Conservation : Un propriétaire d’hôtel arrêté à Kinshasa pour détention d’un babouin

Un propriétaire d’hôtel aurait été arrêté à Kinshasa pour avoir détenu un babouin, espèce protégée en République démocratique du Congo. Selon les témoins de l’événement, les faits se sont déroulés la semaine dernière, lorsqu’une équipe mixte composée des éléments de la Police nationale congolaise et ceux de l’ONG Conserv Congo ont fait irruption dans cet hôtel situé non loin du marché Mariano, dans la commune de Kasa-vubu.

 » Les enquêteurs sur le terrain nous ont informés qu’un babouin était détenu dans une enceinte, au cœur de la ville de Kinshasa. Au cours des enquêtes, un voisin a informé notre enquêteur qu’il y avait un mouvement fréquent d’animaux sauvages à l’intérieur et à l’extérieur de l’hôtel. Étant donné que l’hôtel n’est pas trop éloigné d’un marché animalier domestique, nous soupçonnons que ces vendeurs, qui viennent principalement des zones rurales, pourraient être les complices / fournisseurs de l’affaire « , indique notre source. Continuer la lecture de Conservation : Un propriétaire d’hôtel arrêté à Kinshasa pour détention d’un babouin

Forêt : La CNCEIB fustige la lenteur des autorités face aux abus commis par Long Xin Sarlu (Ex-Maniema Union 2)

La CNCEIB (Coalition Nationale Contre l’Exploitation Illégale du Bois), a statué sur les abus et illégalités commises par la Société Long Xin Sarlu (Ex-Maniema Union 2) qui exploite dans la province de l’Equateur, précisément dans les territoires de Bolomba et Ingende. Réunie en session extraordinaire inter-organes, le jeudi 07 avril, à Kinshasa, cette organisation de la société civile a fustigé la lenteur des autorités compétentes à agir conformément à la rigueur de la loi, cela malgré les différentes dénonciations faites par la SOCIPEQ (Société Civile de la Province de l’Equateur) et les différentes notabilités de la province.

Selon le communiqué final qui a sanctionné ces travaux de deux jours, la CNCEIB attendait voir le ministre de l’Environnement et Développement durable, prendre des mesures répressives à l’endroit de l’entreprise Long Xin Sarlu qui persiste dans l’illégalité en toute impunité et en violation sous plusieurs formes des droits légitimes des populations.

« Que le ministre de l’Environnement et Développement durable et le gouverneur de province de l’Equateur prennent des mesures adéquates et contraignantes à l’endroit de l’entreprise Long Xin Sarlu connue par son comportement récidiviste et surtout la violation des droits de l’homme dans les zones d’exploitations à travers le pays », indique ce communiqué. Continuer la lecture de Forêt : La CNCEIB fustige la lenteur des autorités face aux abus commis par Long Xin Sarlu (Ex-Maniema Union 2)

Kinshasa : Les pluies saisonnières ont déjà emporté quelques dizaines des maisons à Ngaliema 

Au moment où les yeux sont rivés vers le Covid-19, cette pandémie qui tue sans pitié les gens à travers le monde et en R-dC compte à ce jour, 674 cas confirmés depuis  le début de l’épidémie déclarée le 10 mars 2020. Pendant cette période où l’attention semble relachée sur d’autres secteurs vitaux, un autre malheur menace gravement la vie de la population de Kinshasa. Les érosions. Conséquence des constructions anarchiques et d’une mauvaise politique d’urbanisation pourront créer la désolation à l’approche de la saison sèche.  

Une érosion à Kindele/ photo Thierry Kalonji – Environews

La localité Kibambe, quartier Ngomba-Kinkusa dans la commune de Ngaliema, dans la partie Ouest de la ville de Kinshasa risque de disparaître de la carte. A la clé, plusieurs têtes d’érosions qui avalent des maisons et des parcelles entières. Des sources bien informées proches de cette localité parlent d’une cinquantaine des maisons déjà avalées depuis le début de cette catastrophe naturelle. Le manque des caniveaux serait à la base de cette situation, renseignent-elles.

Toutes les correspondances adressées aux autorités compétentes sont restées sans suite. Au début, la population se prenait en charge en érigeant des barrières à l’aide des sacs mais elle est essoufflée et n’a que des yeux pour voir et observer impuissamment l’avancée en vitesse de ces érosions. Les avenues Nsobe, de la Paix et Nto-Lukunga sont les plus menacées par lesdites érosions.  Continuer la lecture de Kinshasa : Les pluies saisonnières ont déjà emporté quelques dizaines des maisons à Ngaliema 

Santé : Malgré la montée en flèche des cas du Covid-19, certains kinois font le « Saint Thomas » 

Rien ne passe dans le chef des kinois, ce peuple qui a une mentalité propre à lui-même. Les habitants de la ville province de Kinshasa n’ont jamais accepté une situation sans preuve aucune. Ce qui est grave même chez les lettrés, le doute est persistant, or sont les esprits avertis qui devraient en ce moment difficile faire un travail pédagogique de sensibiliser les gens au sujet de cette maladie qui tue sans pitié. Près de deux mois après la déclaration officielle de cette pandémie par Eteni Longondo, ministre de la Santé, soit le 10 mars dernier, la RDC compte aujourd’hui, sauf changement, 863 personnes infectées, 724 personnes en soins, 103 guéries et 36 décès. Malgré cela, certains kinois font le « Saint Thomas », ils veulent « le kimona meso », traduisez vivre de vue su. 

DOUTE ET RAISONS

Thomas est parmi les douze apôtres du Christ, après sa résurrection, qui n’avait pas cru à tout ce que ses collègues apôtres lui racontait que le Seigneur était ressuscité.  Les kinois comparent la R-dCongo aux autres pays de l’Occident. On se rappellera que au début du Coronavirus en France,  on ne voyait pas les morts, mêmes les membres de famille. C’est seulement après qu’on a permis à un nombre réduit de la famille de voir leur frère ou sœur mort et cela à distance. La question que l’on peut se poser en ce net est celle de savoir pourqoui doit-on voir les morts et les malades et surtout pour en faire quoi ? Continuer la lecture de Santé : Malgré la montée en flèche des cas du Covid-19, certains kinois font le « Saint Thomas » 

Forêt : Sur demande de la notabilité de Bonyanga, Claude Nyamugabo exige de Maniema Union 2 la réparation

Le ministre de l’Environnent et Développement durable de la RDC, Claude Nyamugabo a été saisi par la notabilité du groupement de Bonyanga, territoire de Bolomba dans la province de l’Equateur. Dans un mémo adressé au ministre, la notabilité avait socilité son arbitrage dans le conflit qui l’oppose à l’entreprise COKIBAFODE ( Ex- Maniema Union 2), qui exploite du bois d’oeuvre dans cette partie de la province. Plusieurs violations et illégalités ont été soulevées par la notabilité de Bonyanga, qui à défaut d’obtention du gain de cause se réservait le droit de chasser l’entreprise chinoise sur son sol. 

Aerial view of forest in East Cameroon. Photo by Mokhamad Edliadi/CIFOR

Dans une lettre en réponse à la correspondance de la notabilité, Claude Nyamugabo regrette les différentes violations tant de la réglementation forestière des normes techniques d’exploitation que des droits reconnus aux communautés locales, et aux travailleurs dans cette zone d’exploitation forestière.

« En tant que responsable du secteur, je ne peux que prôner le respect des lois et règlements relatives à la gestion rationnelle et harmonieuse des forêts de la République démocratique du Congo. A cet effet, pour avoir la lumière sur ce dossier, j’ai invité, ce jeudi 07 mai 2020, le responsable de la société COKIBAFODE à une séance de travail afin d’échanger pour trouver une solution pouvant garantir la paix social dans le plus grand interêt de nos populations », peut-on lire dans cette correspondance.

Lors de cette rencontre, le ministre de l’Environnement et Développement durable affirme avoir chargé l’entreprise chinoise à procéder immédiatement à la réparation des abus lui reprochés par la communauté de Bonyanga. «  J’ai été très dur avec cette société avec menaces de suspension de l’exploitation si rien ne change », a-t-il informé. 

Joint au téléphone, un représentant de la notabilité a déclaré que l’acte posé par le ministre est salué par les notables de Bonyanga, qui au delà de l’esprit d’ouverture du ministre, attendent plus que ça. 

« Nous commençons par remercier son Excellence Monsieur le Ministre pour la promptitude de sa réponse. Nous attendons de lui qu’une solution soit trouvée. La solution que nous cherchons est que l’entreprise puisse travailler conformément aux normes et aux lois qui régissent le secteur forestier dans notre pays. Et comme nous avons l’implication du ministre, c’est une très bonne chose et la communauté est entrain de suivre pour qu’on arrive à réparer tous ces dégâts », a indiqué Félix Bongelemba, membre de la notabilité de Bonyanga.

Selon le représentant de la notabilité, si rien ne change, la communauté se verra dans l’obligation de se prendre en charge. « Si nos réclamations ne sont pas prises en compte, nous resterons dans notre position de voir l’entreprise chinoise quitter sur notre sol », a-t-il insisté.

Alfred NTUMBA

Forêt : 6 millions d’euros pour aider la RDC et le Cameroun à formaliser l’exploitation artisanale du bois d’oeuvre

« Promouvoir et formaliser l’exploitation artisanale du bois d’œuvre en Afrique centrale (PROFEAAC) », c’est le nouveau projet du CIFOR (Centre de recherche forestière internationale) pour aider les deux pays pilotes à formaliser leur exploitation artisanale du bois d’oeuvre. Lancé au mois de mars 2020, ce projet devra s’étendre sur trois ans. Il sera exécuté en République démocratique du Congo et au Cameroun. Le coût global du projet est autour de 6 millions d’€ dans les deux pays, dont 1 million d’€ sera financé par le FFEM (Fonds Français pour l’Environnement Mondial), pour la RDC, et d’autres co-financements notamment celui de l’UE pour la RDC. 

Ce projet vise à accompagner les exploitants artisanaux de bois d’oeuvres dans la formalisation de leurs activités. Il propose une approche intégrée de formalisation et de développement de l’exploitation artisanale du bois d’œuvre, allant de la gestion de la ressource ligneuse aux demandes de sciages dans les marchés domestiques. « L’exploitation artisanale est largement négligée par les systèmes de gouvernance forestière au profit du secteur industriel, donc il est difficile d’adopter des politiques pour minimiser ses impacts environnementaux. Si la filière continue à opérer dans l’ombre, il sera difficile d’envisager la durabilité », a expliqué Richard Eba’a Atyi, coordonnateur régional du CIFOR en Afrique centrale. Continuer la lecture de Forêt : 6 millions d’euros pour aider la RDC et le Cameroun à formaliser l’exploitation artisanale du bois d’oeuvre

Conservation :  L’Union européenne veut appuyer un projet de protection des convois civils dans le parc des Virunga

Quelques jours après les attaques meurtrières d’un convoi civil, qui ont couté la vie à plus de 17 personnes dans le parc national des Virunga (PNVi), l’Union européenne envisage soutenir un projet de protection des convois civils, devenus de plus en plus de cibles des assaillants qui opèrent dans cette aire protégée, située à l’est de la République démocratique du Congo.

Dans une correspondace adressée au ministre congolais de défense, Aimé Ngoy Mukena, le chef de la délégation de l’UE en RDC, Jean-Marc Chataigner,  a rappelé le rôle crucial que les Forces armées de la RDC ont à jouer dans la sécurisation et la restauration de la paix dans le Nord-Kivu, particulièrement dans les aires protégées en partenariat avec l’ICCN (Institut congolais pour la Conservation de la Nature).

A en croire l’Ambassadeur de l’UE à Kinshasa, l’idée d’un tel projet est partie de l’accompagnement par les FARDC, d’un convoi de la délégation de son institution en mission dans le PNVi, Beni et Goma, en novembre 2019.   Continuer la lecture de Conservation :  L’Union européenne veut appuyer un projet de protection des convois civils dans le parc des Virunga

Mines : Une zone d’exploitation minière instituée dans le Parc national de l’Upemba

L’exploitation minière artisanale pourrait bientôt commencer dans le parc national de l’Upemba, situé dans la partie sud de la République démocratique du Congo. Un arrêté ministériel signé en 2019, par l’ancien ministre des mines, Martin Kabwelulu y consacre une zone d’exploitation minière artisanale en violation de la loi n°14/003 du 11 février 2014 relative à la conservation de la nature, qui stipule que  toute activité incompatible avec les objectifs de la conservation est interdite dans les aires protégées.  

« Considérant la nécessité d’instituer des zones d’exploitation artisanale dans la province du Haut Katanga, sur avis favorable du gouverneur de la province, du Cadastre minier, du chef de division provinciale des mines, et de l’Administrateur du territoire, il est institué dans le territoire de Kambove, Province du Haut Katanga, dans les limites de l’aire géographique déterminée, une zone d’exploitation artisanale n° ZEA-906 », indique cet arrêté. 

En se référant à l’Atlas forestier interactif mis en place par le Ministère de l’Environnement et développement durable, avec l’appui de WRI, les coordonnées polaires évoquées dans l’arrêté 0089 du 20 février 2019, situent la ZEA-906 dans la partie nord-est du parc national de l’Upemba. Cette affectation vient relancer le débat sur la superpositions de titres, qui reste une problématique très délicate dans la gouvernance des ressources naturelles de la RDC. Continuer la lecture de Mines : Une zone d’exploitation minière instituée dans le Parc national de l’Upemba

Forêt : Exploitation forestière à Bolomba, la notabilité de Bonyanga durcit le ton contre Maniema Union 2

S’achemine-t-on vers vers un véritable bras de fer entre les communautés de Bolomba et l’entreprise Long Xin Sarlu ( Ex-Maniema Union 2), qui exploitante du bois d’oeuvre dans cette partie de la province de l’Equateur ? Après la déclaration de la société civile de l’Equateur exigeant le départ de cette entreprise chinoise de la province, la notabilité de Bonyanga vient d’enfoncer le clou en prévenant qu’en cas de résistance, les communautés de Bolomba devront se prendre en charge en s’opposant farouchement contre tout intérêt de l’entreprise sur le sol.

Dans une déclaration faite à Bolomba, et dont Environews RDC s’est procurée une copie, la notabilité de Bonyanga exige l’arrêt immédiat de l’exploitation forestière de Long Xin Sarlu, sur son territoire. «  A défaut de non observance de cette exigence, la notabilité de Bonyanga se prendra en charge contre cette dernière, l’empêchant de toute activité dans ses forêts », précise cette déclaration.

Cette notabilité exige également la soumission de l’entreprise Long Xin Sarlu au commencement de la procédure d’exploitation industrielle du bois, conformément à la réglementation forestière en vigueur en RDC. Faute de quoi, la notabilité se réserve le droit de chasser cette entreprise de son groupement, peut-on lire dans cette déclaration. Continuer la lecture de Forêt : Exploitation forestière à Bolomba, la notabilité de Bonyanga durcit le ton contre Maniema Union 2

Forêts : 16.000 kits  de gaz domestique vendus en un mois, Claude Nyamugabo  se dit satisfait

La société SOGAZ a  reçu ce mercredi 6 mai  dans ses installations, la visite du ministre de l’environnement et développement durable Claude Nyamugabo.  S’inscrivant dans le cadre de la campagne de lutte contre la déforestation en promouvant l’utilisation du gaz, cette visite d’inspection  était une occasion pour les responsables de cette entreprise de présenter au  ministre de l’environnement et développement durable   l’évaluation de l’exécution de cette campagne d’une part, et la promotion du gaz domestique en RDC d’autre part.

Un mois après le lancement de cette campagne de lutte contre la déforestation  en promouvant l’usage du gaz, les chiffres enregistrés à ce jour sont encourageants, et démontrent qu’il est possible de réduire la pression de l’homme sur les forêts, en mettant à la disposition de la population des alternatives  simples et  faciles d’accès. Avec  16.000 kits déjà  vendus  à  un prix réduit grâce aux subventions du gouvernement, la campagne sauvons nos forêts se révèle comme une des  solutions durables au problème de déforestation en RDC.

«  Ce bel envol n’est que le début d’une lutte acharnée contre la destruction de notre écosystème et pour l’amélioration des conditions de vie de nos populations », peut-on lire dans le communiqué de presse qui a sanctionné cette visite d’inspection.

Satisfaits  des résultats lui présentés,  Claude Nyamugabo espère  pour sa part que dans les jours qui viennent, ces bons résultats seront multipliés vu l’intérêt général que porte désormais une grande partie de la population sur le gaz domestique, y compris ceux qui vivent dans les milieux les plus défavorisés. Continuer la lecture de Forêts : 16.000 kits  de gaz domestique vendus en un mois, Claude Nyamugabo  se dit satisfait

Premier Site d'information environnementale en Afrique centrale