Archives par mot-clé : Charlie Luteza

CLIMAT : Adaptation aux changements climatiques, le PNA sensibilise les parties prenantes

Le processus d’élaboration du plan national d’adaptation aux changements climatiques et d’actualisation des plans de développement provinciaux  a fait l’objet d’un atelier de sensibilisation de toutes les  parties prenantes.  Organisé par le projet PNA en synergie avec la composante Planification Suivi Evaluation de Développement(PLASED), ces assises   visaient non seulement  l’amélioration du niveau d’information des acteurs institutionnels, praticiens et des professionnels des médias dans  la vulgarisation des notions d’adaptation aux changements climatiques mais aussi le lancement du  processus d’élaboration du plan de développement provincial du haut Katanga.

En République démocratique du Congo, les effets  néfastes du changement climatique se font sentir dans plusieurs secteurs dont les conséquences en découlent sur la sécurité alimentaire, la pauvreté des personnes vulnérables et renforce l’inégalité de genre. C’est dans cette optique que pendant durant deux jours, les participants à ces travaux se sont appesanti  sur l’avancement du PNA qui s’inscrit dans le cadre de renforcement des capacités institutionnelles national et provincial dans le but de garantir son intégration effective aux changements climatiques.

 

Pour le secrétaire général au ministère du plan, « il est important que l’exécutif provincial  fasse de ce processus d’élaboration, son cheval de bataille et s’implique dans la mobilisation des ressources internes et celles des partenaires pour le bien être de la population ». Continuer la lecture de CLIMAT : Adaptation aux changements climatiques, le PNA sensibilise les parties prenantes

Ressources naturelles: RDC, démarrage de la campagne de vulgarisation du code minier

La coordination des actions de plaidoyer de la société civile pour la gouvernance des ressources naturelles en RDC, a  procédé ce lundi 13 mai à Kinshasa au  lancement de la campagne de vulgarisation  la loi n 18/001  portant  code minier et de ses mesures d’application.  Promulgué le 09 mars 2018 cette révision du code minier  vise  à  modifier et compléter la loi  n 007/2002 de 2002.

A la différence de la loi de 2002, le nouveau code minier revêt un caractère coercitif vis-à-vis des entreprises minières œuvrant en RDC,  situation considérée comme un progrès non négligeable du point de vue de la société civile.

« Lors des discussions liées à  cette loi, nous y sommes rendus avec des propositions incluant le développement et l’environnement, les dispositions qui s’y trouvent ont été  discutées par toutes les parties prenantes. Nous pouvons aujourd’hui affirmé que cette loi est l’œuvre de toutes les parties prenantes et non celle des parties extérieures comme ce fut le cas avec la loi de 2002 », a déclaré  Georges Bokundu, coordonnateur de la cellule technique de coordination et planification minière. Continuer la lecture de Ressources naturelles: RDC, démarrage de la campagne de vulgarisation du code minier

SANTE : l’OMS divulgue les premières lignes directives sur les interventions de santé numérique

C’est pour améliorer la santé des populations et les services essentiels que l’OMS vient de rendre  public des nouvelles recommandations sur 10 manières dont les pays peuvent faire usage des technologies numériques, a indiqué un communiqué de presse émis par cette agence de l’ONU. Des recommandations qui représentent  les résultats de  deux ans d’études menées par l’OMS  sur  les données identifiables relatives à ces technologies.

« Il est essentiel d’exploiter les possibilités offertes  par les technologies numériques pour parvenir à la couverture sanitaire universelle. Ces technologies ne sont pas une fin en soi, ce sont des outils indispensables qui permettent de promouvoir la santé, de préserver la sécurité mondiale et de servir les populations vulnérables », a dit Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS.

Cette publication résulte  du constat fait par l’OMS, notifiant que l’envoi des rappels aux patients est une intervention numérique ayant déjà des effets positifs dans certaines régions et que grâce à la technologie, les agents de santé peuvent prodiguer des soins et consulter sur des questions de santé même situer  à une longue distance. Continuer la lecture de SANTE : l’OMS divulgue les premières lignes directives sur les interventions de santé numérique

Forêts : WWF-RDC évalue son appui aux communautés locales et peuples autochtones

Informer au préalable les concessionnaires, réaliser et innover dans l’élevage, accorder le maximum de temps aux concessionnaires, tels sont les recommandations faites par le Fonds Mondial pour la Nature(WWF) avec les financements du NORAD (The Norwegian Agency for Development Cooperation). Des recommandations formulées à l’issue d’un atelier s’inscrivant dans le cadre d’une mission de facilitation des négociations et suivi des accords des clauses sociales dans les concessions ciblées, que finance WWF au travers de son programme Gouvernance forestière.

Ces assises de 2 jours organisées à Kinshasa, ont été une occasion de présenter le résumé analytique du travail réalisé par chaque ONG afin d’analyser la situation en référence aux résultats attendus, de relever les observations clés et présenter le rapport synthèse de la mission.
« Nous avons déployé les experts de la société civile pour le suivi des réalisations des infrastructures socio-économiques. Ils ont visités les entreprises et identifiés les projets communautaires contenus dans les accords des clauses sociales », a expliqué Jean-Marie Bolika, coordonnateur du programme gouvernance forestière à WWF.
« Nous avons eu au retour des données voulues en terme des résultats des tous ces accords qui étaient prévu entre les entreprises et les communautés locales », a-t-il renchéri.
Au cours de cet atelier, il a été décidé de la poursuite des missions de terrains composées de 9 délégués des ONG actives. Ces interventions d’accompagnement se réaliseront dans les villages dans les villages riverains des exploitations des entreprises forestières, notamment SICOBOIS, IFCO, BEGO CONGO FORESTIERE, SODECOR et CFT.
Les délégués des ONG ciblées notamment CENADEF, GAPE, AVOCATS VERTS, OCEAN, NTOMOKOLO, CWS, AMAR, RAIFORCO, R/VRIEF et GTF ont pu présenter leurs rapports des missions lors de cette rencontre. Continuer la lecture de Forêts : WWF-RDC évalue son appui aux communautés locales et peuples autochtones

JME : le collectif des éco-activistes sensibilise sur l’importance de l’eau

Le collectif des éco-activistes pour l’environnement a en marge de la célébration de la journée mondiale de l’eau, fait une déclaration pour sensibiliser la population sur l’importance de l’eau d’une part, et inviter le gouvernement de la RDC à multiplier pour faciliter l’accès à l’eau potable à tous les congolais, comme l’a bien signifié le thème  de la célébration retenu  en 2019.

C’est pour attirer l’attention des décideurs et de la population que cette organisation a tenu à faire cette déclaration le 22 mars, journée dédiée à l’eau. Selon elle, le faible taux d’accès à l’eau potable que connaît la RDC est inacceptable, au regard d’importantes potentialités en eau que regorge le pays.

« La majorité des congolais vit sans eau potable. Ils passent des heures à faire la queue vers des sources éloignées pour avoir ne fut- ce- qu’une goutte d’eau alors que l’accès à l’eau est un droit fondamental », a déclaré M. Maurice Mwaiyanga, coordonnateur du collectif des éco-activistes pour l’environnement. Continuer la lecture de JME : le collectif des éco-activistes sensibilise sur l’importance de l’eau

Climat : l’Europe, mal placée en matière de lutte contre le changement climatique

Le réseau d’ONGs Climate Action Network Europe a dévoilé ce lundi 18 juin,  qu’aucun pays européen ne parvient à améliorer ses actions en faveur du climat conformément aux objectifs fixés par l’Accord de Paris, résultant d’un classement relatif aux ambitions et progrès européens en matière de lutte contre le changement climatique.

Les pays européens sont qualifiés d’incompétents en terme d’ambitions et progrès dans la réduction de gaz à effet de serre, par conséquent la première place du classement reste non occupée, pointe climate Action Network Europe. « Les pays sont capables de faire encore plus afin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris ».

Tant bien que mal, le Danemark occupe la tête du classement.  Il occupe cette place avec 77% des points attribués, devant le Portugal 66%, la France 65%, les Pays-Bas 58% et le Luxembourg 56%. C’est grâce à leurs plaidoyers en faveur d’objectifs climatiques plus ambitieux au niveau européen que ces Etats doivent leurs bonnes positions.

Au contraire avec une performance en dessous de la moitié, le Danemark 49%, l’Allemagne 45%, la Grande-Bretagne 37%, enfin figure la Belgique avec 35%. Le pays est considéré comme le mauvais élève européen, il occupe la 16ème place au classement.

Ces pays payent notamment le fait qu’« Ils ne sont plus à l’avant garde de la lutte contre le changement climatique et qu’ils ont d’assez faibles objectifs malgré leurs relatives richesses », a expliqué le rapport de ce réseau qui regroupe plus de 120 Organisations non gouvernementales.

A cause de leur ferme opposition à des actions pour le climat, ces autres Etats obtiennent les moins bons résultats avec 24% pour l’Estonie, 21% l’Irlande et 16% la Pologne.

 

Charlie LUTEZA

Environnement : les changements climatiques emportent les plus vieux baobabs d’Afrique

L’Afrique connait la perte de ses plus vieux baobabs en raison de changement climatique, selon une étude publiée ce lundi 11 juin dans la revue nature plants. Cette étude suppose que 9 des 13 plus vieux baobabs africains sont entièrement ou partiellement morts lors de ces 12 dernières années, les chercheurs essayant d’étudier une soixantaine de baobabs pour tenter de percer le secret de leur longévité, découvrent soudainement leur disparition massive.

Parmi les victimes, 4 symboliques, âgés de 1100 à 2500 ans et tutoyant le ciel, dont Panke au Zimbabwe, le plus vieux baobab avec 2450 ans au compteur, le baobab Sunland avec 1000 ans, le Platland en Afrique du sud, l’un des plus gros du monde et le célèbre baobab Chapman de Botswana, sur lequel Livingstone grava ses initiales, classé comme monument national. Continuer la lecture de Environnement : les changements climatiques emportent les plus vieux baobabs d’Afrique