Archives par mot-clé : Ambatobe

Forêts : Jean-Marie Bolika, « nous attendons des signaux forts du nouveau ministre de l’Environnement»

« Il faut annuler les arrêtés attribuant les concessions forestières en violation du moratoire », tel est l’essentiel du message de Jean-Marie Bolika, chef de programme Gouvernance forestière au WWF-RDC. Invité du Weekend d’ENVIRONEWS TV, l’expert congolais a insisté sur la nécessité pour le nouveau ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo Bazibuhe, de lancer des signaux forts en direction de la communauté internationale, en annulant les concessions attribuées illégalement par son prédécesseur, Amy Ambatobe.

Jean-Marie Bolika, Coordonnateur de Programme Gouvernance forestière/WWF-RDC.

Pour ce cadre au WWF-RDC, avec la diplomatie du nouveau président de la République, la RDC doit donner des signaux forts démontrant que le pays veut changer les choses pour inciter les investisseurs à venir, et rassurer les partenaires techniques et financiers.

« On a fait des rapports plusieurs fois. Mais, le ministre qui était là s’est entêté et il n’a pas voulu changer sa décision. Nous souhaitons que les nouvelles autorités prennent les choses au sérieux », a-t-il indiqué. « Dès que le nouveau ministre va annuler ces concessions, il sera applaudi par les principaux partenaires de la RDC ».

Tout en reconnaissant la faible contribution du secteur forestier au budget de l’Etat, Jean-Marie Bolika reste tout de même convaincu de la nécessité de lever le moratoire instauré sur les forêts congolaises depuis 2002, afin d’aider les pays à tirer profit des immenses ressources forestières. Continuer la lecture de Forêts : Jean-Marie Bolika, « nous attendons des signaux forts du nouveau ministre de l’Environnement»

Forêt : Claude Nyamugabo, voici les tâches d’huile laissées par vos prédécesseurs

Le secteur de l’environnement, spécifiquement celui des forêts de la République démocratique du Congo reste l’un de plus mal gérés que connait le pays, depuis plusieurs années. Avec sa contribution presque nulle au budget de l’Etat, le secteur des forêts a été caractérisé par de multiples violations du moratoire instauré sur les forêts depuis 2002. Mais surtout par une vaste campagne des pots de vin, des détournement de deniers publics, bref, le Ministère de l’environnement a été une vache à lait pour plusieurs de ses locataires. 

A l’heure de la refondation de la RDC, et au regard des engagements pris du haut de la tribune de l’ONU, par le chef de l’Etat, Félix Tshsekedi, nous avons voulu retracer la gestion de quelques personnes ayant géré ce ministre. Notre réflexion va se focaliser sur la gestion de trois anciens ministres les plus controversés qui ont marqué leur passage à la tête de ce Ministère.

Amy Ambatobe (2016-2019)

Amy Ambatobe Nyongolo, Ministre congolais de l’Environnement et Developement durable

Arrivé à la tête du ministère de l’Environnement et développement durable en novembre 2016, Amy Ambatobe Nyongolo reste l’un de plus controversés des locataires de ce ministère. Son passage à la tête de cette institution  a laissé de marques indélébiles d’une gestion calamiteuse d’un secteur aussi stratégique que les forêts de la RDC.

Pour amadouer la société civile environnementale qui suit de prêt la gestion des forêts de la RDC, le ministre Ambatobe a procédé d’abord par annuler les arrêtés pris par son prédécesseur. Une manière de mieux calmer les ardeurs et étudier le terrain. Continuer la lecture de Forêt : Claude Nyamugabo, voici les tâches d’huile laissées par vos prédécesseurs

Forêt : détournement de 22.000 USD de primes des techniciens de la DIAF/Géomatique

Ils sont une vingtaine, les techniciens de la DIAF/Géomatique (Direction des Inventaires et Aménagement forestier) du Ministère de l’Environnement et Développement du Durable, à dénoncer le détournement de leurs primes prévues dans le cadre d’un protocole d’accord signé entre le Ministère de l’Environnement et son partenaires financier. Après un premier détournement de près de 13.000 dollars américains sur un autre projet, ces techniciens dénoncent un second détournement de leurs primes prévues dans le cadre du projet « Opérationnalisation du système de Surveillance de terres par Satellite (SSTS) de la RDC ».  

« Il y’a un montant qui est versé à chaque fois qu’un protocole d’accord est signé, pour que l’on paie les techniciens. Et c’est ce montant-là de 22.000 dollars américains qui a été amené au Cabinet », a indiqué un technicien victime de ce détournement.

Au cœur de ce nième scandale, c’est le Cabinet du Ministre de l’Environnement et développement durable, Amy Ambatobe Nyongolo. A en croire ces techniciens, le sale coup se joue chaque fois en complicité avec la hiérarchie de leur direction, qui les menace de licenciement s’ils ne signaient pas le document prouvant qu’ils ont perçu leurs primes, afin de mieux justifier l’affectation de la ligne budgétaire auprès du bailleur de fonds.   Continuer la lecture de Forêt : détournement de 22.000 USD de primes des techniciens de la DIAF/Géomatique

Forêt : le premier Parc à bois moderne voit le jour à Kasindi (Nord-Kivu)

Depuis sa création en 2009, Le FFN (Fonds Forestier National) connait à ce jour un essor qui présage d’un avenir radieux. Pour maximiser les recettes et lutter contre la fraude fiscale dans le secteur forestier, cette institution de l’Etat congolais a procédé à l’aménagement et l’ouverture du premier Parc à Bois moderne et public à Kasindi, dans le territoire de Beni au Nord-Kivu.

Ce parc à bois est d’une importance capitale dans la lutte contre l’exploitation illégale et le commerce illicite du bois d’œuvre à travers les contrôle et procédures d’exportation. Il est en même temps un mécanisme nécessaire utile pour la mobilisation et la maximisation des ressources financières, sans lesquelles le FFN ne saurait réaliser sa mission, à savoir, « financer les projets de reboisement », et permettre à l’Etat congolais d’accomplir son engagement pris dans le cadre du défi de Bonn, celui de restaurer 8 millions d’hectares des paysages forestiers dégradés à l’horizon 2030. Continuer la lecture de Forêt : le premier Parc à bois moderne voit le jour à Kasindi (Nord-Kivu)

Climat : Amy Ambatobe plaide pour une attention particulière à la couche d’Ozone

Se situant dans la haute atmosphère terrestre entre 10 et 50 kilomètres de la surface de la terre, la couche d’ozone protège l’humanité contre les rayons ultraviolets du soleil, nocifs pour les êtres vivants. Cependant, cette couche connait une dégradation inquiétante à cause des activités anthropiques. Chaque 16 septembre, le monde célèbre la journée dédiée à protection de la couche d’ozone. A cette occasion, le Ministre de l’Environnement et Développement durable Amy Ambatobe a plaidé en faveur de la protection de cette couche.

Amy Ambatobe, Ministre congolais de l’Environnement et Developpement durable.

Conformément à l’accord de Paris sur le Climat, des efforts devront être conjugués pour éliminer les hydrofluorocarbures (HFC), un gaz dont le pouvoir de réchauffement est évalué à plus de 14.000 fois le CO2.

« A ce sujet, il importe de relever à l’attention de tous que les tiers de ces prévisions [Ndlr, les prévision de l’accord de Paris sur le Climat], soit 0,5°, sera obtenu à partir de l’élimination des hydrofluorocarbures, qui sont des fluides frigorigènes sous contrôle du Protocole de Montréal sur les Substances Appauvrissant la couche d’Ozone (SAO), une perspective de solution que nous comptons rencontrer grâce au projet de décret en cours d’élaboration par les services compétents de mon ministère, et qui porte sur la règlementation des mouvements transfrontaliers et l’utilisation des substances appauvrissant la couche d’ozone », a-t-il informé. Continuer la lecture de Climat : Amy Ambatobe plaide pour une attention particulière à la couche d’Ozone

Environnement : des poursuites judiciaires contre les détracteurs du ministre Ambatobe

C’est la réponse du berger à la bergère. Les détracteurs du Ministre de l’Environnement et Développement durable, Amy Ambatobe Nyongolo, devront répondre de leurs fausses accusations à la justice congolaise, pour imputations dommageables. En réponses aux allégations formulées contre Amy Ambatobe par la société civiles environnementale, le MEDD (Ministère de l’Environnement et développement durable), a au cours d’une conférence de presse organisée à Kinshasa ce mercredi 05 septembre, tenu à rétablir la vérité sur ces affirmations qu’il qualifie de mensongères, « d’une frange de la société civile » qui cherche à tout prix la tête du ministre.

Benjamin Toirambe, secrétaire général à Environnement, entouré des membres du cabinet du Ministre, lors d’un point de presse à Kinshasa.

« Le MEDD constate avec amertume et exaspération, l’acharnement et une volonté pernicieuse et fade dirigée sur la personne de son Excellence docteur Amy Ambatobe Nyongolo, Ministre de l’Environnement et Développement durable, qui se bat bec et ongle pour appliquer la politique du gouvernement en matière de l’environnement, et donner une chance à ce secteur longtemps mis sous séquestre, de participer activement à la croissance économique de notre pays », a déclaré le Secrétaire général au MEDD, Benjamin Toirambe.

A en croire les membres de l’administration, et du cabinet du ministre de l’Environnement, décider d’aller mener une contre campagne à la base contre un candidat  à la députation nationale relève de l’acharnement injustifié.

Lire aussi  Environnement : Le ministre Amy Ambatobe doit démissionner immédiatement
Continuer la lecture de Environnement : des poursuites judiciaires contre les détracteurs du ministre Ambatobe

Environnement : Le ministre Amy Ambatobe doit démissionner immédiatement

« Tout en exigeant également la démission immédiate du ministre Ambatobe, les organisations de la société civile environnementale appellent à l’invalidation de celui-ci [Ndlr : le ministre de l’Environnement et développement durable], sur la liste des candidats députés nationaux ». Tel est l’essentiel du message lancé par la société civile environnementale aux instances de décision, notamment la Cours constitutionnelle et le Gouvernement congolais, ce mardi  04 septembre à Kinshasa.

Amy Ambatobe Nyongolo, Ministre congolais de l’Environnement et Developement durable

Ces réseaux et organisations de la société civile environnementale dénoncent la gestion calamiteuse des forêts de la République démocratique du Congo, avec comme responsable, Amy Ambatobe Nyongolo. Elles fustigent l’attitude du ministre qui outrepasse les dispositions légales, en empruntant de raccourcis pour atteindre son ultime objectif, « la levée du moratoire sur les forêts instauré depuis 2002 ».

« Le Ministre a opté pour un raccourci en évitant le débat public au sein du parlement, en faisant intervenir le Président de la république pour obtenir la révision du Code forestier par Ordonnance-loi. Ne sommes-nous pas là en présence d’une autorité qui utilise sa position et son statut officiel pour servir ses fins personnelles et des intérêts privés, au mépris des intérêts de la république », se sont-ils questionnés. Continuer la lecture de Environnement : Le ministre Amy Ambatobe doit démissionner immédiatement

Environnement : Une assignation contre Amy Ambatobe déposée à la Cour constitutionnelle

Fallait-il s’y attendre ? La réponse ne peut venir que de ceux qui ont initié cette assignation. Il s’agit donc d’Infosforets en Danger_RDCONGO, une Ong de Droit congolais. En chœur, la réponse est OUI ! Au regard de la gestion calamiteuse du secteur de l’environnement par l’actuelle ministre de l’Environnement, et Développement durable le docteur Amy Ambatobe Nyongolo, rétorque cette organisation membre de la société civile environnementale.

Docteur Amy Ambatobe Nyongolo, ministre congolais de l’Environnement et Développement durable.

 Selon des sources concordantes, l’assignation contre le ministre de l’Environnement a été déposée ce jeudi 30 août à la Cour constitutionnelle, à la primature ainsi qu’à la Ceni, pour solliciter l’invalidation d’Amy Ambatobe sur la liste des candidats députés.

« Cette fois, nous refusons que les actes que l’actuel Ministre a posés soient annulés par son successeur comme il en est d’habitude, mais que celui-ci soit tenu responsable des actes commis. Cette  situation doit servir de référence afin de lui barré la route aux élections législatives, d’autant plus que ce dernier ne jure que sur ça », peut-on lire dans une communication dont Environews s’est procurée une copie. Continuer la lecture de Environnement : Une assignation contre Amy Ambatobe déposée à la Cour constitutionnelle

Forêt : Amy Ambatobe palpe du doigt les réalisations du PIF dans le Mai-Ndombe

Le ministre congolais de l’Environnement, et Développement durable, Amy Ambatobe Nyongolo a séjourné dans la province de Mai-Ndombe, en vue de se rendre compte de l’état d’exécution du projet de Gestion Améliorée des Paysages Forestiers, mis sur pied par le Programme d’Investissement pour la forêt, ceci avant la clôture dudit projet dans une année.

Amy Ambatobe Nyongolo, Ministre de l’Environnement et Développement durable de République démocratique du Congo, lors de la remise des batiments du projet PIREDD/PLATEAUX à Mushie.

Durant une semaine, la délégation ministérielle a visité plusieurs sites où est exécuté ce projet, question pour le ministre et son équipe de dresser le bilan de différentes activités développées dans cette nouvelle province issue du démembrement.

Accompagné du ministre provincial de l’environnement de la province du Maï-Ndombe, Amy Ambatobe a visité les sites agroforestiers des villages LILALA et BISIALA dans le Sud-Kwamouth, de sites qui s’inscrivent dans le cadre de la composante 1 du PIREDD/PLATEAUX. Une descente qui lui a permis d’installer un dialogue franc avec les bénéficiaires de ce projet, notamment les comités locaux de développement (CLD). Continuer la lecture de Forêt : Amy Ambatobe palpe du doigt les réalisations du PIF dans le Mai-Ndombe

Forêt : SOMICONGO, la vraie fausse homologation d’Amy Ambatobe ?

Le Certificat d’homologation a été signé en avril dernier par Amy Ambatobe, ministre de l’Environnement et Développement durable de la République démocratique du Congo, en faveur de SOMICONGO FOREST CONSERVATION SARL, sur une superficie de 294.014 hectares dans la concession 52/2014, à Inongo dans la Province de Mai Ndombe. Depuis, la  question s’invite sur la place publique. Bien que l’acte posé par le ministre ne soit pas contraire aux prérogatives lui dévolues,  cependant, il laisse sans mot les observateurs de par la précipitation avec laquelle il a été signé révèlent les analyses.

Certains acteurs de la société civile environnementale décrient leur indignation face à ce qu’ils qualifient de supercherie. « Je pense qu’il nous faut rapidement arrêter une position. Il n’est pas à ce jour possible pour la RDC de délivrer un Certificat d’homologation. C’est inacceptable », s’indigne un expert. « Certaines conditionnalités pour confirmer l’homologation de cette concession sont loin d’être remplies ».

D’aucun pense que le Ministre s’est arrangé avec SOMICONGO pour changer la nature de sa concession en vue d’échapper aux réclamations des communautés locales pour lesquelles les clauses sociales n’ont pas été respectées par le concessionnaires. Continuer la lecture de Forêt : SOMICONGO, la vraie fausse homologation d’Amy Ambatobe ?