Archives par mot-clé : environnement

Environnement : les élèves de l’ENA ont visité le village de kimpoko I

Dans le cadre de leur cours de développement rural, les élèves de l’Ecole Nationale d’Administration ont effectué une visite guidée au village KIMPOKO I dans la commune de Maluku. Cette activité à laquelle ont pris part près de 100 élèves de cet établissement, avait pour but de les  aider à concilier à la pratique,  différentes théories apprises au cours de leur formation.

« Nous avons voulu à travers cette balade, que les jeunes de l’ ENA qui sont en train de faire leur perfectionnement dans l’administration de la chose publique, puissent avoir une vue de la réalité par rapport à une question particulière des milieux ruraux, ces milieux à multiples facettes »,a expliqué Céline SIKULISIMUA , formatrice à l’ENA.

Pour les organisateurs, le choix de visiter Kimpoko I n’est pas si particulier mais plutôt relève du fait qu’il soit l’un des villages le plus proche de KINSHASA.

Une fois sur terrain, formateurs et élèves ont chacun déployé  ses connaissances et compétences pour palper du doigt les défis environnementaux auxquels fait face ce village.

De l’avis de tous, le constat fait sur terrain reste amer et démontre à quel point la sensibilisation des habitants de ce village se veut un impératif car les effets du changement climatique se font déjà sentir.

« Sur le plan environnemental, la déforestation pour la fabrication de  la braise (makala) a détruit presque toutes les forêts qui  existaient dans le coin. La population locale ne s’est pas encore imprégnée de la question des changements climatiques donc il est important qu’à ce niveau qu’on puisse leur apporter de l’information et les sensibiliser sur les questions qui les attendent. Ils ne sont même pas conscients que les changements climatiques est une question qui va les suivre », a renseigné Céline SIKULISIMUA. Continuer la lecture de Environnement : les élèves de l’ENA ont visité le village de kimpoko I

RDC: Félix Tshisekedi appelé à endiguer la crise de l’environnement (Tribune d’Alain-Parfait Ngulungu)

Dans son discours d’investiture le 24 janvier 2019, le Président Félix Antoine Tshisekedi a promis de faciliter la participation de la RDC à la lutte contre les changements climatiques. Dans cette optique, nous scrutons les enjeux de la crise de l’environnement en RDC. Et formuler, de recommandations idoines pour améliorer ce secteur en vue de répondre finalement aux attentes de la communauté nationale et internationale durant ce quinquennat.

CEO Council for a sustainable’s Future (CSF), Consultant en négociation internationale sur les changements climatiques et expert en gouvernance forestière à la Commission des ministres des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC/Cameroun).

Repartie en trois séquences, cette tribune offre dans la première phase les grandes idées et actions rapides dans le premier pilier du développement durable (environnement). Cependant, ce papier analyse dans sa première partie, la « crise de l’environnement » en RDC. La deuxième partie se focalise sur les opportunités et actions prioritaires dans le secteur de l’environnement. Avant de proposer, dans la dernière partie, de recommandations pour s’engager effectivement vers la mise en œuvre des objectifs de développement durable en RDC. Continuer la lecture de RDC: Félix Tshisekedi appelé à endiguer la crise de l’environnement (Tribune d’Alain-Parfait Ngulungu)

Libreville : Ouverture de la troisième conférence interministérielle sur la santé et l’environnement en Afrique

Plus de 23% des décès par an en Afrique, sont imputables à des facteurs de risques évitables liés à la détérioration de l’environnement avec des effets particuliers sur des couches les plus pauvres et les plus vulnérables, notamment les femmes, les enfants les populations rurales et les personnes vivant avec Handicap. C’est en vue d’identifier les menaces environnementales émergentes pour la santé des populations et de convenir d’un plan d’action stratégique pour la Région, que s’est ouverte à Libreville la troisième Conférence interministérielle sur la santé et l’environnement en Afrique.

Ils sont au total près de 300 délégués , parmi lesquels des ministres de la santé des ministres de l’environnement et des finances, ainsi que des représentants d’organisations politiques et économiques régionales issus de 54 pays d’Afrique, qui prennent part depuis le 06 novembre à la conférence interministérielle sur la santé et l’environnement en Afrique.

« S’attaquer aux liens entre l’environnement et la santé humaine peut fournir une plateforme commune et induire un effet multiplicateur pour soutenir les progrès vers l’atteinte d’un grand nombre d’objectifs du développement durable et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, d’une manière qui soit plus efficace en termes de coût et plus bénéfique », a déclaré Juliette Biao Koudenoukpo, directrice régionale Afrique de ONU Environnement. Continuer la lecture de Libreville : Ouverture de la troisième conférence interministérielle sur la santé et l’environnement en Afrique

Environnement : Un prix Nobel d’économie pour la protection de l’environnement

Le comité Nobel a attribué lundi 8 octobre le prix Nobel  d’économie, ou prix de la Sveriges Riksbank en Sciences économiques à William Nordhaus et Paul Romer, deux chercheurs américains  qui entendent concilier la protection de l’environnement et le développement économique.

Romer et  son concitoyen William Nordhaus ont été récompensés  pour leurs travaux sur l’intégration du changement climatique et de l’innovation technologique dans l’analyse macro-économique », a annoncé lundi l’Académie royale des sciences de Suède.

« Leurs conclusions ont considérablement élargi le champ de l’analyse économique en permettant l’élaboration de modèles qui expliquent comment l’économie de marché interagit avec la nature et le savoir », dit-elle dans un communiqué.

Pour Paul Romer 62 ans l’un des lauréats, un grand nombre de gens pensent que protéger l’environnement aurait un tel coût et serait à ce point difficile qu’ils préfèrent l’ignorer. Mais nous pouvons véritablement parvenir à des progrès substantiels dans la protection de l’environnement et y parvenir sans renoncer à la chance de soutenir la croissance, s’est-il réjouit. Continuer la lecture de Environnement : Un prix Nobel d’économie pour la protection de l’environnement

Angola : vers le reboisement des espaces verts à Luanda 

La ville de Luanda abrite un atelier sur la verdure des espaces urbains. Les travaux de cet atelier ont démarré ce jeudi, 13 septembre, dans les ITES (Installations de Kilamba- Ville).  Cet atelier de deux jours vise rendre vert la ville de Luanda, capitale de l’Angola, confrontée au défis actuels liés aux changements climatiques. 

Ces assises connaîtront la participation de la Ministre de l’Environnement de l’Angola, Paula Fransciso et le gouverneur de Luanda, Adriano Mendes de Carvalho.

Les participants discuteront des thèmes liés à la caractérisation écologique de la serre froide de Huambo, à l’insertion et aux lignes directrices des espaces verts pour le processus d’autorisation environnementale, au reboisement des espaces verts dans le cadre de l’Institut de développement forestier (IDF).

La récupération et l’augmentation des espaces verts dans les capitales et au-delà constituent l’un des défis actuels en Angola, en particulier dans la capitale du pays, Luanda.

Alfred NTUMBA

Environnement : changement de couleur des eaux du lac Tanganyika, que dit la science ?

Le lac Tanganyika situé dans la ville d’Uvira  a offert aux habitants de cette partie du pays, un spectacle étonnant le weekend dernier. Des eaux de ce lac  ont pris la couleur verte, suscitant étonnement et questionnement dans le chef de cette population dont les plus  superstitieux  ont cru   que ce changement de couleur des eaux du lac  relève  d’un phénomène surnaturel.

Quelques jours après le changement de couleur des eaux du lac Tanganyika, les discussions et conclusions sur ce phénomène vont dans tous les sens.  Seules les réponses apportées par  la science  sont susceptibles de déterminer l’origine de ce phénomène, avant tout naturel selon un grand nombre de scientifiques.

Selon une note informative du centre de recherche en hydrobiologie d’Uvira, dont Environews RDC, ce phénomène de changement de coloration des eaux  naturelle du lac Tanganyika de surface  est un phénomène continu et très bien documenté.  Deux causes principales  pouvant agir séparément ou concomitamment peuvent être à l’origine de cette coloration.

Il s’agit d’une part  de l’augmentation de la température et du pH qui occasionne un augmentation de la concentration en carbonates qui se mettent à précipiter sous formes des particules de calcite ; ces derniers ayant une coloration blanchâtre ou grisâtre, provoquent un changement de coloration des eaux lorsqu’elles réfractent la lumière solaire,  et du  bloom algal  encore appelé « efflorescence algale », ceci pouvant être naturel ou provoqué par une pollution par les nitrates et ou les phosphates. Continuer la lecture de Environnement : changement de couleur des eaux du lac Tanganyika, que dit la science ?

Angola : L’éducation environnementale s’invite dans les écoles

Le Ministère angolais de l’Environnement envisage intégrer des modules de formations dédier à l’éducation environnementale dans les écoles.  La ministre de l’Environnement, Paula Francisco, l’a faire savoir lors de sa journée de travail à Luena.  A en croire la ministre, un plan de travail conjoint est en cours de préparation sur la base d’un mémorandum de collaboration qui pourrait être signé entre son secteur et celui de l’Education national, en vue de sauvegarder la situation environnementale dans les écoles du pays.
La première étape de cette collaboration consistera a élaborer une cartographie des écoles pour examiner les conditions nécessaires à la mise en place de différents programmes dédiés à l’éducation environnementale.  «Notre visite se base sur ce qui est la prudence environnementale pour que l’école soit durable», a souligné  Paula Francisco, notant que les conditions sont très mauvaises chez les apprenants.
Pour elle, il est important d’inculquer dans l’esprit des élèves dès le bas âge, l’importance des plantes et des animaux ainsi que l’intérêt pour les ressources naturelles, afin de susciter en eux l’amour de l’environnement.
Le ministre qui était accompagné du gouverneur de la province de Moxico,  Muandumba Gonçalves, a suggéré la création d’espaces verts et de loisirs dans les cours des écoles pour permettre aux apprenants d’apprendre à jouer, croyant que cela peut être une méthodologie de certaines pratiques de temps libre liées à l’éducation environnementale.
l’objectif poursuivi par ce programme est d’apprendre aux élèves l’importance qu’il y’a à s’investir dans le développement durable tout en réduisant l’empreinte écologique sur les ressources naturelle du pays.
Alfred NTUMBA

Forêt : Validation du plan de plaidoyer de la société civile environnementale congolaise

Les organisations de la société civile environnementale de la République démocratique du Congo ont procédé à la validation de leur plan de plaidoyer en vue d’une reforme globalisante de la gouvernance forestière. Cette séance de travail s’inscrit dans la suite logique des activités initiées par ces organisations depuis la tenue à Kinshasa de la Table ronde multi acteurs.

Ce plaidoyer de la société civile a pour objectif d’amener toutes les parties prenantes à la gouvernance forestière à élaborer une feuille de route pour une reforme globalisante du secteur forestier, en cohérence et en harmonie avec toutes les autres reformes des lois sectorielles touchant aux ressources naturelles et à la vie des communautés.

« Convaincue de l’inefficacité d’actions isolées pour résoudre les problèmes qui se posent dans la gouvernance forestière, tenant compte de l’existence depuis plus de 15 ans d’un moratoire sur l’attribution de nouvelles concessions forestières, ainsi que des évolutions de processus directement en lien avec la gouvernance forestière, notamment le processus REDD+, la société civile a opté pour une approche globalisante du cadre général de gouvernance forestière, de manière à trouver des solutions durables aux différents problèmes rencontres à ce jour », indique le communiqué sactionant la fin de ces travaux,  lu par Néné Mainzana, membre de CFLEDD. Continuer la lecture de Forêt : Validation du plan de plaidoyer de la société civile environnementale congolaise

RD Congo : 86%  des congolais ont une préoccupation pour l’environnement (étude)

Une étude menée au mois de février dernier par Target, un cabinet d’etudes et recherches, et publié récemment à Kinshasa, révèle que l’environnement est une préoccupation pour la grande majorité des Congolais (86%). Cela est remarquable au niveau de toutes les tranches d’âge, de sexe, d’occupation et provinces.

L’étude a consisté à demander à un échantillon répartis à travers les 26 chefs- lieux des Provinces de la République démocratique du Congo, si l’environnement constitue une préoccupation pour eux. A ce niveau pas seulement de déterminer la proportion des congolais qui sont préoccupés par mais aussi de ressortir les raisons pour lesquelles ils préoccupent. Continuer la lecture de RD Congo : 86%  des congolais ont une préoccupation pour l’environnement (étude)

JME-2018 : Paula Francisco veut responsabiliser davantage les angolais dans la préservation de l’environnement

En marge de la célébration de la Journée Mondiale de l’Environnement (JME), la Ministre angolaise de l’Environnement, Paula Coelho Francisco, a saisi l’occasion pour sensibiliser la population angolaise à travers son élite et promouvoir les nouvelles technologies susceptibles d’aider à préserver l’environnement.

Paula Coelho Francisco, Ministre angolaise de l’Environnement, lors de la célébration de la Journée mondiale de la Biodiversité (Crédit photo Angop).

A cette occasion, un séminaire d’échange a été organisé à Luanda, capitale de la République d’Angola, en vue de discuter sur la vision du ministère et les défis à relever pour un environnement sain et favorable à la santé de tous.

« Nous avons présenté aux étudiants et à la population en générale, les différents programmes de notre ministère ainsi que les technologies mises en place pour préserver l’environnement. Mais aussi, les bonnes pratiques environnementales développées par les entreprises  pour l’amélioration de notre environnement », a précisé Paula Fracisco.

Cette journée a été une opportunité pour la ministre de présenter la politique de son ministère et les actions à mener dans la lutte contre la pollution, et l’utilisation de fertilisants dans l’agriculture.

Signalons que ce séminaire a connu la participation des représentés des agences des nations unies ainsi que des partenaires du gouvernement angolais.

Alfred NTUMBA