Archives par mot-clé : ebola

Sante : Une nouvelle zone affectée par Ebola dans le Nord-Kivu

Une nouvelle zone de la RDC vient d’être touchée par la dixième épidémie d’Ebola. Une personne est morte de la maladie à virus Ebola, à Vuhovi, une localité mitoyenne des villes de Beni et Butembo, dans la province du Nord-Kivu, où l’épidémie a déjà emporté environ 174 personnes depuis le 1er août dernier.

C’est par le biais d’un cas confirmé décédé au centre de traitement de Butembo le 26 octobre dernier, que l’épidémie s’est propagée vers cette localité. « Il avait refusé le suivi et le transfert au CTE. Il est décédé au centre de Vuhovi ou le prélèvement a pu être effectué », a expliqué le Ministère de la Santé publique, émetteur des bulletins quotidiens reprenant la situation épidémiologiques.

Cette propagation s’est effectuée alors que le Ministère de la santé entend maîtriser cette épidémie, sur base d’un nouveau plan de riposte en place d’ici fin novembre. Continuer la lecture de Sante : Une nouvelle zone affectée par Ebola dans le Nord-Kivu

SANTE : La 10ième épidémie d’Ebola à Béni considérée comme la 4ième plus importante du pays

Après celles survenues à Yumbuku (318 cas), Kikwit (315 cas), Mweka (264 cas), la dixième épidémie d’Ebola qui sévit à Béni est la quatrième plus importante épidémie que connait la RDC, ont annoncé l’OMS et le ministère de la santé lors d’une conférence de presse.

« Nous avons notés 400 alertes dans la semaine du 8 au 14 octobre dont 175 ont été validées. Cela signifie que l’engagement de la communauté augmente. Et cet engagement sera un pilier sur lequel l’équipe de la riposte va s’appuyer afin de maîtriser l’épidémie de la maladie à virus Ebola », Ont soulignés les deux parties. Continuer la lecture de SANTE : La 10ième épidémie d’Ebola à Béni considérée comme la 4ième plus importante du pays

RDC : une nouvelle vague d’épidémie d’Ebola à Beni

200 cas de fièvre hémorragique signalés dont 165 confirmés et 35 probables, tel est  le nouveau tableau peint par l’OMS sur l’épidémie de la maladie à virus Ebola à Beni dans la province du Nord Kivu. Exposant ainsi cette région à une deuxième  vague de l’épidémie à virus Ebola, a déclaré Tarik Jasarevic, porte-parole de l’OMS à Genève, cité par ONU Info.

Depuis le 1er août la ville de Beni a enregistré au total de 205 cas dont 170 cas confirmés et 35 cas probables. Sur les 170 cas confirmés, il y a eu 95 décès, 54 guérisons et 21 malades sont encore sous traitement.

Selon un calcul de l’AFP reprenant les bulletins épidémiologiques quotidiens du ministère de la Santé, actuellement 16.202 personnes ont été vaccinées alors que quinze décès ont été enregistrés parmi les cas confirmés à Beni et 26 cas suspects sont en cours d’investigation.

A en croire Oly Ilunga, ministre congolais de la Santé, cette deuxième vague est le résultat des résistances communautaires à la riposte, des villes mortes, de l’insécurité et de la faible collaboration des tradi-praticiens sur leurs activités de riposte. Continuer la lecture de RDC : une nouvelle vague d’épidémie d’Ebola à Beni

Santé : Quand Ebola frappe en zone des conflits

La dernière épidémie d’Ebola qui sévit depuis quelques mois  dans la province du Nord  Kivu semble être une épine dans les pieds du personnel de la santé et du gouvernement  censés apporter la riposte.  Ceci, du  fait  que cette énième épidémie de ce virus intrusif se localise dans une zone considérée comme le ventre mou de la RDC, en raison de l’insécurité qui y règne depuis plus d’une décennie.

Toutes  les langues s’accordent   pour dire que le réveil du virus Ebola en RDC est particulièrement inquiétant. Car cette fois, le virus frappe dans l’est du pays, près de la ville de Beni dans le nord Kivu. Or la région est au cœur d’un conflit qui oppose l’armée régulière à des rebelles. Pas plus tard que le 24 août 2018, des combats ont eu lieu au nord de la ville.

L’armée congolaise les nomme «inciviques». Selon le Groupe d’étude sur le Congo (GEC), leurs attaques ont fait 500 morts dans la région. Ces groupes armés, quels qu’ils soient, sévissent depuis octobre 2014 dans la région de Beni. On ne connait pas trop bien leur origine. Le gouvernement congolais a déclaré publiquement que les exactions survenues dans la région étaient l’œuvre de rebelles ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF). Mais selon le GEC, les ADF ne sont pas les seuls en cause. Même l’armée régulière s’en prend aux civils.

Et c’est dans ce contexte qu’est apparu le virus Ebola dans la région de Beni. Jusqu’à présent, il y avait eu qu’un cas confirmé et un cas présumé. Au 31 juillet, il y avait 25 cas de fièvre notifiés sans confirmer qu’il s’agissait bien d’Ebola.
Mais depuis, les choses se sont accélérées. Médecins sans frontières (MSF), dans un dernier bilan, annonce désormais 63 décès et 103 personnes touchées. «Actuellement, nous avons 26 patients hospitalisés dans le centre que nous avons mis en place», précise Gwenola Seroux pour MSF.

La maladie fait peur aux familles, mais aussi au personnel soignant. Les patients préfèrent rester chez eux, ce qui ne favorise pas la lutte contre sa propagation. Jusqu’à présent, la région du nord Kivu n’avait pas eu affaire avec Ebola. Une certaine ignorance qui ne facilite pas les bons réflexes.

Mais ce qui inquiète le plus les observateurs est la présence de groupes armés dans une région très instable. Les populations ont déjà fui la zone par milliers. Elles n’hésitent pas à bouger pour se protéger des combats. Cela peut entraîner par voie de conséquences une vaste dissémination du virus qui pourrait atteindre les pays voisins.

Certains malades sont isolés, et en raison de la situation sécuritaire, les équipes soignantes ne peuvent pas les rejoindre. Selon le ministère de la Santé congolais, il y aurait une vingtaine de personnes dans ce cas, mais elles ne seraient pas livrées à elle-même. «Pour les contacts restés en zone rouge, les infirmiers titulaires du centre de santé sur place travaillent avec les relais communautaires pour assurer leur suivi et transmettent les données chaque jour à la coordination par téléphone », dit le ministère de la Santé qui ne précise par l’endroit exact.

           Thierry-Paul  KALONJI

Santé : Ebola a déjà fait  55 morts à l’Est de la RDC

L’épidémie de la fièvre hémorragique Ebola, qui sévit à l’Est de la République démocratique du Congo, a déjà fait 55 morts. « Au total, 96 cas de fièvre hémorragique ont été signalés dans la région, dont 69 confirmés et 27 probables », a annoncé lundi soir le ministère de la Santé dans son dernier bulletin épidémiologique.

D’après les autorités sanitaires, cinq nouveaux décès sont à déplorer à Mabalako, Mangina, près de Beni, l’une des épicentres de l’épidémie qui touche la province tourmentée du Nord-Kivu.

Selon les investigations des épidémiologistes, la direction générale de lutte contre la maladie avait revu à la baisse le nombre de « contacts » avec le virus suivis par les médecins, de 2 157 à 1 609. Continuer la lecture de Santé : Ebola a déjà fait  55 morts à l’Est de la RDC

Santé : EBOLA, de l’espoir au bout du tunnel après une confirmation vécue comme un moment fatidique à Mangina

« J‘avais un immense stress. Puis de l’insomnie mêlée au cauchemar toute la nuit »,  raconte la sœur Darlène Mwasi, infirmière titulaire du centre de santé de référence de Mangina, à plus de 30 kilomètres au sud-ouest de la ville de Beni, dans le Nord Kivu. Dès la confirmation officielle le 1er août 2018 du fait que le virus mortel d’Ebola était bel et bien arrivé à Mangina, puis dans le centre de santé de référence du même nom, « j’avais eu des larmes aux yeux ; c’était pour moi un choc jamais vécu auparavant », ajoute la religieuse.

Enregistrée comme étant la dixième épidémie de la maladie à virus Ebola, souche Zaïre, touchant la République Démocratique du Congo en moins d’une semaine après la déclaration de la fin de celle qui touchait la Province de l’Equateur depuis mai 2018, cette pathologie hautement mortelle a fait son apparition dans une zone volatile et imprévisible du fait de la présence des groupes armés (à plus de 2500 kilomètres de Kinshasa). Continuer la lecture de Santé : EBOLA, de l’espoir au bout du tunnel après une confirmation vécue comme un moment fatidique à Mangina

Santé : l’insécurité au Nord-Kivu menace la riposte contre l’épidémie d’Ebola

Les conflits actifs dans la région du Nord-Kivu dans l’est de la RDC constituent un obstacle majeur pour lutter  correctement contre  l’épidémie d’Ebola qui sévit dans cette partie du pays, a annoncé l’OMS dans un communiqué rendu publique samedi dernier.

Selon ce communiqué consulté par Environews RDC, cette agence de Nations-Unies, affirme que   sans un accès libre et sécurisé dans cette zone touchée par l’épidémie, il lui est impossible, d’apporter une assistance adéquate aux  personnes infectées, car les déplacements des humanitaires ne se font que sous escorte militaire.

Pour faciliter son travail, l’OMS plaide pour  un accès sécurisé pour des humanitaires et pour la population du nord Kivu car selon elle, cette situation  risque de décourager  les populations de fréquenter les centres de traitement pour se faire soigner.

« Tous ceux qui participent à la riposte doivent pouvoir se déplacer librement et en toute sécurité dans les zones de conflit pour effectuer le travail nécessaire pour maîtriser l’épidémie », a déclaré le  Directeur général de l’OMS, Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus après sa visite de deux jours dans le pays.

En attendant, le bilan quant à lui continue de s’alourdir.  A en croire le ministère de la Santé,  un nouveau décès parmi les cas confirmés  a été enregistré, portant à 38 le nombre de décès.

Par ailleurs, le ministère de la sante a annoncé l’arrivée de deux laboratoires mobiles à Goma et Mangina, et compte  par la même occasion assurer la gratuité des soins dans les zones touchées.

Pour sa part, l’OMS interpelle que,  pour être efficaces  les équipes sur le terrain devraient visiter les personnes en contact avec les malades au moins deux fois par jour pendant trois semaines. Une tâche, qui d’après elle  est difficile à accomplir tant que la sécurité n’est pas garantie.

En lançant cet appel, l’organisation entend d’abord informer l’opinion pour qu’elle soit consciente des difficultés que rencontrent les humanitaires sur le terrain et elle  espère que son appel sera entendu par les groupes armés pour éviter qu’ils entravent le travail du personnel.

Pour rappel,  49 cas dont 22 confirmés et 27 probables, ainsi que 53 cas suspects en cours d’investigation sont signalés à ce jour.

ALBERT MUANDA

SANTÉ : DEBUT DE LA VACCINATION CONTRE EBOLA

Les autorités sanitaires congolaises ont annoncé, pour mercredi, le début de la vaccination contre la fièvre hémorragique à virus Ebola à Mangina, en territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu.

« La vaccination commence mercredi. Les équipes sont sur le terrain pour identifier les contacts autour des cas confirmés », a déclaré le Dr.Bathe Ndjokolo, directeur général de la lutte contre Ebola, au ministère de la santé.

Pour cela, plus de 3220 doses des vaccins sont disponibles au dépôt central à Kinshasa. Ne sont concernés à cette vaccination que le personnel soignant, les contacts des malades ainsi que leurs contacts, a supposé le directeur général. Continuer la lecture de SANTÉ : DEBUT DE LA VACCINATION CONTRE EBOLA

Santé : Le choléra progresse dans l’ombre d’Ebola en RDC

Alors qu’elle avait fait près de 1200 morts, l’an dernier, le nombre /9*-de cas de l’épidémie de choléra est reparti à la hausse depuis trois semaines et a atteint les mêmes  niveaux qu’en 2017, ce qui avait donné lieu à sa pire flambée en près de 25 ans, en RDC.

Séance de formation des agents du Ministère de Santé publique à Kinkole. (Photo, Serge Ntumba/Environews-RDC)

« L’histoire du début de l’été dernier est en train de se répéter », met en garde Didier Bompangue, coordonnateur du Programme d’Elimination du Choléra au Ministère de la Santé publique de la RDC. Il s’inquiète de voir la progression du choléra suivre la même courbe qu’à pareille date, l’an dernier.

Les experts consultés par la presse estiment qu’environ  1157 personnes sont mortes de cette épidémie l’an dernier en RDC sur près de 55000 cas répertoriés. Pourtant, Didier Bompangue prévient que sans la mise en place des mesures très urgentes,  la flambée de cette année  risque d’être plus forte que celle de l’an dernier. Continuer la lecture de Santé : Le choléra progresse dans l’ombre d’Ebola en RDC

Santé : 11% des singes guéris d’Ebola en RDC

Le directeur général de l’institut national des recherches biomédicales, Dr Muyembe a annoncé à l’ouverture du IXe congrès international sur les pathologies Infectieuses et parasitaires, qui se tient à Lubumbashi, la réussite de la phase expérimentale du traitement de « l’anticorps 114 » après un résultat positif constaté auprès des espèces animales infectées. Environ 11% des singes touchés par la maladie à virus Ebola ont été guéris, après avoir suivi ce traitement.

« Nous connaissons de mieux en mieux l’agent pathogène et nous avons développé un traitement. Jusqu’à présent, c’est encore [en phase expérimentale]. On l’appelle l’anticorps 114, quand nous l’injectons aux singes qui sont infectés et qui soufrent de la maladie d’Ebola, 11 % guérissent », a fait Dr Muyembe, « ce qui laisse à croire que ces recherches sont prometteuses« .

Le directeur général de l’INRB a ajouté lors de ce congrès, que l’étape suivante de ces recherches sera l’injection de l’anticorps 114 chez l’homme pour suivre sa réaction auprès des personnes infectées.

« Maintenant, c’est le passage pour prendre cet anticorps et l’utiliser chez l’homme. Si ça marche chez l’homme en ce moment-là nous allons dire que nous avons la maîtrise totale de cette épidémie », a-t-il Souligné.

Pour les chercheurs, ce congrès est un atout pour apporter les remèdes et solutions à la crise d’Ebola, qui reste encore une crise plurielle et multiforme. Au-delà d’Ebola, les congressistes vont aussi réfléchir sur d’autres maladies infectieuses notamment le paludisme, le VIH Sida, ainsi que la souche de la maladie du sommeil.

Avec Radio Okapi