Archives de catégorie : Pollution

Bénin : un plan d’urgence de lutte contre les déversements d’hydrocarbure en mer

Le gouvernement béninois, à travers son Ministère en charge du cadre de vie et du développement durable a organisé en collaboration avec la Convention d’Abidjan/ONU environnement et US AFRICOM, un atelier d’opérationnalisation du plan d’urgence de lutte contre les déversements d’hydrocarbures. Cet atelier s’inscrit dans le cadre de la sécurisation et de la gestion durable des plateformes défectueuses.

 Il avait pour objectif majeur de rendre opérationnel le plan d’urgence du Bénin, afin de répondre efficacement à tout éventuel déversement accidentel de pétrole en mer et de minimiser les impacts sur la sécurité maritime ainsi que sur la santé humaine, de l’environnement et des sites culturels. « Environ 6 millions de tonnes d’hydrocarbures sont introduites tous les ans dans les océans…nos océans sont donc contaminés de façon quasi permanente par un film d’hydrocarbures », a indiqué le Secrétaire Exécutif de la Convention d’Abidjan, Abou Bamba. « Le littoral béninois, bien que de taille modeste, est la zone la plus productive et la plus vivante du pays et produit plus de 70% du PIB du pays ». Continuer la lecture de Bénin : un plan d’urgence de lutte contre les déversements d’hydrocarbure en mer

Salubrité : Le décret de Tshibala contre le plastique est contradictoire et ne profite pas à l’environnement

A quelques jours de l’entrée en vigueur du décret n° 017/018 du 30 décembre 2017, portant interdiction de production, d’importation, de commercialisation, et d’utilisation des sacs, sachets, films, et autres emballages en plastiques, les signaux sont loin d’être perceptibles quant à l’efficacité et l’application effective de cette mesure.

Olivier Mazianda, expert du droit de l’assainissement et coordonnateur de l’ONG ACG déchets.

Sur le terrain, les vendeurs et les utilisateurs des emballages plastiques ne semblent se préoccuper de l’arrivée à grand pas de la date buttoir de la fin du moratoire leur accordée pour vider les stocks d’ici au 30 juin 2018.

Les observateurs y voient déjà un échec cuisant de la décision du premier Ministre, Bruno Tshibala qui vient rallonger la liste des décisions prises précédemment par les autres décideurs au sujet de l’interdiction des emballages plastiques.

Olivier Mazianda, expert en droit de l’assainissement relève de graves contradictions contenues dans ce décret que beaucoup ont salué comme une mesure qui vient sauver l’environnement de le RDC pollué par les emballages plastiques.

ENVIRONEWS RDC : Olivier Mazianda, après avoir analysé le décret du premier ministre portant interdiction des emballages plastiques, quelle lecture en faites-vous ? Continuer la lecture de Salubrité : Le décret de Tshibala contre le plastique est contradictoire et ne profite pas à l’environnement

Pollution : Les industries de mode contre les plastiques

Sous d’autres cieux, la lutte contre la pollution au plastique devient un engagement commun. Les entreprise de la mode n’en sont pas en reste. Le secteur de la mode (Fashion) commence lentement à reconsidérer l’usage des matières plastiques dans les produits, pour pallier à la source de ces déchets polluants difficiles à éliminer.

A cet effet, l’éditrice de The Guardian a annoncé que les “Fashion Addicts” pourraient bien accepter de suivre “plastic is not cool ”, et consacrer tout son magazine, Net-a-Porter, à une sorte de plaidoyer contre l’usage immodéré du plastique dans le secteur de la mode. Continuer la lecture de Pollution : Les industries de mode contre les plastiques

Environnement : l’UCC sensibilise ses étudiants à la protection de l’environnement

La Faculté des Communications sociales de l’Université Catholique au Congo en collaboration avec ses différents partenaires notamment le WWF a organisé un colloque jubilaire axé sur l’éducation environnementale et le développement durable, pour célébrer ses 25 ans d’existence, à Kinshasa.

Placée sous le thème « l’éducation à l’environnement et au développement durable à travers les espaces éco-éducatifs en RDC »,  cette table ronde s’inscrit dans le cadre de la promotion de l’écologie intégrale qui se traduit par la nécessité de créer une nouvelle conscience écologique auprès des étudiants afin d’agir urgemment en faveur de l’environnement.

« Nous considérons cela comme un nouvel élan pour continuer la formation des communicologues qualifiés qui traitent ou qui sont regardant aux questions environnementales dans le but d’une communication future au service de l’humanité. Si nous voulons un développement durable,  nous devons avoir un éthique intégrale pour changer de comportement », a déclaré le recteur de l’UCC, Léonard Ntedi.

Durant 3 jours,  cette quatrième édition entend réunir les décideurs, les politiques, les entrepreneurs, les scientifiques, les médias, les ONGs nationales et internationales, et certaines structures sociales pour réfléchir sur le rôle que chacun doit jouer dans les espaces eco-éducatifs,  à leur recomposition, en rapport avec la prise en charge des problèmes environnementaux auxquels le pays est confronté.

« L’Université a chaque année au moins 15 travaux relatifs à la communication environnementale. Nous amenons les étudiants qui ont une part importante dans la préservation de l’environnement à intégrer dans leurs recherches la dimension environnementale parce que les universités sont les lieux indiqués pour apprendre et rendre responsables les futures cadres et responsables du pays sur l’écocitoyenneté », a indiqué le professeur Mbiye.

Pour les organisateurs, les espaces eco-éducatifs doivent être les lieux de l’apprentissage de gestes écologiques pour créer une culture environnementale devant permettre le changement de comportement vis-à-vis de la nature.

« Nous saluons l’initiative combien louable de concilier communication et environnement.  Je pense que ces jeunes qui sont l’élite doivent être bien outillés pour mieux répondre aux questions environnementales dans le future », a précisé Tosi Mpanu Mpanu, expert Climat et conseiller du Ministre de l’Environnement et développement durable. Il a par la même occasion encouragé les étudiants à s’engager pour changer la donne.

Jennifer LABARRE

Environnement : Chaque année, le monde consomme près de 5.000 milliards de sacs en plastique, selon l’ONU

Environ 5.000 milliards de sacs en plastique sont consommés chaque année dans le monde, soit presque 10 millions par minute, révèle un rapport de l’ONU publié à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement.

Des déchets plastiques sur une plage. (Crédit photo, WWF).

Selon ce rapport,  « si le mode de consommation actuel et les pratiques de gestion des déchets  se poursuivent, on comptera près de 12 milliards de tonnes de déchets plastiques dans les décharges et  l’environnement à l’horizon 2050 ». Continuer la lecture de Environnement : Chaque année, le monde consomme près de 5.000 milliards de sacs en plastique, selon l’ONU

JME : Jean-louis Koyagiolo lance la campagne « j’assainis mon milieu » au Nord Ubangi

« Zéro plastique dans la province du Nord Ubangi « , tel est le thème qui a été développé à l’Université de Gbadolite, lors d’une conférence-débat qui a mis ensemble le ministre provincial de l’Environnement, affaires foncières et mines, Jean-Louis Koyagialo, et les étudiants de cette université située à Globalité au Nord de la République démocratique du Congo pour célébrer la Journée mondiale de l’environnement (JME).

« La cérémonie à laquelle nous participons aujourd’hui,  s’inscrit dans la logique de sensibiliser les communautés pour le changement d’attitude au regard des problèmes environnementaux. Puisqu’il s’agit des matières plastiques,  ces matériaux organiques proviennent d’une synthèse fondée sur l’emploi des macromolecules pour lesquelles la pollution est engendrée par leur accumulation dans les différentes composantes de l’Environnement », a déclaré le ministre provincial de l’Environnement, Jean-Louis Koyagialo.  Continuer la lecture de JME : Jean-louis Koyagiolo lance la campagne « j’assainis mon milieu » au Nord Ubangi

JME-2018 : Paula Francisco veut responsabiliser davantage les angolais dans la préservation de l’environnement

En marge de la célébration de la Journée Mondiale de l’Environnement (JME), la Ministre angolaise de l’Environnement, Paula Coelho Francisco, a saisi l’occasion pour sensibiliser la population angolaise à travers son élite et promouvoir les nouvelles technologies susceptibles d’aider à préserver l’environnement.

Paula Coelho Francisco, Ministre angolaise de l’Environnement, lors de la célébration de la Journée mondiale de la Biodiversité (Crédit photo Angop).

A cette occasion, un séminaire d’échange a été organisé à Luanda, capitale de la République d’Angola, en vue de discuter sur la vision du ministère et les défis à relever pour un environnement sain et favorable à la santé de tous.

« Nous avons présenté aux étudiants et à la population en générale, les différents programmes de notre ministère ainsi que les technologies mises en place pour préserver l’environnement. Mais aussi, les bonnes pratiques environnementales développées par les entreprises  pour l’amélioration de notre environnement », a précisé Paula Fracisco.

Cette journée a été une opportunité pour la ministre de présenter la politique de son ministère et les actions à mener dans la lutte contre la pollution, et l’utilisation de fertilisants dans l’agriculture.

Signalons que ce séminaire a connu la participation des représentés des agences des nations unies ainsi que des partenaires du gouvernement angolais.

Alfred NTUMBA

Environnement : les 10% des ordures ménagères en RDC sont des plastiques

Les 10 % des ordures ménagères en République démocratique du Congo sont des emballages plastiques a affirmé le Ministre de l’Environnement et Développement durable, Amy Ambatobe Nyongolo, lors de son adresse à la nation, à l’occasion de la journée mondiale de l’Environnement.

Docteur Amy Ambatobe Nyongolo, ministre congolais de l’Environnement et Devenoppement durable s’adressant à la nation à l’occasion de la Journée Mondiale de l’Environnement.

Ces indications traduisent le diagnostic du cadre institutionnel du secteur de l’assainissement en République Démocratique du Congo, commandée par le Ministère dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale de l’assainissement.

« La situation actuelle de la gestion des déchets plastiques dans notre pays est préoccupante et les progrès observés dans ce domaine sont encore faibles. Les matières plastiques ont désormais envahi notre quotidien. Les effets néfastes  des plastiques  sur l’environnement pèsent sur l’économie du pays en raison des coûts pour y remédier. L’urgence et la gravité de cette situation justifient d’ériger l’assainissement en cause nationale majeure. Elle nécessite les changements des comportements et l’adoption de mesures urgentes », a-t-il déploré. Continuer la lecture de Environnement : les 10% des ordures ménagères en RDC sont des plastiques

Angola : Alerte contre la pollution de l’air due à la sécheresse

La population se doit d’adopter de bonnes pratiques environnementales en vue d’empêcher des maladies respiratoires qui pourraient subvenir de temps en temps au cours de ces 3 prochains mois. Cette alerte a été lancée par la Ministre de l’Environnement de l’Angola, Paolo Francisco.

Dans cette période de l’année qui part du 15 mai au 15 juillet, les risques de pollutions sont souvent hauts à cause notamment de la combustion anarchique, qui provoque l’émission de particules solides et liquides, en plus des substances biologiques qui détériorent, sérieusement, la qualité de l’air, informe le ministère dans un communiqué.

« C’est exactement dans cette période de l’année, que l’on enregistre l’occurrence de plusieurs maladies respiratoire comme, la pneumonie, l’asthme, la grippe, la conjonctivite, la bronchite asthmatique chez les adultes, mais surtout chez les enfants », renseigne ce communiqué.

Pour prévenir ce désastre, la Ministère de l’Environnement invite toutes les communautés à des pratiques de durabilité environnementale, afin de préserver non seulement la qualité de l’air, mais surtout celle de l’eau, denrée devenue plus rare pendant cette période de Cacimbo.

La République d’Angola reste engagée dans la lutte contre toutes formes de pollutions en réduisant leurs impacts par le développement de l’économie verte. Le pays s’implique davantage dans la production d’une législation spécifique relative au Pollueur-payeur à plusieurs niveaux de contamination d’une part, et d’autre part, des documents relatifs au Plan national de Qualité de l’Eau, de l’Air et du Sol, en partenariat avec d’autres secteurs.

 

Alfred NTUMBA

Kinshasa : les activés humaines au cœur de la pollution des rivières

Les rivières et d’autres cours d’eaux sont devenus des véritables dépotoirs d’immondices à Kinshasa. Les eaux de la capitale congolaise, sont confrontées à une multitude de menaces provoquées  principalement par les activités de l’homme.

« Les polluants viennent principalement des ménages, mais également des industries. Les eaux usées et les déchets de nos usines ou les déchets ménagers sont directement et indirectement canalisés dans les rivières. C’est-à-dire qu’à partir de l’usine, les eaux usées sont directement dirigées vers les rivières, soit les usines déversent leurs déchets dans les caniveaux et ceux-ci les ramènent vers les rivières », a déclaré Steve Bondo Emmanuel.

 A l’en croire, près de 80 % des populations habitants le long des rivières déversent directement ou indirectement leurs déchets sanitaires dans les rivières. Ces eaux contaminées sont responsable des situations précaires. Continuer la lecture de Kinshasa : les activés humaines au cœur de la pollution des rivières