Archives de catégorie : Santé

RDC : une nouvelle vague d’épidémie d’Ebola à Beni

200 cas de fièvre hémorragique signalés dont 165 confirmés et 35 probables, tel est  le nouveau tableau peint par l’OMS sur l’épidémie de la maladie à virus Ebola à Beni dans la province du Nord Kivu. Exposant ainsi cette région à une deuxième  vague de l’épidémie à virus Ebola, a déclaré Tarik Jasarevic, porte-parole de l’OMS à Genève, cité par ONU Info.

Depuis le 1er août la ville de Beni a enregistré au total de 205 cas dont 170 cas confirmés et 35 cas probables. Sur les 170 cas confirmés, il y a eu 95 décès, 54 guérisons et 21 malades sont encore sous traitement.

Selon un calcul de l’AFP reprenant les bulletins épidémiologiques quotidiens du ministère de la Santé, actuellement 16.202 personnes ont été vaccinées alors que quinze décès ont été enregistrés parmi les cas confirmés à Beni et 26 cas suspects sont en cours d’investigation.

A en croire Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé, cette deuxième vague est le résultat des résistances communautaires à la riposte, des villes mortes, de l’insécurité et de la faible collaboration des tradi-praticiens sur leurs activités de riposte. Continuer la lecture de RDC : une nouvelle vague d’épidémie d’Ebola à Beni

Santé : Près de 10 millions de personnes mourront des cancers en 2018

C’est une révélation qui fait froid dans le dos. Un homme sur cinq et une femme sur six dans le monde développeront un cancer au cours de leur vie. Un homme sur huit et une femme sur onze en mourront, selon les estimations publiées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), une agence travaillant pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

cancer

Partant de Globocan, la base de données accessible au public, les chercheurs du CIRC et de l’American Cancer Society ont analysé les chiffres pour 35 types de cancers provenant de 185 pays. Les estimations avancées pour 2018 – ce que les spécialistes appellent la « charge mondiale du cancer » – sont de 18,1 millions de nouveaux cas découverts et 9,6 millions de décès dus à cette maladie.

Le CIRC évoque une « augmentation rapide » de cette charge, mais les comparaisons avec la précédente étude alimentée par les données de Globocan, réalisée en 2012, sont rendues très difficiles par un changement de méthodologie. Certains cancers voient leur incidence diminuer, tel le cancer du poumon chez les hommes en Europe du Nord et en Amérique du Nord, ou le cancer du col utérin partout sauf en Afrique subsaharienne. Toutefois, la plupart des pays connaissent une hausse en valeur absolue du nombre de cas diagnostiqués et à traiter. Continuer la lecture de Santé : Près de 10 millions de personnes mourront des cancers en 2018

Ebola : Surveillance renforcée au Nord-Kivu, en Ituri et à la Tshopo

« Les mesures de contrôle sanitaires ont été renforcées sur quelques axes routiers reliant les agglomérations des provinces du Nord-Kivu, de l’Ituri et de la Tshopo, en vue de lutter contre la maladie à virus ébola », a rapporté les autorités sanitaires de la RDC. Cette surveillance renforcée  survient après un nouveau décès infectieux d’Ebola enregistré dans la ville de Butembo, à 54 km au sud de Beni.

5 axes prioritaires ont été identifiés : les routes Mangina-Kyanzaba-Mabalako et Mangina-Beni (Nord-Kivu), les axes Beni-Bunia (Nord-Kivu et Ituri), Beni-Kisangani (Nord-Kivu et Tshopo) et Beni-Kasindi (Nord-Kivu).

« Ces voies sont retenues et placées sous haute surveillance des services de la santé suite aux intenses échanges économiques qui les caractérisent, mais aussi pour contenir les patients échappant aux mesures de la riposte dans la région de Beni », rapporte actualité.cd. Continuer la lecture de Ebola : Surveillance renforcée au Nord-Kivu, en Ituri et à la Tshopo

Santé : les émissions de CO2 impactent sur la nutrition

Après avoir étudié les impacts sur la qualité nutritive des aliments, en particulier sur les niveaux de fer, de zinc et de protéines, les scientifiques concluent qu’au cours des 30 à 80 prochaines années, les concentrations atmosphériques des CO2 devraient dépasser 550 ppm, révèle une étude publiée récemment dans la revue Nature Climate Change.

Cette augmentation devrait réduire de 3 à 17 % la teneur en fer, en protéines et en zinc de nombreuses cultures de base. Ce qui pourrait avoir des effets négatifs sur la santé, en particulier des habitants du Sud-Est de l’Afrique et du Moyen-Orient.

L’étude souligne également que des carences en zinc sont à prévoir d’ici 2050 chez 175 millions de personnes, mais également une carence en protéine chez 122 millions de personnes. Continuer la lecture de Santé : les émissions de CO2 impactent sur la nutrition

Santé : Quand Ebola frappe en zone des conflits

La dernière épidémie d’Ebola qui sévit depuis quelques mois  dans la province du Nord  Kivu semble être une épine dans les pieds du personnel de la santé et du gouvernement  censés apporter la riposte.  Ceci, du  fait  que cette énième épidémie de ce virus intrusif se localise dans une zone considérée comme le ventre mou de la RDC, en raison de l’insécurité qui y règne depuis plus d’une décennie.

Toutes  les langues s’accordent   pour dire que le réveil du virus Ebola en RDC est particulièrement inquiétant. Car cette fois, le virus frappe dans l’est du pays, près de la ville de Beni dans le nord Kivu. Or la région est au cœur d’un conflit qui oppose l’armée régulière à des rebelles. Pas plus tard que le 24 août 2018, des combats ont eu lieu au nord de la ville.

L’armée congolaise les nomme «inciviques». Selon le Groupe d’étude sur le Congo (GEC), leurs attaques ont fait 500 morts dans la région. Ces groupes armés, quels qu’ils soient, sévissent depuis octobre 2014 dans la région de Beni. On ne connait pas trop bien leur origine. Le gouvernement congolais a déclaré publiquement que les exactions survenues dans la région étaient l’œuvre de rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF). Mais selon le GEC, les ADF ne sont pas les seuls en cause. Même l’armée régulière s’en prend aux civils.

Et c’est dans ce contexte qu’est apparu le virus Ebola dans la région de Beni. Jusqu’à présent, il y avait eu qu’un cas confirmé et un cas présumé. Au 31 juillet, il y avait 25 cas de fièvre notifiés sans confirmer qu’il s’agissait bien d’Ebola.
Mais depuis, les choses se sont accélérées. Médecins sans frontières (MSF), dans un dernier bilan, annonce désormais 63 décès et 103 personnes touchées. «Actuellement, nous avons 26 patients hospitalisés dans le centre que nous avons mis en place», précise Gwenola Seroux pour MSF.

La maladie fait peur aux familles, mais aussi au personnel soignant. Les patients préfèrent rester chez eux, ce qui ne favorise pas la lutte contre sa propagation. Jusqu’à présent, la région du nord Kivu n’avait pas eu affaire avec Ebola. Une certaine ignorance qui ne facilite pas les bons réflexes.

Mais ce qui inquiète le plus les observateurs est la présence de groupes armés dans une région très instable. Les populations ont déjà fui la zone par milliers. Elles n’hésitent pas à bouger pour se protéger des combats. Cela peut entraîner par voie de conséquences une vaste dissémination du virus qui pourrait atteindre les pays voisins.

Certains malades sont isolés, et en raison de la situation sécuritaire, les équipes soignantes ne peuvent pas les rejoindre. Selon le ministère de la Santé congolais, il y aurait une vingtaine de personnes dans ce cas, mais elles ne seraient pas livrées à elle-même. «Pour les contacts restés en zone rouge, les infirmiers titulaires du centre de santé sur place travaillent avec les relais communautaires pour assurer leur suivi et transmettent les données chaque jour à la coordination par téléphone », dit le ministère de la Santé qui ne précise par l’endroit exact.

           Thierry-Paul  KALONJI

Santé : L’Europe enregistre un nombre record de cas de rougeole

Plus de 41 000 cas de rougeole ont été recensés en Europe sur les six premiers mois de 2018, soit presque le double de l’ensemble de l’année 2017, a annoncé L’OMS. Selon cette agence de l’ONU, quasiment deux fois plus de personnes ont contracté la rougeole sur les six premiers mois de 2018 que sur l’ensemble de l’année 2017 en Europe. A ce jour, au moins 37 personnes sont  mortes des suites de cette maladie.

En 2015, l’OMS a lancé son plan d’action européen pour les vaccins 2015-2020, dont l’un des grands objectifs était  « d’éliminer la rougeole et la rubéole » d’ici la fin de la décennie. En attendant, depuis le début de l’année 2018, sept pays européens ont chacun enregistré au moins mille cas de rougeole chez les adultes et les t enfants. Le phénomène touche à la fois des pays situés dans la partie orientale  et occidentale du continent. L’Ukraine  dénombre à elle seule plus de la  de la moitié  des cas de rougeole constatés sur les six premiers mois de l’année.  Cette situation inquiète au plus haut point les autorités du vieux continent  qui redoutent une épidémie.   Alors que les disparités  vaccinales constatées entre  les régions  semblent ne pas faciliter les choses, alerte l’Oms.

Avec une couverture vaccinale en deçà, « les pays s’exposent à des épidémies. Les différences entre les nombres de cas recensés en Serbie et en Belgique dépendent essentiellement de la non-vaccination ou sous-vaccination des enfants contre le virus », explique M. Datta. D’après un rapport de l’OMS, sur les 23 927 cas de rougeole constatés en Europe en 2017, 14 500, soit 65 % des personnes contaminées, étaient des enfants et adolescents de 0 à 19 ans, confirmant ainsi la forte transmissibilité du virus au sein des populations les plus jeunes non immunisées. « Vacciner les enfants, les adolescents et les adultes qui ont été oubliés les années précédentes est essentiel pour protéger les futurs nouveau-nés de toute contamination », préconise le médecin.

Ces records de cas de rougeole constatés en 2018 alimenteront sans doute les discussions lors du comité européen de l’OMS de septembre prochain, qui réunira à Rome les 53 pays européens.

Pour rappel, la rougeole se transmet essentiellement par voie aérienne, ce qui la rend très contagieuse. Une personne malade peut contaminer à elle seule quinze à vingt individus. Bien qu’ayant l’image d’une maladie bénigne de par ses symptômes (fièvre, fatigue, toux). Néanmoins elle peut être très grave dans certains cas, notamment à cause des complications allant de l’atteinte au cerveau aux infections des poumons qui suivent parfois une contamination. Les conséquences d’une contamination peuvent entraîner le décès du patient, notamment chez les personnes non vaccinées.

Thierry-Paul  KALONJI

Santé : L’alcool est responsable de 3 millions de morts chaque année dans le monde

Une vaste étude sur la fréquence et l’impact de la consommation d’alcool a révélé que cette substance est responsable de près de 3 millions de morts chaque année dans le monde. Un buveur d’alcool sur trois meurt de problèmes de santé liés à l’alcool chaque année, dont 2,2% de femmes et 6,8% d’hommes, d’après l’étude qui prône le « zéro alcool ».

Même boire un verre de vin ou de bière par jour comporte un risque pour la santé. Le monde compte 2,4 milliards de buveurs, dont 63% sont des hommes.

Boire un verre par jour pendant un an augmente parmi les personnes âgées de 15 à 95 ans de 0,5% le risque de développer l’un des 23 problèmes de santé liés à l’alcool (cancers, maladies cardiovasculaires, AVC, cirrhose, accidents, violences, etc.), estiment les auteurs par comparaison avec les non buveurs. Continuer la lecture de Santé : L’alcool est responsable de 3 millions de morts chaque année dans le monde

Santé : Une nouvelle épidémie sévit dans la province du Kwango

La province du Kwango dans la partie ouest de la RDC est touchée par une nouvelle maladie dénommée « Konzo », a déclaré le docteur Apollinaire Yuma, Médecin Chef de Zone de Santé de Panzi, en territoire de Kasongo Lunda.

Le nombre des victimes est passé de 131 personnes semaine dernière, à 231. Soit, 100 nouveaux cas en 9 jours. Trois territoires sur cinq que compte cette nouvelle province issue du démembrement sont touchés par cette maladie. Il s’agit du territoire de Feshi, Kahemba et Kasongo Lunda.

A Kasongo Lunda, 11 aires de santé sont déjà touchées. Parmi lesquelles il y a celle de Panzi avec 38 cas, Muningulu 27 cas, Kambandambi 20 cas Shabenge 16 cas Tshakala 16 cas, et Mukalakata 11 cas. Continuer la lecture de Santé : Une nouvelle épidémie sévit dans la province du Kwango

Santé : Ebola a déjà fait  55 morts à l’Est de la RDC

L’épidémie de la fièvre hémorragique Ebola, qui sévit à l’Est de la République démocratique du Congo, a déjà fait 55 morts. « Au total, 96 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 69 confirmés et 27 probables », a annoncé lundi soir le ministère de la Santé dans son dernier bulletin épidémiologique.

D’après les autorités sanitaires, cinq nouveaux décès sont à déplorer à Mabalako, Mangina, près de Beni, l’une des épicentres de l’épidémie qui touche la province tourmentée du Nord-Kivu.

Selon les investigations des épidémiologistes, la direction générale de lutte contre la maladie avait revu à la baisse le nombre de « contacts » avec le virus suivis par les médecins, de 2 157 à 1 609. Continuer la lecture de Santé : Ebola a déjà fait  55 morts à l’Est de la RDC

Santé : EBOLA, de l’espoir au bout du tunnel après une confirmation vécue comme un moment fatidique à Mangina

« J‘avais un immense stress. Puis de l’insomnie mêlée au cauchemar toute la nuit »,  raconte la sœur Darlène Mwasi, infirmière titulaire du centre de santé de référence de Mangina, à plus de 30 kilomètres au sud-ouest de la ville de Beni, dans le Nord Kivu. Dès la confirmation officielle le 1er août 2018 du fait que le virus mortel d’Ebola était bel et bien arrivé à Mangina, puis dans le centre de santé de référence du même nom, « j’avais eu des larmes aux yeux ; c’était pour moi un choc jamais vécu auparavant », ajoute la religieuse.

Enregistrée comme étant la dixième épidémie de la maladie à virus Ebola, souche Zaïre, touchant la République Démocratique du Congo en moins d’une semaine après la déclaration de la fin de celle qui touchait la Province de l’Equateur depuis mai 2018, cette pathologie hautement mortelle a fait son apparition dans une zone volatile et imprévisible du fait de la présence des groupes armés (à plus de 2500 kilomètres de Kinshasa). Continuer la lecture de Santé : EBOLA, de l’espoir au bout du tunnel après une confirmation vécue comme un moment fatidique à Mangina