Eau : Transfèrement des eaux du fleuve Congo vers le Tchad, bientôt l’avis du Conseil économique et social

La question du transfèrement (exportation) des eaux du fleuve Congo vers le lac Tchad ne cesse d’alimenter la chronique. Après la manifestation d’intentions sur une possible exportation de l’or bleu du Congo à partir de l’embouchure, telle qu’annoncé par le Chef de l’Etat congolais, Félix Tshisekedi, lors de son passage à Kigali, les violons ne s’accordent nullement pas entre scientifiques et experts.

Une vue de la ville de Kinshasa, prise depuis Brazzaville (Photo, Alfred Ntumba/Environews)

Si pour les uns, donner de l’eau du fleuve Congo au lac Tchad aura certes des impacts, mais minimisables, pour les autres, cette décision serait plus catastrophique au regard de la complexité des écosystèmes de la RDC.

C’est dans cette optique que le Conseil économique et social a convoqué sa deuxième séance académique, le jeudi 09 mai dernier. Au cours de cette séance purement scientifique, à laquelle ont pris part, Roger Mpananu, ancien député national, le Professeur Kabasele Yenga Yenga, le professeur Raphael Tshimanga (Hydrologue), la Conseillère spéciale du Chef de l’Etat en matière de coopération et intégration régionale, Bestine Kazadi, des délégués du PNUD et des délégués de la Société civile, les scientifiques se sont exercés à donner leurs avis sur la problématique, les avantages et les conséquences qui résulteraient de l’exportation de l’eau du fleuve vers un autre bassin. Continuer la lecture de Eau : Transfèrement des eaux du fleuve Congo vers le Tchad, bientôt l’avis du Conseil économique et social

Conservation : TSHISEKEDI et MUSEVENI invités à ne pas attribuer des licences d’exploitation pétrolière dans le rift Albertin

C’est dans une lettre ouverte adressée à  Félix Tshisekedi, président  de la République démocratique du Congo et Yoweri Museveni, président de l’Ouganda ,  que les organisations de la société civile environnementale et des droits de l’homme  de ces deux pays appellent leurs  dirigeants  par l’intermédiaire des  ministères des énergies et des hydrocarbures  à éviter la nouvelle série d’attribution des licences d’exploration pétrolière dans les écosystèmes sensibles du Rift Albertin. Un appel qui fait suite  au constat inquiétant  selon lequel, le cycle de licences d’exploration pétrolière prévu par ces deux pays de l’Afrique Centrale est en cours, et doit avoir lieu dans et autour du Graben Albertin, qui est un écosystème sensible d’importance nationale et internationale.

Signalons que la RDC par le biais de son ancien ministre des hydrocarbures avait déjà lancé l’appel d’offre pour l’exploration pétrolière dans les trois bassins sédimentaires couvrant 21 blocs pétroliers, dont 50 000 km dans le bassin du Rift Est, du Graben Albertin. Il a été  rejoint  le 10 avril 2019, par son voisin Ougandais qui à son tour  a annoncé via son ministère  de l’Énergie et du Développement minier (MEMD)  que le pays lancera une deuxième série de licences d’exploration pétrolière en mai 2019 pour sept  blocs d’explorations couvrant une distance totale de 1 200 kilomètres carrés dans le Rift Albertin. Continuer la lecture de Conservation : TSHISEKEDI et MUSEVENI invités à ne pas attribuer des licences d’exploitation pétrolière dans le rift Albertin

Economie verte : Clôture de l’Assemblée générale sur la révision des textes organiques de l’ACFCA

C’est ce mercredi 08 mai, que s’est clôturée à Kinshasa, les travaux de l’Assemblée générale extraordinaire d’ACFCA (Alliance congolaise pour les foyers et combustibles améliorés) sur la révision des textes organiques.

Ces travaux de deux jours organisés avec l’appui du Programme d’Investissement pour la Forêt (PIF) avaient pour objectif de redynamiser l’ACFCA, en vue de lui apporter un nouveau souffle et un nouvel horizon. « Nous sommes satisfaits du résultat parce que les objectifs ont été atteints. Ici  le plus grand travail était la révision du statut et du  règlement d’ordre  intérieur, et la proposition  d’un manuel de procédures administratives, financières et comptables et cela  a été atteint au moins à 90%. », a déclaré Gustave Matayabo, président du Conseil d’Administration de l’ACFCA.

Continuer la lecture de Economie verte : Clôture de l’Assemblée générale sur la révision des textes organiques de l’ACFCA

Biodiversité : L’Union européenne a investi 175 millions d’euros dans la conservation en RDC

Le 09 mai de chaque année, l’Union européenne célèbre la journée de l’Europe. À Kinshasa, le thème retenu par la Délégation de l’UE en RDC est : « La biodiversité et la forêt congolaise ».  Une façon pour la délégation de mettre en valeur son engagement pour les forêts congolaises et l’immense biodiversité qu’elle regorge.

Au cours de cette célébration, le chargé des affaires a.i. de l’Union européenne, Guillaume Chartrain a révélé que son institution a déjà investi 175 millions d’euros dans la conservation de la biodiversité et de forêts congolaises.

« Nous avons été actifs aux cotés des écogardes dans la lutte contre le braconnage et le déboisement. Nous avons soutenu les aires protégées sur prêts de 130.000 km2 », a-t-il indiqué. Continuer la lecture de Biodiversité : L’Union européenne a investi 175 millions d’euros dans la conservation en RDC

Forêt : Joseph Bobia, « la validation du guide opérationnel du plan simple de gestion des CFCL est l’aboutissement d’une longue lutte »

Joseph Bobia Bonkaw s’est félicité de la validation du guide opérationnel du plan simple de gestion des CFCL (Concessions forestières des communautés locales) tel que présenté ce mardi 07 mai à Kinshasa, par le Ministère de l’Environnement et Développement Durable (MEDD) et le WRI (World Resources Institute).

Joseph Bobia en costume bleu. (crédit photo, droit tierce)

« Avec cette validation du guide sur les concessions des forêts des communautés locales, je me sens très comblé et souhaite une application dudit guide comme outil », se réjouit le coordonnateur du BVGRN (Bureau de Veille et de Gouvernance des Ressources Naturelles), en réaction à l’atelier de validation auquel a pris part plusieurs acteurs étatiques, et ceux de la société civile environnementale dans sa diversité. Continuer la lecture de Forêt : Joseph Bobia, « la validation du guide opérationnel du plan simple de gestion des CFCL est l’aboutissement d’une longue lutte »

Economie verte : Le PIF apporte un appui à la redynamisation de l’ACFCA

Les parties prenantes intervenant dans le secteur des foyers améliorés se sont retrouvées à Kinshasa, ce mardi 07 mai, dans le cadre de leur Assemblée générale extraordinaire, en vue de réfléchir sur les nouvelles stratégies susceptibles de redynamiser leur entité, et adopter des solutions adéquates pour rendre efficiente les solutions qu’elle propose  dans lutte pour l’autosuffisance dans la cuisson en RD Congo.

Foyer amélioré JIKO MAMU de l’entreprise Biso na bino, membre de l’ACFCA.

Réunis au sein de l’ACFCA (Alliance congolaise pour les foyers et combustibles améliorés), les acteurs de cette organisation non gouvernementale ont à travers les travaux de cette Assemblée générale extraordinaire, focalisé  leurs réflexions sur la promotion des foyers améliorés sur les marchés de Kinshasa et de toute la République démocratique du Congo.

« Le ministère de l’Environnement et Développement durable à travers le PIF (Programme d’investissement pour la forêt), a recruté un juriste non seulement pour assister  l’Alliance sur la promotion des foyers améliorés, mais également pour  réviser son texte organique. Grâce à cet accompagnement, nous allons protéger nos forêts » a déclaré Gustave Matayabo,  président du Conseil d’administration de l’ACFCA. Continuer la lecture de Economie verte : Le PIF apporte un appui à la redynamisation de l’ACFCA

Catastrophe naturelle : Genève abritera la conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophes

La Plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophes (UNDRR), annonce la tenue à Genève (Suisse), de sa conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophes naturelles. Du 13 au 17 mai, la capitale suisse accueillera plus de 5 000 participants, venant des États membres des Nations Unies, y compris les pays ayant récemment connu des phénomènes météorologiques extrêmes, tels que le Mozambique, le Zimbabwe, le Malawi et l’Inde.

Photo prise le 18 mars 2019 par la Mission Aviation Fellowship montrant des personnes sur un toit dans une zone touchée par le cyclone Idai à Beira.
© AFP PHOTO/MISSION AVIATION FELLOWSHIP

La quatrième Conférence mondiale sur la reconstruction, qui se réunira les 13 et 14 mai, sera axée sur l’inclusion et le relèvement. L’un des principaux orateurs principaux serait le président de l’autorité de reconstruction du Népal, qui évoquerait les progrès réalisés au cours des quatre dernières années dans la reconstruction du Népal, à la suite du séisme d’avril 2015, qui était probablement le plus important projet de relance après le tremblement de terre du mois précédent. Plus de 600 000 Népalais ont été intégrés au système bancaire pour la première fois afin de pouvoir bénéficier d’une aide pour la reconstruction de leur maison.

« Une autre partie de la plate-forme mondiale pour la réduction des risques de catastrophe sera la deuxième conférence sur l’alerte précoce comportant plusieurs risques, les 13 et 14 mai. Le cadre de Sendai a reconnu que les systèmes d’alerte précoce étaient essentiels pour sauver des vies et limiter les dégâts. Les récents événements survenus au Malawi, au Zimbabwe et au Mozambique ont montré qu’il restait encore de nombreuses pertes en vies humaines dues à des phénomènes météorologiques extrêmes, même avec une alerte avancée », a déclaré Denis McClean, du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe. Continuer la lecture de Catastrophe naturelle : Genève abritera la conférence mondiale sur la réduction des risques de catastrophes

Forêt : validation du guide opérationnel du plan simple de gestion des concessions forestières des communautés locales

C’est ce 7 mai que s’est ouvert à Kinshasa un atelier de validation du guide opérationnel portant normes d’élaboration du plan simple de gestion des concessions forestières des communautés locales. Organisé par le Ministère de l’Environnement et Développement Durable (MEDD), à travers sa division de foresterie communautaire en collaboration avec le World Resources Institute (WRI) et le Service Forestier Américains grâce aux financements de l’USAID CARPE, ces assises visent à présenter ce guide aux près des participants pour recueillir d’eux des observations et suggestions afin de l’enrichir et de procéder par la suite à sa mise en œuvre.

Ce guide opérationnel est un élément du cadre juridique et législatif indispensable pour la mise en œuvre de la foresterie communautaire en RDC où la dynamique de la foresterie communautaire a été consacrée, au moyen de la loi 011/2002 du 25 août 2002 portant code forestier, comme principal mécanisme d’implication des populations locales à la gestion durable des forêts, en vue de leur développement socio-économique. Continuer la lecture de Forêt : validation du guide opérationnel du plan simple de gestion des concessions forestières des communautés locales

Alimentation : D’ici à 2025, les importations du riz vont coûter 5 milliards de dollars américains à l’Afrique

En 2014, la consommation du riz en Afrique subsaharienne était estimée à environ 26 millions de tonnes. Sur ce chiffre, 13 millions de tonnes, représentant environ un tiers de ce qui se négocie sur le marché mondial, ont été importées en Afrique. La consommation du riz en Afrique devrait atteindre 34,9 millions de tonnes d’ici 2025. Sur ce chiffre, 12,6 millions de tonnes seront importées pour un coût d’environ 5,5 milliards de dollars américains par an.

La demande de riz en Afrique augmente en raison de la croissance démographique, de l’augmentation de la consommation par habitant et d’une préférence croissante pour le riz de qualité supérieure liée à une urbanisation accrue.

La Banque africaine de développement (BAD) estime que le secteur du riz pourrait devenir un moteur de la croissance économique sur le continent. Pour atteindre l’autosuffisance en riz d’ici 2025, l’Afrique doit produire près de 13 millions de tonnes supplémentaires de riz de qualité supérieure par an. Continuer la lecture de Alimentation : D’ici à 2025, les importations du riz vont coûter 5 milliards de dollars américains à l’Afrique

Energie : Top 5 des astuces pour limiter sa consommation énergétique !

Nous avons tendance à négliger notre consommation énergétique au sein de notre foyer. Cependant, en dehors de l’aspect écologique, cela a une forte incidence sur notre facture d’eau et d’électricité. Pour vous permettre d’économiser, on vous livre 5 astuces pour limiter sa consommation énergétique facilement…

Installer des ampoules à basse consommation

Les ampoules à basse consommation vous permettent de faire des économies considérables sur votre facture d’électricité. En effet, les ampoules à basse consommation ont besoin de moins d’énergie pour éclairer. Par exemple, une ampoule LED possède 810 lumens pour 12 Watts alors qu’une ampoule classique possède 700 lumens pour 60 Watts. Il y a donc une réelle différence de puissance mais également de consommation énergétique. En ce qui concerne les ampoules à basse consommation (les fluocompactes et les LED), elles ont toutes les deux des avantages. Cependant, nous vous conseillons de les choisir en fonction de vos pièces. Si vous avez besoin d’un éclairage instantané, privilégiez les ampoules LED mais si ce n’est pas le cas, installez plutôt des ampoules fluocompactes. Continuer la lecture de Energie : Top 5 des astuces pour limiter sa consommation énergétique !

Premier Site d'information environnementale en Afrique centrale