Archives pour la catégorie Ressources naturelles

Biodiversité : Union européenne investit 550 millions d’euros au profit des océans

L’Union européenne a annoncé un investissement de 550 millions d’euros en faveur de la protection des océans, lors d’une conférence mondiale « Our océan » tenue le 05 et 06 octobre dernier à Malte. A cette occasion la commission européenne a annoncé prendre 36 nouvelles initiatives d’engagements au profit des océans et des mers mondiaux.

Des brises-lames construites pour protéger une résidence privée au village Ntiamfumu sur la côte atlantique/Photo, Alfred Ntumba.

Ces 36 engagements pris pour les océans dans le monde seront repartis respectivement selon leurs taches. 4 millions d’euros seront par exemple investis dans le programme de surveillance, pour aider les agences et les états membres de l’UE à surveiller la pollution par les hydrocarbures et la pêches commerciale à grande échelles. 2 millions d’euros seront destinés à la mise en œuvre de la directive–cadre « stratégie pour le milieu marin », et 2,85 millions d’euros financeront des projets de prévention de la pollution marine ainsi que des projets de réduction des déchets plastiques dans l’environnement.

Une enveloppe de 14,5millions d’euros sera destinée à la promotion d’une économie bleue à l’échelle européenne. Ou encore, un programme de partenariat pacifique de l’UE pour le milieu marin (PEUMP) sera lancé pour un montant de 45 millions d’euros. Ce dernier aura pour objectifs de soutenir la croissance économique, tout en s’intéressant à la résilience face au changement climatique et à la préservation de la biodiversité marine.

D’après la commission européenne, ces engagements soulignent la détermination de l’UE à améliorer la situation des mers et à envoyer un signal positif au reste du monde, pouvoir publics comme secteur privé afin d’intensifier les efforts et de relever les défis croissant auxquels font face les océans, depuis la pollution par les déchets plastique jusqu’aux activités criminelles en mer en passant par la protection de la vie marine et les incidences des changements climatiques

Outre l’UE de multiples acteurs publics et privés de 112 pays, notamment les gouvernements, entreprise, ONG, ou instituts de recherches, ont également annoncé des investissements. Au total, plus de 6 milliards d’euros seront consacrés, via 400 engagements à la lutte contre la pollution marine, extension des zones protégées, le renforcement de la sécurité des océans.

Miye Ngakao

Goma : Lancement du projet Water4Virungas

Le gouverneur de la province  du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongya, a lancé le samedi 07 octobre dernier, le projet Water4Virungas. 

Financé par l’Ambassade de la Hollande, ce projet intégré de gestion des ressources en eau dans le paysage de Grand Virunga en vue de contribuer à la stabilité régionale améliorée à travers la sécurité et la croissance économique inclusive, et réduire les conflits grâce à un accès accru à l’eau et à un bassin hydrographique amélioré dans la région de Virunga, a été proposé en 2016, par le GVTC (Greater Virunga).

Les populations de deux territoires à savoir Rutshuru et Nyiragongo, bénéficieront des acquis de ce projet qui s’étale sur quatre ans. Avec un budget global de 14 millions d’euros, l’implémentation de water4virunga va améliorer la sécurité, la santé et la production au niveau des ménages. Le projet pourra aussi rassembler les communautés autour des problèmes de l’eau, transformer et bannir les conflits liés à l’amélioration de la prestation des services de l’eau et la gestion intégrée des ressources en eau.

Ce projet cible prioritairement les communautés afin de diminuer les incidences sur les ressources naturelles protégées au niveau des parcs nationaux.

 

Tuver Wundi

Ressources naturelles : l’Algérie veut relancer l’exploration du gaz de schiste Suspendue

Après des manifestations d’habitants et de défenseurs de l’environnement, l’Alger veut renouer avec l’exploration de gaz du schiste. C’est le premier ministre Algérien Ahmed OUYAHIA qui l’a annoncé en demandant  au groupe pétrolier public Sonatrach de reprendre l’exploitation.

crédit photo/ Le Monde

 

C’est en fin 2015 que des manifestations d’opposants à l’exploration et exploitation du gaz de schiste avaient embrasé In Salah, localité du Sahara située à 1 500 km au sud d’Alger, où la Sonatrach avait effectué avec succès son premier forage exploratoire en fin 2014.

La fracturation hydraulique effectuée pour extraire ce gaz inquiétait les habitants qui craignaient les conséquences sur l’environnement.

Cette méthode d’exploration qui consiste à créer des fissures et à y infiltrer de grandes quantités de produits chimiques pour permettre l’extraction de gaz capturé dans la roche, est très critiquée. Dans un rapport publié en 2016, l’Agence de protection de l’environnement avait conclu que cette méthode d’extraction peut avoir un effet négatif sur la disponibilité et la qualité des ressources en eau.

Cette nouvelle exploitation du gaz de schiste constitue un atout majeur pour l’Algérie qui compte compenser la baisse des prix des hydrocarbures classiques, principale ressource du budget de l’Etat.

C’est ainsi que grands exploitants de gaz de schiste comme la France et les Etats-Unis ont interdit cette méthode.

Rappelons que les ressources de gaz de schiste que regorge l’Algérie constituent la quatrième réserve mondiale.

 

Thierry-Paul KALONJI

Ressources naturelles : le renouvellement du contrat de Perenco suscite des inquiétudes

 

Les organisations de la société civile de la RDC, réunies au sein de la Synergie pour la gouvernance des ressources naturelles du Kongo Centrale, SGRN, ont écrit un mémo déplorant la demande de renouvellement du contrat de l’entreprise Perenco en off-shore, dans le territoire de Muanda.

La protestation de la SGNR relève du fait que le nombre de Barils du pétrole produit par l’entreprise PERENCO est resté statique jusqu’à diminuer il y’a des décennies malgré l’augmentation de nombre de puits. La SGRN se demande pourquoi  PERENCO qui se plaint du fait qu’elle travaillerait à perte voudrait renouveler son contrat en RDC?

Pour ces organisations de la société civile, le gouvernement congolais devrait lancer un appel d’offre  auprès d’autres entreprises pétrolières à travers le monde afin de trouver celles qui respectent l’environnement.

Ce mémo met également l’accent sur le caractère sacro-saint de PERENCO surtout concernant ses propriétaires réels.

Rappelons que plusieurs rapports d’étude sur l’exploitation pétrolière à Muanda renseignent qu’il y a plus de méfaits que le développement souhaité  dans ce terroir.

La pollution des eaux liée à cette exploitation met en péril la vie des populations tant humaine qu’animal.

Jennifer Labarre