Archives par mot-clé : agriculture

Côte d’Ivoire : GOLI BONI Pierre, «  l’agriculture en Afrique a un secret»

L’Afrique possède une grande variété des zones agro-écologiques, qui sont des forets ombrophiles marquées par la saison de pluie et sèche, ainsi que d’une végétation relativement clairsemée. Au cours des trois dernières décennies, les gains de productivité agricole en Afrique ont été obtenus dans une large mesure  par une expansion continue des cultures pluviales et vivrières compte rendu de la fertilité du sol africain. Goli Boni Pierre, directeur général d’EDEN COMMODITIES affirme, depuis la Côte d’ivoire à Bouaflé, où il vit, que le secteur d’agriculture en Afrique est prometteur pour celui qui a de la technicité, de l’endurance et de la patience.

« Le secret pour réussir en agriculture se résume dans l’endurance, la technicité, l’objectivité, l’abnégation, la constance, l’innovation, le savoir-faire et le savoir-être. Pour proliférer dans ce secteur, l’agriculteur doit mettre en place un calendrier agricole bien établit en fonction de sa parcelle cultivable afin d’optimiser sa surface à emblaver », déclaré GOLI BONI Pierre, directeur général d’EDEN COMMODITIES.

Pour pérenniser son activité, l’agriculteur doit assurer l’arrosage que ça soit par les techniques d’irrigation, le goûte à goûte, le micro aspersion, ou encore l’irrigation automatisée à distance, car l’eau est un élément indispensable pour la nutrition des produits agricoles. Quant à la la rentabilité du sol, l’agriculteur est appelé à accorder un temps de repos à son champs, une alternative naturelle et écologique de la fertilité du sol. Continuer la lecture de Côte d’Ivoire : GOLI BONI Pierre, «  l’agriculture en Afrique a un secret»

Agriculture : Des insectes transformés  en arme de guerre aux USA

Un collectif de scientifiques et de juristes dans le magazine Science ont lancé un cri l’alarme à la communauté internationale au sujet du programme « Insect Allies » développé par la Darpa (l’Agence de recherche du département américain de la défense), qui envisage transformés des insectes en porteurs des virus doté des capacités pour modifier les caractéristiques génétiques de plantes.

A en croire les concepteurs de ce projet, en inoculant des gènes de résistance  de ces plantes via des insectes, il serait ainsi possible d’adapter les plantes à des circonstances exceptionnelles et ce changement caractéristique, permettra aux plantes en cours d’une saison à devenir résistante à une sécheresse passagère ou à une maladie.

Selon les cinq signataires de l’article de Science, parmi lesquels Guy Reeves, de l’Institut Max Planck (Allemagne), et Christophe Boëte, chercheur à l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier ; il existe un risque de contamination incontrôlée et il serait bien plus facile d’utiliser d’autres techniques, comme la vaporisation sur les champs. Continuer la lecture de Agriculture : Des insectes transformés  en arme de guerre aux USA

Agriculture  : Le mode de conservation traditionnelle des aliments face aux opportunités d’incubateurs d’agri business

La conservation des produits agricoles destinés à l’alimentation est une pratique courante dans les ménages en Afrique subsaharienne. L’approvisionnement en denrées de première nécessité dépend du pouvoir d’achat de chaque foyer. Quelque soit leur géométrie variable, tous les ménages ont tendance à recourir au mode traditionnel de conservation des aliments qui consiste à les chauffer pour les garder sans fermenter jusqu’au lendemain. Sans se poser de question sur la qualité de ces produits, l’initiative d’incubateurs d’agri business vise à garantir la sécurité alimentaire et améliorer la nutrition et la santé des consommateurs.

La conservation des produits agricoles est souvent perçue comme une manière rationnelle de gérer, sans abus ni gaspillage des stocks disponibles d’aliments dans le but de prévenir le manque en cas des calamités naturelles (sécheresse, inondation). Cette gestion parcimonieuse domestique des denrées alimentaires disponibles vise également à ne pas exposer le foyer à la rupture d’aliments étant donné que la faible production des biens ne garantit pas un approvisionnement au quotidien sur le marché. Le ménage moyen consomme donc une partie de la nourriture du jour et en garde une autre pour le lendemain. Continuer la lecture de Agriculture  : Le mode de conservation traditionnelle des aliments face aux opportunités d’incubateurs d’agri business

AGRF 2018 : L’Afrique peut se développer grâce à l’agriculture

Un grand forum sur l’agriculture dénommée « African Green Révolution Forum » se tient depuis du mardi 05 au samedi 08 septembre 2018 à Kigali au Rwanda. Des décideurs tels que des présidents de la république, ministres de l’agriculture, ONG, et bailleurs de fond y prennent part. Tous sont d’avis que l’Afrique doit se développer grâce à son potentiel agricole mais elle doit d’abord trouver de solutions aux différents défis.

Le plus grand défi reste la prise de conscience de pays africains de cette richesse qu’ils ont dans le secteur agricole. Beaucoup ont de potentialités mais ne l’exploitent guère. Conséquence, les africains importent même les produits qu’ils peuvent produire eux-mêmes.

Deuxième défi. L’urbanisation. La ville est très envahie alors que les grandes plantations ne peuvent se faire que dans les banlieux et non pas en pleine ville. Continuer la lecture de AGRF 2018 : L’Afrique peut se développer grâce à l’agriculture

Cameroun : l’agriculture apporte une contribution de 8% à l’économie nationale

Les services compétents du ministère de l’agriculture et du développement rural (MINADER), ont annoncé la contribution de l’agriculture à la croissance économique du Cameroun, révèle une note de conjoncture dont APA a obtenu une copie.

Selon cette note, le MINADER table sur les perspectives haussières en 2018 dans la plupart des filières stratégiques que sont le cacao, le café, le coton, le caoutchouc, et la banane. Le ministère précise que l’une des conséquences de cette amélioration du secteur agricole dans la croissance économique du pays, résulte de la modernisation des techniques culturales et de l’accroissement des moyens de production. Continuer la lecture de Cameroun : l’agriculture apporte une contribution de 8% à l’économie nationale

Agriculture : projet de transformations en Afrique centrale et de l’EST

Avec l’appui de la banque mondiale, un projet de transformation de l’agriculture en Afrique centrale et de l’est va être lancé en vue d’améliorer la collaboration régionale, révèle un communiqué du ministère de la recherche scientifique et technologique.

Ce communiqué indique que le projet en gestation vise à augmenter la productivité, la résilience et la compétitivité des chaines de valeur d’une sélection des denrées agricoles. Il s’agit aussi accroître l’accès de petits exploitants agricoles au marché régional de denrées et des produits alimentaires, rapporte l’Agence congolaise de Presse.

Il souligne également que, ce projet comprend quatre composantes et sera exécuté dans les provinces de la Lomami, la Tshopo, le Sud- Kivu, l’Ituri et le Kongo central. Continuer la lecture de Agriculture : projet de transformations en Afrique centrale et de l’EST

Alimentation : le ministre congolais de l’agriculture vole au secours de déplacés du grand Kasaï

Le Ministre de l’agriculture de la RDC, Georges Kabongo s’est rendu à Kikwit dans la Province du Kwilu, pour assister les déplacés du Grand Kasaï. Cette action qui s’est inscrit dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de l’alimentation, a permis à la délégation venue de Kinshasa, de réaliser les conditions dans lesquelles vivent ces congolais victime des troubles secouent la région depuis aout 2016.

Le représentant de la FAO remet la nourriture aux déplacés du Kassai. Crédit photo/FAO

Près de 100.000 déplacées internes, en provenance de la région du Kasaï, dont environ la moitié est répartie dans neuf sites à travers la ville de Kikwit, vivent dans une situation d’insécurité alimentaire très grave. Cette situation nécessite une urgente assistance humanitaire.

Face à ce drame, le ministre congolais de l’agriculture s’est engagé au nom du gouvernement à lutter contre les raisons qui poussent les populations à migrer sur leur propre sol, notamment les conflits et la guerre. Il a par la suite promis d’améliorer les conditions de vies des populations rurales en mettant en place des stratégies d’encadrement des jeunes afin de réduire sensiblement les différents mouvements migratoires.

Pour le représentant de la FAO, Alexis Bonte, il est plus qu’urgent que les efforts soient fournis pour assister ces déplacés de guerre, et que les partenaires au développement de la RDC s’engagent à accompagner les communautés rurales, afin de lutter efficacement contre certaines cause de l’exode rurale. « Nous encourageons le pouvoir public à créer les conditions favorables pour permettre aux populations rurales et particulièrement les jeunes, de rester sur place lorsque les conditions sécuritaires le permettent. J’encourage la communauté internationale à investir dans le développement rural. Cela permettra de renforcer la résilience des populations déplacées et des communautés d’accueil» a-t-il déclaré.

Célébrée le 16 octobre de chaque année, la journée mondiale de l’alimentation a été une opportunité de réfléchir,  et sensibiliser les différents acteurs, notamment les  responsables politiques, de la société civile, des Ongs et du secteur privé à mobiliser les ressources nécessaires pour promouvoir le développement du secteur agricole. Le thème choisi pour cette année était « changeons l’avenir des migrations. Investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural ».

 

Jennifer LABARRE

Agriculture : Bientôt une foire agricole pour booster l’agriculture au Kongo Centrale

La ville de Matadi, Chef – lieu de la Province du Kongo centrale accueillera du 25 avril au 9 mai 2017, la première édition de la Foire agricole. Organisée par la Chambre de Commerce, d’Agriculture et des Métiers de la Province de la Mongala, cette foire vise à faire découvrir le potentiel agricole que regorge la province en mettre ensemble les agro entrepreneurs et potentiels bailleurs de fonds.

Selon le Président de la Chambre de Commerce, d’Agriculture et des Métiers de la Mongala, Maurice Liengo, cette foire sera une plateforme d’échanges et d’opportunités d’affaires susceptibles d’aider au développement du secteur agricole de la province du Kongo Centrale. « Nous voulons favoriser les échanges et offrir aux agro transformateurs de la région une vitrine internationale pour la promotion de leurs produits. Grace à cette foire, les grands opérateurs économiques spécialisés dans la vente de produits agricoles et ceux évoluant dans le secteur agricole de la RDC et d’ailleurs peuvent entrer en contact sans intermédiaire avec les agri-entrepreneurs locaux », a-t-il déclaré.

La Foire agricole du Kongo Centrale, mettra cote à cote les agro entrepreneurs, les institutions financières ainsi que les bailleurs de fonds. « Nous voulons à travers cette foire, impulser une nouvelle culture d’entreprise d’agri business et un système agricole plus compétitif dans la région », a martelé Maurice Liengo.

Considérée comme le grenier de la ville de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo, la province du Kongo Centrale offre des opportunités d’affaires dans le secteur agricole. La production, la transformation, la conservation, et la commercialisation des produits agricole connaissent de plus en plus un regain d’intérêt de diversification de l’économie de cette province à vocation agricole.

Aux côtés des activités foraines, il est également prévu l’organisation des conférences, ateliers et forums de discussions en vue de renforcer les capacités des jeunes et autres entrepreneurs.

Notons par ailleurs que cette première édition de la Foire Agrile du Kongo Centrale a connu le soutien de la Chambre de commerce panafricaine Suisse Congo, de l’Union des chambres de commerce du Congo, de la COPEMECO, du Parssa, de la CTB, et de l’IITA.

Jennifer LABARRE