Archives par mot-clé : Déforestation

Forêt : 51 % des surfaces boisées mondiales ont disparues en 2016

Dans un rapport  paru ce lundi 23 octobre 2017, Global Forest Watch (GFW)  a affirmé  qu’en 2016, les surfaces forestières qui ont été déboisées dans le monde équivalent à  la superficie de la Nouvelle-Zélande.  Une perte  qui a ainsi atteint un niveau record de 29,7 millions d’hectares.

Selon le rapport,  Cette déforestation s’explique par la forte augmentation des feux de forêt en 2015 et 2016. La responsabilité de l’agriculture et de l’activité minière est également pointée du doigt. Ce bond de 51 % en un an s’explique surtout par les nombreux incendies ayant sévi dans le monde l’an dernier.  Ce triste record des forêts détruites peut être battu en 2017, au regard des  récents brasiers en Californie et au Portugal.

Outre les incendies, la déforestation liée à l’agriculture, la coupe de bois et l’activité minière ont également contribué à l’importante réduction des forêts en 2016.

Ce rapport souligne aussi que la forte augmentation des feux de forêt en 2015 et 2016 est l’une des conséquences du courant cyclique chaud du Pacifique El Niño, le second plus intense jamais enregistré, qui a créé des conditions très sèches dans les Tropiques. Il a aussi joué un rôle dans les forêts boréales et tempérées.

Pour  GFW , un partenariat de surveillance des forêts lancé par l’organisme de recherche World Resources  Institute  (WRI) renseigne que  le changement climatique accroît aussi l’intensité et le coût des feux de forêt.

Le Brésil, l’Indonésie et le Portugal, ont subi des accroissements particulièrement importants de pertes de couverture forestière par le feu en 2016. Ainsi, elle a doublé au Brésil avec la région amazonienne qui a perdu 3,7 millions d’hectares, soit plus du triple de 2015. Le Portugal a perdu 4 % de ses surfaces boisées, la plus grande proportion tous pays confondus et près de la moitié des forêts calcinées dans toute l’Union européenne. Les auteurs du rapport affirment d’autre part que  la prévalence d’eucalyptus  qui brûlent facilement combinée à une mauvaise gestion des sols et au manque de mesures de prévention comme des coupe-feu expliquent ce bilan.

La République du Congo  quant à elle a subi l’incendie de forêt le plus étendu jamais signalé en Afrique centrale avec 15 000 hectares détruits en début 2016. A Fort McMurray, au Canada, les flammes ont ravagé en mai plus de 600 000 hectares et provoqué 8,8 milliards de dollars de dégâts.

Ces incendies de forêts et la déforestation  ne restent pas sans conséquences sur l’environnement. ils peuvent entraîner une hausse des morts prématurées, des maladies et avoir un impact économique très négatif, prévient le rapport, soulignant qu’ils peuvent aussi affecter les sources d’eau, la biodiversité et libèrent d’énormes quantités de dioxyde de carbone (CO2) dans l’atmosphère.
Thierry-Paul KALONJI

Gabon : des interpellations pour trafic de bois et d’ivoire

 onze personnes, dont sept Chinois, ont été arrêtées au Gabon pour exploitation illégale de bois et transport d’ivoire

Huit forestiers – sept Chinois et un Gabonais – ainsi que trois personnes de diverses nationalités africaines soupçonnées de trafic d’ivoire, ont été interpellés par une mission de Contrôle d’aménagement forestier (CAF), selon les conclusions de l’enquête de la police forestière transmises mercredi à l’AFP. Du matériel a également été saisi.

Le CAF déplore dans un communiqué « des milliers de mètres cube de bois détournés » et « des milliards de francs CFA perdus », à l’issue d’une mission de deux semaines menée dans la province de l’Ogooué-Ivindo (est du pays).

Le communiqué rapporte également la saisie de « 60 kilos d’ivoire » dans un camion supposé transporter de l’eau minérale. Les huit forestiers sont notamment soupçonnés d’avoir coupé des essences interdites, trop jeunes ou situées dans des zones de conservation contre la dégradation de la forêt, ajoute le communiqué.

La mission a été soutenue par l’ONG belge Conservation Justice, avec qui elle a recensé onze entreprises forestières aux pratiques douteuses.

« Cela souligne le désordre qui existe dans le secteur forestier et la corruption et les complicités qui y règnent », a commenté auprès de l’AFP un membre de l’ONG, Luc Mathot, ajoutant: « Il semble que la mission a subi des pressions pour être au final suspendue ». Cette mission a pris fin le 26 avril.

« Il ne fait aucun doute que des ramifications entre les opérateurs forestiers et les agents publics existent », relève le communiqué de la mission.

En novembre 2015, une trentaine de personnes – dont deux représentants du ministère des eaux et forêts – avaient été arrêtées dans la même province pour trafic de Kevazingo, un bois précieux.

Connu dans le monde pour sa biodiversité et situé au coeur de l’Afrique centrale, le Gabon est recouvert à près de 80% de forêts.

Le pays a mis en place les projets « Gabon vert », en parallèle de « Gabon industriel ».

Début avril, le gouvernement gabonais a signé plusieurs accords pour l’exploitation commerciale du bois avec une délégation de 27 entreprises chinoises.

AFP

Forêt : Moïse Katumbi dénonce l’exploitation illégale de bois dans le Parc national de Kundelungu

L’opposant congolais Moïse Katumbi Chapwe a dans une interview accordée à Jeune Afrique,  dénoncé  l’exploitation illégale du bois rouge dans le Parc national de Kundelungu situé dans la province du Haut-Katanga, l’une des quatre provinces issues de la décentralisation de l’ancienne  et riche province du Katanga.

Alerté par les habitants du terroir, Moïse Katumbi s’est aussi dit profondément préoccupé par la multiplication des cas d’exploitation illégale de bois rouge dans le Haut-Katanga, qu’il a dirigé entre 2007 et 2015. « Après les mines, on s’attaque désormais à nos forêts », a-t-il informé ce lundi 13 mars.

Moïse Katumbi révèle  que plus de 100 hectares de forêts sont coupés chaque jour sur la route Kasenga et Pweto. Et plusieurs camions sont mobilisés pour transporter du bois rouge vers l’extérieur du pays. Cette situation met en mal la faune et la flore dans cette partie de la République.

 » A cette allure, c’est le parc national de Kundelungu qui se trouve dans la zone de cette exploitation illégale, qui risque de disparaître totalement « , a-t-il déploré.

L’opposant congolais, tire la sonnette d’alarme sur des « risques de sécheresse et ses conséquences sur les barrages hydroélectriques » dans cette partie du pays.

Moïse Katumbi entend saisir par écrit l’Union Africaine à ce sujet. « Je compte envoyer un courrier à l’UA et à d’autres institutions internationales spécialisées, pour les interpeller et faire arrêter ces attaques contre l’environnement », poursuit-il tout en dénonçant des actes qu’il qualifié du « vrai mercenariat contre la nature ».

Il a par ailleurs exhorté le Président Kabila à s’intéresser à cette situation.

Alfred NTUMBA

Forêt : les paysages forestiers intacts pourraient disparaitre d’ici 60 ans

Si les pays à forte étendue de paysages forestiers intacts n’adoptent pas de mesures de préservation ou de gestion forestière efficace, ils pourraient les perdre d’ici 60 ans, prévient une étude scientifique menée par une équipe de chercheurs de l’Université du Maryland et publieé dans la revue Science Advances.
Continuer la lecture de Forêt : les paysages forestiers intacts pourraient disparaitre d’ici 60 ans

RDC : le taux de déforestation a plus que doublé en 15 ans

L’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a procédé ce mardi 24 janvier à la présentation des résultats du pré-inventaire forestier réalisé en République démocratique du Congo, durant la période allant de 2000 à 2014. Les résultats de ces études ont révélé que la déforestation en RDC s’est accrue durant les dernières décennies car elle est passée de 0,17% par an entre 1990 et 2000 à 0,52% entre 2010 et 2014.
Continuer la lecture de RDC : le taux de déforestation a plus que doublé en 15 ans