de l’Environnement, a tenu à fixer l’opinion sur le sens de la décision relative à l’attribution desdits blocs.

Des chercheurs dans les tourbieres à Lukolama (Province de l’Equateur). Crédit Photo infoCongo.

« Le gouvernement congolais est parfaitement conscient de l’importance de la préservation des tourbières et de leur impact sur l’équilibre climatique mondial, ainsi que sur la nécessité de protéger la biodiversité. Il agit et continuera d’agir », peut-on lire dans ce communiqué.

Les permis d’exploitation attribués ou à attribuer par appel d’offre dans la zone de tourbières de la cuvette centrale stipulent tous que la loi congolaise sur la protection de l’environnement (et ses textes d’application), s’appliquent en ce qui les concerne.

« Conformément à la loi, une étude d’impact environnemental transparente et publique sera donc réalisée préalablement au démarrage de toute activité, ses conclusions détermineront si ladite sera ou non autorisée », renchérit ce communiqué signé par la Ministre du Tourisme et de l’Environnement, Arlette Soudan Nonault. Continuer la lecture de Brazzaville : Le gouvernement réagit aux accusations de Greenpeace contre la campagne de greenwashing

Forêts : Formation des experts de la société civile en suivi des clauses sociales

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) a  procédé au lancement  d’un atelier de formation des experts de la société civile sur la facilitation et le suivi des accords des clauses sociales en République démocratique du Congo, ce vendredi 09 novembre à Kinshasa.  Une formation qui s’inscrit dans le cadre de la révision des stratégies nationales de WWF qui a pris une orientation particulière d’appuyer la société civile en renforçant ses capacités à mettre en œuvre des actions pour le développement socio-économique, et celles liées à la conservation de la biodiversité en RDC.

Au de-là de leurs multiples fonctions écologiques de production, de régulation et de soutien aux cycles vitaux, les forêts de la RDC jouent également un rôle socio-économique essentiel pour une partie importante des populations, car elles fournissent des moyens de subsistance à plus de 40 millions de personnes. Une gestion durable de celle-ci se veut un impératif, incontournable afin de permettre un climat social paisible entre les communautés locales et les entreprises qui exploitent ces forêts.

« Nous sommes convaincu qu’une exploitation durable en RDC est possible, et peut contribuer au développement socio-économique du pays, mais aussi à  celle des communautés locales et des peuples autochtones qui vivent dans les périphéries des concessions forestières », a déclaré Bruno Perodeau, responsable  du programme conservation  au WWF-RDC. Continuer la lecture de Forêts : Formation des experts de la société civile en suivi des clauses sociales

Indonésie : lancement d’un centre international dédié aux tourbières tropicales

Des représentants des gouvernements de la République démocratique du Congo (RDC), de la République du Congo et de la République d’Indonésie se sont réunis à Jakarta mardi 30 octobre 2018 et ont convenu de coopérer à la création du Centre international des tourbières tropicales (ITPC). Un secrétariat intérimaire sera hébergé par l’Indonésie et assisté par le Centre de recherche forestière internationale (CIFOR).

Environ 400 personnes ont assisté à la cérémonie de lancement, présents étaient notamment la Ministre du Tourisme et de l’Environnement de la République du Congo, Mme Arlette Soudan-Nonault, et le Directeur général des Forêts de la RDC  et représentant personnel du Ministre de l’Environnement et du Développement durable, M. Jose Ilanga Lofonga, ainsi que des représentants d’organisations internationales, d’universités et de centres de recherche, du secteur privé, de la société civile, de bailleurs et de praticiens.

La Ministre indonésienne de l’Environnement et des Forêts, Siti Nurbaya, a déclaré que son pays était prêt à partager ses expériences dans la gestion de ses 15 millions d’hectares de tourbières. « L’expérience de l’Indonésie remonte au début du siècle dernier, lorsque les tribus de Kalimantan géraient les tourbières de manière durable à des fins de subsistance », a-t-elle déclaré. Continuer la lecture de Indonésie : lancement d’un centre international dédié aux tourbières tropicales