Archives pour l'étiquette Bassin du Nil

Bassin du Nil : Le Rwanda accueillera le 5ème forum de l’Initiative du bassin du Nil

Le Rwanda accueillera du 23 au 25 octobre 2017, le 5ème forum biennal pour le développement du Bassin du Nil. En marge de cet événement, le pays de mille collines organisera également, la cérémonie « Nile Médias Awards », ainsi qu’un forum de dialogue stratégique entre l’Initiative du Bassin du Nil et les partenaires au développement 2017, a révélé un communiqué de presse rendu public par Nile-COM.

En effet, le 12 octobre dernier s’est clôturée à Entebbe en Ouganda, la 25ème  réunion annuelle du Conseil des ministres des affaires de l’eau du Nil (Nile-COM).  Les ministres ont abordé les questions stratégiques pour faire avancer la coopération dans le Nil ainsi que les questions opérationnelles.  La réunion a été suivie par les ministres en charge des affaires de l’eau du Burundi, du Soudan et de l’Ouganda. L’Ethiopie, le Kenya, le Rwanda et la Tanzanie ont envoyé des représentants, tans dis que la RDC qui est aussi membre de cette commission a brillé par son absence.

Lors de cette réunion, les ministres ont approuvée la nouvelle stratégie décennale qui  reprend les objectifs de développement de l’Initiative pour le Bassin du Nil (IBN), en tenant compte du contexte et des défis actuels dans le Bassin du Nil et de leurs priorités. La nouvelle stratégie vise six objectifs, à savoir le développement de l’hydroélectricité, le développement et le commerce d’énergie, l’amélioration et la sécurité alimentaire, la protection et la restauration des écosystèmes à travers. Ainsi que l’amélioration de la résilience du Bassin aux impacts du changement climatique et le renforcement de la gouvernance des eaux transfrontalières dans le Bassin du Nil.

Coopération du Nil

Le bassin du Nil est l’un des atouts mondial. La coopération dans le Bassin du Nil est nécessaire pour parvenir à la bonne gestion et à un développement durable des ressources en eau.

Il est très important que les états membres du bassin s’attaquent conjointement aux défis communs tels que les changements climatiques et la dégradation de l’environnement. A Suggéré le ministre éthiopien de l’eau, de l’irrigation et électricité.

Il convient de signaler la tenue de la 26ème réunion annuelle du conseil des ministres du Nil qui se tiendra en Ethiopie en 2018.

 

Jennifer LABARRE

Tchad : Signature d’un partenariat pour le développement durable du lac Tchad

La Directrice Pays du PNUD, Carol Flore-Smereczniak et le Secrétaire Exécutif de la Commission du Bassin du Lac Tchad, Sanusi Imran  Abdullahi, on signé ce vendredi 06 octobre 2017, à N’djamena, un protocole d’accord pour la mise en œuvre du projet « Amélioration de la gestion du Lac Tchad à travers la résilience aux changements climatiques et la réduction de la pression sur les écosystèmes par la mise en œuvre du Plan Action Stratégique (PAS) ».

Poignet de mains entre la Directrice pays du PNUD et le Secrétaire exécutif de la Commission du Bassin du Lac Tchad. ( photo Jean-Damascene Hakuzimana)

Pour la Directrice Pays du PNUD , ce projet est une des réponses appropriées qu’apporte son institution pour soutenir les efforts des Etats membres du Bassin du Lac Tchad dans la lutte contre les effets néfastes des changements climatiques et la protection de ses écosystèmes fragiles : « Ce projet vise à assurer un développement socio-économique durable du Lac Tchad qui subit durant ces dernières années, de graves dégradations imputables aux pressions anthropiques exacerbées par les changements climatiques », a-t-elle précisé.

Il s’agit d’un projet multipartenaire auquel contribuera le Fonds pour l’environnement Mondial (FEM) à travers le PNUD comme Agence d’exécution. Il découle d’un long processus d’Analyse Diagnostique Transfrontalière (ADT) dans le bassin du lac Tchad ayant abouti à l’élaboration d’un Programme d’Action Stratégique (PAS) qui couvre la période 2014-2021 et qui a bénéficié du soutien du PNUD tant sur le plan technique que financier.

Le Secrétaire Exécutif de la Commission du Bassin du Lac Tchad, Sanusi IMRAN ABDULLAHI a déclaré que cet accord marque un tournant décisif dans le cadre des efforts collectifs visant à renforcer la résilience des communautés du Lac Tchad face aux effets des changements climatiques : « Ce projet assurera un impact significatif dans la revitalisation des activités économiques et le développement durable de notre région ».

L’exécution de ce projet va permettre de mettre en œuvre des politiques concertées de réformes juridiques et institutionnelles, le développement des approches de gestion, d’investissement et d’actions pilotes pour améliorer la qualité et quantité de l’eau, protéger la biodiversité et rendre durable les moyens d’existence.

Le projet est en parfaite adéquation avec le nouveau cadre programmatique du PNUD pour la période 2017-2021 dans son pilier I : croissance inclusive et développement durable– et le pilier III- résilience environnementale et réduction des risques de catastrophes, lui-même arrimé à l’axe 4 du Plan National de Développement du Tchad 2017-2021 : Amélioration de la qualité de vie des tchadiens à travers « un environnement sain avec des ressources naturelles préservées ».

Avec Jean-Damascene Hakuzimana

Eau : célébration de la journée du Nil

Les pays membres du bassin du fleuve Nil célèbrent en Tanzanienne, ce 22 février la 18ème journée du Bassin du Nil sous le thème : « notre Nil partagé, source d’énergie, de nourriture et d’eau pour tous ».

Des brises-lames construites pour protéger une résidence privée au village Ntiamfumu/Photo, Alfred Ntumba

« Cette célébration marque le jour où les pays du Bassin du Nil ont décidé de prendre soin collectivement des eaux du bassin Nil et des ressources qui y sont associées, et de les utiliser dans une perspective gagnant-gagnant au bénéfice des générations actuelles et futures », A indiqué le communiquer de presse émis à ce sujet par l’Initiative du Bassin du Nil.

A Dar-es-Salam les dix pays membres et amis de l’initiative du Bassin du Nil, ont souligné  l’importance du fleuve Nil dans la quête de la sécurité alimentaire, énergétique et hydraulique de ce bassin, ainsi que l’usage des ressources en eau dans ces trois secteurs.  « Nous avons travaillé ensemble en tant que pays membres pour négocier et se mettre d’accord sur plus de 35 projets d’investissement contribuant à la sécurité de l’approvisionnement, en nourriture, en eau et en énergie dans la région », a dit le ministre tanzanien des eaux et l’irrigation, Gerson Lwenge.

Actuellement l’initiative du Bassin du Nil exécute 35 projets transfrontaliers dans ses Etats membres au profit de 30 millions d’âmes. Le plus récent projet de cette organisation est la construction en cours du barrage hydroélectrique de Rusumo falls avec une production attendue de 80 méga watts d’ici à 2020.«  Ces différents projets qui se pointe au cœur des discussions dans la capitale commerciale, une fois mise en œuvre par les pays membres, bénéficieront à plus de 30 millions de personne d’ici à 2025 », a ajouté le ministre.

Le Bassin du Nil concerne la RDC (qui déverse 1% de ses eaux) dans ce grand fleuve de 6.695 kilomètres, le Burundi, l’Egypte, l’Ethiopie, le Kenya, l’Ouganda, le Soudan, le Soudan du Sud, la Tanzanie et le Rwanda. 10 pays membres dont la RDC qui déverse 1% de ses eaux dans ce grand fleuve long de 6 millions 695 mille kilomètres.

Jennifer LABARRE