Énergie : la RDC se dote d’une carte de la biomasse forestière

Dans un communiqué de presse rendu public le 18 mai 2017, le Fonds mondial pour la nature WWF, a annoncé la disponibilité de la nouvelle carte nationale de la biomasse forestière de la République Démocratique du Congo.

Cette carte rendue possible grâce au projet Carbon Map and Model (CM&M) du WWF, est la première par télédétection LiDAR aéroporté qui dispose des précisions et données nécessaires à la capitalisation du stock de carbone.

La carte nationale de la biomasse forestière réalisée par le WWF

La RDC est devenue le premier pays africain à avoir une carte nationale de biomasse aussi précise et basée sur la méthode d’échantillonnage aléatoire systématique dérivée de l’approche LiDAR.

Selon Bruno Perodeau, directeur de la conservation au WWF- RDC, cette carte permet d’avoir une compréhension du stock de carbone forestier à travers le pays.  » Cette carte nationale de la biomasse forestière est une avancée importante pour la RDC. Elle vient renforcer les connaissances sur le deuxième plus grand massif forestier tropical au monde et le rôle qu’il joue par rapport au changement climatique. La réalisation concertée de cette carte constitue une étape remarquable en termes de méthode nouvellement mise en œuvre et de précision qui en résulte. Les résultats de ce projet permettent d’espérer bientôt des systèmes scientifiquement robuste pour le paiement à la performance des pays et leurs populations engagées dans le mécanisme REDD+ », a-t-il précisé dans ce communiqué.

Son importance

La réalisation de cette carte nationale de la biomasse forestière vient ainsi préciser pour chaque hectare de forêt, les quantités de carbone stockées et par le fait même appuyer les efforts nationaux de surveillance de la couverture forestière tout en facilitant les évaluations des émissions annuelles de carbone provenant de la déforestation nécessaire au paiement éventuelle de la REDD+.

Ce programme contribuera à la fois aux efforts contre les changements climatique, la réduction de la pauvreté et le développement durable. La carte nationale de la biomasse forestière pourra être utilisée comme une base de références pour d’autres activités de conservation, et développement de projets ainsi que pour l’aménagement du territoire dont la réforme a été lancée récemment.

Elle va soutenir la démarche REDD + initiée par le gouvernement de la RDC depuis 2009 tout en facilitant la poursuite des travaux d’investissement au niveau juridictionnel par son appui à la stratégie nationale REDD +.

L’approche LiDAR

LiDAR est une méthode développée par Dr. Sassan Saatchi de UCLA, avec une approche d’échantillonnage de données laser aériennes nommée Light Detection and Ranging qui signifie  » Détection et localisation par la lumière « .  Dans la production de cette  à carte, LiDAR a été choisie pour sa précision dans l’estimation de la structure de la forêt au-dessus du sol, ainsi que sur le coût et l’efficacité du temps à couvrir des zones vastes et inaccessibles du Congo.

Le système LiDAR reste actuellement un outil de télédétection qui utilise la lumière sous forme d’un laser fonctionnant comme un radar. Il détermine la structure de la forêt et de sa canopée avec une précision inégalée.

 

Jennifer LABARRE

France : Nicolas Hulot nommé Ministre de la transition écologique ( Environnement)

Jusqu’à présent, il avait décliné toutes les offres présidentielles. Celle de Jacques Chirac, l’année de sa réélection, en 2002. Celle de Nicolas Sarkozy, qui lui propose en 2007 un ministère englobant l’écologie, le développement et l’aménagement durables, finalement attribué à Jean-Louis Borloo. Celle de François Hollande, qui cherche à le convaincre, au début de 2016, d’accepter un poste de numéro deux dans le gouvernement en cours de remaniement. Cette fois, Nicolas Hulot a franchi le pas.

Nicolas Hulot, Ministre français de la transition écologique ( l’équivalent du ministère de l’environnement) photo droits tierces.

Nommé mercredi 17 mai à la tête d’un grand ministère de la transition écologique et solidaire, l’ancien animateur d’« Ushuaia, le magazine de l’extrême », relève son défi le plus audacieux : orienter l’action gouvernementale dans la voie de la transition écologique et énergétique.

L’accord de principe a été scellé vendredi 12 mai, lors d’un tête-à-tête entre le militant écologiste et le nouveau président de la République, au QG de ce dernier. « C’est une décision mûrie, assure Jean-Paul Besset, un proche de Nicolas Hulot. Il pense qu’il y a une véritable opportunité de réaliser un certain nombre de choses. Il connaît Macron depuis plusieurs mois et il a trouvé une oreille très attentive ».

Emmanuel Macron peut pour sa part se targuer d’avoir réussi un « coup de génie », selon Daniel Cohn-Bendit : « Hulot est typiquement le mec qui n’est ni à droite ni à gauche mais à droite et à gauche. » Avec ce ralliement, le nouveau président dérobe à la gauche l’une de ses thématiques fortes, qui avait été placée au cœur des projets de Benoît Hamon et de Jean-Luc Mélenchon.

Qui est Nicolas Hulot ?

Retour sur son parcours dans notre prochaine publication

Alfred NTUMBA avec AFP

Santé : Voici ce qui se passe dans votre corps quand vous buvez de l’eau à estomac vide

Au Japon, les gens boivent de l’eau très tôt le matin juste quand ils ses réveillent. Des nombreuses études ont confirmées l’avantage de cette habitude. Cette routine du matin a un effet curatif.

Il existe des preuves démontrant que l’eau potable sur un estomac vide peut être étonnamment utile dans le traitement des nombreuses maladies, y compris les maux de tête, les douleurs dans n’importe quelle partie du corps, les troubles et maladies cardio-vasculaire, l’épilepsie, le niveau accru de lipide-sanguin, l’asthme, la tuberculose, la méningite, les maladies de reins et des voies urinaires, les vomissement, la gastrite, la diarrhée, les hémorroïdes, le diabète, la constipation, les problèmes de visions, les maladies de l’utérus, les troubles menstruels etc.

Méthodes de traitement et d’emplois

Quand vous vous réveillez le matin, avant de pouvoir vous brossez les dents, buvez 640 ml d’eau ensuite vous pouvez vous brossez les dents, mais ne mangez ni ne buvez quoi que ce soit après les deux heures qui suivent. Les personnes âgées et les malades qui sont incapables de boire quatre verres d’eau sur un estomac vide, devraient alors commencer avec la quantité d’eau laquelle, leur corps peut accepter, jusqu’à ce qu’ils s’habituent à la quantité d’eau recommandée. .

Cette méthode d’une part, aidera les malades à non seulement restaurer leurs énergies perdues, mais aussi à soigner tout problème de santé qu’ils peuvent avoir. Les gens qui sont en bonne santé d’autre part, profiteront de l’énergie que cette routine fournie.

Nombre de jours du traitement

Hypertension artérielle 30 jours
Gastrite 10 jours
Diabète 30 jours
Constipation 10 jours
Tuberculose 90 jours
Attention ! Les gens diagnostiqués avec l’acétite devraient appliqués cette méthode les trois premiers jours de la semaine seulement puis, faire une pose d’une semaine et recommencer. Mais cette fois tous les jours de la semaine.

Ce traitement n’aura pas d’effets secondaires, sauf le besoin fréquent d’uriner. Ainsi, appliquez en, et rester actif. Ceci serait mieux si, boire de l’eau devient votre habitude de vie. De cette façon, vous serez en meilleure santé et plein d’énergie.

Désiré Wembolowa

Forêts : 15 ans du moratoire sur les forêts de la RDC, des faiblesses persistent

15 ans après l’instauration du moratoire portant suspension de l’octroi des allocations forestières en République démocratique du Congo (RDC), la Société civile environnementale et Greenpeace ont organisé à Kinshasa, ce 15 mai, un atelier d’évaluation dudit moratoire.

Le but de cet atelier était de susciter un débat public constructif, en considérant les acquis enregistrés depuis son instauration et de convenir des meilleures approches consensuelles à son efficacité.
Pour MBUNGA LOSALE Chouchouna, membre la Société civile environnementale, le moratoire pris en 2002 a permis à la RDC, de prendre des options pour l’amélioration de la gouvernance forestière. « Nous de la société civile environnementale, sommes convaincues que le dénominateur commun qui nous lie est la forêt malgré la diversité d’approches pour sa gestion et sa préservation. C’est pourquoi, tous les acteurs oeuvrant dans ce secteur doivent travailler pour l’amélioration de la gouvernance forestière », a – t- elle précisé.

Si le moratoire en sois n’est pas une mesure irrévocable, cependant, il est un gage de confiance pour une meilleure gestion des forêts congolaise a estimé Raoul Musembula, Coordonnateur de Greenpeace en RDC. « Comme d’aucun ne l’ignore, avec ses 145 millions d’hectares de forets naturelles représentant environ 10% de l’ensemble des forets tropicales du monde et plus de 47% de celles de l’Afrique, les forets congolaises jouent un rôle essentiel dans la conservation de la biodiversité et la régulation du climat mondial. Ces millions d’hectares des forêts offrent aussi des moyens de subsistance et de production de revenus à des dizaines des millions de personnes appartenant aux groupes parmi la communauté forestière. Notre responsabilité est celle de protéger ces forets, pour le bien de toutes les générations de la RDC », a-t-il fait savoir.

Continuer la lecture de Forêts : 15 ans du moratoire sur les forêts de la RDC, des faiblesses persistent

Forêt : des scientifiques découvrent 467 millions d’hectares de forêt passés sous les radars

Une importante découverte sur l’estimation de la surface forestière mondiale, qui prend toute son importance dans le contexte du réchauffement climatique, vient d’être réalisée par une équipe de scientifiques dirigée par un chercheur de l’ULB et de la FAO, le Belge Jean-François Bastin.

Des arbres qui n’étaient pas vus du ciel

Tout est parti d’une demande d’une série de pays (Niger, Brésil, Tunisie, Turquie,…) envers la FAO (l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), afin de mieux cartographier les surfaces forestières dans les zones arides.

Ces pays ont constaté que certaines zones couvertes par des arbres n’étaient pas correctement répertoriées. Car pour cartographier les surfaces forestières à l’échelle mondiale, les scientifiques se basent surtout sur des images satellites. Des images qui ne sont cependant pas assez précises pour voir certaines forêts dans les zones arides.

Grâce à des données satellites haute résolution, les chercheurs d’une dizaine d’universités découvrent alors toutes ces forêts alors invisibles. « On a constaté que toutes les cartes actuelles sous-estimaient grandement la superficie totale des forêts, la sous-estimation correspondait plus ou moins à la superficie de la forêt amazonienne, c’est-à-dire de 400 à 500 millions d’hectares de forêt qui n’étaient pas recensés dans les cartes précédentes. », constate Jean-François Bastin.

Ainsi, la surface couverte par des arbres en zones aride est 40 à 47% plus importante que ce que l’on pensait. Cela représente 467 millions d’hectares de forêt qui n’ont jamais été reportées, c’est-à-dire l’équivalent de la forêt amazonienne. La surface forestière mondiale est donc 9% plus importante qu’anciennement calculé !

Un impact sur les modèles climatiques

Une découverte qui aura donc certainement un impact sur les modèles climatiques actuels, qui se basent principalement sur l’équilibre de CO2 dans l’atmosphère, en partie influencé par les arbres, producteurs d’oxygène et consommateurs de CO2. Ces nouveaux chiffres prennent aussi toute leur importance dans les projets de restauration des forêts et de lutte contre la désertification, comme par exemple dans le Sahel, cette zone de transition entre le désert du Sahara et la savane en Afrique, comme l’explique Jean-François Bastin.

« Les pays du Sahel font face à une avancée catastrophique du désert, et donc grâce à notre étude on peut identifier des zones qui sont propices à la reforestation. Comme on a détecté des forêts dans ces zones-là, on est maintenant capables de détecter les zones appropriées pour de la reforestation. La FAO est déjà en train d’utiliser ces données pour développer des projets de reforestation, qui permettent de lutter contre la désertification et contre les conséquences du changement climatique dans ces zones-là. »

Cette étude est par ailleurs un bel exemple de collaboration : « C’est un travail d’équipe, qui a impliqué tant des experts nationaux que des développeurs de logiciel au sein de la FAO. La méthode développée pour capter ces forêts est issue d’une collaboration étroite avec Google. » Elle a eu l’honneur de faire la couverture du prestigieux magazine scientifique « Science » ce vendredi.

Forêts : le Gabon présente les mesures de gestion durable de ses ressources forestières à l’ONU

La République du Gabon a présenté à l’Assemblée générale de l’ONU, les différentes mesures qu’elle a prises en matière de gestion durable des forêts. Une politique de gestion dont l’objectif est de concilier gestion durable des forêts et lutte contre la pauvreté pour la sécurité alimentaire.

La Ministre Gabonaise de l’économie forestière, Estelle Ondo, a présenté lors de la 12 ème session de l’ONU sur les forêts, les mesures prises par son gouvernement pour une gestion durable des ressources forestières.

Selon elle, le Gabon à travers « Gabon vert », a fait de la gestion durable des forêts une priorité avec la mise en place du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE). Grâce à cette politique, le pays a déjà eu à aménager près de 90 % des forêts, soit dans un processus de concessions forestières, soit dans les aires protégées.

L’interdiction d’exportation des grues décidée en 2009, par le chef de l’Etat Ali Bongo, a permis au pays de réduire les superficies annuelles parcourues par l’exploitation forestière. Cette décision avait pour objectif de promouvoir la transformation locale de l’ensemble de la production de bois et, par conséquent, booster la création d’emplois. Pour rappel, le secteur du bois constitue à ce jour le deuxième employeur du pays après l’Etat.

« Afin de permettre à l’exploitation forestière de contribuer au développement local, le gouvernement a également décidé que chaque opérateur négocie et signe un cahier de charges contractuelles avec les populations riveraines. Les montants ainsi récoltés sont affectés à la réalisation des projets collectifs décidés par les populations elles-mêmes », a expliqué Estelle Ondo.
A ce jour, le Gabon réclame près de 150 000 hectares, représentant 30 forêts communautaires. L’émissaire du Gabon à l’assemblée générale de l’ONU a fait savoir que son pays a également lancé le processus de développement du secteur des produits forestiers non ligneux et dont les communautés rurales pourraient profiter des retombées. Afin d’assurer une traçabilité de l’exploitation des forêts, le Gabon a ouvert des négociations APV/FLEGT avec l’union européenne.

En outre, le Gabon a décidé d’assurer une sécurité alimentaire durable pour ses populations, dans le respect des principes d’agriculture raisonnée. Ceci à travers l’essor des filières agricoles et d’élevage.
Thierry-Paul KALONJI avec Infos Gabon

Santé : l’OMS annonce une épidémie dans le nord-est de la RDC, trois morts

Une épidémie de fièvre hémorragique Ebola s’est déclarée dans le nord-est de la République démocratique du Congo, où elle a fait trois morts depuis le 22 avril, a annoncé ce vendredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un communiqué.

Trois personnes sont décédées des suites de la maladie Ebola depuis le 22 avril dernier selon l’OMS qui indique qu’une épidémie touche une zone de forêt équatoriale dans la province du Bas-Uélé, au nord-est de la RDC, région frontalière de la Centrafrique. La dernière épidémie d’Ebola en RDC remonte à 2014. Rapidement circonscrite, elle avait fait officiellement 49 morts dans le pays.

L’épidémie d’Ebola en 2014 a été d’une ampleur sans précédent en Afrique. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 11 310 personnes au total y ont succombé. Près de trois ans plus tard, la publication d’une étude menée par une équipe de chercheurs américains et britanniques parue en février 2017 avait révélé qu’environ 3% seulement des personnes infectées par le virus Ebola ont été responsables de 61% de toutes les contagions. Autrement dit, il aura suffi de l’infection de quelques personnes pour que le virus se répande sur toute une partie de l’Afrique de l’Ouest, faute d’avoir pu identifier ceux que l’étude appelle les « super-propagateurs ».

Aujourd’hui, les scientifiques estiment qu’une meilleure compréhension de ces « super-propagateurs » du virus aurait permis de mieux les cibler et d’intervenir plus efficacement plutôt que de concentrer tous les efforts sur l’ensemble des populations. Pire, selon les chercheurs, si ces « super-propagateurs » avaient été complètement identifiés, près des deux tiers des infections auraient pu être évitées.

 

Avec Jeune Afrique

Biodiversité : l’Union européenne présente son approche stratégique pour la conservation en Afrique

Une année après la publication d’« Au-delà des éléphants », l’Union européenne à travers sa délégation en République démocratique du Congo, a dévoilé ce jeudi 11 mai à Kinshasa, son approche stratégique pour la conservation de la nature en Afrique, liens avec l’Afrique centrale et la RDC. Continuer la lecture de Biodiversité : l’Union européenne présente son approche stratégique pour la conservation en Afrique

Biodiversité : plus de 40 kg d’ivoire saisis à Abidjan

Plus de quarante kilos d’ivoire ont été saisis lundi 8 mai à Abidjan, et deux hommes arrêtés. L’enquête se poursuit, afin de déterminer la provenance du trafic.

Pris en flagrant délit lundi 8 mai à Treichville et Cocody, à Abidjan, deux hommes ont été arrêtés lors de deux opérations distinctes avec en leur possession 40,3 kilos d’ivoire, sept peaux de léopards, et 165 objets sculptés en ivoire, a annoncé mardi 9 mai l’ONG Eagle. Elle est à l’origine de l’enquête qui a abouti à cette prise, aux côtés de l’Unité de lutte contre la criminalité transnationale organisée (UCT) et du ministère ivoirien des Eaux et Forêts.

Placés en garde-à-vue dans les locaux de l’UCT, les deux trafiquants présumés sont actuellement interrogés et devraient être prochainement déferrés au parquet d’Abidjan.

Selon l’ONG, les saisies de lundi ont été évaluées à près de 29 000 euros. « Nous estimons la valeur des 40 kg d’ivoire saisis à 15 200 euros, celle des peaux de léopards à 7 600 euros, et celle des objets sculptés à près de 6 000 euros », précise la cellule communication de l’ONG spécialisée dans la lutte contre le trafic d’espèces protégées.

Un réseau international

Pour elle, il s’agit là de marchandises destinées à l’international. « Ces présumés trafiquants sont impliqués dans un réseau international, ils [les] faisaient passer en contrebande à travers les frontières de la sous région, notamment le Burkina et le Mali », assure Eagle.

« C’est l’une des plus grosses saisies d’ivoire réalisées ces dernières années, avec celle de 2016 lorsque les douanes ivoirennes avaient saisi 150 kilos », confirme le commandant Salimata Koné, directrice de la faune au ministère ivoirien des Eaux et forêts.

L’Afrique divisée sur le commerce de l’ivoire

Si le commerce de l’ivoire est interdit depuis 1989, plusieurs pays d’Afrique australe − tels que l’Afrique du Sud, la Namibie, ou encore le Zimbabwe − avaient de nouveau été autorisés dans les années 90 à vendre leurs stocks d’ivoire, sous certaines conditions.

Ce commerce divise les États africains, souvent impuissants à refréner ce trafic. En octobre 2016 lors de la Convention internationale sur le commerce d’espèces sauvages menacées d’extinction (Cites), la proposition de faire passer tous les éléphants de l’annexe II (commerce réglementé) à l’annexe I (commerce interdit) avait ainsi été rejetée. Un échec pour les pays d’Afrique de l’Ouest et de l’Est, qui soutenaient cette proposition.

Les chiffres concernant la diminution du nombre d’éléphants sont pourtant alarmants. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), l’Afrique compte actuellement quelque 415 000 pachydermes, soit 111 000 de moins que durant la dernière décennie. En cause, l’urbanisation et la déforestation, mais surtout l’explosion massive du braconnage.

Jeune Afrique

Premier Site d'information environnementale en Afrique centrale