Archives par mot-clé : environews rdc

opportunité : la FAO lance un appel à manifestation d’intérêt

 

(Date de clôture :   12 septembre 2017 à 12:00, heure de Kinshasa)

Enregistrement dans la base de données des fournisseurs de la FAO

Dans le cadre de la mise à jour périodique de sa base de données des fournisseurs potentiels de biens, de travaux ou de services, la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) en RDC invite les entreprises et autres organisations œuvrant dans les domaines suivants (ou dans des secteurs connexes), à s’enregistrer ou à mettre à jour leurs données :

  • Machinerie & Equipement agricoles, d’élevage et de pêche ;
  • Intrants agricoles, d’élevage et de pêche ;
  • Equipements d’irrigation / drainage ;
  • Equipements de laboratoire ;
  • Equipements de Communication ;
  • Matériels roulants (véhicules, motos, etc.) et pièces détachées y relatives ;
  • Matériels & consommables électriques & électroniques et informatiques ;
  • Mobiliers divers (métallique ou en bois) & fournitures de bureau ;
  • Matériels électroménagers ;
  • Travaux de génie civil ou de génie rural ;
  • Services d’imprimerie / reprographie / traitement d’images et montage vidéo ;
  • Services de publication/diffusion d’informations et données ;
  • Services de conception/confection de matériels de promotion/visibilité (t-shirts, casquettes, panneaux d’affichage, spots etc.) ;
  • Travaux divers de conception et de consultance (études, conseils, formation) ;
  • Services de location de véhicules ;
  • Services de transport de biens, de livraison et de déménagement ;
  • Services de dédouanement de marchandises ;
  • Services d’hébergement, de restauration et de location d’espaces de réunion ;
  • Services voyages (vente de billets d’avion) ;
  • Services de maintenance et de réparation de matériels divers (véhicules, motos, matériels informatiques, électrique et de bureau, climatiseurs, réparations/maintenance sur bâtiments, électroménager, etc.) ;
  • Services d’approvisionnement en carburant ;
  • Services de fumigation/désinfection/désinsectisation et gestion de déchets ménagers ;
  • Services de nettoyage de bureaux.

 

Le formulaire d’enregistrement des fournisseurs FAO peut être gratuitement obtenu à la réception du Bureau central de la FAO à Kinshasa, dans tous les sous-bureaux de l’Organisation dans le pays, ou à l’adresse email cd-procurement@fao.org.

 

Le dossier complet (manifestation d’intérêt, formulaire d’enregistrement rempli et documents administratifs demandés – voir formulaire) peut être déposé :

soit à la réception/Secrétariat du Bureau de Représentation de la FAO/RDC à Kinshasa (Bld du 30 juin)

soit dans les bureaux de la FAO sur toute l’étendue du territoire,

 

ou envoyés par email à l’adresse suivante :cd-procurement@fao.org.

 

Les prochains appels d’offres se feront sur invitation uniquement des fournisseurs enregistrés dans la base de données de l’Organisation. 
Pour tout complément d’information, appeler le (+243) 819905034  ou le (+243) 817955683

Kinshasa : 27 journalistes outillés pour former leurs confrères sur l’éducation au développement durable

27 journalistes de différents organes de presse de Kinshasa ont été suffisamment outillés sur l’éducation au développement durable. Cette formation prévue initialement pour 18 journalistes, a cependant bénéficié de la participation de 27 chevaliers de la plume représentant une vingtaine de médias.
Pendant 2 jours, soit du 13 au 14 juin 2017, les hommes et femmes des medias ont été outillés en vue de former à leur tour, les autres journalistes sur les questions de l’environnement, spécifiquement celles liées au développement durable.


« Je tiens à encourager cette initiative de l’ONG Environews RDC qui a organisé cette session de formation, car la protection de l’environnement ne peut être une réalité que lorsque l’on passe par le changement de mentalité. Et cela n’est possible que lorsque la population est bien informée et formée. Je tiens à encourager les journalistes qui participent à cette formation à s’impliquer à l’issue de celle-ci, à la sensibilisation des nos populations. En même temps je leur rassure du soutien de mon ministère pour faire ce travail », a déclaré le Ministre de l’Environnement et du Développement durable, Amy Ambatobe.

Cette formation financée entièrement par l’UNESCO, à travers son Programme Intergouvernemental pour le Développement de la Communication (PIDC), s’est inscrite dans la logique des engagements de la communauté internationale et des objectifs de l’ODD 4 axés sur le Développement durable, auquel la RDC a souscrit.
« Nous nous félicitons de cette activité, elle est très utile ici en RDC vue l’importance de son patrimoine environnemental extraordinaire. Il convient aux journalistes de pouvoir communiquer avec un vocabulaire approprié pour atteindre la population, c’est ici l’importance même de cette formation. Cet atelier augure d’autres ateliers similaires sur toute l’étendue de la République ». A précisé Abdourahamane Diallo, Représentant de l’UNESCO en RDC.

La formation des formateurs sur le Développement durable vient renforcer les efforts du gouvernement dans la sensibilisation des populations sur la préservation de l’environnement tel que souhaité par le nouveau ministre de l’environnement et du développement durable qui a consacré le mois de juin 2017 à l’environnement.
Pour le Coordonnateur principal de l’ONG Environews, Alfred Ntumba, cette formation aidera les bénéficiaires à faire face au défit d’une meilleurs communication au tour des questions environnementales. « Ce projet est parti du constat selon lequel, les émissions et publications à caractère environnemental occupent à peine 3% des programmes des médias à Kinshasa. En tant qu’acteur des medias environnementaux, Environews RDC devrait trouver les voies et moyens pour faire évoluer ce pourcentage. Aujourd’hui, nous avons formé 27 journalistes, et nous comptons trouver d’autres financements pour continuer cet exercice sur l’ensemble du territoire national », a-t-il déclaré.

Des thématiques exploitées lors de cette formation ont permis aux journalistes de mieux comprendre les questions liées aux changements climatiques, au développement durable et à la convention de l’Unesco sur le patrimoine mondiale. Une session consacré aux techniques de collecte et traitement de l’information a permis aux journalistes de cerner et améliorer quelques erreurs commises​ pour atteindre sa cible.
« Nous sommes très satisfaites d’avoir bénéficié de cette formation qui nous a permise d’améliorer nos connaissances dans le domaine de l’environnement. Personnellement je repart avec quelque chose dans ma gibecière, et je souhaite que ce genre d’initiatives continue », a témoigné Chantal Kayembe, Journaliste à la Radio télévision nationale congolaise (RTNC).

Pour Sylvie Fortuné Mbula de la télévision privée Antenne A, vue l’importance des matières traitées lors de cette formation, deux jours n’ont pas suffit pour tout apprendre. Selon elle, il faut nécessairement qu’une nouvelle session soit organisée dans les prochains jours afin de permettre aux journalistes de mieux appréhender les différents aspects communicationnels susceptibles d’être exploités pour atteindre cible et contribuer au changement de mentalité.

A l’issue de cette formation, un certificat de participation a été décerné aux lauréats qui ont été encouragés à jouer leur rôle d’ambassadeur et de formateurs pour les autres journalistes.
Notons par ailleurs que l’UNESCO a promis d’assurer le suivi de cette formation et d’accompagner l’initiative d’Environews RDC en vue de palier au déficit de communication dans le secteur de l’environnement en RDC.

 

Jennifer LABARRE

22 avril : La Journée internationale de la Terre nourricière

La Journée internationale de la Terre nourricière est l’occasion de sensibiliser le public aux défis auxquels est confrontée notre planète, ainsi que l’ensemble des vies et systèmes qui s’en nourrissent. L’expression « Terre nourricière » est communément utilisée pour désigner notre planète dans de nombreux pays ou régions.

Une plantation agroforestiere à Yema/ Muanda-Kongo Central. Photo – Alfred Ntumba/Environews

C’est en 2009 que l’Assemblée générale des Nations Unies a décidé de désigner le 22 avril Journée internationale de la Terre nourricière (A/RES/63/278).

C’est l’un des événements environnementaux le plus connu à travers le monde. Elle nous rappelle l’interdépendance qui existe entre l’être humain, les autres espèces vivantes et la planète sur laquelle nous vivons tous.

Le thème retenu cette année est :  » L’environnement et l’éducation aux changements climatiques ».

L’éducation s’avère un élément essentiel du progrès. Cette thématique vise la construction d’une citoyenneté mondiale qui maîtrise les questions liées aux changements climatiques et qui est consciente des risques sans précédent pour notre planète, au cas où des mesures urgentes pour lutter contre les effets des changements climatiques ne seront encore prises. Il faut que tout être humain puisse porter l’action climat, défendre et protéger l’environnement.

L’éducation aux changements climatiques et à l’environnement permet de développer une conscience citoyenne, qui demandera des législations et des politiques en faveur du climat, qui elles-mêmes favorisent des technologies et des emplois verts.

La Journée de la Terre nourricière est célébrée depuis 1970 aux États-Unis. Elle est organisée par le réseau Earth Day EN, dont la mission est d’élargir et de diversifier le mouvement mondial en faveur de l’environnement et d’en faire le moyen le plus efficace pour bâtir un environnement sain et durable, faire face aux changements climatiques et protéger notre planète au profit des générations futures.

Jennifer LABARRE

Santé : est-il important de boire régulièrement du thé ?

Le thé est utilisé comme boisson rafraîchissante depuis des siècles. On lui a toujours prêté des vertus bénéfiques pour la santé, mais existe-t-il des preuves scientifiques récentes qui le prouveraient ? Le thé est-il une source d’hydratation saine ?
Histoire et types de thés

les-regles-pour-un-the-parfaitLe thé est une boisson que l’on consomme depuis des siècles. C’est la boisson la plus répandue dans le monde, après l’eau. Pour consommer le thé en boisson, on ajoute généralement de l’eau chaude aux feuilles de thé, ou Camellia sinensis de son nom scientifique. Ce processus est appelé infusion. Les infusions aux plantes ou aux fruits ne sont pas du thé à proprement parler, car elles sont produites à partir d’autres espèces végétales (telles que le tilleul ou la camomille).
Il existe plusieurs méthodes de transformation pour produire les centaines de variétés de thés que nous consommons :
Le thé noir, le plus courant en Europe, est préparé avec des feuilles de thé fermentées (sous l’effet des enzymes présentes dans les feuilles, dans une pièce sous température contrôlée), puis séchées. La fermentation permet de libérer certains polyphénols particuliers, qui donnent au thé sa couleur et sa saveur distinctives.
Le thé vert (non fermenté) est obtenu en chauffant les feuilles de thé à la vapeur, avant de les sécher, pour limiter au maximum l’oxydation par les enzymes. Le thé préserve ainsi sa couleur naturelle, et prend toute sa saveur caractéristique.
Le thé Oolong se situe entre le thé vert et le thé noir en termes de fermentation et de goût ; ses feuilles n’ont été que partiellement oxydées.

thé Ooolong
Les thés vert, noir et Oolong contiennent différents types de polyphénols, mais en quantité semblable. On peut boire le thé en infusion simple, ou y ajouter du lait, du citron ou encore du sucre. Toutefois, de plus amples recherches seraient nécessaires pour savoir dans quelle mesure et par quels mécanismes ces additifs affectent la biodisponibilité des différents polyphénols.
Le thé est-il bénéfique pour la santé ?

Bien plus de recherches ont été publiées sur le thé vert que sur le noir et les autres. Selon une récente étude s’intéressant à la relation entre les aliments et boissons et les maladies chroniques liées à l’alimentation, le thé serait, de toutes les boissons les plus couramment consommées, celle qui présente le plus de bienfaits. Les chercheurs ont observé, chez les personnes en consommant le plus une réduction significative :
16% des risques de diabètes de type 2,
28% des maladies cardiovasculaires, et
34% de cancers.
Cependant, d’autres études n’ont pas permis d’établir une relation claire entre le thé et les risques de cancer. Une autre étude importante a montré que chaque tasse de thé quotidienne entraînait une réduction de 9% du taux de mortalité toutes causes confondues. Nombre des vertus mises en avant dans ces études sont attribuées à la présence de polyphénols particuliers, appelés flavonoïdes, ayant un effet bénéfique sur les vaisseaux sanguins grâce à leurs propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires. Cependant, la caféine et le fluorure pourraient également jouer un rôle important.
Plusieurs recherches d’envergure sur le thé et les maladies cardiovasculaires ont également démontré que la consommation de thé noir et vert pouvait entraîner une diminution significative du taux de cholestérol LDL, de la pression artérielle et du risque d’AVC.
Le thé noir pourrait également aider à contrôler son poids ; selon deux récentes expériences, une consommation accrue de thé noir entraînerait une petite, mais significative, réduction du poids corporel, sans avoir à modifier son régime alimentaire habituel. Toutefois, un précédent réexamen de 18 études n’a pas permis d’établir un effet significatif de la consommation de thé sur le poids. Aussi, la relation entre la gestion du poids et la consommation de thé reste ouverte au débat.
Les flavonoïdes présents dans le thé pourraient protéger les dents contre les caries, à travers certains mécanismes, tels que des effets antiviraux et antimicrobiens. Par ailleurs, le thé contient du fluorure, qui a un effet bénéfique sur la santé dentaire en renforçant la résistance des dents aux caries. Néanmoins, une bonne hygiène dentaire reste la meilleure habitude pour conserver des dents saines.
La caféine dans le thé. Quelle quantité doit-on consommer ?
C’est le temps d’infusion qui va principalement déterminer la quantité de caféine dans le thé, qui peut varier de 1 à 90 mg pour 100 mL. Les infusions aux plantes et fruits ne contiennent généralement pas de caféine. Des études ont montré qu’une consommation modérée de caféine pouvait améliorer l’endurance physique et l’attention. Une consommation excessive, en revanche, peut nuire à la qualité du sommeil. Un autre effet connu de la caféine est sa capacité à agir comme un diurétique léger (causant une déshydratation), mais des études ont démontré que cela concernait uniquement les consommations à haute dose.

Par exemple, 6 à 8 tasses de thé par jour n’affectent pas le taux d’hydratation du corps.
Selon un récent rapport de l’EFSA, un adulte en bonne santé peut consommer sans danger jusqu’à 200 mg de caféine en une dose : les principales orientations sont présentées dans le tableau suivant, suggérant qu’une consommation de 8 tasses de thé par jour est sans danger pour un adulte, femmes enceintes mises à part. Les enfants âgés de plus de 24 mois peuvent boire une ou deux tasses de thé non sucré par jour. Malgré certaines inquiétudes concernant l’impact des polyphénols du thé sur la biodisponibilité du fer, plusieurs rapports en sont venus à la conclusion que la consommation de thé n’avait qu’une faible incidence sur le taux de fer dans le corps d’un adulte ou d’un enfant. La British Dietetic Association (Association britannique de diététique) a reconnu que le thé contribue à l’apport de liquide et, dans certains pays comme l’Allemagne, il est explicitement recommandé pour l’hydratation.
Le thé est une boisson largement appréciée e dans le monde, et une consommation quotidienne de 8 tasses maximum est sans danger selon les orientations actuelles en matière de caféine pour les adultes, femmes enceintes mises à part. Le thé présente des propriétés bénéfiques pour la santé qui ne se retrouvent pas dans les autres boissons communes, grâce à sa forte teneur en flavonoïde, et il constitue également une excellente source d’hydratation.
Nous parlerons prochainement de la consommation du café, avantages et inconvénients.
Alfred Ntumba/ Avec Planète info

UNIKIN : la Faculté des sciences dévoile 1 projet innovant aux nouvelles recrues

La faculté des sciences de l’Université de Kinshasa (UNIKIN) a présenté ce Vendredi 25 novembre, un projet innovant aux nouvelles recrues pour l’année académique 2016 -2017. Continuer la lecture de UNIKIN : la Faculté des sciences dévoile 1 projet innovant aux nouvelles recrues

PFBC : c’est qu’il faut retenir de la rencontre de Kigali

Kigali, Capitale de la République du Rwanda a accueilli du 21 au 25 novembre, la 16ème réunion du Partenariat pour les forêts du Bassin du Congo (PFBC). L’objectif principal de cette réunion était de prendre de mesures communes pour faire face à la gravité des problèmes auxquels sont confrontées les forêts du Bassin du Congo.

Continuer la lecture de PFBC : c’est qu’il faut retenir de la rencontre de Kigali

Climat: les îles Fidji organiseront la COP23 en 2017

Les îles Fidji seront les organisateurs de la 23e conférence de l’Onu sur le climat, qui devrait exceptionnellement avoir lieu à Bonn (Allemagne) fin 2017, ont annoncé vendredi la présidence marocaine de la COP22 et les autorités fidjiennes.

fidjiLa COP23 se déroulera en Allemagne pour des raisons logistiques, l’archipel du Pacifique n’étant pas en mesure d’accueillir 15 à 20.000 personnes sur un seul site et de les loger à proximité.

Bonn est le siège du siège de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), sous l’égide de laquelle se déroulent les négociations internationales entre plus de 190 pays.

« C’est une grande responsabilité pour un petit Etat insulaire », a déclaré à la presse Frank Bainimarama, le Premier ministre fidjien, au dernier jour de la COP22 à Marrakech.

En tant que « petit Etat insulaire du Pacifique, nous avons besoin de montrer au monde les problèmes que nous traversons », a poursuivi le responsable fidjien, en faisant le lien entre « changement climatique et développement ».

A ses côtés, Salaheddine Mezouar, le président de la COP22, a souligné que c’était « la première fois qu’un petit Etat insulaire, un Etat du Pacifique organise une COP ».

Fidji « trouvera auprès du Maroc toute l’assistance et le soutien nécessaires pour faire en sorte que la COP23 soit à la hauteur de toutes les attentes » et puisse « poursuive la dynamique de Marrakech pour orienter les COP vers l’action et la mise en œuvre concrète de l’accord de Paris », a-t-il assuré.

Les petits Etats insulaires sont particulièrement exposés aux conséquences du changement climatique comme la hausse du niveau des océans et l’accentuation de certains phénomènes météorologiques extrêmes.

La COP22, qui a tenté de progresser dans l’application de l’accord de Paris scellé il y a moins d’un an, doit clore ses travaux vendredi.

L’aide financière aux pays en développement pour s’orienter vers un modèle sans énergies fossiles, en particulier le charbon, et pour se protéger des impacts du réchauffement (sécheresses, inondations, hausse du niveau des océans, etc.) était encore vendredi au coeur des discussions.

Dans l’accord de Paris, la communauté internationale s’est fixée comme objectif de contenir la hausse du thermomètre mondial « bien en dessous 2°C » et de revoir à la hausse les engagements des pays, actuellement insuffisants pour respecter cette limite préconisée par les scientifiques.

© AFP

1 an après la fin du projet PARAU, Jean – Michel Dumont s’en va

« … Avec le projet PARAU, nous avons essayé de mettre en place un système qui fonctionne et qui a prouvé son efficacité, car le taux de maladies hydriques avait baissé de 70% dans les communes couvertes par ce projet. On a prévenu les autorités congolaise en avance, on a accepté la demande du Premier ministre de prolonger d’un an le projet, aujourd’hui, nous ne sommes pas content de bisbilles entre la mairie et la primature. C’est vraiment triste ». Continuer la lecture de 1 an après la fin du projet PARAU, Jean – Michel Dumont s’en va

LA JOURNEE MONDIALE DE DEPASSEMENT NE SE CELEBRE PAS, ELLE RESONNE !

C’est depuis le 8 aout que l’humanité vit à crédit et cela jusqu’au 31 décembre aux dépenses de la planète. Les humains auront consommé l’ensemble des ressources naturelles que la planète peut renouveler en une année et vivra au-dessus de ses moyens écologiques. Continuer la lecture de LA JOURNEE MONDIALE DE DEPASSEMENT NE SE CELEBRE PAS, ELLE RESONNE !

La CPI s’intéresse désormais  aux crimes environnementaux

C’est dans un nouveau document de politique générale sur la sélection et la hiérarchisation des affaires que FATOU BENSOUDA a affirmé que son bureau s’intéressera  particulièrement aux crimes impliquant ou entraînant des ravages écologiques, l’exploitation illicite de ressources naturelles ou l’expropriation illicite de terrains. Continuer la lecture de La CPI s’intéresse désormais  aux crimes environnementaux