Archives par mot-clé : Eau

Eau : Félix Lilakako, « le secteur de l’eau ne doit pas demeurer le parent pauvre de réformes »

« Le chef de l’Etat doit assurer que le secteur de l’eau ne demeure pas le parent pauvre de réformes ». C’est la réponse de Felix Lilakako, expert en droit de l’environnement, à l’appel de pied lancé par le nouveau chef de l’Etat, Felix Tshisekedi lors de sa prise de fonction. Dans une interview accordée à ENVIRONEWS RDC, l’expert exhorte le chef de l’Etat à saisir l’opportunité qu’offre le code de l’eau, afin de redynamiser le secteur des ressources en eau, l’un de plus négligés du pays.

Félix Lilakako, Expert en droit et politique de l’Environnement.

Le code de l’eau publié en 2015, reste un cadre par excellence pour garantir la bonne gestion et la préservation de la ressource. Le chef de l’Etat devra s’assurer qu’au niveau du Gouvernement, de mesures d’application soient prises pour favoriser l’effectivité de cette loi.

« Nous avons de meilleures loi, mais qui manquent de mesures d’application. Une fois que ces mesures sont prises, le Président de la République devra s’assurer que les cours et tribunaux appliquent effectivement cette loi », a-t-il renchérit. Continuer la lecture de Eau : Félix Lilakako, « le secteur de l’eau ne doit pas demeurer le parent pauvre de réformes »

Suède : Début à Stockholm de la semaine mondiale de l’eau

Plus de 3300 participants venus de plus de 130 pays prennent part, depuis ce lundi 27 août, aux travaux de la 28ème semaine mondiale de l’eau de Stockholm. Les experts, décideurs, innovateurs et professionnels de différents secteurs impliqués dans le domaine de l’eau à travers le  monde, vont échanger les idées, susciter de nouvelles réflexions et développer des solutions aux défis liés à l’eau, au cours de cette édition organisée comme toujours par le Stockholm International Water Institute (SIWI).

Organisée chaque année depuis 1991, la semaine mondiale de l’eau est devenue le point focal annuel des discussions et échanges sur problèmes mondiaux concernant l’eau. En effet, elle est placée cette année sous le thème : l’eau, les écosystèmes et le développement humain.

Cette session porte notamment sur le bilan des progrès réalisés dans le domaine de l’eau depuis l’adoption de l’Agenda 2030 pour le développement durable et de l’Accord de Paris sur le climat. Continuer la lecture de Suède : Début à Stockholm de la semaine mondiale de l’eau

Eau : Francois Kalwele, « la RDC va exporter 1% de l’eau du fleuve vers le Tchad »

La RDC va dans les prochains jours exporter (vendre) 1% de ses eaux au Lac Tchad. Le pays gagnera de ces transactions, plusieurs milliards de dollars américains, cela pour toute la vie. La déclaration a été faite par François Kalwele, président et Maître de conférences au Centre International de Recherche, Études et Prévention des catastrophes naturelles liées aux changements climatiques en Afrique (ARD/CIREP). Dans une interview exclusive accordée à Environews RDC, l’expert congolais n’est pas passé par le dos de la cuillère pour manifester son engagement à faire gagner au pays, près de 60 milliards de dollars américains chaque année, sur la vente de l’or bleu du fleuve Congo.

François-Kawele, coordonateur de l’ONG ARD/CIREP

Environews : Monsieur Kalwele, pourriez-vous nous dire quel est l’état des lieux des eaux de la RDC ?

Fraçois Kalwele (F.K) : La situation de l’eau en RDC, je dirai n’est catastrophique. Mais c’est vrai il y a un besoin de tirer la sonnette d’alarme que le pays ne dispose plus suffisamment d’eau. Continuer la lecture de Eau : Francois Kalwele, « la RDC va exporter 1% de l’eau du fleuve vers le Tchad »

Eau : La société civile congolaise dit non au projet Transaqua

La question de transférément de l’eau de la RDC vers le Tchad refait surface,  mais laisse sans mot le gouvernement congolais. Après plusieurs alertes lancées par les scientifiques, c’est à la société civile congolaise de hausser le ton sur cette question. La CORAP (Coalition Réforme Actions Publiques), a porté à la connaissance du public, son refus d’accompagner ce projet non seulement parce qu’il viole la constitution et la loi sur l’eau, mais surtout qu’il impacterait négativement l’environnement.

« Notre motivation première est la préoccupation des populations. Aujourd’hui nous lançons un acte de plaidoyer et une sensibilisation auprès de la population congolaise pour qu’il comprenne que la Communauté internationale se ligue pour mettre en place un projet qui impacterait négativement l’environnement, le social et l’économie de notre pays », a déclaré le secrétaire technique de Corap, Emmanuel Musuyu. Continuer la lecture de Eau : La société civile congolaise dit non au projet Transaqua

Pénurie d’eau : l’approvisionnement en eau à Kindele, un véritable chemin de croix

Nous sommes au trafic de l’Université de Kinshasa, sous un soleil accablant avec une chaleur de plus de trente degré, nous croisons Lili, une femme âgée d’une quarantaine révolue. Robe orange, cheveux ébouriffés, elle a quatre bidons jaunes ayant chacun une capacité de 25 litres.

Avec ses bidons, Lyly est à la recherche de l’eau pour les besoins de sa famille. Habitant l’arrêt mabanga dans le quartier Kindele à Mont-ngafula, elle a parcouru une distance de près de 3 Kilomètre jusqu’ici à l’UNIKIN pour s’approvisionner en eau.

« C’est à ça que se résume notre vie ici à kindele. Nous parcourons de très longues distances pour avoir de l’eau. Moi, je fais en moyenne quatre tours par jour. On se demande si par qui sommes-nous administrés  car cette souffrance devient insoutenable», s’interroge Lyly, visiblement épuisée. Continuer la lecture de Pénurie d’eau : l’approvisionnement en eau à Kindele, un véritable chemin de croix

Climat : les autorités Sud-Africaine déclarent un état de catastrophe naturelle dans tout le pays

Les autorités Sud-Africaines ont déclaré un état de catastrophe naturelle dans tout le pays ce mardi 13 février. En cause, la sécheresse sans précèdent qui frappe la ville du Cap depuis des mois. Cette deuxième agglomération du pays, est menacée d’une rupture d’approvisionnement en eau potable. Les réserves sont tellement basses que les robinets pourraient être à sec d’ici quelques semaines.

C’est une décision qui a été publiée dans le journal officiel après une réévaluation de la gravité de ce phénomène. L’Etat de la nation arc-en-ciel a mandaté toutes les institutions publiques afin de mettre en œuvre les plans d’urgence, l’aide immédiate et les mesures de constructions nécessaires. Continuer la lecture de Climat : les autorités Sud-Africaine déclarent un état de catastrophe naturelle dans tout le pays

Afrique du Sud : Cape Town risque de manquer de l’eau d’ici avril 2018

Les habitants du Cap devront réduire de 40% leur consommation d’eau à compter du 1er février, a annoncé jeudi la maire de la deuxième ville d’Afrique du Sud frappée par sa pire sécheresse depuis un siècle. Si ces nouvelles restrictions ne sont pas respectées et si la région n’enregistre pas de précipitations conséquentes, l’eau ne coulera plus aux robinets à compter du 21 avril et la population sera contrainte de faire la queue à des points de distribution d’eau.

« On a atteint un point de non-retour », a déclaré jeudi la maire Patricia de Lille lors d’une conférence de presse au Cap.  « La crise a atteint à une gravité qui nécessite une nouvelle série de mesures d’urgence », a justifié Mme de Lille.

A partir de février, les habitants devront donc limiter à 50 litres leur consommation quotidienne d’eau, contre 87 actuellement. Le conseil municipal doit approuver vendredi une augmentation des tarifs de l’eau pour les contrevenants. Continuer la lecture de Afrique du Sud : Cape Town risque de manquer de l’eau d’ici avril 2018

Santé : Voici ce qui se passe dans votre corps quand vous buvez de l’eau à estomac vide

Au Japon, les gens boivent de l’eau très tôt le matin juste quand ils ses réveillent. Des nombreuses études ont confirmées l’avantage de cette habitude. Cette routine du matin a un effet curatif.

Il existe des preuves démontrant que l’eau potable sur un estomac vide peut être étonnamment utile dans le traitement des nombreuses maladies, y compris les maux de tête, les douleurs dans n’importe quelle partie du corps, les troubles et maladies cardio-vasculaire, l’épilepsie, le niveau accru de lipide-sanguin, l’asthme, la tuberculose, la méningite, les maladies de reins et des voies urinaires, les vomissement, la gastrite, la diarrhée, les hémorroïdes, le diabète, la constipation, les problèmes de visions, les maladies de l’utérus, les troubles menstruels etc.

Méthodes de traitement et d’emplois

Quand vous vous réveillez le matin, avant de pouvoir vous brossez les dents, buvez 640 ml d’eau ensuite vous pouvez vous brossez les dents, mais ne mangez ni ne buvez quoi que ce soit après les deux heures qui suivent. Les personnes âgées et les malades qui sont incapables de boire quatre verres d’eau sur un estomac vide, devraient alors commencer avec la quantité d’eau laquelle, leur corps peut accepter, jusqu’à ce qu’ils s’habituent à la quantité d’eau recommandée. .

Cette méthode d’une part, aidera les malades à non seulement restaurer leurs énergies perdues, mais aussi à soigner tout problème de santé qu’ils peuvent avoir. Les gens qui sont en bonne santé d’autre part, profiteront de l’énergie que cette routine fournie.

Nombre de jours du traitement

Hypertension artérielle 30 jours
Gastrite 10 jours
Diabète 30 jours
Constipation 10 jours
Tuberculose 90 jours
Attention ! Les gens diagnostiqués avec l’acétite devraient appliqués cette méthode les trois premiers jours de la semaine seulement puis, faire une pose d’une semaine et recommencer. Mais cette fois tous les jours de la semaine.

Ce traitement n’aura pas d’effets secondaires, sauf le besoin fréquent d’uriner. Ainsi, appliquez en, et rester actif. Ceci serait mieux si, boire de l’eau devient votre habitude de vie. De cette façon, vous serez en meilleure santé et plein d’énergie.

Désiré Wembolowa

Eau : les africains ne demandent rien d’autre que de « l’eau salubre »

Une eau salubre est bien sûr celle qui est acceptable pour son goût et sa couleur. Elle peut être consommée sans trop de risques de maladies. L’eau salubre tient une place dans la vie de l’homme. Sans elle, aucune vie n’est possible. L’accès à l’eau salubre et à l’assainissement est à l’ordre du jour de plusieurs rencontres internationales depuis 1992. Vue l’importance de cette denrée, les nations se sont accordées pour décréter le 22 mars de chaque année, « la Journée mondiale de l’eau » sur toute la planète.
Continuer la lecture de Eau : les africains ne demandent rien d’autre que de « l’eau salubre »

Eau : Un enfant sur quatre manquera d’eau en 2040

Environ un enfant sur quatre à travers le monde vivra d’ici 2040 dans des régions où les ressources en eau seront rares, a mis en garde le Fonds des Nations unies pour l’enfance.

Ce document rendu public dans le cadre de la journée mondiale de l’eau pointe que d’ici 20 ans près de 600 millions d’enfants vivront dans des zones avec des ressources en eau potable très limitées, en raison de l’accroissement de la population et d’une demande en eau plus importante conjuguée aux effets du réchauffement climatique.

Plus de 36 pays font face actuellement à des difficultés d’approvisionnement en eau, selon le rapport.

Plus de 800 enfants de moins de cinq ans meurent chaque jour de diarrhées contractées en raison d’un mauvais environnement sanitaire et d’un accès insuffisant à l’eau potable, note le rapport.

Selon l’Unicef, des conflits et la sécheresse font que l’eau manque dans des régions du Nigeria, de Somalie, du Soudan du Sud ou du Yémen, et 1,4 million d’enfants font face à un « risque imminent de mort » à cause de la famine.

L’agence onusienne estime que rien qu’en Ethiopie, 9 millions de personnes n’auront pas un accès approprié à l’eau potable cette année.

« L’eau est essentielle, sans elle il n’y a pas de croissance », a indiqué Anthony Lake, directeur général de l’Unicef. « Les enfants qui n’ont pas accès à l’eau potable risquent davantage de mourir en bas âge et, tout au long de leur enfance, de mourir de maladies causées par des bactéries transmises par l’eau, auxquelles leurs petits organismes sont moins résistants ».

L’eau insalubre et le manque d’assainissement provoquent également des retards de croissance, note encore l’Unicef, un fléau qui touche environ 156 millions d’enfants de moins de cinq ans à l’heure actuelle.

Parmi les recommandations pour limiter les impacts du changement climatique sur l’approvisionnement en eau, l’agence appelle les gouvernements à se pencher en priorité sur les problèmes d’approvisionnement en eau potable pour les communautés vulnérables.

Dans un autre rapport mercredi, l’ONU a souligné que recycler les eaux usées dans le monde, qui pour la plupart ne sont pas traitées, aiderait à résorber les problèmes de manque d’eau et à protéger l’environnement.

Les deux tiers des habitants de la planète, dont la moitié en Chine ou en Inde, vivent actuellement dans des zones mal approvisionnées en eau au moins un mois par an.

Sur la lancée actuelle, le programme des Nations unies pour l’environnement estime que la demande en eau augmentera de 50% d’ici 2030 en raison des besoins de l’industrie, de l’énergie et de l’accroissement de la population.

Alfred NTUMBA avec VOA