Archives par mot-clé : Conservation

Forêt : Pour Greenpeace Afrique, « l’Union européenne doit exiger l’annulation des blocs pétroliers dans la Cuvette Centrale »

Greenpeace Afrique a dans un communiqué publié ce jeudi 08 août, a informé avoir sollicité le l’implication de l’Union européenne dans l’annulation des blocs pétroliers dans la cuvette centrale.

« Il est grand temps pour l’Union européenne d’aller au-delà des simples mots et d’arrêter  de soutenir, par son inaction, l’exploration pétrolière dans les parcs nationaux de la République Démocratique du Congo », indique Patient Muamba, chargé de campagne forêt pour Greenpeace Afrique. Continuer la lecture de Forêt : Pour Greenpeace Afrique, « l’Union européenne doit exiger l’annulation des blocs pétroliers dans la Cuvette Centrale »

Conservation : Lancement à Bissau de la  3ème édition du Forum régional de la conservation en Afrique centrale et occidentale

Bissau, la capitale de la Guinée Bissau abrite la troisième édition du   Forum régional de la conservation en Afrique centrale et occidentale. Ces assises qui ont débuté ce mardi 09 juillet, sont  considérées comme importantes car, elles  préparent trois  évènements majeurs relatifs à la conservation prévus en 2019 et 2020, à savoir la 25ème conférence des parties à la convention cadre des nations-unies sur les changements climatiques, le congrès mondial de la nature, ainsi que  la 15ème réunion de la conférence des parties  à la convention sur la diversité biologique.

« Les grands événements mondiaux prévus en 2020 offrent une opportunité unique de placer la nature au cœur de l’agenda politique, national et international. Nous devons donc travailler activement  pour influencer l’agenda international de la conservation et du développement durable », a déclaré Grethel Aguilar directrice Générale p.i de l’UICN.

Conserver la nature pour la paix, la sécurité et le développement économique durable en Afrique centrale et occidentale, tel est le thème de ces travaux qui réuniront pendant trois jours les représentants de gouvernements, de la société civile, de chercheurs, de communautés de la conservation et d’autres acteurs politiques de l’Afrique centrale et occidentale.

Au regard des différentes menaces qui planent sur la biodiversité dans ces régions d’Afrique, ce  forum se veut donc un cadre de réflexion et d’échanges pour les membres et experts des six Commissions thématiques (Ndlr Gestion des Ecosystèmes , Sauvegarde des Espèces , Aires Protégées , Droit de l’environnement , Education et Communication , Politiques Environnementales, Economiques et Sociales) et partenaires de l’UICN (États, ONG, société civile). Continuer la lecture de Conservation : Lancement à Bissau de la  3ème édition du Forum régional de la conservation en Afrique centrale et occidentale

Environnement : Lutte contre le trafic des espèces fauniques, des délégués de la tshopo, Maniema et nord-kivu en atelier à Kisangani

Fournir une formation pratique aux chargés de l’application des lois sur la protection de la faune, des services de renseignement tactique et opérationnel, des méthodes de dissimulation, de l’identification des trafiquants et de l’identification des espèces ; créer une opportunité de mise en réseau pour la coopération intra et inter agences et enfin créer un mécanisme ou une plate forme pour le partage d’informations entre les participants et les agences, c’est entre autres objectifs de l’atelier de renforcement de l’application des lois protégeant la faune et sur le trafic illégal des espèces, atelier dont les travaux ont ouvert leurs portes ce lundi 27 mai 2019 au Guest house du Canon dans la ville de Kisangani et vont durer cinq jours.

Le ministre provincial en charge de l’environnement Afuta Longomo a donné le coup d’envoi des assises et a appelé les participants à l’assiduité. Les participants sont des intervenants aux postes de contrôle au niveau des limites des territoires ou provinces, aux barrières routières et aux sites de l’Institut congolais pour la conservation de la nature opérant tant à Kisangani qu’aux territoires de lubutu dans le Maniema et de walikale dans le nord Kivu. Continuer la lecture de Environnement : Lutte contre le trafic des espèces fauniques, des délégués de la tshopo, Maniema et nord-kivu en atelier à Kisangani

Conservation : Le Corps PPN évalue la situation de la protection des parcs Nationaux et Réserves naturelles

La direction générale de l’Institut congolais pour la Conservation de la  Nature (ICCN), a organisé un séminaire d’immersion en vue de la matérialisation de l’encrage du corps pour la protection des parcs nationaux et réserves naturelles apparentées (corPPN) au sein de cette institution. Cette réunion qui s’est tenue à Kinshasa, ce lundi 11 mars, a été une occasion pour cette nouvelle unité de passer en revue les difficultés auxquelles sont confrontés  les parcs et aires protégées de la RDC, en vue d’y apporter des solutions appropriées.

« Aujourd’hui l’encrage sur le corps PPN constitue un pas dans cette solution. Voilà pourquoi mes sentiments sont de grande satisfaction et  de reconnaissance aux autorités qui ont voulu que cela arrive. L’implication aujourd’hui du président de la République montre en réalité que la conservation de la nature, fait partie maintenant de grandes préoccupations de notre pays », a déclaré Cosma Wilungula,  directeur général de l’ICCN. « Jadis il n’en été pas ainsi. Voilà pourquoi nous pouvons nous réjouir de cet atelier de l’immersion qui est un de premier pas dans cette marche vers le lendemain meilleur de la conservation de la nature ». Continuer la lecture de Conservation : Le Corps PPN évalue la situation de la protection des parcs Nationaux et Réserves naturelles

Conservation : Derrière le combat des protecteurs de la biodiversité (Tribune de Julien Muyisa)

Les pages qui vont suivre ne mettent nullement en évidence une maîtrise des styles de la langue française ou une quelconque érudition. Il s’agit plutôt, d’un homme qui parle de ce que c’est dédier sa vie pour la protection de la nature en République Démocratique du Congo. Pour comprendre l’histoire, il faut savoir où tout a commencé.

Juillet 2008, il visite la réserve de faunes à Okapis et  se rend aussitôt compte que la vie d’un écogarde ne tient qu’à une ficelle. Ce récit engagé plaide pour une amélioration des conditions de vie des familles veuves d’éco gardes dont –derrière la caméra- très peu se rendent compte du sacrifice qu’ils ont dû endurer quel que soit le rang de leur bien aimé(e) servant dans le parc.

Le Contexte des Aires Protégées

La République Démocratique du Congo compte environ 71 aires protégées, soit 11% du territoire national contenant une variété des ressources naturelles : animaux, insectes, cours d’eaux, minerais ainsi que les plantes. Elle est qualifiée de 2eme poumon du monde suite à son immense forêt tropicale. Chaque année, on observe de l’engouement des étrangers qui s’y rendent pour des recherches scientifiques, le tourisme et de la détente. Ce pays abrite presque toutes les merveilles du monde. Continuer la lecture de Conservation : Derrière le combat des protecteurs de la biodiversité (Tribune de Julien Muyisa)

Conservation : une espèce des chimpanzés en voie de disparition découverte à Yangambi

Des  Chimpanzés communs, une espèce  en voie de disparition vient d’être  découverte dans la réserve de biosphère  de Yangambi, par des scientifiques du centre de recherche forestière internationale (CIFOR), a-t-on appris de cette institution de recherche.  Une  présence  signalée  à l’aide des pièges photographiques  dans une surface d’environ 750 km carrés et incluant la réserve et ses alentours, au nord de la République Démocratique du Congo.

 

 

C’est une nouvelle qui est intervenue après 3 trois semaines  d’installation de pièges photographiques dans la région, confirmant ainsi les affirmations de membres des communautés vivant  aux alentours d’avoir localisé des chimpanzés et d’autres ongulés dans la région, ces derniers n’avaient jamais été observés pendant une analyse rigoureuse.  Cette installation des pièges photographiques fait partie des  mesures qui visent à accroitre la compréhension des chercheurs sur l’existence et les tendances de la faune dans la région pour aider les efforts de conservation. Continuer la lecture de Conservation : une espèce des chimpanzés en voie de disparition découverte à Yangambi

Conservation : le biomonitoring, un outil futur pour les inventaires des aires protégées

L’atelier de biomonitoring et recherche sur le parc national de la Salonga organisé à Kinshasa, par le Fonds mondial pour la nature et ses partenaires engagés dans la conservation  s’est clôturé sur une note positive.  L’appréciation par les participants  de la qualité de  résultats  des travaux réalisés pour l’élaboration de l’inventaire des espèces,  et des différentes résolutions susceptibles de pérenniser ce  nouveau système de gestion de ce parc ont permis à  cette rencontre d’atteindre les objectifs qu’elle s’est assignée.

C’est avec une idée un peu précise sur la diversité et le  nombre d’espèces que regorgent le parc national de la Salonga que les participants à cet atelier de biomonitoring et de recherche  de la Salonga ont pu tirer comme bénéfice. Pendant deux jours des  échanges  allant de la présentation de résultats des travaux d’inventaire réalisés de 2004 à 2018  à la proposition du programme de biomonitoring à long terme axé sur le suivi de la faune  en passant par la proposition   de deux scenarios relatifs à la gestion du parc,  ont constitué l’un de temps forts de ces assises.

A l’issue de ces échanges, les participants ont unanimement admiré  non seulement l’importance du biomonitoring mais aussi celle  des nouvelles technologies  notamment avec l’utilisation des caméras piège. Les partenaires techniques et financiers de la Salonga ont par la même occasion  pu réfléchir ensemble  sur ce plan de biomonitoring,  les stratégies de recherche ainsi que de l’engagement de tous les acteurs pour contribuer à la réalisation et à la mise en œuvre dudit plan. Continuer la lecture de Conservation : le biomonitoring, un outil futur pour les inventaires des aires protégées

Conservation : deux okapis capturés par des chasseurs dans le Bas-Uele

Deux okapis femelles ( la mère et l’enfant) ont été capturés par deux chasseurs dans la réserve de Rubi-tele dans le territoire de Buta, ont annoncé les autorités de cette partie du pays. 10 jours après cet incident, le vice-gouverneur de la province du Bas-Uele, Armand KASUMBU a fustigé cet acte, avant de lancer ce  19 juillet  un appel à la libération immédiate de ces animaux, de crainte qu’ils périssent  à cause d’une alimentation inadéquate.

S’attaquer aux Okapis constitue une infraction d’autant plus que cette espèce est  inscrite sur la liste rouge de l’UICN. elle est  totalement protégée.

« Il serait mieux de relâcher les deux bêtes et leur donner la chance de vivre dans la nature. Elles ont beaucoup de chance de survivre dans la nature que dans les bras des humains », a déclaré le vice-gouverneur.

L’okapi est un animal endémique de la RDC,  et sa survie nécessite un encadrement et une alimentation particuliers. « Ces bêtes-là, si vous les gardez et que vous ne les nourrissez pas d’une certaine manière avec un certain type d’arbres, etc., elles meurent. La Réserve à faune d’Okapis s’en sort bien parce que les partenaires sont venus et ils ont mis en place les infrastructures nécessaires », a  rappelé  Armand Kasumbu.

Jusque-là,  aucune information sur le lieu où se trouvent ces mammifères ainsi que l’identité complète de  ces braconniers ne sont disponibles.

Jennifer LABARRE

Conservation : l’Union européenne peint le tableau de son engagement en RDC

C’est en présence des hommes d’affaire issus de différent secteurs et autres partenaires engagés dans la protection de l’environnement, que le chef de la délégation de l’Union européenne en RDC, Bart Ouvry,  a l’occasion de la réunion du cercle économique européenne, égrené les actions entreprises en faveur de la conservation de la nature et le succès obtenu pour attirer plus de touristes en République démocratique du Congo.Cette réunion tenue le 29 novembre à Kinshasa était entièrement axée sur la protection de l’environnement. La présence des différents intervenants suffisait pour comprendre combien cette rencontre était une tribune importante pour l’Union européenne qui est un acteur très engagé en faveur de l’environnement et de la conservation de la nature en RDC , de peindre le tableau de ses différentes réalisations.

En RDC, plus de 60 millions de personnes vivent dans ou à proximité des forêts. Une bonne gestion des parcs et autres aires protégées doit mettre l’homme au centre. Raison pour laquelle il est important Continuer la lecture de Conservation : l’Union européenne peint le tableau de son engagement en RDC

Biodiversité : 66% des éléphants sont en voie de disparition en Afrique Centrale

Les populations d’éléphants de forêt ont connu une baisse d’environ 66% en huit ans sur une superficie de près de 6 millions d’hectares, selon les inventaires fauniques réalisé par le Fonds mondial pour la nature dans 4 pays de la sous région, le Gabon, la République Centrafricaine, le Cameroun et le Congo. Cette révélation a été faite dans un rapport rendu public le 25 octobre dernier à Douala, au Cameroun.

Un éléphant au parc national de Loango/ crédit photo wwf

En effet, ces études réalisées entre 2008 et 2016 grâce à la collaboration des ministères en charge de la faune dans les différents pays, sur le biomonitoring en Afrique Centrale, ont révélé un nombre estimé d’éléphants de forêt à environ 9500 individus alors que la population de grands singes est estimée à 59 000 individus sevrés dans la zone couverte par l’inventaire. Cependant, le braconnage pour l’ivoire est la principale cause du déclin drastique des populations d’éléphants dans la région. Cela a poussé les éléphants à chercher refuge dans des aires protégées considérées comme des zones plus sûres.

« Bien que nous félicitons les dirigeants des quatre pays du bassin du Congo pour les progrès réalisés dans la réduction des impacts des activités humaines dans les aires protégées, avec une pression de 50% moins élevée dans les parcs nationaux et autres aires protégées qu’à l’extérieur, Nous craignons que si le braconnage persiste et que les couloirs de migration des éléphants ne sont pas sécurisés, on risque d’assister à une décimation des populations restantes « , a déclaré Paul N’GORAN, coordinateur du biomonitoring de WWF en Afrique Centrale.

Les chiffres sont particulièrement alarmants dans le segment Cameroun du paysage Tri-national Dja-Odzala-Minkebe (TRIDOM) où le nombre d’éléphants a diminué de plus de 70% en moins de 10 ans.

« Malgré ces données choquantes, nous croyons que les tendances peuvent être inversées en partie si les décideurs et les communautés locales utilisent ces données scientifiquement établies comme guide pour l’élaboration de politiques de gestion de la faune, de plans de surveillance et de stratégies pour lutter contre la criminalité faunique » a estimé Paul N’GORAN.

Il a par la suite, lancé un appel  aux autres bailleurs pour accompagner les efforts des gouvernements et les initiatives des ONG dans la protection de la faune sauvage.

« Il y a un besoin crucial pour la communauté internationale de soutenir de telles actions prises par les gouvernements et les ONG de conservation », a-t-il ajouté.

Ainsi, le WWF exhorte les dirigeants de ces quatre pays à renforcer de toute urgence la législation visant à lutter contre le braconnage. Ainsi, les autorités de ces quatre pays doivent également fédérer leurs efforts et intensifier la surveillance et les mesures d’application de la loi, à l’intérieur et autour des aires protégées transfrontalières, et ce, en étroite collaboration avec les communautés locales afin de combattre les opérations complexes des réseaux de criminalité faunique dans le bassin du Congo.

Jennifer LABARRE