Archives pour la catégorie Opportunités

Opportunité : La Banque mondiale recrute 20 doctorants en Afrique subsaharienne

  • La Banque mondiale recrute 20 étudiants-chercheurs ressortissants de pays d’Afrique subsaharienne, en cours d’études doctorales ou ayant obtenu leur doctorat, afin d’effectuer une mission de six mois à la Banque mondiale.
  • L’objectif est de renouveler et d’étoffer le vivier d’experts du développement au sein de la Banque mondiale et de permettre à ces candidats de mieux comprendre la mission et les activités de la Banque mondiale.
  • En contribuant aux recherches, aux missions d’assistance technique, aux opérations de prêt et à d’autres activités essentielles, les étudiants-chercheurs retenus pourront se perfectionner et mettre en pratique les théories du développement.

Programme de recrutement d’étudiants-chercheurs africains : réunir les meilleurs talents au service de la mission de développement de la Banque mondiale.

Les établissements d’enseignement supérieur d’Afrique subsaharienne regorgent de jeunes talents. Depuis 2014, la Région Afrique de la Banque mondiale, dans le cadre de sa mission, entend se rapprocher de la future génération d’intellectuels africains — doctorants ou jeunes docteurs qui s’efforcent, de faire la différence dans leurs pays respectifs, en produisant des connaissances.

Ce programme annuel de recrutement d’étudiants-chercheurs donne l’occasion aux jeunes Africains et au personnel de la Banque mondiale de vivre une expérience unique. Les dix candidats sélectionnés passeront au moins six mois au siège de la Banque mondiale, à Washington DC, ou dans les bureaux de pays de l’institution. Ils y acquerront une expérience concrète des activités du Groupe. Ils seront ensuite encouragés à postuler au prestigieux programme des jeunes professionnels de la Banque mondiale, véritable tremplin pour une carrière dans le domaine du développement au sein de l’institution. Ce programme permet également au personnel de la Banque mondiale de renforcer ses capacités, de se confronter de manière fructueuse à des perspectives nouvelles et de bénéficier de travaux de recherche de pointe.

La date d’ouverture des candidatures pour la session 2018 du programme de recrutement d’étudiants-chercheurs d’origine africaine est fixée au 26 septembre 2017, sachant que les candidats retenus devront se rendre disponibles pour le 31 janvier 2018.

« Ce programme m’a permis d’avoir d’échanger directement avec les experts du Groupe de la Banque mondiale sur le terrain et de profiter de toute l’étendue de leur savoir. J’ai aussi pu me faire connaître et je pense que cela va considérablement m’aider dans ma carrière », explique Christelle Meniago, jeune docteur du programme 2017, originaire du Cameroun. « Comme j’avais déjà obtenu mon doctorat, ce programme a été un véritable tremplin professionnel. Je suis convaincue que l’expérience acquise ici m’aidera à être plus efficace tout au long de ma carrière. Dès la fin du programme, j’envisage de postuler à la Banque mondiale et dans d’autres grandes organisations internationales », conclut-elle.

Pour en savoir plus sur les conditions d’admission et le programme, cliquez ici. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 19 novembre 2017.

Environews-RDC

Energies rénouvelables : bientôt une conférence internationale à Bruxelles

L’Académie Royale des Sciences d’Outre-Mer (ARSOM) à Bruxelles, organise une conférence internationale « Sustainable Energy for Africa » le 23, 24 et 25 octobre 2017 à Bruxelles.

L’accès à l’énergie étant un prérequis pour la réalisation de plusieurs objectifs de développement durable et joue un rôle prépondérant dans le développement économique, cette rencontre sera consacrée à l’énergie, un des besoins essentiels de l’humanité.

L’objectif de la conférence est de rassembler au sein d’un forum multidisciplinaire des décideurs, tant issu du monde politique que de l’industrie, des ingénieurs, des économistes et des experts dans le domaine des sciences sociales et de l’éducation, et des leaders d’opinion, afin d’attirer l’attention de tous sur les opportunités et les défis qui se présentent à l’Afrique dans le domaine de l’énergie durable.

Près de 70 contributions sont programmées, sous forme de présentations orales et de posters. Les trois thèmes autour desquels s’articuleront les exposés sont

–          L’énergie est cruciale pour la réalisation des objectifs de développement durable (Sustainable Development Goals)

–          Production et distribution d’énergie : vers des systèmes robustes, équitables et socialement acceptables

–          Recherche, innovation et éducation pour appuyer des politiques énergétiques durables

 

Informations pratiques

 

La conférence se tiendra du 23 au 25 octobre 2017 au Palais des Académies à Bruxelles.

Un synopsis détaillé peut être retrouvé sur:http://www.kaowarsom.be/documents/Sustainable_energy_announcement.pdf

Le programme, les informations pratiques et le formulaire d’inscription sont disponibles sur:http://www.kaowarsom.be/en/Sustainable_Energy_for_Africa

 

Opportunité : La GVTC recherche un analyste d’informations

Poste: Analyste d’Informations
Superviseur: Secrétaire Exécutif Adjoint de GVTC en charge des Programmes
Lieu de travail : Kigali, Rwanda

Historique

La Collaboration Transfrontalière du Grand Virunga(GVTC) est un mécanisme de gestion stratégique transfrontalière et collaboratif du Paysage du Grand Virunga qui couvre le Rift Albertin Central (RAC). L’objectif de GVTC est l’amélioration de la conservation des espèces, des habitats et des services écologiques qui contribuent à l’accroissement des bénéfices socioéconomiques des populations du RAC, grâce à une collaboration transfrontalière efficace.

GVTC travaille avec et à travers des partenaires dans le but mettre en synergie les efforts de conservation à travers les trois pays qui forment le paysage, à savoir la République Démocratique du Congo(RDC), le Rwanda et l’Ouganda. La zone est formée de sept parcs nationaux à travers les trois pays. La vision de GVTC est stipulée comme suit : « Le réseau transfrontalier des aires protégées du Grand Virunga ainsi que son Paysage environnant sont conservés durablement », tandis que son objectif est : « Une conservation durable de la biodiversité du Grand Virunga en faveur d’un développement socioéconomique grâce à une gestion transfrontalière stratégique.”

La Collaboration Transfrontalière du Grand Virunga a été mise sur pied pour les objectifs suivants :

une conservation coordonnée de la biodiversité et d’autres valeurs naturelles et culturelles transfrontalières ;

promouvoir une conservation intacte de grands écosystèmes grâce à la planification et la gestion des aires protégées ;

mener un plaidoyer en faveur d’une planification et gestion régionales intégrées de l’utilisation du sol en vue de réduire les menaces envers les aires protégées ;

établissement d’une vision commune de la Collaboration transfrontalière ;

Construirela confiance, la compréhension et la coopération entre les autorités en charge de la faune et de la flore, les organisations non-gouvernementales, les utilisateurs (bénéficiaires) et les parties prenantes afin d’atteindre une conservation durable pour ainsi contribuer à la consolidation de la paix ;

le partage des ressources régionales, des compétences, des expériences et les bonnes pratiques afin d’assurer l’efficacité dans la gestion de la biodiversité et des ressources culturelles ;

Améliorer les bénéfices de la conservation et accroitre la conscience et le partage des bénéfices issus de la conservation entre parties prenantes.
Pour atteindre ces objectifs, un Secrétariat exécutif a été mis sur pied en 2008 et sa structure a été revue en 2013 en la dotant des postes-clés assortis d’un organigramme détaillé. En plus, un Plan stratégique Transfrontalier décennal fût rédigé et adopté en 2008, mais ce dernier a été revu en 2014 afin de refléter un nouveau mandat de GVTC poursuivi et exécuté dans l’esprit du Plan d’Affaires de GVTC nouvellement élaboré.

Ce mandat se lit actuellement comme suit :
sécuriser un engagement politique de niveau élevé et à long terme pour la Collaboration Transfrontalière dans le Paysage du Grand Virunga ;

Améliorer une gestion efficace du Paysage du Grand Virunga ;

Etablir une capacité de gestion d’information pour la Conservation du Paysage du Grand Virunga ;

Assurer une conservation compatible avec le développement socioéconomique des Communautés ;

Assurer une durabilité financière.
En poursuivant la mise en œuvre de ce mandat, le rôle spécifique de GVTC consiste en :

Une coordination générale et le transfert des partenariats entre parties prenantes ;
Un centre de collecte et de gestion d’information ;

Courtage et médiation ;

Monitoring & Evaluation ;

Système d’alerte.

Dans le cadre de la mise en œuvre de son Plan d’Affaires, GVTC a sécurisé un financement de 3 ans de la part du Gouvernement du Royaume des Pays-Bas à travers l’Ambassade du Royaume des Pays-Bas à Kigali, Rwanda (2015-2018). C’est dans ce cadre que GVTC voudrait engager les services d’un Analyste d’Information afin de renforcer ses capacités pour une gestion efficace du Paysage du Grand Virunga, grâce à une gestion efficace de l’information et le partage d’information entre parties prenantes.

2. But principal du poste :

Le poste d’Analyste d’Information est un poste-clé au sein de GVTC avec pour objectif principal d’analyse les données afin de générer et partager l’information entre parties prenantes et le grand public pour une conservation efficace et à long terme PGV, gérer les communications internes et externes, la distribution d’informations et servir de liaison entre tous les partenaires, en particulier les agences gouvernementales, les donateurs et autres parties prenantes.

3. Rôles :

L’Analyste d’Information est responsable du design et de la gestion des systèmes d’information aussi bien que de l’analyse et classement des données requises pour faciliter la Collaboration Transfrontalière pour une gestion efficace du PGV sous la coordination de GVTC et en partenariat avec toutes les parties prenantes et le public concernés. Au-delà de tout cela, l’Analyste d’Information jouera un rôle crucial dans le développement et la gestion du Centre d’Excellence d’Information que GVTC envisage de mettre en place et qui servira comme Centre de dépôt de données et d’information afin d’assurer une gestion efficace du Paysage du Grand Virunga.

Tâches spécifiques :

Collecter les données de divers rapports et visites d’évaluation sur le terrain et mener leur analyse afin d’en tirer les leçons-clés à partager avec les parties prenantes et à utiliser dans la gestion et la prise des décisions ;

Développer des systèmes de données géospatiales et d’information à même de contribuer à générer des rapports adéquats et compréhensibles sur base des données opérationnelles ;

Collecter, intégrer, mener une vérification croisée et rechercher l’information de diverses sources, y compris mais pas limité à toute la société (e.g. population, santé, dépendance) et données environnementales ;

Concevoir des solutions, réaliser le design des systèmes et mettre en œuvre des processus de gestion d’information ;

Coopérer et communiquer avec d’autres personnels des départements transversaux afin d’expliquer et appuyer l’intégration de la gestion des systèmes de gestion d’information et de communication des données ;

Recommander des méthodes et technologies dérivées des données collectées afin de maximiser l’efficacité des opérations de GVTC et la mise en œuvre des activités transfrontalières ;

Etre au premier plan dans le design de Centre d’Excellence d’information en gestation au sein de la GVTC et assurer sa gestion efficace ;

Superviser la coordination du développement des bases de données techniques de GVTC ; Travailler en réseau et en liaison avec d’autres parties prenantes pertinentes, des projets et initiatives au sein du Paysage du Grand Virunga ;

Mettre sur pied une équipe centrale d’experts chevronnés par pays à même de renforcer les capacités les points focaux de chaque pays ;

Travailler en étroite collaboration avec tous les partenaires du Secrétariat Exécutif de GVTC ;

Travailler la main dans la main avec la direction de GVTC dans le développement des capacités institutionnelles pour la gestion d’information relative au PGV ;

Superviser la révision, la finalisation, le rayonnement, la traduction et la distribution des rapports de consultants et autres rapports techniques, la compilation et la distribution des « paquets informationnels » contenant des renseignements sur les activités des projets, les résultats escomptés .

4. Conditions de travail, compétences, qualifications et durée de contrat.

L’Analyste d’Information sera basé au sein des Quartiers Généraux de GVTC à Kigali, avec des déplacements fréquents dans les zones de travail de GVTC dans les 3 pays où a lieu la mise en œuvre des activités de GVTC. Etant donné l’environnement de travail, l’Analyste d’information devrait avoir des connaissances excellentes en Anglais, tant à l’écrit qu’à l’oral. La connaissance du Français sera considérée comme un avantage.

L’Analyste d’Information devra détenir un minimum de qualification de Licence en biologie/Sciences de la conservation avec une expérience professionnelle avérée dans l’opération des bases de données, gestion des données et de manière particulière, avec une familiarité des Systèmes d’Information Géographique(GIS). Il/elle devra également détenir des compétences ou atouts en analyse de données et rédaction des rapports comme faisant partie de la diffusion d’information vers différentes audiences. Le candidat doit détenir des compétences convaincantes en gestion d’information, documentation, et communication avec une variété d’audiences.

Les compétences en ICT (Information, Communication & Technology), de manière particulière la programmation informatique sera considérée comme un avantage de grande valeur. Aussi, avoir au moins 3 ans d’expérience de travail dans avec les organisations internationales, organisations gouvernementales ou organisations internationales non-gouvernementales serait un atout. Ce poste est d’une durée d’une année, avec possibilité de renouvellement selon la disponibilité des fonds, les performances satisfaisantes du candidat et la pertinence du Programme.

5. Autres compétences :

Intégrité de haute qualité, grande orientation vers les résultats, entrainés vers l’excellence et auto-motivation ;
Excellences capacités de travail en équipe et avoir une attention soutenue vers le client (partenaire) ;

Etre proactif avec capacité de prendre des décisions ;

Connaissance suffisante dans l’utilisation de l’ordinateur, des compétences rédactionnelles et communicationnelles ;
Un permis de conduire avec au moins trois ans d’expérience sera considéré comme un avantage ;

Etre capable de travailler pendant de longues heures.

5. Date limite de candidature:

Les candidats intéressés soumettront leurs demandes au bureau de GVTC ou en ligne à : HYPERLINK »mailto:pruhumuliza@greatervirunga.org.et » pruhumuliza@greatervirunga.org.et HYPERLINK « mailto:gkyomuhendo@greatervirunga.org » gkyomuhendo@greatervirunga.org

Les candidatures comprendront une lettre de motivation adressée au Secrétaire Exécutif de GVTC, des documents académiques certifiés et le CV. La date limite de candidature est fixée au 29 septembre 2017 avant 17heures.

Pour toute demande de renseignement, contactez Mr Pierre Ruhumuliza (+250788573965) ou Madame Grace Kyomuhendo (+250788300913).
Seuls les candidats présélectionnés seront contactés.

Fait à Kigali, le 20 septembre 2017

Dr Georges Muamba Tshibasu

Secrétaire Exécutif de GVTC.

Développement durable : appel à candidature de jeunes de 18 à 35 ans

Vous êtes un(e) jeune francophone passionné(e) par les problématiques environnementales ? Vous êtes ressortissant d’un pays du sud vulnérable aux changements climatiques, membre de l’OIF ? Vous êtes âgés de 18 à 35 ans ? Les enjeux de lutte contre les changements climatiques dans les pays francophones vous intéressent ? De plus, vous êtes engagés dans votre communauté, votre pays, votre école, votre université, votre quartier ? Vous souhaitez contribuer à ces enjeux, à travers une initiative pour les jeunes, et par les jeunes ?

Si oui, rejoignez-nous ! Cet appel à contribution est pour vous !

Présentation

L’appel à contribution pour la rédaction d’articles et de brèves est lancé dans le cadre de l’Initiative Jeunesse de Lutte contre les Changements Climatiques. L’Initiative est mise en œuvre par l’Institut de la Francophonie pour de Développement Durable (IFDD) et Les Offices Jeunesse Internationaux du Québec (LOJIQ) grâce au soutien financier du gouvernement du Québec dans le cadre du Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques (PACC 2013-2020), financé par le Fonds vert.

Elle vise à renforcer les capacités des jeunes en entrepreneuriat et en économie verte afin de permettre l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques, et de contribuer à l’éducation et à la sensibilisation des jeunes.

L’Association de Soutien à l’Auto Promotion Sanitaire et Urbaine (ASAPSU) porteuse du groupe Jeunesse Francophone pour le Développement Durable (JFDD), lance cet appel à contribution afin de faire connaître les actions et l’engagement de la jeunesse francophone dans la lutte contre les changements climatiques et la protection de l’environnement sous la forme d’une série d’articles et de brèves publiés et relayés sur le portail Jeunes de Médiaterre de même que sur les réseaux sociaux de Jeunesse Francophone pour le Développement Durable et les plateformes partenaires.

Qui peut participer ?

–        Être ressortissant d’un pays du Sud, membre de l’OIF, particulièrement les pays d’Afrique subsaharienne, d’Afrique du Nord, des Antilles et Caraïbes.

–        Être âgé de 18 à 35 ans

–        Être un étudiant(e), chercheur(se), entrepreneur(e) ou activiste engagé(e) dans la lutte contre les changements climatiques et/ou dans le développement durable.

Comment participer ?

Les jeunes francophones âgés de 18 à 35 ans peuvent contribuer en envoyant un ou plusieurs articles et/ou brèves jusqu’au 1er octobre 2017 à minuit (heure de Paris).

Soumettez des articles, brèves portant sur des expériences, initiatives et projets environnementaux innovants par ou pour des jeunes francophones, relatifs aux problématiques de:

Développement durable, protection de l’environnement, changements climatiques, biodiversité, désertification, entrepreneuriat et économie verte, emplois verts, femmes, environnement et problématiques de développement, innovations environnementales, technologies vertes, gestion écologique des déchets, énergies renouvelables, sécurité alimentaire, agriculture durable, bâtiment vert, tourisme durable, éducation relative à l’environnement, sensibilisation environnementale, culture-art et environnement, etc.

Une raison de plus pour nous envoyer vos contributions

Les meilleurs articles francophones de lutte contre les changements climatiques seront sélectionnés et publiés sur le portail Médiaterre ainsi que sur les réseaux sociaux. Toutes les deux semaines durant la période du 11 septembre au 1er octobre, Un concours thématiques permettra aux lauréats de voir leurs articles et biographies relayés sur les différentes plateformes.

Vous trouverez les détails concernant les thématiques et les modalités décrites ci-dessous.

Les thématiques

Thématiques Concours 1 (11 sept – 21 sept)

  • Développement durable,
  • Protection de l’environnement,
  • Changement climatique
  • Biodiversité,
  • Entrepreneuriat et économie verte,
  • Femmes,
  • Sensibilisation environnementale,
  • Education relative à l’environnement,
  • Gestion écologique des déchets

Thématiques Concours 2 (22 sept – 1 oct)

  • Environnement et problématiques de développement,
  • Innovations environnementales,
  • Technologies vertes,
  • Energies renouvelables,
  • Sécurité alimentaire,
  • Agriculture durable,
  • Bâtiment vert,
  • Culture-art et environnement,
  • Tourisme durable

 

Les modalités

Votre article ou votre brève doit porter sur des expériences, des projets, des recherches ou des innovations nouvelles dans les secteurs énoncés dans la section « Les thématiques » ci-dessus.

Un article compte entre 400 et 750 mots et un maximum de 10 paragraphes. Une brève est une nouvelle qui compte de 2 à 3 paragraphes ou un maximum de 125 mots.

  • Un titre accrocheur ;
  • Votre nom complet et votre titre (par exemple : Prénom Nom, étudiante au master gestion de l’environnement à l’Université Senghor d’Alexandrie et membre de l’association X) ;
  • Deux (2) à dix (10) paragraphes ;
  • Des sous-titres (pour votre article uniquement ; aucun sous-titre requis pour une brève) ;
  • Une photo, une image ou une illustration de bonne qualité en format .jpg ou .png, et la mention du crédit s’il y a lieu (images gratuites sur Freepik, par exemple) ;
  • Un lien URL pour obtenir plus d’information (site web, page Facebook, vidéo YouTube, etc.).

Vous trouverez à droite de cet appel à contribution, dans l’encadré « Ressources complémentaires », un modèle à télécharger qui vous guidera dans la rédaction de votre article ou brève.

Les sources bibliographiques

Idéalement, votre article ou votre brève devrait être appuyé par au moins une (1) référence. Par ailleurs, une bibliographie complète doit être intégrée à la fin de votre texte. Citez également la source de vos illustrations, images, etc.

Inspirez-vous d’activités, initiatives, projets environnementaux, résultats de recherches, déployés sur votre campus, au sein de votre association étudiante, dans votre quartier, dans votre village, dans votre communauté, etc.

N’hésitez pas non plus à interroger votre entourage et même à mener des entrevues pour inclure des citations dans votre article ou votre brève.

Vous êtes prêts ? N’oubliez pas …

Eléments à ne pas omettre

Avant d’envoyer votre texte, prenez le temps de le relire et de le corriger. Assurez-vous d’avoir inclus tous les éléments demandés ci-haut et envoyez votre article ou votre brève accompagnés d’une photo, d’une image ou d’une illustration par courriel (jfdd.info@gmail.com) au plus tard le 1er octobre 2017 à minuit (heure de Paris).

Veuillez préciser dans l’objet du courriel votre nom, le pays dont vous êtes ressortissant ainsi que la thématique de votre article.

Exemple : Kamden Nicolas, Cameroun, Agriculture durable.

 

opportunité : la FAO lance un appel à manifestation d’intérêt

 

(Date de clôture :   12 septembre 2017 à 12:00, heure de Kinshasa)

Enregistrement dans la base de données des fournisseurs de la FAO

Dans le cadre de la mise à jour périodique de sa base de données des fournisseurs potentiels de biens, de travaux ou de services, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) en RDC invite les entreprises et autres organisations œuvrant dans les domaines suivants (ou dans des secteurs connexes), à s’enregistrer ou à mettre à jour leurs données :

  • Machinerie & Equipement agricoles, d’élevage et de pêche ;
  • Intrants agricoles, d’élevage et de pêche ;
  • Equipements d’irrigation / drainage ;
  • Equipements de laboratoire ;
  • Equipements de Communication ;
  • Matériels roulants (véhicules, motos, etc.) et pièces détachées y relatives ;
  • Matériels & consommables électriques & électroniques et informatiques ;
  • Mobiliers divers (métallique ou en bois) & fournitures de bureau ;
  • Matériels électroménagers ;
  • Travaux de génie civil ou de génie rural ;
  • Services d’imprimerie / reprographie / traitement d’images et montage vidéo ;
  • Services de publication/diffusion d’informations et données ;
  • Services de conception/confection de matériels de promotion/visibilité (t-shirts, casquettes, panneaux d’affichage, spots etc.) ;
  • Travaux divers de conception et de consultance (études, conseils, formation) ;
  • Services de location de véhicules ;
  • Services de transport de biens, de livraison et de déménagement ;
  • Services de dédouanement de marchandises ;
  • Services d’hébergement, de restauration et de location d’espaces de réunion ;
  • Services voyages (vente de billets d’avion) ;
  • Services de maintenance et de réparation de matériels divers (véhicules, motos, matériels informatiques, électrique et de bureau, climatiseurs, réparations/maintenance sur bâtiments, électroménager, etc.) ;
  • Services d’approvisionnement en carburant ;
  • Services de fumigation/désinfection/désinsectisation et gestion de déchets ménagers ;
  • Services de nettoyage de bureaux.

 

Le formulaire d’enregistrement des fournisseurs FAO peut être gratuitement obtenu à la réception du Bureau central de la FAO à Kinshasa, dans tous les sous-bureaux de l’Organisation dans le pays, ou à l’adresse email cd-procurement@fao.org.

 

Le dossier complet (manifestation d’intérêt, formulaire d’enregistrement rempli et documents administratifs demandés – voir formulaire) peut être déposé :

soit à la réception/Secrétariat du Bureau de Représentation de la FAO/RDC à Kinshasa (Bld du 30 juin)

soit dans les bureaux de la FAO sur toute l’étendue du territoire,

 

ou envoyés par email à l’adresse suivante :cd-procurement@fao.org.

 

Les prochains appels d’offres se feront sur invitation uniquement des fournisseurs enregistrés dans la base de données de l’Organisation. 
Pour tout complément d’information, appeler le (+243) 819905034  ou le (+243) 817955683

Opportunité : Une subvention pour des reportages, cartes et visualisation des données

InfoCongo invite les journalistes, infographes, développeurs, cartographes et experts en données à soumettre leur proposition pour notre subvention de reportage pour des articles, des données et des cartes. Nous offrons de petites subventions d’un montant compris entre 500 USD et 1 500 USD pour financer la réalisation des reportages et des visualisations qui revèlent et mettent en lumière les défis dans le Bassin du Congo. Les propositions doivent se focaliser sur la production d’un ou plusieurs éléments de reportages, cartes ou visualisation des données.

Quelles sont les dépenses qui peuvent être prises en charge ?

Infocongo prendra en compte les frais de rémunération du journaliste ainsi que du développeur Web, des photographes et des producteurs vidéo, analystes des données et cartographes. Les dépenses concernant le voyage, la vérification des faits et/ou l’accès aux bases des données et les traductions des papiers en anglais à partir d’autres langues locales principales peuvent également être prises en charge. Les charges telles que les coûts administratifs ou en équipements ne sont pas prises en charge.

Le budget ne doit pas dépasser 1.500 USD

Qui est éligible ?

Nous acceptons les propositions des journalistes aussi bien indépendants que ceux travaillant dans des médias traditionnels (petit ou grand). Les infographes, cartographes, producteurs vidéo et photographes sont invités à soumettre leur candidature, tant qu’ils peuvent montrer les exemples de leur publication passée. Idéalement, les candidats doivent être basés dans un pays du Bassin du Congo et/ou démontrer que l’impact de son article sur son audience va positivement influencer le développement dans la région du Bassin du Congo.

Les propositions doivent indiquer le media dans lequel prévoit de publier Ces medias sont libres de diffuser ou publier le produit final en premier, aussi longtemps qu’ils acceptent de publier sur les site web d’InfoCongo et d’Earth Journalism Network. En cas de sélection, un accord signé va exiger un engagement de la part du media de publier or de diffuser le reportage, tant qu’il respecte la ligne éditoriale.

Quel genre de reportage, carte ou infographie pouvons-nous financer?

Nous sommes intéressés aux reportages portant sur les sujets suivants :

  • L’exploitation illégale et le commerce des ressources faunique et forestière dans le Bassin du Congo;
  • Le coût humain des conflits sur la forêt et la conservation, en général ;
  • Les reportages sur le changement climatique et la forêt ;
  • Les coûts et les bénéfices sociaux et environnementaux des projets de développement spécifiques nationaux et internationaux tels que les barrages, les mines, les zones industrielles, les ports, les projets de pétrole et de gaz, les infrastructures routières et les concessions foncières et forestières commerciales ;
  • L’évaluation de l’impact environnemental et les politiques et pratiques d’investissement responsable, et les autres sauvegardes sociales et environnementales ;
  • Les reportages positifs mettant en lumière les meilleures pratiques des projets de développement régionaux, les politiques ou la pratique.

Candidature et approbation

Les candidatures seront reçues entre le 03 avril et le 20 mai 2017. Infocongo prendra une décision dans les 30 jours qui suivront.

Formulaire de budget

En tant qu’élément de la candidature, les candidats devront fournir un budget détaillé qui reprend les dépenses exigées par InfoCongo, et la manière dont le fonds sera affecté. Le budget sera revu en fonction des exigences énumérées ci-haut. (Quel genre de reportage, carte ou infographie pouvons-nous financer?).

Créer un compte

Postuler maintenant

 

 

Opportunité : Appel national à candidature

L’Université de Kisangani lance un appel national à candidature pour  une allocation du fonds de soutien à la recherche dans le cadre du projet « Formation, recherche, environnement dans la Tshopo » (FORETS).

L’action se définit comme une contribution substantielle de développement intégré du paysage comprenant la Reserve de Biosphère de Yangambi en République démocratique du Congo. Elle vise des objectifs spécifiques ayant trait à la conservation et à la valorisation de la biodiversité et des services écosystémiques afin de contribuer au développement durable des populations riveraines.

Date limite du dépôt de candidaturevendredi 28 avril 2017 à 1400 (heure de Kisangani)

Condition de participation et sélection des candidats boursiers doctorats

Critères d’éligibilité

  • Etre de nationalité congolaise
  • Avoir au maximum 40 ans à la date d’examen des candidatures
  • Etre détenteur d’un diplôme de Maîtrise ou son équivalent, obtenu avec au moins 70 %
  • Présenter un protocole de recherche succinct (5 pages maximum) approuvé par un promoteur qui s’engage par écrit ; attestation signée à annexer) à suivre la thèse en collaboration avec un professeur de L’UNIKIS.

Eléments du dossier

  • Une fiche d’inscription au doctorat (dûment complétée) disponible au Secrétariat Général Académique de l’UNIKIS)
  • Un formulaire vierge est disponible sur demande par e-mail auprès de l’une des personnes suivantes :
  • Nils Bourland : nils.bourland@aigx.be
  • Prof Jean – Marie Kahindo : jkahindo2@yahoo.fr
  • Prof Pius Katuala : Pionuskauala@gmail.com
  • Dr Paolo Cerutti : Cerutti@cgiar.org

En réservant toujours copie de votre demande à Madame Barbara Agneta : forest.liaison@gmail.com afin d’assurer la traçabilité des candidatures.

  • Une copie certifiée de la pièce d’identité nationale (Passeport ou carte d’électeur)
  • Un CV actualisé du candidat
  • Une lettre de motivation pour inscription au Doctorat adressé au Secrétaire Général académique de l’UNIKIS ;
  • Une Copie certifiée du diplôme de Maîtrise/DEA/DES ou une attestation de réussite équivalente délivrée par une Université compétente.
  • Les relevés de notes obtenues au cours du programme de Maîtrise/DEA/DES
  • Un Certificat médical d’aptitude (original obligatoire) délivré après le 15 septembre 2016.

Tous les éléments du dossier de candidature, en version papier et en format électronique, doivent être placés dans une enveloppe solide, fermée efficacement et portant uniquement les mentions suivantes :

«  Dossier de candidature à une allocation de recherche doctoral à l’Université de Kisangani (UNIKIS) »

« Ne pas ouvrir sans la présence du Représentant de l’UNIKIS pour projet FORETS, des membres du Comité de sélection et du Représentant du CIFOR au cours de la réunion du 5 mai 2017 ».

 

La transmission des dossier de candidature se fera par porteur ou courrier express ( DHL, EMS,etc…) contre accusé de réception auprès de :

PROJET forets

Madame Béatrice KAFUA

Bâtiment 13/Faculté des Sciences/UNIKIS

Avenue Kithima, n°4, Makiso

Kisangani

Au plus tard le vendredi 28 avril 2017 à 1400 (heure de Kisangani).

Le dossier de candidature est à envoyer en trois (3) exemplaires et la version électronique sera également  envoyé par vos soins à R.Nasi@cgiar.org , au plus tard le vendredi 28 avril 2017 à 1400 (heure de Kisangani).

 

 

Opportunité : APPEL A PROJETS , soutien à la société civile en République démocratique du Congo

Le Natural Resource Governance Institute (NRGI) est une organisation sans but lucratif qui promeut une gestion responsable des ressources minérales, pétrolières et gazières pour le bien public.

Travaillant dans 12 pays prioritaires, y compris la République démocratique du Congo (RDC), NRGI poursuit cet objectif à travers la recherche, le plaidoyer, le renforcement des capacités et l’appui technique aux gouvernements et à la société civile.

NRGI lance un appel à projets pour soutenir l’engagement de la Société civile dans la mise en œuvre de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (ITIE) en RDC, les reformes légale en cours dans les secteurs des Mines et Hydrocarbures et l’utilisation des données. L’appel est destiné aux organisations de la société civile (OSC).

Les organisations intéressées sont invitées à soumettre une note conceptuelle ne dépassant pas 5 pages. NRGI contactera les organisations dont les notes conceptuelles auront été retenues pour soumettre une proposition complète, suivant un formulaire qui leur sera transmis.

Les OSC sont invitées à soumettre des propositions novatrices, intégrant l’appui à la mise en œuvre de la nouvelle Norme ITIE, l’appui aux reformes légales ainsi que le suivi des obligations légales. Plus spécifiquement, les idées de projet orientées vers les thématiques ci-dessous retiendront une attention particulière :

 Propriété réelle /registre de licence

 Gouvernance des entreprises paraétatiques

 Revenus infranationaux

 Analyse des contrats et utilisation des informations contenues dans les contrats

 Suivi des obligations légales/contractuelles1.

Le montant maximum par projet ne devrait pas dépasser 20. 000 $ US. Cet appel s’inscrit dans le cadre de l’appui à l’utilisation des données ITIE pour le débat public, le plaidoyer et l’appui aux réformes dans le secteur extractif ; le renforcement de capacités de la société civil et des journalistes sur les nouvelles thématiques susmentionnées, et à appuyer la participation effective et efficace de la société civile à la mise en œuvre l’ITIE.

La note conceptuelle devra inclure des informations contextuelles sur la thématique retenue, l’état des lieux de la problématique, les actions menées par l’Etat en lien avec la problématique, les défis persistants, l’expérience de l’organisation dans le domaine extractif de manière générale et singulièrement sur la thématique choisie, les actions proposées dans le projet actuel, la contribution du projet, les initiatives entreprises par d’autres organisations et institutions sur la même thématique, les grandes lignes de budget. Date limite de soumission des notes conceptuelles : 12 Avril 2017, à l’adresse : jpokenda@resourcegovernance.org

Plus d’infos consultez http://www.resourcegovernance.org

 

Opportunité : FFEM lance un nouvel appel à projets petites subventions PPI 5

Le Programme de Petites Initiatives (PPI), financé par le Fonds Français pour l’Environnement Mondial (FFEM), et mis en œuvre par le Comité Français de l’UICN, en partenariat avec le Programme d’Afrique Centrale et Occidentale (PACO) de l’UICN, lance un nouvel appel à projets « petites subventions ».

Le PPI 5 a comme objectif principal de renforcer la contribution de la société civile et des collectivités décentralisées d’Afrique de l’Ouest et Centrale à la conservation de la biodiversité et à la lutte contre le changement climatique à travers le financement de projets locaux.

Les thématiques environnementales ciblées sont la protection de la biodiversité remarquable et la lutte contre les changements climatiques à travers des solutions fondées sur la nature tout en favorisant l’amélioration des conditions de vie des populations locales.

Le programme vise la mise en œuvre d’environ 15 projets « petites subventions » dans 12 pays d’Afrique de l’Ouest et Centrale.

OBJECTIFS DE L’APPEL À PROJETS

Le PPI poursuit les objectifs suivants :

  • La réalisation de projets de terrain de conservation de la biodiversité remarquable (espèces/écosystèmes rares et/ou menacés, endémiques) et de lutte contre le réchauffement climatique par les acteurs de la société civile d’Afrique de l’Ouest et Centrale,
  • Le renforcement de la société civile en matière d’instruction, de gestion et de suivi de projets et en matière de compétences techniques associées à la mise en œuvre de ces projets,
  • Le renforcement de la capacité d’influence des organisations de la société civile sur les politiques environnementales de ces pays,
  • Le partage et la diffusion des expériences entre acteurs de la société civile.

LES PORTEURS DE PROJETS ÉLIGIBLES

Les porteurs de projets éligibles à cet appel à propositions « petites subventions » du PPI.5 sont des Organisations de la Société Civile (OSC) africaines n’ayant jamais bénéficié d’un financement du PPI travaillant autour de forts enjeux de conservation de la nature et/ou de lutte contre les changements climatiques.

Les pays éligibles pour cet appel à projets sont :

Afrique de l’Ouest : Côte d’Ivoire, Ghana, Togo, Bénin, le Sud et Centre Burkina-Faso et l’Extrême Sud Niger.

Afrique Centrale : Cameroun, République Centrafricaine, République du Congo, Gabon, Sao Tomé-et-Principe, République Démocratique du Congo.

Le montant maximum pour ces petites subventions est de 45 000 €, avec un montant moyen accordé de 30 000 €. Le niveau de cofinancement est de 50% (maximum de 75 % si cofinancement local) et la durée des projets est de 18 mois maximum.

DATE DE CLÔTURE DE L’APPEL À PROJETS

lundi 1er Mai 2017 – 18h00 (heure de Paris GTM +1)

VOUS SOUHAITEZ PRÉSENTER UN DOSSIER ?

Pour déposer un dossier de demande de financement, lisez attentivement le règlement du concours de projets (disponible en téléchargement ci dessous) et si vous estimez que votre projet répond aux critères, remplissez une fiche-résumé selon le modèle disponible ci-dessous.

Règlement du concours petites subventions

Fiche-résumé

Opportunity : Programme Officer –Species Conservation

Programme Officer –Species Conservation

Vacancy #: 1498
Unit: Cameroon Programme
Organization: International Union for Conservation of Nature (IUCN)
Location: Cameroon Country Programme Office, Yaoundé, Cameroon
Reporting to: Deputy Director – Global Species & KBA Programme
Work percentage: 100%
Function group: P1
Expected start date: 01 April 2017
Type of contract: Fixed-term (12 months with possibility of renewal)
Closing date: 31 March 2017
BACKGROUND
SOS – Save Our Species is an initiative intended to be a long-term global programme to improve the conservation status of globally threatened species, their habitats and the people depending on them. It provides grants for conservation of globally threatened species. By strategically focusing on species conservation priorities identified by the IUCN Species Survival Commission (SSC) and by providing rapid action funding that can be mobilized quickly during crises, SOS provides critically-needed resources where and when they matter most.
SOS is executed through IUCN, with a small secretariat in the IUCN Global Species Programme at Headquarters and regional positions supporting some specific initiatives. SOS Calls for Proposals for Threatened Species Grants (TSG) are issued once or twice a year and applications are accepted for a period of 6-8 weeks following this announcement. All applications submitted are screened for eligibility, reviewed by experts (according to taxonomical and geographical expertise) and finally reviewed by the SOS Working Group (a technical group of experts associated to the initiative) before being submitted to the SOS Donor Council for validation and funding.
Projects selected for funding are reviewed in detail during a negotiation phase with the applicant and before a grant agreement is finalized and signed. Funded projects submit regular progress reports that require the SOS Secretariat’s review to assess progress against planned milestones and the achievement of project objectives and results.