Archives de catégorie : Santé

Santé : Attention, la dipyrone tue !

La molécule de la Noramidopyrine connue sous l’appellation de « dypirone, Novalgine» tue. L’alerte a été lancée par le Conseil National de l’Ordre de Pharmaciens. Dans une correspondance adressée à l’attention de tous les pharmaciens congolais, ce jeudi  06 à Kinshasa, cette organisation interdit toute production (fabrication),  distribution et administration de cette molécule, et de deux autres à savoir, Alpha beta Arteéther et Nimésulide.

« Noramidopyrine (Dipyrone), peut entrainer une agranulocytose potentiellement mortelle et ce plusieurs mois après la prise », affirme cette organisation. « Alpha Beta Arteéther en solution huileuse intramusculaire présente une faible biodisponibilité, d’où le risque  de développement d’une  résistance aux dérivés de l’artémisinine, ce qui constituerait un problème majeur dans les zones impaludées ».

Conformément à la note circulaire du Secrétaire général à la Santé publique n° MS1251 /P/YRS/2018 à l’intention  des professionnels de santé de la RDC, l’Ordre des Pharmaciens informe que la molécule de Nimésulide connue sous les noms de ZAPAIN, MARSUPIN, NESUPAIN doivent être purement et simplement retirés du marché pour raison d’hepatotoxicité grave non dose dépendant.

Alfred NTUMBA

Santé : Seulement 1/10 du budget général de la RDC consacré à la santé

Comment lutter contre la résurgence des épidémies et des maladies endémiques qui dictent leur loi funeste aux populations congolaises dans certaines parties du pays? La représentation nationale octroie le dixième du budget national au secteur de la santé.

Ainsi en a décidé l’Assemblée nationale en adoptant fin Novembre, dans les mêmes termes que le Sénat, la loi de finances pour l’exercice 2019 qui s’élève à 10 352,3 milliards de francs congolais. Ce, après examen des allocations budgétaires par nature, axe et programme ; tenant compte de l’évolution de l’exécution des dépenses de l’Etat de 2013 au 30 Juin 2017 et des priorités des politiques publiques définies par le gouvernement.

L’absence d’une couverture universelle des soins de santé de la population et l’insuffisance des crédits destinés à la lutte contre la tuberculose, trouve du répondant avec une hausse des allocations équivalant à près de 10% du budget général. Continuer la lecture de Santé : Seulement 1/10 du budget général de la RDC consacré à la santé

Ebola : David Bisimwa : « ce serait une catastrophe si rien n’est fait pour contenir l’épidémie »

La dixième épidémie de la maladie à virus Ebola  qui s’est déclarée  depuis le 1 er août à Mangina dans la province du Nord-Kivu ne cesse  de gagner du terrain dans cette partie du pays, et pourrait devenir une catastrophe si la tendance se maintient, avertit David Bisimwa coordonnateur auprès de CARE, cité par CBC radio. Un risque consécutif aux  conflits armés qui sévissent  actuellement dans cette région, compliquant ainsi  les efforts pour contenir la propagation du virus.

A cause de ces  conflits armés qui ravagent l’Est de la République démocratique du Congo, les patients mettent beaucoup trop de temps avant de se rendre dans les centres de traitements, par crainte des combats opposant ces groupes rebelles qui s’affrontent dans ces territoires touchés par l’épidémie d’Ebola. Cette situation ne facilite pas la lutte contre  cette épidémie.

Désormais, c’est une lutte aux allures d’une course contre la montre qui s’engage, au regard du nombre de personnes déjà contaminées.

Mardi, l’OMS faisait état de 339 cas confirmés de la maladie dans le pays ainsi que de 172 décès. Ce bilan pourrait être revu à la hausse, a indiqué cette agence de l’ONU, qui avait déjà annoncé  au mois d’août  l’actuelle éclosion dans la province du Nord-Kivu. Cette  épidémie de 2018, est déjà qualifiée de la pire de l’histoire du pays.

« Les risques de propagation de l’épidémie sont plus grands cette fois-ci, parce qu’on est sur des lieux qui sont beaucoup plus peuplés, avec beaucoup de déplacements de population », a  expliqué Gwenola Seroux, responsable des urgences pour MSF.

Et chaque nouvelle attaque pousse de nombreuses personnes à fuir leur quartier ou leur village, une migration constante qui augmente la rapidité avec laquelle se propage le virus. Continuer la lecture de Ebola : David Bisimwa : « ce serait une catastrophe si rien n’est fait pour contenir l’épidémie »

Sante : La RDC parmi les pays africains les plus menacés par le paludisme

Près de 80% des décès dus au paludisme dans le monde en 2017, se concentrent dans 16 pays africains alors que ce fléau régresse à l’échelle de la planète. Dans son rapport annuel, l’OMS tire la sonnette d’alarme car la maladie progresse sur le continent, même si c’est sur lui qu’ont été enregistrés 88 % de la diminution des 172.000 décès par rapport à 2010.

Carte de prévalence de l ma malaria dans les communes de Ngiringiri et Selembaoi à Kinshasa/Droits ESP

Le rapport s’inquiète que 200 de ces 219 millions de cas d’infection ont été recensés en Afrique, ce qui fait d’elle, première victime et dépasse l’Asie du sud-ouest (5%), et la Méditerranée orientale (2 %).

Cette situation sévit de plus en plus dans 10 pays les plus vulnérables d’Afrique, car ils ont enregistré une hausse du nombre de cas en 2017 par rapport à 2016. Continuer la lecture de Sante : La RDC parmi les pays africains les plus menacés par le paludisme

Ebola : le docteur ndjoloko tambwe a présenté un bulletin sur l’épidémie d’Ebola

Le docteur  Ndjoloko Tambwe Bathe  a tenu un point de presse à Beni afin  de peindre le tableau sur la riposte contre  la maladie à virus Ebola qui sévit dans la  province du Nord-Kivu. Selon  lui r, le ministère de la Santé a plus de 900 experts à Beni, dont près de 85 %  locaux qui ont été formés pour participer efficacement dans tous les piliers de la riposte.

 

C’est dans le but de présenter l’évolution de l’épidémie et de rassurer  à la population l’engagement continu du ministère de la Santé et ses partenaires internationaux de mettre fin à cette épidémie dans la province du Nord-Kivu  que le Coordonnateur de la riposte contre le virus Ebola, a tenu à s’exprimer devant la presse.

Il a révélé au cours de cette rencontre avec les chevaliers de la plume qu’ en vue  de contenir l’épidémie dans la zone de santé de Butembo et ses environs, la coordination a décidé d’envoyer des équipes d’intervention supplémentaires dans les zones épidémiologique dont  Kalunguta, une zone rouge pour appuyer les prestataires de soins locaux.

Il a par la suite  exhorté la coordination de la riposte à fournir un appui technique et médical substantiel à tous les centres de santé dans cette zone afin d’offrir des soins approprié à la population.   Continuer la lecture de Ebola : le docteur ndjoloko tambwe a présenté un bulletin sur l’épidémie d’Ebola

SANTE : Plus de 11 millions d’enfants pourraient mourir de la pneumonie d’ici 2030

Etant la première cause infectieuse de mortalité chez l’enfant, la pneumonie tuera d’ici 2030, 11 millions d’enfants de moins de cinq ans, révèle une étude réalisée par l’université américaine Johns-Hopkins et l’ONG Save the children, publiée ce lundi 12 novembre, à l’occasion de la Journée mondiale consacrée à cette infection pulmonaire.

Un enfant atteint de malnutrition. (Photo, BBC)

Seuls le Nigéria et l’Inde pourraient s’accaparer de 1,7 million de décès sur le 10,8 millions, 700 000 au Pakistan et 635 000 en République démocratique du Congo.

L’OMS estime que 922 000 enfants de moins de cinq ans sont morts de cette infection en 2015 dans le monde. Cependant 4,1 millions d’enfants pourraient être sauvés tout en augmentant la couverture vaccinale mondiale, en assurant un accès aux antibiotiques et en améliorant l’alimentation des enfants menacés, suggèrent cette étude.

La plupart de cas de pneumonie nécessite l’administration d’antibiotiques par voie orale, généralement prescrits dans un centre de santé. Ces cas peuvent également être diagnostiqués et traités avec des antibiotiques oraux peu onéreux à domicile par des agents de santé formés.

Rappelons que la pneumonie est une infection respiratoire aigüe qui affecte les poumons. Elle peut être provoquée par des virus, des bactéries ou des champignons.

Charlie LUTEZA

Santé : Le diabète passe pour un problème de santé publique en RDC

« Le diabète en RDC est devenu un problème de santé publique », tel est la déclaration faite par le président de l’Association « Vaincre le diabète au Congo ». Il a fait cette déclaration à l’occasion de la journée mondiale du diabète célébrée ce mercredi 14 novembre sous le thème ‘’diabète et famille ».

Selon la Fédération Internationale du Diabète, 425 millions de personnes auraient été touchées dans le monde par cette maladie chronique. Cet excès permanent de sucre dans le sang, lié à l’insuffisance d’insuline sécrétée par le pancréas, concerne une part de plus en plus importante de la population mondiale. Continuer la lecture de Santé : Le diabète passe pour un problème de santé publique en RDC

Libreville : Ouverture de la troisième conférence interministérielle sur la santé et l’environnement en Afrique

Plus de 23% des décès par an en Afrique, sont imputables à des facteurs de risques évitables liés à la détérioration de l’environnement avec des effets particuliers sur des couches les plus pauvres et les plus vulnérables, notamment les femmes, les enfants les populations rurales et les personnes vivant avec Handicap. C’est en vue d’identifier les menaces environnementales émergentes pour la santé des populations et de convenir d’un plan d’action stratégique pour la Région, que s’est ouverte à Libreville la troisième Conférence interministérielle sur la santé et l’environnement en Afrique.

Ils sont au total près de 300 délégués , parmi lesquels des ministres de la santé des ministres de l’environnement et des finances, ainsi que des représentants d’organisations politiques et économiques régionales issus de 54 pays d’Afrique, qui prennent part depuis le 06 novembre à la conférence interministérielle sur la santé et l’environnement en Afrique.

« S’attaquer aux liens entre l’environnement et la santé humaine peut fournir une plateforme commune et induire un effet multiplicateur pour soutenir les progrès vers l’atteinte d’un grand nombre d’objectifs du développement durable et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, d’une manière qui soit plus efficace en termes de coût et plus bénéfique », a déclaré Juliette Biao Koudenoukpo, directrice régionale Afrique de ONU Environnement. Continuer la lecture de Libreville : Ouverture de la troisième conférence interministérielle sur la santé et l’environnement en Afrique

Sante : Une nouvelle zone affectée par Ebola dans le Nord-Kivu

Une nouvelle zone de la RDC vient d’être touchée par la dixième épidémie d’Ebola. Une personne est morte de la maladie à virus Ebola, à Vuhovi, une localité mitoyenne des villes de Beni et Butembo, dans la province du Nord-Kivu, où l’épidémie a déjà emporté environ 174 personnes depuis le 1er août dernier.

C’est par le biais d’un cas confirmé décédé au centre de traitement de Butembo le 26 octobre dernier, que l’épidémie s’est propagée vers cette localité. « Il avait refusé le suivi et le transfert au CTE. Il est décédé au centre de Vuhovi ou le prélèvement a pu être effectué », a expliqué le Ministère de la Santé publique, émetteur des bulletins quotidiens reprenant la situation épidémiologiques.

Cette propagation s’est effectuée alors que le Ministère de la santé entend maîtriser cette épidémie, sur base d’un nouveau plan de riposte en place d’ici fin novembre. Continuer la lecture de Sante : Une nouvelle zone affectée par Ebola dans le Nord-Kivu

Santé : Une évaluation révèle des avancées dans la lutte contre la polio en RDC

Le Ministère de la Santé publique de la République démocratique du Congo a organisé un atelier d’évaluations des campagnes de riposte contre la poliomyélite lancées récemment dans 16 de 26 provinces de la RDC. Les assises organisées à Kinshasa du 30 au 31 octobre 2018 ont révélé des avancées significatives dans la lutte contre cette épidémie, et de défis à relever pour mettre fin à cette épidémie.

Séance d’évaluation des campagne contre la polio, à Kinshasa octobre 2018.

Selon le coordonnateur de GPEI (Global Polio Eradication Initiative), Docteur Ndoutabe Modjirom, les résultats du monitorage indépendant mené d’avril à octobre 2018, dans les provinces ciblées par la riposte sont encourageants.

«Les activités ont été menées à bien dans les 16 provinces, dans toutes les zones de santé où on a mis en œuvre les activités de vaccination, sauf dans le Nord-Kivu et l’Ituri où il sévit l’épidémie de virus Ebola », a-t-il informé. « Le Ministère de la santé publique a fait de cette lutte contre la polio une urgence de santé publique à portée nationale. Mais aussi l’engagement des gouverneurs des provinces, et le fort partenariat au tour du Ministère de la Santé ».   Continuer la lecture de Santé : Une évaluation révèle des avancées dans la lutte contre la polio en RDC