Archives par mot-clé : climat

Climat : Le GIEC tire de toutes ses forces la sonnette d’alarme

Si le réchauffement climatique venait à dépasser les +1,5 °C, les conséquences seraient sévères. Tant pour la vie sur Terre que pour la santé de nos économies. C’est  l’alerte que nous lance  le dernier rapport du Groupement d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), appelant ainsi à  agir vite et à taper fort pour sauver notre planète ébranlée par les réchauffements climatiques.

A près de deux mois   de la COP 24 qui sera organisée en Pologne, le pronostic vital de la planète  semble de plus en plus très engagé. Le rapport spécial du GIEC publié lundi dernier dresse le portrait d’une planète asphyxiée par les gaz à effet de serre générés par les activités de l’homme. Ces activités anthropiques  ont fait grimper la température mondiale de 1 °C depuis la révolution industrielle. Le dernier demi-degré engrangé est déjà associé à une recrudescence de phénomènes météorologiques extrêmes.

Selon le GIEC« il est probable » que le réchauffement atteigne 1,5 °C entre 2030 et 2052 s’il se poursuit à son rythme actuel. Cela ne se fera pas sans bouleverser notre monde. D’autant que « beaucoup de régions » connaissent un réchauffement encore plus rapide. Ainsi, l’Arctique se réchauffe deux à trois plus vite que la moyenne.  Il prévient même qu’à +1,5 °C ou à +2 °C, le monde ne sera pas le même. Ce petit demi-degré pourrait être responsable de risques accrus, tant pour les espèces que pour nos économies. Continuer la lecture de Climat : Le GIEC tire de toutes ses forces la sonnette d’alarme

Climat : Hope Land Congo Sensibilise les Jeunes sur l’utilisation des énergies renouvelables

Hope Land Congo en collaboration avec  ses partenaires techniques et d’appuis ont organisé samedi dernier à Kinshasa, un marathon avec les jeunes dans le but de les sensibiliser sur  l’utilisation des énergies renouvelables. Cette activité initiée par Hope land Congo pour le compte de 350 RDC s’inscrivait dans le cadre de RISE FOR CLIMATE, qui est un mouvement en faveur de la  mobilisation climatique internationale.

Placé sous le thème accès pour tous aux énergies renouvelables d’ici 2030,  les organisateurs de ce marathon voulaient au travers de cet événement saisir l’occasion, pour dire non au développement des projets énergétiques menaçants  pour  le climat, comme il en est le cas pour les énergies fossiles.  Plus particulièrement, cette course à pied a permis de lever le pan sur la problématique des énergies en RDC, pays doté d’immenses ressources naturelles devant servir dans le développement de ces énergie.

« Entant que jeunes, nous avons pensé que pour assurer la stabilité de notre climat, nous devrons avoir des initiatives ou des alternatives qui vont aider le monde entier à résoudre cette préoccupation lié au changement climatique, et ces alternatives sont également les énergies renouvelable », a expliqué  Rigobert Mola coordonnateur de la DYGEDD. Continuer la lecture de Climat : Hope Land Congo Sensibilise les Jeunes sur l’utilisation des énergies renouvelables

Climat : PANA-AFE installe des pluviomètres dans 100 villages

Le projet de renforcement de la résilience et de la capacité d’adaptation des femmes et des enfants au changement climatique en RDC,  PANA-AFE, a procédé à la sensibilisation des communautés sur l’interprétation et l’utilisation des données agro météorologiques. Pour ce faire, le PANA AFE a installé des pluviomètres dans 100 villages couvert par ce projet, dans 4 zones d’intervention, à savoir, le Haut Katanga, le Kongo Centrale, la Lomami et le Kwilu.

« Nous sommes en train de sensibiliser les communautés pour qu’elles sachent interpréter ces données pluviométrique car c’est déjà le retour de la saison de pluie, elles doivent savoir à quoi sert ces données et comment les utiliser », a indiqué Ida Mangala, chargée de Communication du projet.

Dans un pays où la culture dépend totalement de la pluie, il est donc important que les agriculteurs disposent des données pluviométriques, qu’ils sachent les interpréter et adapter à leur contexte. « Nous sensibilisons les communautés pour les aider à minimiser de pertes agricoles. Avec les données pluviométriques, les agriculteurs doivent savoir qu’il faut au minimum autant de millimètres d’eau dans le sol pour semer, car il y’a assez d’humidité… », a-t-elle précisé. Continuer la lecture de Climat : PANA-AFE installe des pluviomètres dans 100 villages

Climat : l’appel de 200 personnalités pour sauver la planète (Tribune)

D’Alain Delon à Patti Smith, tous ont répondu à l’appel de Juliette Binoche et de l’astrophysicien Aurélien Barrau pour une action politique « ferme et immédiate » face au changement climatique.

Quelques jours après la démission de Nicolas Hulot, nous lançons cet appel : face au plus grand défi de l’histoire de l’humanité, le pouvoir politique doit agir fermement et immédiatement. Il est temps d’être sérieux.

Nous vivons un cataclysme planétaire. Réchauffement climatique, diminution drastique des espaces de vie, effondrement de la biodiversité, pollution profonde des sols, de l’eau et de l’air, déforestation rapide : tous les indicateurs sont alarmants. Au rythme actuel, dans quelques décennies, il ne restera presque plus rien. Les humains et la plupart des espèces vivantes sont en situation critique. Continuer la lecture de Climat : l’appel de 200 personnalités pour sauver la planète (Tribune)

Climat : D.Trump plus isolé que jamais lors du G7

Réunis  à Charlevoix au Canada, les pays membres du G7 ont réaffirmé leur volonté de mettre en place une économie mondiale sobre en carbone, tout en accordant des milliards de dollars aux énergies fossiles. Une décision prise  lors d’une séance de travail consacrée au climat,  boycottée par Trump qui reste radicalement opposé à la lutte contre le réchauffement climatique.

La lutte contre le réchauffement a constitué une ligne de démarcation infranchissable entre les Etats-Unis et les six autres puissances économiques réunies dans la région québécoise de Charlevoix. Continuer la lecture de Climat : D.Trump plus isolé que jamais lors du G7

Climat : « Je change », une phrase qui dit tout sur le premier forum sur l’économie du climat à Kinshasa

Le monde entier est aujourd’hui vulnérable face aux changements climatiques. Avec ses étendues des forêts vierges, la RDC se présente comme une solution aux problèmes climatiques à l’instar de l’Amazonie. C’est dans ce cadre que l’initiative « Je Change pour le Climat » a mis autour d’une table les décideurs politiques, économiques et sociaux, afin de les engager dans la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat qui prévoit le maintien du climat mondial à 1,5°C avec une approche de concilier le business et le développement durable.

« Nous avons voulu à travers ce forum faire comprendre aux parties prenantes que la lutte contre le changement climatique est un levier pour le développement économique de notre pays » a déclaré le sénateur Innocent Nkongo, responsable Partenariat de ce forum. Continuer la lecture de Climat : « Je change », une phrase qui dit tout sur le premier forum sur l’économie du climat à Kinshasa

Fonds bleu : Un premier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement à Brazzaville

Les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Commission Climat du Bassin du Congo se réuniront à Brazzaville, capitale de la République du Congo, le 25 avril prochain pour faire le bilan des activités de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds Bleu pour le Bassin du Congo et permettre aux Chefs d’Etat d’endosser des outils nécessaires pour accélérer leur opérationnalisation en lien avec les attentes des Etats, du secteur privé, des populations et des partenaires techniques et financiers.

Lancement des travaux du segment technique de la 3ème réunion de l’IMT à Brazzaville. (Crédit photo, Raoul Siemeni- RECEIAC)

Le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement vise en termes claires, la collecte des ressources destinées à financer des programmes et projets dans les domaines de l’économie bleue, l’économie verte et la lutte contre les changements climatiques y compris celle contre la pauvreté. Continuer la lecture de Fonds bleu : Un premier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement à Brazzaville

Climat : vers l’organisation d’une COP à Kinshasa et Brazzaville ?

New York, 36ème niveau du siège des Nations Unies. 15h30. Bureau du Secrétaire Général Adjoint chargé des Questions juridiques et légales. C’est en ce lieu et au cours d’une sobre cérémonie officielle que la République Démocratique du Congo a déposé par l’entremise du Vice-premier Ministre, Ministre des Affaires Étrangères et Intégration Régionale, Leonard She Okitundu, le document – instrument de ratification de l’Accord de Paris sur le Climat portant la signature du Président de la République Joseph KABILA KABANGE après son vote par l’autorisation des deux Chambres parlementaires conformément à la Constitution Congolaise.

Un engagement du Président Kabila

Au nom du Secrétaire Général des Nations Unies absent, le Secrétaire Général Adjoint des Nations Unies, Miguel DE SERPA SORAES, a tenu á féliciter la République Démocratique du Congo Continuer la lecture de Climat : vers l’organisation d’une COP à Kinshasa et Brazzaville ?

COP23 : 2017, en passe de devenir l’année la plus chaude

Alors que 196 pays sont réunis à Bonn pour la COP23, une étude montre que 2017 est en passe de devenir l’année la plus chaude jamais enregistrée hors El Nino.

Un nouveau constat scientifique qui sonne comme un nouveau cri d’alarme… 2017 s’apprête à devenir l’année la plus chaude jamais recensée si l’on exclut les années où El Nino a sévi. C’est l’Organisation météorologique mondiale qui l’annonce dans un bilan publié en marge de la COP23. La conférence s’est ouverte à Bonn sous la présidence du chef du gouvernement fidjien, Frank Bainimarama, qui a appelé à agir urgemment contre le réchauffement planétaire.

C’est un signal important que les îles Fidji occupent la présidence cette année, a pour sa part déclaré Barbara Hendricks, la ministre allemande de l’Environnement. Cela attire l’attention sur l’un des problèmes centraux de la politique climatique : les effets du changement climatique sur les petits Etats insulaires. Nous avons convenu à Paris de maintenir le réchauffement climatique sous les 2 degrés Celcius, et même de le limiter à 1,5 degrés si possible. Cette limitation à 1,5 degrés est particulièrement importante pour les petits Etats insulaires.”

196 pays sont réunis jusqu’au 17 novembre, y compris les Etats-Unis dont le retrait de l’accord sur le Climat interviendra dans trois ans. Objectif : rediscuter des engagements pris par chaque pays alors que l’on sait d’ores et déjà qu’ils seront insuffisants en l‘état et préciser les règles d’application.

Avec AFP

Climat-USA : l’homme est l’auteur du réchauffement climatique (Rapport)

Les agences fédérales du gouvernement américain ont publié vendredi dernier avec l’accord de la Maison blanche, un rapport qui établit un lien sans détour entre les changements climatiques et la pollution engendrée par les activités anthropiques. La Maison blanche n’a émis aucune objection, quant aux affirmations révélées par ce rapport.

C’est une première depuis l’arrivée à  la Maison blanche, de Donald Trump, qu’un document d’une telle envergure sur la responsabilité de l’homme dans le dérèglement climatique soit rendu public, avec l’autorisation d’un gouvernement américain reconnu pour ses positions hostiles à la lutte contre le changement climatique.

Posté sur un site spécifique et non celui de la Maison blanche, ou celui de l’Agence pour la protection de l’environnement, ce rapport  appelé Climate Science Special Report (CSSR), note que la température annuelle moyenne de l’air à la surface du globe a augmenté de 1°C entre 1901 et 2016. Et que la période actuelle est désormais la plus chaude de l’histoire de la civilisation moderne. Il prévient qu’entre 2021 et 2050, la hausse devrait atteindre 1,4 degré supplémentaire. « Il est extrêmement probable que les activités humaines, en particulier les émissions de gaz à effet de serre, sont la cause dominante du réchauffement observé depuis le milieu du XX e siècle », indique ce texte  qui fait partie de l’évaluation nationale des Etats-Unis sur le climat.

C’est en vertu d’une décision du congrès datant de 1990 que  treize agences concernées par le climat  doivent élaborer tous les quatre ans ce document d’évaluation, qui au final devra être contresigné par l’académie nationale des sciences avant d’être rendu public.

Des extraits du CSSR avaient filtré en août dans la presse, alors que plusieurs scientifiques s’inquiétaient d’un possible veto du cabinet de Trump sur sa publication, deux mois après l’annonce par le président américain de la sortie de son pays de l’accord de Paris.

Est-il possible d’espérer grâce à la publication de ce rapport, un revirement de la Maison blanche vers une reconnaissance de la part de l’homme dans le réchauffement climatique, susceptible d’infléchir la position américaine sur l’accord de Paris ? Rien n’est moins sûr pour l’instant, d’autant que l’équipe Trump n’est pas une contradiction près.

Selon le New York Times, la décision de publier le CSSR  a été prise par Gary Cohn, le directeur du conseil économique de la maison blanche. Préoccupé par le projet de réforme fiscale, sur lequel les républicains comptent faire campagne pour les législatives de novembre 2018, il aurait évité la distraction qu’aurait constitué un affrontement avec la communauté scientifique, en cas d’un veto contre ce document.

Pour sa part, Donald Trump n’était que vaguement conscient de la publication de ce rapport, affirme le quotidien.

 

Thierry-Paul KALONJI