Archives par mot-clé : énergie

Transition énergétique : le parquet de Nanterre (France) ouvre l’enquête préliminaire contre EPSON

La loi française sur la Transition énergétique, condamne toute sorte de pratiques trompeuses  et les considère comme étant  des délits pouvant entraîner deux ans de prison et 300.000 euros d’amende. C’est dans ce cadre que le Parquet de la ville de Nanterre située dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France, vient d’ouvrir ce jeudi 28 décembre, une enquête préliminaire visant le fabricant d’imprimantes EPSON. Cette enquête fait suite à une plainte déposée par l’association HOP (Halte à l’obsolescence programmée) au mois de septembre dernier pour «obsolescence programmée» et «tromperie» visant les cartouches d’imprimante Epson».

C’est la première enquête de ce genre en France. Elle intervient peu après le dépôt de plainte de HOP – encore une fois — contre Apple, accusé d’avoir volontairement ralenti le fonctionnement de ses Continuer la lecture de Transition énergétique : le parquet de Nanterre (France) ouvre l’enquête préliminaire contre EPSON

Climat : Nicholas Hulot présente les quatre mesures phares de son plan climat

Deux mois après sa présentation du plan climat destiné à accélérer la mise en œuvre de l’accord de Paris sur le climat et à être déployé sur la durée du quinquennat, le ministre français de l’écologie et solidaire Nicholas Hulot a dans une interview accordé au journal la libération, annoncé les quatre premières mesures phares de ce plan qui selon lui permettent de bien cibler et aider les ménages aux moyens limités.

Nicolas Hulot, Ministre français de la transition écologique ( l’équivalent du ministère de l’environnement)

Prime à la caisse étendue, chèque énergie, crédit d’impôt transformé en prime et coup de pouce pour changer de chaudière, tels sont les quatre mesures que ce défenseur de l’environnement qualifie de paquet de solidarité climatique s’inscrivant dans la dimension solidaire de son ministère.
Cette prime à la caisse consiste à la conversion des véhicules. Pour tous ceux qui veulent passer d’un vieux véhicule polluant à une voiture thermique à faible émission de C02.

Le ministre renseigne qu’à partir de 2018, la prime de 500 euros à 1 000 euros qui existait uniquement pour les ménages revenus modestes, et qui ne fonctionnait pas bien, sera généralisée à tous les Français propriétaires de véhicules essence d’avant 1997 ou diesel d’avant 2001. Et la prime de 2 500 euros sera remis à tous ceux qui souhaitent passer à l’électrique.

Expérimenté jusque- là que dans quatre départements, le chèque énergie va être étendu. Il devra permettre d’aider 4 millions de ménages aux revenus très bas à payer leur facture d’énergie. «  Le chèque sera versé automatiquement, selon un barème allant de 48 à 227, et sera revalorisé et passera ensuite à 200 euros par an en moyenne. C’est une mesure conséquente, j’y tiens beaucoup », a insisté Nicolas Hulot.

Quant au crédit d’impôt pour la transition énergétique, il sera en 2019 transformé en prime, versée dès que les travaux seront achevés. Jusqu’à présent, ce dispositif n’était versé que plusieurs mois après la fin desdits travaux.

In fine, un coup de pouce sera donné aux ménages aux moyens les plus modestes qui veulent changer une chaudière au fioul très polluantes, à condition de passer aux énergies renouvelables comme le bois ou les pompes à chaleur. Ce qui pourra représenter jusqu’à 3 000 euros.
Thierry-Paul KALONJI

Energie : la RDC veut électrifier les zones rurales grâce aux mini et microcentrales hydroélectriques

D’ici 2021, la République démocratique du Congo entend desservir 20.000 ménages dans les zones rurales, grâce au développement de mini et microcentrales hydroélectriques autonomes disséminées sur l’ensemble du territoire national. Le projet a été lancé ce lundi 03 juillet, à Kinshasa. Continuer la lecture de Energie : la RDC veut électrifier les zones rurales grâce aux mini et microcentrales hydroélectriques

Rwanda : la première centrale à biomasse voit le jour à Gishoma

Près d’une année après la mise en marche de sa première centrale à gaz méthane du Lac Kivu, le Rwanda vient d’inogurer cette fois-ci la centrale thermique à biomasse de Gishoma pour renforcer sa capacité électrique.

Avec une puissance installée d’une capacité de 15 MW. L’infrastructure, dont le coût de mise en place s’est élevé à 39,2 millions $, fournira éminemment de l’énergie au réseau électrique deja existant au Rwanda. Dans le même temps, une seconde centrale à biomasse de 80 MW est en construction à Gisagara. Le coût de celui-ci est évalué à 350 millions $, elle sera achevée d’ici 2019.

Selon l’Agence Ecofin, l’entrée en service de ces deux infrastructures de production électrique augmentera de moitié la capacité électrique du pays qui s’élève actuellement à 190 MW.

Le projet de production de l’électricité à base de déchet vise notamment la revalorisation de ces derniers tout en assainissant le pays.  La centrale de Gishoma entre dans le cadre de la politique énergétique du gouvernement qui ambitionne de faire passer son taux d’électrification des 25% actuels à 70% d’ici à 2018. Pour y parvenir, il lui faudra également porter sa puissance électrique à 563 MW.

Réputé meilleur élève en matière de gouvernance en Afrique, le Rwanda à actionné son plan de développement intégral pour une émergence à l’horizon 2020.

Pri’nce Alfred NTUMBA