Climat : l’Europe, mal placée en matière de lutte contre le changement climatique

Le réseau d’ONGs Climate Action Network Europe a dévoilé ce lundi 18 juin,  qu’aucun pays européen ne parvient à améliorer ses actions en faveur du climat conformément aux objectifs fixés par l’Accord de Paris, résultant d’un classement relatif aux ambitions et progrès européens en matière de lutte contre le changement climatique.

Les pays européens sont qualifiés d’incompétents en terme d’ambitions et progrès dans la réduction de gaz à effet de serre, par conséquent la première place du classement reste non occupée, pointe climate Action Network Europe. « Les pays sont capables de faire encore plus afin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris ».

Tant bien que mal, le Danemark occupe la tête du classement.  Il occupe cette place avec 77% des points attribués, devant le Portugal 66%, la France 65%, les Pays-Bas 58% et le Luxembourg 56%. C’est grâce à leurs plaidoyers en faveur d’objectifs climatiques plus ambitieux au niveau européen que ces Etats doivent leurs bonnes positions.

Au contraire avec une performance en dessous de la moitié, le Danemark 49%, l’Allemagne 45%, la Grande-Bretagne 37%, enfin figure la Belgique avec 35%. Le pays est considéré comme le mauvais élève européen, il occupe la 16ème place au classement.

Ces pays payent notamment le fait qu’« Ils ne sont plus à l’avant garde de la lutte contre le changement climatique et qu’ils ont d’assez faibles objectifs malgré leurs relatives richesses », a expliqué le rapport de ce réseau qui regroupe plus de 120 Organisations non gouvernementales.

A cause de leur ferme opposition à des actions pour le climat, ces autres Etats obtiennent les moins bons résultats avec 24% pour l’Estonie, 21% l’Irlande et 16% la Pologne.

 

Charlie LUTEZA

Agriculture : 1 million des ménages, et 6 millions des congolais vivent du café et du cacao  

 

Relancer la filière café et cacao en RDC, est d’une grande importance. Cela se justifie par le fait que près de 1 million des ménages, et 6 millions des congolais dépendent de la filière du café et du cacao, a fait savoir Patient Saiba, directeur général de l’Office de la Gestion de Fret Maritime, OGEFREM, lors de sa présentation au premier forum expo café-cacao à Kinshasa.

Près de 50 à 80% du café produit en RDC sont exportés frauduleusement. Les recettes d’exportation en RDC sont passées de 60% en 1960 à moins de 10% actuellement. Le secteur caféière génère environ 500 millions de dollars dont 17 millions bénéficie à la RDC et le reste aux pays voisins.

Etant un acteur stratégique dans la promotion du commerce extérieur en RDC, la société s’engage dans la contribution de la relance de cette industrie dans le pays en passant par 3 étapes à savoir, le déroulement du commerce, le processus de commercialisation, et la promotion des exportations de ces deux filières. Pour ce faire, OGEFREM entend ériger les plateformes logistiques aux principaux points d’évacuation et exportation du café et du cacao du pays pour en assurer une traçabilité et lutter contre la fraude à grande échelle.

Pour conclure, quelques recommandations ont été formulées au gouvernement afin d’apporter un appui financier à cette filière dont l’importance et la valeur économique n’est plus à démontrer et encourager le partenariat public privé. À l’office national du café de reprendre l’encadrement des producteurs, de la production et des exportations du café afin de mettre fin à des exportations frauduleuses.

 

Jennifer LABARRE

Agriculture : Forum Café-cacao, le défi de la relance d’un secteur oublié en RDC

Le secteur café et cacao de la RDC a connu une baisse importante au cours de ces dernières années. L’exportation du café atteignait près de 120 milles tonnes en 1989. Elle s’est effondrée en 2010, avec seulement 8 919 tonnes par an. Cette situation engendre une perte d’au moins  17 millions de dollars dans l’économie nationale de la RDC.

Comment relever le défi d’une véritable relance de ce secteur vital du pays. La question vaut son pesant d’or. Albert Yuma, le patron du patronat congolais évoque la mise en place d’une une stratégie nationale visant à développer ces filières agricoles qui constitue une impérieuse nécessité pour la diversification de l’économie du pays. Continuer la lecture de Agriculture : Forum Café-cacao, le défi de la relance d’un secteur oublié en RDC

Agriculture : La FEC déterminée à promouvoir la production du café et du cacao en RDC

Le Forum Expo café-cacao 2018 organisé par la FEC (Fédération des Entreprises du Congo) en partenariat avec le Ministère de l’Agriculture, l’Office National de Café et l’Office de Gestion du Fret Multimodal vient d’être ouvert ce lundi, 18 juin 2018 au Kempinski Hôtel Fleuve Congo, dans la ville de Kinshasa. C’est le représentant du Chef de l’Etat, Ministre d’Etat et Ministre de l’économie, Joseph Kapika qui a ouvert les portes à cette initiative, organisée sous le thème : « l’amélioration du climat des affaires dans les filières café et cacao en RDC: enjeux, défis, contraintes et opportunités ».

Plusieurs activités sont prévues au menu. Premièrement, il sera question des ateliers portant sur la problématique de la production, la recherche, la transformation, les infrastructures et la sécurité, la certification, la normalisation, le marketing et opportunités des marchés ; deuxièmement, il sera question de l’organisation de l’exposition des produits des entreprises du secteur et pour finir, il y aura le concours de dégustation du meilleur café de la RDC. Continuer la lecture de Agriculture : La FEC déterminée à promouvoir la production du café et du cacao en RDC

Aménagement du territoire : Des experts du Ministère initiés au système d’information géographique

Une vingtaine d’agents, cadres, et experts du ministère de l’Aménagement du Territoire et Rénovation des Villes (MATRV) ont été dotés des compétences nécessaires au suivi et à la gestion des différentes données spatiales de l’aménagement du territoire en République Démocratique du Congo. Cette formation a été organisée par la WRI (World Resources Institute), avec les financements de l’USAID-CARPE.

Durant 14 jours, ces hommes et ces femmes ont été initiés aux systèmes d’information géographique (SIG) avec le logiciel Quontum GIS. Après ces intenses travaux, ces agents et cadres sont désormais à mesure de collecter, d’analyser, et de produire les données spatiales pour faciliter la prise de décision efficace en matière d’aménagement du territoire. Continuer la lecture de Aménagement du territoire : Des experts du Ministère initiés au système d’information géographique

Agriculture : Kinshasa accueille le forum expo café et cacao 2018

Le Café et le Cacao de la République démocratique du Congo seront au centre des discutions à Kinshasa du 18 au 20 juin, lors du Forum expo qui sera organisé par la FEC (Fédération des entreprises du Congo) en collaboration avec le Ministère de l’Agriculture, le Ministère du commerce extérieur, l’Office national du Café, l’OCC, et le FPI.

Il sera question lors de ces assises de dresser un état des lieux des filières café et cacao du pays, pour en identifier les obstacles majeurs à la production, à la transformation, à la recherche et à la certification. « Il n’est pas normal qu’un pays comme la RDC n’occupe pas une place de choix dans ces filières au niveau mondial, surtout qu’il dispose du café apprécié par les grandes marques dans le monde. Ce n’est pas le potentiel qui manque. Voilà pourquoi ces assises vont aider à analyser ces filières et proposer des recommandations », a indiqué Jean-Claude Eale, coordonnateur de la sous-commission Communication de ce forum. Continuer la lecture de Agriculture : Kinshasa accueille le forum expo café et cacao 2018

Conservation : Le parc de la Garamba brule son stock d’ivoire pour célébrer ses 80 ans d’existence

C’est l’un des plus vieux parcs d’Afrique, le Parc National de la Garamba, situé au Nord de la République démocratique du Congo. Par le passé, il a été considéré comme le rempart des éléphants. Le parc abritait près de 22.000 éléphants et autres pachydermes, dont les rhinocéros blancs du nord qui ont quasi disparus, mais aussi des troupeaux de girafes en voie d’extinction.

Incinération symbolique de l’ivoire dans le Parc national de la Garamba, le mercredi 13 juin 2018, pour célébrer les 80 ans d’existences du parc.

Confronté aux multiples difficultés notamment, celle imposée par le braconniers, ce parc traverse son moment le plus sombre de l’histoire avec la disparition de sa grande faune. Aujourd’hui, la Garamba ne compte plus que 1200 éléphants à peine, et 48 girafes.

Pour lancer un message fort en direction des braconniers, l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature), a procédé à l’incinération d’une quantité de l’ivoire stocké dans ce parc. « Le trafic illégal d’espèces de faune a eu des effets dévastateurs sur notre patrimoine naturel, tant en RDC qu’en Afrique. Non seulement cela appauvrit les paysages, mais cela affecte négativement les millions de personnes qui dépendent de ces zones. Nous sommes plus que jamais engagés dans la lutte contre le braconnage », a déclaré le directeur général de l’ICCN, Cosma Wilungula. Continuer la lecture de Conservation : Le parc de la Garamba brule son stock d’ivoire pour célébrer ses 80 ans d’existence

Environnement : Bralima, « 16.961 tonnes de verre brisé recyclées et 5% des émissions de CO2 réduites en 2017 »

Dans son rapport publié récemment sur le développement durable, la société brassicole Bralima a porté à la connaissance du public son engagement dans l’atteinte des objectifs du développement durable suite à sa nouvelle stratégie brasser un monde meilleur.

Ce rapport révèle que près de 16 961 tonnes de verre brisé ont été recyclé soit 46 tonnes par jour pour réduire sensiblement les émissions de CO2, cela a occasionné la création d’emplois dans l’économie locale.

Outre le recyclage, la Fondation Bralima avec le soutien de la Fondation Heineken Africa a investi près de 120.000 dollars américains pour la construction de forages dans la province de Mbandaka en vue de favoriser l’accès à l’eau potable et limiter les maladies d’origine hydrique pour contribuer à l’amélioration de conditions de vie des population et à la protection de Continuer la lecture de Environnement : Bralima, « 16.961 tonnes de verre brisé recyclées et 5% des émissions de CO2 réduites en 2017 »

France : Début des assises nationales de la biodiversité

L’engagement pour la biodiversité au cœur de la résilience territoriale, concilier l’agriculture, l’alimentation et la biodiversité telles sont les sujets qui seront à l’ordre du jour lors des assises nationales de la biodiversité réunis à la cité des congrès valenciennes, dans les hauts- de France, Du 13 au 15 juin 2018.

La tenue de cet événement est un moyen pour les organisateurs de mettre en lumière les initiatives portées par les collectivités en matière de défense de la biodiversité. « Nous voulons faire émerger et faire connaître ces initiatives et donner la parole à l’expérience de terrain », ont expliqué les organisateurs de l’événement. Continuer la lecture de France : Début des assises nationales de la biodiversité

Santé : 3 laboratoires vétérinaires de la RDC reçoivent du matériel contre les zoonoses

Il y a quelques mois le ministère de pêche et élevage avait déclaré une épidémie de la grippe aviaire dans la province de l’Ituri qui avait occasionné la mort de près de 35 000 canards et 20 000 poules dans au moins 28 localités des territoires d’Irumu, Djugu et Mahagi. Cette zoonose meurtrière a eu un impact économique négatif sur la filière avicole du pays. Pour prévenir et lutter contre ce drame, la FAO à travers son projet dénommé « soutien au programme de sécurité sanitaire mondiale» PASSM, a équipé les 3  laboratoires vétérinaires de la RDC d’un kit de matériels pour assurer efficacement le processus de détection et de riposte.

C’est au laboratoire vétérinaire de Kinshasa que les matériels ont été reçus par le responsable de cette institution,   pour permettre l’amélioration de progrès pour un monde sécurisé contre les menaces de maladies infectieuses, et élever le niveau de sécurité de la santé afin d’en faire une priorité au niveau des gouvernements conformément aux objectifs de ce programme sous-régional de la FAO avec le soutien de l’USAID.

« Grace aux fonds de l’USAID, l’action de la FAO vise à améliorer la résilience des moyens de subsistance face à des menaces ou en situation de crise. Cette action qui consiste à renforcer les capacités des laboratoires dans la surveillance des maladies, contribue à lutter contre cinq maladies zoonotiques prioritaires de la RDC, à savoir la grippe aviaire, la rage, maladie à virus Ebola, la variole du singe et les salmonelloses»,  a déclaré Chris Pappas, représentant Adjoint de la FAO en RDC.

Pour les bénéficiaires, ces réactifs leurs permettront d’être plus présents sur terrain et aussi être à la hauteur des maladies. «Cette action de la FAO est un signe de patriotisme, les partenaires nous appuient dans la lutte contre les maladies animales émergentes et résurgentes pour être plus présents et plus efficaces sur terrain », a fait savoir le docteur Constant SIBITALI.

Ce lot de matériels pèse au moins 970 kg avec une valeur estimé à 61.743,85 dollars. Ces kits serviront à équiper les 3 laboratoires du pays à savoir, le laboratoire vétérinaire de Kinshasa, de Lubumbashi et de Goma.

Jennifer LABARRE