Archives de catégorie : Santé

Santé : Un forum consultatif sur la fiscalité du tabac en RDC et le lien entre Covid-19 et le tabac

Un forum consultatif sur la fiscalité du tabac a été organisé pour sensibiliser les acteurs de lutte contre le tabagisme sur les risques qu’encourent les fumeurs en cette période de la pandémie du Corona virus, et les faiblesses institutionnelles vis-à-vis de la lutte antitabac. Au cours de cette rencontre qui s’est tenue à Kinshasa ce samedi 04 juillet, l’auditoire a été édifié sur la nécessité de renforcer le plaidoyer sur la fiscalité du tabac en RDC en vue de décourager sa consommation et son commerce.

L’objectif poursuivi lors de ce forum organisé par ILDI ONGD était de mobiliser les acteurs étatiques et non étatiques sur l’importance de l’augmentation des taxes sur le tabac et de la modification du système fiscal en RDC. Une initiative conforme à l’article 6 de la Convention-Cadre de l’OMS pour la lutte anti-tabac qui stipule qui insiste sur  l’augmentation de prix de cigarettes et l’interdiction de la vente de cigarettes à l’unité réduit le tabagisme et ses méfaits. 

« C’est vrai que dernièrement, il y’a eu une Loi sur la santé. Mais, ce que nous avons eu comme élément de lutte contre le tabac dans cette loi n’est pas suffisamment fort. Il faut une loi très forte qui pourrait être pénale de telle manière qu’on puisse dans certaines circonstances condamner les gens qui poussent les autres à fumer », a plaidé le professeur Ndelo-Di-Phanzu, toxicologue. « Nous faisons face à une entreprise qui a des moyens pour mieux lutter contre ceux qui luttent contre le tabagisme. Elle utilise toutes les voies légales et non légales, et pourtant nous n’avons que notre bouche. Mais tenez, nous ne lâcherons rien et l’histoire du tabagisme ne se parlera pas comme il en est aujourd’hui ».  Continuer la lecture de Santé : Un forum consultatif sur la fiscalité du tabac en RDC et le lien entre Covid-19 et le tabac

Coronavirus : A quelques heures du deconfinement de la Gombe, l’état d’urgence prête confusion aux kinois

Depuis l’annonce de la nouvelle du déconfinement de la commune de la Gombe par le porte-parole de Gouvernement, David Jolino Diwampovesa Makelele, à l’issue d’une réunion tenue autour du premier ministre, Sylvestre Ilunkamba, les kinois se frottent les mains confondant l’état d’urgence et le déconfinement, à quelques heures de la reprise des activités au centre de ville de Kinshasa. Or, il n’en est pas question. Déconfinement de la Gombe oui mais, l’état d’urgence sanitaire demeure.   

En fait, c’est depuis le 24 mars dernier que le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo avait décrété l’état d’urgence sanitaire, question de lutter contre la pandémie de la COVID-19. Et depuis, c’est la quatrième prorogation de l’état d’urgence, la dernière en date ayant été sollicitée  le vendredi 5 juin dernier, soit quinze prochains jours à dater du 8 juin. Continuer la lecture de Coronavirus : A quelques heures du deconfinement de la Gombe, l’état d’urgence prête confusion aux kinois

Coronavirus : Après Maluku le RENOI sensibilise les habitants de Kinkole sur les gestes barrières

Après la commune urbano-rurale de Maluku, le Réseau National des Observateurs Indépendants (RENOI) a cette fois-ci sensibilisé les habitants de la commune de la N’sele, plus précisément ceux de Kinkole. Considérée comme la plaque tournante du bois artisanal, la cité de Kinkole reçoit plusieurs visiteurs qui y affluent attirés par le commerce du bois d’oeuvre. Un afflux qui se présente comme l’un des vecteurs de la COVID-19. 

« Nous avons voulu appuyer les efforts du gouvernement à travers la sensibilisation sur la COVID-19 », a indiqué JR Bowela, membre du réseau.

Les équipes de sensibilisation du RENOI ont choisi les différents ports qui accueillent du bois pour distribuer les masques, savons, solutions hydro alcooliques et quelques matériels de sensibilisation.

« Nous sommes très ravis de voir une organisation qui s’occupe de l’environnement penser appuyer les efforts du gouvernement pour remettre quelques dispositifs lave-mains, des masques et des solutions hydro alcooliques. Nous encourageons cette initiative et disons merci », a déclaré Paulin Mambembe, représentant du Bourgmestre de la N’sele.  Continuer la lecture de Coronavirus : Après Maluku le RENOI sensibilise les habitants de Kinkole sur les gestes barrières

Santé : Des députés nationaux formés sur la fiscalité du tabac en RDC

L’ONG ILDI membre des réseaux ACCT (Alliance Congolaise Contre le Tabac) et Tax Justice Network Africa ( TJNA), a organisé un atelier de formation des parlementaires sur la fiscalité du tabac en République démocratique du Congo.  La séance de travail a eu lieu ce samedi 20 juin 2020, au Palais du peuple à Kinshasa.

L’objectif de cet atelier était de former les députés nationaux sur la fiscalité du tabac en RDC afin que par un plaidoyer efficace, les mesures d’applications accompagnent les textes juridiques sur le tabac et aussi que le pays ratifie le protocole de l’OMS sur l’élimination du commerce illicite des produits du tabac.

En RDC, les droits appliqués sur les produits du tabac ont été consacrés par l’ordonnance-loi n° 18/2002 du 13 mars 2018. Le taux moyen des droits d’accises ad valorem a été établi à 80% sur le tabac et ses dérivés, soit 20% de plus par rapport à l’ancienne réglementation.

Malgré cette nouvelle tarification, le prix des produits de tabac reste inchangé. En RDC, la cigarette est vendue par tige au prix de 0,03 USD, alors que l’article 16 de la convention cadre de lutte antitabac interdit la vente du tabac à la pièce ou par petit paquets.

Cette modalité de vente de la cigarette rend malheureusement le tabac accable à la population pauvre et surtout aux mineurs.

Partageant ses frontières avec 9 pays voisins, les frontières poreuses de la RDC laissent d’énorme quantité de cigarette entrer sur le territoire national sans respect des dispositions légales et réglementaire notamment sur les signes fiscaux.

Pour les organisateurs, il est inconcevable de constater que le prix de la cigarette reste stable sur le marché, malgré les différentes fluctuations monétaires observées sur l’économie nationale.

Les députés nationaux ont été également informés sur la toxicologie du tabac face à la COVID -19.  Le tabac, selon le professeur Ndelo Di-Phanzu, contient la nicotine qui est une matière très dangereuse dans le corp de l’être humain, et qui est à la base de la détérioration de la santé de l’homme.

 » La toxicité du tabac, va directement dans le cerveau, et produit du plaisir jusqu’à emmener de la dépendance psychique « , a-t-il informé.  » Le pire c’est que le tabac pousse toujours quelqu’un à prendre aussi de l’alcool« . Continuer la lecture de Santé : Des députés nationaux formés sur la fiscalité du tabac en RDC

Santé : Les deux cas confirmés de la COVID-19 de l’UE en RDC l’ont été avant l’arrivée de la délégation

A la suite d’informations publiées dans la presse, la Délégation de l’Union européenne en République démocratique du Congo confirme que deux de ses personnels locaux ont été testés positifs au Covid-19. Il s’agit de deux cas asymptomatiques diagnostiqués au sein du personnel chargé de la préparation de la venue à Kinshasa de la délégation du commissaire en charge de la Gestion des crises, Janez Lenarčič.

Ces deux personnes ne manifestent depuis leur test aucune fièvre, ni toux, ni un quelconque autre symptôme connu lié au COVID-19. Elles ont été invitées à se mettre en quarantaine dès qu’elles ont eu connaissance, avec la Délégation, des résultats des tests pratiqués par l’Institut national de recherche biomédicale (INRB). Un contact quotidien a été mis en place pour suivre leur état de santé et les inviter à consulter, si cela s’avérait nécessaire, les services médicaux compétents. Les personnes qui ont été en contact prolongé avec elles (plus d’un quart d’heure) ont été invitées à surveiller leur état de santé et à ne pas se présenter dans les bureaux de la Délégation dans les prochains jours.  Continuer la lecture de Santé : Les deux cas confirmés de la COVID-19 de l’UE en RDC l’ont été avant l’arrivée de la délégation

Santé : L’énergie propre est essentielle pour la réponse à la Covid-19 dans les pays les plus pauvres du monde (Tribune)

Par Tosi Mpanu Mpanu, Youba Sokona et Yacob Mulugetta

La pandémie de Covid-19 a ébranlé les gouvernements et les populations du monde entier. Elle a submergé les systèmes de santé et porté atteinte à la vie et aux moyens de subsistance des personnes les plus vulnérables. Elle a, en outre, déstabilisé les marchés financiers, déclenché des crises sur les marchés du pétrole et de l’énergie, et provoqué une perturbation majeure des activités économiques.

Les répercussions ont été, jusqu’à présent, profondes, mais pour de nombreux pays et de nombreuses personnes, le pire reste à venir. Les plus menacés sont les pauvres et les vulnérables, ainsi que les pays aux capacités et ressources limitées.

La crise a mis en évidence la nature fortement interconnectée de notre monde et l’importance de bâtir des économies et des sociétés plus inclusives, plus résilientes et plus équitables.

À quelques exceptions près, la pandémie révèle que tous les pays – quels que soient leur richesse, leur capacité, leur technologie ou leurs infrastructures – n’étaient absolument pas préparés à mettre en place une réponse rapide et efficace de l’ampleur nécessaire.

Il ne fait aucun doute que dans l’immédiat, la priorité doit rester de contrôler l’épidémie, de sauver des vies et de limiter les effets néfastes en cascade. Continuer la lecture de Santé : L’énergie propre est essentielle pour la réponse à la Covid-19 dans les pays les plus pauvres du monde (Tribune)

Santé :  Nouvelle apparition de la maladie à Ebola, déjà 6 morts à Mbandaka

La province de l’Equateur connaît une résurgence de la maladie à virus Ebola. La triste nouvelle a été confirmée dans la matinée par certains habitants de Mbadanka, chef lieu de cette province. La maladie s’est déclarée dans la zone de santé de Mbandaka,  et a déjà décimé six personnes avant que les prélèvements ne soit transférés à l’INRB qui les a déclaré positifs à ce virus mortel. 

« Six personnes sont déjà mortes de la fièvre hémorragique dans le quartier Air Congo. Il y’a même un professionnel de santé qui vient de mourir aussi.  Le laboratoire des soeurs a confirmé, maintenant on a envoyé les prélèvements à l’INRB pour vérification », a déclaré Fabien Mungunza, président da la société civile de l’Equateur.

 

Le Ministre de la santé Eteni Longondo a dans une déclaration ce lundi 01 juin, confirmé la présence de cette épidémie à l’Equateur. « Je peux vous confirmer que nous avons une nouvelle épidémie d’Ebola à Mbandaka », a-t-il déclaré.

 

Il a par ailleurs annoncé sa descente imminente sur place à Mbandaka pour soutenir les équipes de riposte. En attendant, les investigations seraient en cours pour identifier l’origine de cette épidémie.

 

Alfred NTUMBA

Santé : l’ONG ILDI exige au gouvernement congolais plus d’investissements dans la lutte anti tabac 

Le tabagisme reste un facteur de risque connu pour de nombreuses infections respiratoires notamment cardiovasculaires, le cancer, les maladies respiratoires et le diabète. Le tabac  augmente la gravité des maladies respiratoires. Chaque 31 mai, le monde célèbre la journée mondiale sans tabac. L’ONG ILDI (Initiative Locale pour le Développement Intégré), a saisi cette occasion pour exiger du gouvernement congolais plus d’investissment en vue de lutter efficacement contre le tabagisme.

Cigarette.

« Il a été démontré noir sur blanc au cours des ateliers multipartites, les conférences de presses et des fiches d’information que le tabagisme constituerait un danger à la population à cause de la porosité de ses frontières favorisant l’entrée sur le territoire national des produits du tabac fruit de la contrebande », a indiqué Godefroid Mboyo, chargé de projets au sein de cette organisation.

 

Pour l’ILDI, l’Etat congolais devrait renforcer sa lutte anti tabac en renforçant la sécurité aux frontières qui constituent la porte d’entrée des produit de la contrebande.

 

« La faible taxation des droits des accises au produits du tabac a montré également les limites pour la RDC de vaincre le tabagisme de sa dangerosité dans la vie des populations. La mauvaise gouvernance des services d’assiette concernés, la non ratification du protocole de l’OMS sur l’élimination du commerce illicite des produits du tabac et le manque des sanctions transactionnelles au niveau de la loi sont parmi les goulots d’étranglement qui rendent la lutte inefficace et ne facilite pas les acteurs de la société civile congolaise de bien mener le plaidoyer », a-t-il précisé.

 

L’ILDI plaide pour la prise en considération de la lutte anti tabac dans les différentes politiques nationales, notamment en inscrivant cette problématique dans le budget de l’Etat. Elle s’inquiète par ailleurs de l’attention accordée au tabac qui aujourd’hui est à la portée de tout le monde. « Comme le pays est en lock-out complet et partiel pendant des mois et l’économie nationale presque en souffrance, le contrôle de l’usage du tabac reste très pertinent en cette période de pandémie ; le tabac reste dans le monde la première cause de décès évitable de huit millions de personnes chaque année selon l’OMS », a informé Monsieur Mboyo.

 

Plus particulièrement dans cette période de COVID-19, l’Etat devrait renforcer la vigilance car les fumeurs sont plus exposés au coronavirus du fait de la, présence des antécédents dus au tabagisme. Les actions de plaidoyer menées par la société civile auprès du gouvernement ont convaincu le parlement congolais à voter cette loi sur la santé en 2018. Cependant, cette loi souffre à ce jour des mesures d’application qui la rend moins efficace et quasi inexistante.

 

« Il a fallu 13 ans pour que le pays se dote  d’une loi n° 18/035 du 13 décembre 2018 fixant les principes fondamentaux relatifs à l’organisation de la santé publique où l’en trouve des dispositifs à la lutte anti-tabac protégeant la population contre le tabagisme et d’un nouveau code des accises intégrant certaines recommandations de l’OMS notamment l’augmentation de la taxation des droits d’accises spécifiques et ad valorem, l’interdiction de la publicité sur le tabac, la prises en compte des cigarettes électroniques et la pipe à eau », note l’ONG dans un communiqué.

 

L’Initiative Locale pour le Développement Intégré (ILDI) joint sa voix pour célébrer la Journée Mondiale Sans Tabac 2020 avec le thème « PROTEGER LES JEUNES » et interpelle le gouvernement sur la mise en œuvre efficace de ses responsabilités conformément aux recommandations de l’OMS. Comme a déclaré le Président Matt Myers de la Campagne pour les enfants sans tabac «  votre âge n’a pas d’importance si vos poumons sont compromis ».

 

Notons par ailleurs que la lutte contre le tabac en République Démocratique du Congo (RDC) a vu le jour il y a bientôt deux décennies, cela malgré la ratification de la convention-cadre de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) par la RDC en 2005. En rapport avec le thème choisi cette année, les résultats de l’enquête sur le tabagisme chez les jeunes (GYTS) réalisée en 2008 par le Ministère de la Santé Publique avec l’appui de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans le milieu scolaire à Kinshasa et à Lubumbashi auprès des élèves de 13 à 15 ans avait eu à démontré le problème : 19,5 % des élèves avaient déjà fumé la cigarette, dont 27,5 des garçons et 9 % des filles ;  28,9 % utilisent actuellement d’autres produits du tabac, dont 29,3 % des garçons et 27,6% des filles.

 

Alfred NTUMBA

Santé : Claude Nyamugabo prêt à accompagner les recherches du docteur Jérôme Munyangi

Rentré au pays depuis peu à l’invitation du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pour apporter sa contribution substantielle à la riposte contre la pandemie du Covid 19 à travers ses recherches, le Docteur Jérôme Munyangi a été reçu ce mercredi 13 mai au Bâtiment écologique de la Commune de la Gombe par le Ministre de l’environnement et développement durable Maître Claude Nyamugabo Bazibuhe.

Ce jeune chercheur congolais avait quitté la mère patrie suite aux menaces des vendeurs – importateurs des médicaments en RDC pour gagner la France puis le Canada et enfin Madagascar où son engagement dans la recherche contre certaines maladies comme la malaria n’est plus à prouver.

Avec l’arrivée de la pandemie dévastatrice du COVID -19, le Dr MUNYANGI n’a pas hésité à répondre positivement à l’invitation personnel du Chef de l’Etat Félix-Antoine TSHISEKEDI pour venir apporter son expertise à la lutte contre ce fléau et toute autre maladie. Continuer la lecture de Santé : Claude Nyamugabo prêt à accompagner les recherches du docteur Jérôme Munyangi

Santé : Malgré la montée en flèche des cas du Covid-19, certains kinois font le « Saint Thomas » 

Rien ne passe dans le chef des kinois, ce peuple qui a une mentalité propre à lui-même. Les habitants de la ville province de Kinshasa n’ont jamais accepté une situation sans preuve aucune. Ce qui est grave même chez les lettrés, le doute est persistant, or sont les esprits avertis qui devraient en ce moment difficile faire un travail pédagogique de sensibiliser les gens au sujet de cette maladie qui tue sans pitié. Près de deux mois après la déclaration officielle de cette pandémie par Eteni Longondo, ministre de la Santé, soit le 10 mars dernier, la RDC compte aujourd’hui, sauf changement, 863 personnes infectées, 724 personnes en soins, 103 guéries et 36 décès. Malgré cela, certains kinois font le « Saint Thomas », ils veulent « le kimona meso », traduisez vivre de vue su. 

DOUTE ET RAISONS

Thomas est parmi les douze apôtres du Christ, après sa résurrection, qui n’avait pas cru à tout ce que ses collègues apôtres lui racontait que le Seigneur était ressuscité.  Les kinois comparent la R-dCongo aux autres pays de l’Occident. On se rappellera que au début du Coronavirus en France,  on ne voyait pas les morts, mêmes les membres de famille. C’est seulement après qu’on a permis à un nombre réduit de la famille de voir leur frère ou sœur mort et cela à distance. La question que l’on peut se poser en ce net est celle de savoir pourqoui doit-on voir les morts et les malades et surtout pour en faire quoi ? Continuer la lecture de Santé : Malgré la montée en flèche des cas du Covid-19, certains kinois font le « Saint Thomas »