RDC : La Banque mondiale souhaite que les Etats s’approprient les résolutions de la 8èmeplateforme sur la réduction des risques de catastrophes

La Banque mondiale loue les avancées enregistrées à ce jour par la CEEAC (Communauté des Etats d’Afrique Centrale) dans l’exécution du programme de réduction des risques de catastrophes naturelles. En droite ligne des travaux de la 8èmeplateforme, lancés à Kinshasa, ce lundi 30 septembre, la représentante de la Banque Mondiale à ces assises, Henriette Bipendu Mampuya a réitérée l’engagement de son institution à accompagner des avancées significatives déjà enregistrées dans la sous-région.

Henriette Bipendu, représentante de la Banque Mondiale à la 8ème Plateforme sur la reduction des risques de catastrophes.

Parmi ces avancées, il y’a lieu de citer notamment, la création de l’Unité gestion des risques au sein du secrétariat de la CEEAC, l’alignement de la stratégie régionale de prévention des risques et d’adaptation au changement climatique au cadre de Sendai, et la création du Réseau de parlementaires d’Afrique centrale pour la réduction des risques de catastrophes naturelles.

« Notre rôle est d’accompagner ce qui doit sortir de ces discussions. C’est très important que les points focaux se rencontrent et se parlent afin de partager les expériences intra régionales sur la gestion des risques de catastrophes naturelles, et que leurs recommandations puissent être ensuite rapportées au niveau ministériel et prises en compte dans toutes les politiques du développement», a-t-elle indiqué. Continuer la lecture de RDC : La Banque mondiale souhaite que les Etats s’approprient les résolutions de la 8èmeplateforme sur la réduction des risques de catastrophes

Foret : Lancement d’un réseau de recherche pour protéger les forêts d’Afrique centrale

 Au total, quatorze institutions académiques qui travaillent dans tous les Etats membres de la commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC) ont lancé un  nouveau réseau de recherche sur les forêts d’Afrique centrale (R2FAC). Ce réseau a pour objectif, de contribuer par des activités de recherche et de développement, à la gestion durable de l’environnement et des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale dans un contexte où les pressions anthropiques et climatiques s’accentuent sur ces écosystèmes.

Pépinière d’Isalowe à Yangambi, province de la Tshopo, sur le large du fleuve Congo. © Hervé Mukulu

« Le champ d’action de ce réseau concerne la recherche environnementale et forestière appliquée aux écosystèmes et paysages forestiers au sens large qui engage une composante ligneuse notable, notamment les savanes, les Agros forets, et bien plus », a souligné Alfred Ngomanda, Directeur de l’Institut de Recherche en Ecologie Tropicale du Gabon (IRET).

Au cours de l’atelier de lancement des activités de ce réseau qui a eu lieu les 27 et 28 septembre à Douala, les différents partenaires du réseau ont élu leurs responsables et défini les objectifs et activités pour une période de deux ans. Continuer la lecture de Foret : Lancement d’un réseau de recherche pour protéger les forêts d’Afrique centrale

RDC : Début des travaux de la 8ième plateforme sur la réduction des risques de catastrophes

« Œuvrer pour une approche inclusive et un meilleur suivi de la mise en œuvre du cadre de SENDAI en Afrique centrale », c’est le thème de la 8ième plateforme Afrique Centrale pour la réduction des risques de catastrophes. Cette réunion annuelle qui réunit des experts de 12 pays dAfrique Centrale a été lancée ce 30 septembre à Kinshasa (RD Congo).

Durant 5 jours, les experts et les représentants des institutions qui accompagnent la CEEAC (Communauté Economique des Etats d’Afrique Centrale), vont partager les expériences et avancées enregistrées en vue de promouvoir la prévention et la gestion des risques liés aux catastrophes naturelles et aux changements climatiques.

« En mettant ensemble nos points de vues, nos expertises, nos expériences sur terrain et en y ajoutant la volonté d’agir, nous avons la ferme assurance que les conclusions qui seront issues de cette 8ième plateforme constitueront un apport important de la justification d’un socle solide pour la mise en œuvre du cadre SENDAI dans nos villes respectives », a indiqué le ministre congolais des actions humanitaires et solidarité, Steve Mbikayi. Continuer la lecture de RDC : Début des travaux de la 8ième plateforme sur la réduction des risques de catastrophes

Environnement : Israël Tshiani, vainqueur du concours InnoStart 2019

C’est ce  28  septembre que le projet de Israël Tshiani qui a porté sur l’installation des microcentrales hydroéctriques à vis d’Archimède pour l’électrification des zones rurales en RDC a remporté la première place du concours Innostart 2019, organisé par l’entreprise Airbus et la coopération allemande en République démocratique du Congo, à travers son programme de maintien de la biodiversité et gestion durable des forêts. Une initiative qui a pour vocation, celle de promouvoir la recherche, l’innovation la technologique et l’entreprenariat dans la formation académique précisément dans le domaine de gestion durable des ressources naturelles.
Arrivé en tête devant quatre candidats, le projet de ce lauréat venu de l’université panafricaine de Lubumbashi a subjugué non seulement les membres du jury, mais également l’assistance, à qui le droit de vote était réservé.
« J’avais un projet très innovant et je savais qu’il répondait à un grand problème de la société. J’étais sûr de moi-même et de ce que j’avais fait, voilà les résultats sont là », a confié le lauréat.
S’agissant de l’élément qui a motivé le jury et le public pour plébisciter son travail, Israel Tshiani a expliqué qu’il avait fait un pitch dans lequel chaque personne a pu tirer sa part concernant le défis de l’électrification que la RDC est appelée à relever. Continuer la lecture de Environnement : Israël Tshiani, vainqueur du concours InnoStart 2019

Biodiversité : Marco Lambertini , « le WWF accompagnera la RDC à préserver sa  biodiversité »

C’est en marge du sommet  Action Climat 2019 et de de la 74e Assemblée générale des Nations-Unies que le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi  a accordé une audience  à la délégation du Fonds Mondial pour la Nature (WWF), conduite par son directeur général Marco Lambertini. A annoncé un communiqué de presse émis par WWF.

Une rencontre qui a tourné au tour du rôle de premier plan que devrait jouer le pays de Félix Tshisekedi pour répondre à l’urgence planétaire relative au changement climatique et à la perte croissante de la biodiversité mondiale. Cette audience était une occasion pour Marco Lambertini de réitérer à Félix Tshisekedi l’engagement de longue date de son institution  dans la protection de la nature et l’appui à gestion durable des ressources naturelles en RDC. Continuer la lecture de Biodiversité : Marco Lambertini , « le WWF accompagnera la RDC à préserver sa  biodiversité »

New York : Claude Nyamugabo entend matérialiser le discours du Chef de l’Etat

Le ministre de l’Environnement et Développement durable a réitéré son engagement à matérialiser le discours du chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, tenu du haut de la Tribune de nations unies, ce jeudi 26 septembre 2019.

« Je suis autant plus heureux qu’une grande partie de son discours ait tourné au tour des aspects environnementaux. Nous allons tout mettre en œuvre pour que ce qu’il a dit du haut de la tribune au monde entier soit une réalité dans notre pays », a-t-il indiqué.

Pour le ministre congolais de l’Environnement, il n’y a pas du développement sans le développement durable. Et pour y arriver, il est impératif de travailler dans le sens de réduire la pauvreté considérée comme l’une de cause de la déforestation en Afrique et en RDC en particulier.

« Nous allons nous mettre à l’œuvre pour continuer à préserver cette forêt, mais également faire du lobbying pour que ce que nous faisons pour le monde entier nous bénéficie », a-t-il précisé.

Claude Nyamugabo compte sur le soutien du Président de la République et des partenaires pour inverser la courbe de pauvreté et garantir la bonne gouvernance de du secteur de l’environnement afin d’attirer plus des financements.

Alfred  NTUMBA

Environnement : Claude Nyamugabo, « Je n’ai aucune intention de dépouiller l’administration »

Réagissant à notre article publié ce jeudi 26 septembre, au sujet de sa note circulaire adressée au secrétaire général, aux directeurs et aux coordonnateurs de son ministère, le ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo Bazibuhe, (en photo), a depuis New York, tenu à fixer l’opinion nationale que sa décision prise à travers cette circulaire ne va nullement pas à l’encontre des prérogatives dévolues à l’administration centrale de son ministère.

« L’esprit de cette note n’est pas celui de dépouiller l’administration de ses prérogatives. Je considère les membres de mon administration comme mes experts. Et ils verront comment nous allons travailler en toute transparence », a-t-il précisé.

Lire aussi  Environnement : Les premiers actes de Nyamugabo suscitent des inquiétudes

Le ministre tient à cependant à lever l’équivoque quant à la soumission sous son approbation de tout mouvement de déplacement des ces experts. Toute mission de service doit être contrôlée, car précise-t-il, « il me représentent partout où ils iront. Je dois être au courant de leur déplacement ».

Notons par ailleurs que la circulaire signée par le Ministre de l’Environnement et Développement durable avait suscité une mauvaise interprétation au sein de l’administration, au regard d’un passé tumultueux que connais ce ministère.

Alfred NTUMBA

New York : Tshisekedi plus vert que les forêts du bassin du Congo

C’est un discours très attendu du nouveau président de la République démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui a tourné en grande partie au tour du rôle capital que joue la forêt de la RDC qui représente 47% de forêt du continent africain. Du haut de tribune de nations unies, ce jeudi 26 septembre, le chef de l’Etat congolais a invité la communauté internationale à soutenir les efforts de préservation des forêts en RDC et dans la sous-région..

« Il est incompréhensible que les forêts du bassin du Congo qui sont les mieux conservée au monde ne captent que 1% des financements disponibles. Il est impératif que toute l’architecture internationale en ce compris les FMI intègre davantage la donne environnementale dans son analyse de critères des défis macro économiques liées à ses interventions dans différents pays », a-t-il déclaration.

Conscient du rôle majeur que joue  la République démocratique du Congo dans la préservation des forêts et la regulation du climat mondial, Félix Tshisekedi a exprimé la détermination de son gouvernement à maintenir le dialogue avec ses principaux partenaires sur les questions environnementales, notamment ceux réunis dans le cadre de l’Initiative pour les forêt d’Afrique centrale (CAFI). Continuer la lecture de New York : Tshisekedi plus vert que les forêts du bassin du Congo

Environnement : Les premiers actes de Nyamugabo suscitent des inquiétudes

Les premiers pas sont souvent déterminants pour la suite, dit-on. Aussitôt nommé ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo Bazibuhe a dans une note circulaire signée le 14 septembre,  adressée au secrétaire général, directeurs et aux coordonateurs de son ministère, donné des instructions fermes à son administration rappelant l’arrêté pris par son prédécesseur, Amy Ambatobe. Un arrêté qui avait dépouillé le secrétariat général de ses prérogatives d’engager le ministère auprès des tierces. Selon l’esprit et la lettre de cet arrêté de 2017, seul le ministre a le droit d’engager le ministère dans ce genre de deals.

« C’est une déception », commente dans les couloirs, sous le sceau d’anonymat, un cadre de l’administration du MEDD (Ministère de l’Environnement et Développement Durable). « Le fait pour le ministre de renforcer cet arrêté qui viole les prérogatives dont la competence revient à l’administration, prouve qu’il est animé de mêmes intentions que son prédécesseur ».

Lire aussi  Environnement : Claude Nyamugabo, « Je n’ai aucune intention de dépouiller l’administration »

Selon ce cadre, Amy Ambatobe avait pris cet arrêté vidant le secrétariat général de toute substance, pour mieux signer des contrats léonins et utiliser les agents de l’administration en les envoyants dans des missions sans passer par l’administration et pourtant ce travail administratif se doit être hiérarchique.

« Allez-y comprendre ! en violation du moratoire, un ministre qui octroi plus de 3 millions d’hectares de forêts à une entreprise chinoise. Et pourtant, ces chinois sont connus pour des pratiques illégales dans leur exploitation forestière. L’actuel ministre n’est pas loin d’emboiter les pas à son frère », nous révèle-t-il.

A en croire notre source, le ministre de l’Environnement a même exigé qu’à chaque fois qu’il aura des missions de services, impérativement, il faut qu’il ait un membre de cabinet dans la liste. Une pratique qui frustre tout de même. Continuer la lecture de Environnement : Les premiers actes de Nyamugabo suscitent des inquiétudes

Climat : Au sommet pour le climat, Tshisekedi appelle à la valorisation des forêts du bassin du Congo

Prenant la parole pour la première fois au sommet de l’ONU sur le climat qui s’est  ouvert lundi 23 septembre à New-York, le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi s’est montré déterminé et engagé à promouvoir la protection  des forêts du bassin du Congo, considérées à ce jour comme une réponse efficace à la lutte contre les changements climatiques . Séquestrant plus de 30% des émissions des gaz à effet de serre émis dans la planète, les forêts du bassin du  Congo se positionnent à ce jour comme une alternative non négligeable dans cette bataille  contre les changements climatiques qui menacent notre civilisation.

Attendu depuis la confirmation de sa participation à ce sommet,  le premier discours de Félix Tshisekedi au sommet de l’ONU pour le climat n’a pas laissé indifférents les défenseurs de l’environnement.

D’entrée de jeu, le cinquième président de a RDC a   tenu à rappeler sur     les solutions efficaces, durables et peu coûteuses qu’offre la nature, une façon pour lui d’inviter ses paires à multiplier des efforts dans la préservation de la planète, avant de signifier  que  les Forêts du Bassin du Congo  constituent à cet égard une part importante de la réponse au défis climatiques qui menacent notre belle planète. Une part qui selon lui  semble moins valorisée. Continuer la lecture de Climat : Au sommet pour le climat, Tshisekedi appelle à la valorisation des forêts du bassin du Congo

Premier Site d'information environnementale en Afrique centrale