Archives par mot-clé : Fonds vert

Climat : Le BCeCO s’apprête à devenir l’Entité de la RDC accréditée au Fonds vert pour le Climat

Le Bureau Centrale de Coordination (BCeCO), de la République démocratique du Congo est en voie de devenir une Entité nationale accréditée au Fonds Vert pour le Climat (FVC), ce mécanisme des finances climatiques des Nations unies. Elle sera la deuxième entité nationale accréditée à ce fonds en Afrique centrale, après celle du Rwanda.

Avec ses 19 ans dans la gestion des projets, cette institution congolaise présente un profil qui a milité à son acceptation au Fonds vert pour le Climat, comme entité nationale accréditée. En effet, sa taille se situe entre 50 et 250 millions de dollars américains. Le BCeCO devra donc intervenir non seulement dans les projets de risque de catégorie C considérés comme les risques minimaux, mais, il envisage aussi intervenir dans les projets de risques de catégorie B.

« Nous avons l’expérience, les outils et les ressources pour pouvoir répondre aux exigences du Fonds Verts pour le Climat. Aujourd’hui nous avons les activités de préparation, pour mettre nos procédures à niveau, avoir des formations sur certains concepts du Fonds vert. D’ici six mois, nous serons aguerris pour pouvoir passer à l’étape d’accréditation », a précisé le directeur général du BCeCO, Théophile Matondo. Continuer la lecture de Climat : Le BCeCO s’apprête à devenir l’Entité de la RDC accréditée au Fonds vert pour le Climat

Climat : Une grande réunion du Fonds Vert Climat se tiendra cette année à Brazzaville

Le Fonds Vert pour Climat tiendra sa grande réunion sur le sol africain. Brazzaville a été choisie par cette institution fiduciaire des Nations unies pour abriter les travaux. L’annonce a été faite par le directeur exécutif du FVC, Yannick Glemarec, lors de sa visite officielle au Congo, ce lundi 03 février.

Cérémonie d’ouverture de la conférence extraordinaire des ministres de l’Environnement et des Finances à Brazzaville ( Photos-Alfred NTUMBA/Environews)

En sa qualité du président de la Commission Climat du Bassin du Congo, le président de la République du Congo, Dénis Sassou Ngweso a échangé avec Yannick Glemarec sur la vision de cette commission et l’urgence de protéger la forêt du bassin du Congo qui constituent l’un des pôles de la survie de l’humanité.

« La forêt du bassin du Congo est l’un de grands poumons de la terre. Nous allons organiser cette année, un atelier de dialogue sectoriel à Brazzaville, qui va réunir tous les pays de la sous-région pour identifier des projets prioritaires qui pourront être soumis au Fonds vert pour le Climat », a déclaré Monsieur Glemarec.

Par ailleurs, le directeur exécutif du Fonds vert pour le Climat s’est félicité de l’existence du Fonds bleu, mécanisme mis en place par la commission Climat du Bassin du Congo, pour soutenir le développement des communautés dont la survie dépend de l’eau et de la forêt.

« La beauté des fonds est que les fonds peuvent se grouper pour financer les activités conjointes. On pourrait parfaitement imaginer que le Fonds Vert, le Fonds Bleu, et d’autres fonds joignent leurs forces pour préserver les tourbières de la forêt du Congo », a-t-il précisé.

Notons par ailleurs que le Fonds vert pour le Climat a été créé en 2010. Il est un mécanisme financier des Nations unies rattaché à la Convention cadre des nations unies sur le changement climatique pour financer les projets de lutte contre les effets néfastes de changements climatiques par l’adaptation et la résilience.

Alfred NTUMBA

Climat : (AFD-FVC), un programme de 750 millions USD pour financer 17 pays du sud

C’est la plus grande annonce à quelques semaines de la COP 24, le Groupe Agence française de développement (AFD) lance un programme de grande envergure intitulé « Transformer les systèmes financiers pour le climat », en partenariat avec le Fonds Vert pour le climat. Plus de 750 millions de dollars US, seront injectés pour financer 17 pays.

« Le FVC (Fonds Vert pour le Climat) a approuvé une contribution de 280 millions de dollars US pour ce programme d’un montant total de plus de 750 millions de dollars US. C’est l’une des plus importantes contributions financières du FVC depuis son opérationnalisation en 2015 », peut-on lire dans un communiqué de l’AFD.

A travers ce financement, le Groupe AFD réaffirme son ambition de mettre en œuvre l’Accord de Paris en accélérant localement la réorientation des flux d’investissement vers un développement à faibles émissions et résilient aux changements climatiques. Continuer la lecture de Climat : (AFD-FVC), un programme de 750 millions USD pour financer 17 pays du sud

Climat : La Coordination nationale du Fonds Vert pour le Climat pré-valide son programme pays

La Coordination nationale du Fonds Vert pour le Climat a procédé à une série des consultations des acteurs intervenant dans la lutte contre les changements climatiques. Cette action s’inscrit dans le cadre de la composante 2 de son programme de préparation. Au cours de cette séance de travail qui a duré 3 jours, à Kinshasa, les différents acteurs de la société civile, des ONGs, et du secteur privé amendé le projet du programme pays du Fonds Vert Climat de la République Démocratique du Congo en vue de procéder à sa pré-validation technique.

La route nationale n°1 en état de destruction avancée au niveau de kilomètre 5, entre la cité de Muanda et Banana, embouchure du Fleuve Congo (Photo, Serge Ntumba).

« Très souvent, l’on reproche aux structures qui sensibilisent sur les questions relatives aux changements climatiques de ne pas associer les communautés qui sont, soit directement à la base de ce dérèglement climatique, soit directement touchées par les conséquences de ce phénomène. C’est ainsi que la Coordination nationale du Fonds vert a voulu mettre tout le monde dans le bateau, en ce qui concerne la pré-validation de ce programme pays du Fonds Vert pour le Climat », a expliqué Bonaventure LELE, consultant national au Fonds vert.   Continuer la lecture de Climat : La Coordination nationale du Fonds Vert pour le Climat pré-valide son programme pays

Climat : Le Fonds vert climat sensibilise les jeunes, les femmes et les agriculteurs

La Coordination Nationale du Mécanisme de Développement Propre et du Fonds Vert pour le Climat ont organisé  un atelier d’information et de sensibilisation des jeunes et agriculteurs sur  le programme Readiness du Fonds vert.

Des femmes agricultrices de l’Ong FAD (Femme en Action pour le Dévéloppement), en pleine séance de transformation des gingembres. (Photo, Diams Diamonika)

Cette catégorie d’acteurs jugée vulnérable, a été appprochée par la coordination nationale du Fonds verts Climat en vue de la mettre au courant des opportunités qu’offrent ce mécanisme de financement climat qui dispose 100 milliards de dollars américains destinés à financer les projets dont l’impact contribue à l’atténuation et ou à l’adaptation climatique. Continuer la lecture de Climat : Le Fonds vert climat sensibilise les jeunes, les femmes et les agriculteurs

Climat : les promoteurs de projets congolais formés sur les exigences du Fonds vert pour le climat

Après la formation sur les finances climatiques, les standards fiduciaires internationaux et les normes environnementales sociales, c’est sans transition que la Coordination nationale du Fonds vert pour le climat a ouvert le vendredi 03 novembre dernier, un autre atelier de renforcement de capacité sur le développement et la mise en œuvre de projets et programmes bancables devant bénéficier des financements potentiels du Fonds vert.

Une vue de la ville de Kinshasa, prise depuis Brazzaville (Photo, Alfred Ntumba/Environews)

Si les débouchées de la première formation étaient  entre autre de permettre aux participants d’ acquérir la maîtrise des enjeux liés aux changements climatiques en RDC, et Continuer la lecture de Climat : les promoteurs de projets congolais formés sur les exigences du Fonds vert pour le climat

Climat : des entités publiques et privées formées sur les finances climatiques en RDC.

C’est sur une note positive que  s’est clôturée le 2 novembre dernier,  la session de formation  sur les finances climatiques, les standards fiduciaires internationaux et les normes environnementales sociales, organisée par la  Coordination du Fonds vert pour le climat en RDC en collaboration avec le Centre de suivi écologique.  L’activité s’est inscrite dans  le cadre des opérations préparatoires de la RDC à la conquête des financements climatiques.

Les participants à cette séance de formation ont pendant 3 jours, engrangés des connaissances relatives à la finance climatique. Accord de Paris, architecture de la finance climatique, genèse du Fonds vert  pour le climat et les normes  fiduciaires de bases, tels sont les thèmes qui ont été développés au cours de cet atelier de renforcements de capacité.

Selon les organisateurs, cet atelier a été initié dans le but d’aider les entités publiques et privées de la RDC, à se rendre compétitives sur le marché de finance climatique. « Grâce à cette formation, on acquiert des grandes capacités pour pouvoir monter des projets qui seront éligibles.  Nous savons à présent comment arriver à présenter plus de projets de qualité éligible afin d’attirer plus de financement climatique pour la RDC », a  confié Hans NDJAMBA, Coordonnateur national du Fonds vert pour le climat.

Les faiblesses, les points forts, et les opportunités que regorgent la RDC concernant le financement climatique ont été passés en revus par les participants. Après des travaux  en groupes, les apprenants ont par la suite émis des propositions pour remédier aux faiblesses, améliorer les points forts et renforcer davantage les opportunités. «J’étais agréablement surpris, car la plus part de participants a suivi avec beaucoup d’intérêt cette formation et s’est engoué lors des travaux de groupe. Grâce à cette formation, ils ont amélioré leur capacité en ce qui concerne la finance climatique », a déclaré  le facilitateur de cette formation, Jahd LEBBEN.

Pour leur part, les participants n’ont pas caché leur joie d’avoir enrichi leur connaissance sur le financement du Fonds vert pour le climat. Ils ont promis d’utiliser à bon escient toutes les connaissances engrangées pendant ces trois jours, afin d’aider la RDC a bénéficier pleinement du Fonds vert, d’autant plus qu’elle est une actrice stratégique dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Apres Kinshasa, cet atelier s’étendra à l’intérieur du pays, ont assuré les responsables de la Coordination nationale du Fonds vert pour le climat.

 

Thierry-Paul KALONJI

 

 

 

 

Fonds vert : la République démocratique du Congo affûte ses armes

La Coordination du fonds vert pour le climat en RDC en collaboration avec le Centre de suivi Ecologique ont ouvert ce 31 octobre à Kinshasa, une session de formation sur les finances climatiques, les standards fiduciaires internationaux et les normes environnementales sociales. Cette activité qui s’inscrit dans le cadre des activités du fonds vert pour le climat en RDC se veut un moment crucial pour aider le pays de s’outiller davantage sur les différents contours du fonds vert d’une part, et de se perfectionner afin d’élaborer des projets compétitifs pour bénéficier des financements d’autre part.

C’est dans la salle arche située dans l’enceinte de la clinique Ngaliema que les ONG œuvrant dans la gestion et suivi des projets, les membres de l’Autorité nationale désignée ADN et des institutions susceptibles d’être accréditées assisteront pendant  trois jours à cet atelier de renforcement de capacité.

Pour les organisateurs, l’objectif de cette rencontre est de permettre aux participants de se familiariser avec l’architecture de la finance climatique et les principaux fonds sur le climat, et d’acquérir les connaissances de base relatives au fonds vert et ses modalités de fonctionnement.

Les pays du monde étant soumis à une rude concurrence pour obtenir ces financements du fonds vert, il est impérieux que la RDC qui regorge  des ressources énormes en terme de forêts affûte bien ses armes afin de  rendre ses projets  éligibles  auprès du Fonds vert de l’ONU pour le climat.

«  Cet atelier est important pour la RDC, dans la mesure où elle  va renforcer ses capacités pour mieux accéder aux opportunités de financement que présente le fonds vert sur le climat actuellement », a souligné Jadh LEBBENE, consultant en changement climatique.

Outre les compétences techniques que doivent avoir  les pays désireux de bénéficier du fonds vert, ceux-ci doivent disposer d’une autorité nationale désignée (AND) qui remplit le rôle du point focal au niveau du fonds vert. Ainsi les projets élaborés liés à l’atténuation ou l’adaptation seront soumis au fonds vert via les agences accréditées. Cette procédure est applicable notamment  pour la RDC qui n’a pas jusqu’à ce jour une agence accréditée.

Si tout va  bien, le pays pourra se départir de cette procédure car elle est en voie d’obtenir sa propre agence d’accréditation entièrement congolaise, a renseigné Rubin RACHIDI, directeur de cabinet adjoint du ministre de l’Environnement et développement durable.

Notons qu’après cette première session de formation, une deuxième est attendue la semaine prochaine. Elle aura cette fois-là pour objectif de permettre aux participants de savoir comment remplir le formulaire des projets concrets à développer et à présenter au fonds vert.

 

Thierry-Paul KALONJI

Bassin du Congo : Ce qu’il faut retenir de la conférence extraordinaire de Brazzaville

Les ministres de l’Environnement et des Finances de la CEEAC (Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale) et de la CEA (Communauté Est – Africaine), réunis à Brazzaville le jeudi 05 octobre 2017, ont entériné la feuille de route produite lors des travaux du segment des experts la sous-région, en vue d’opérationnaliser la Commission du Bassin du Congo, et le Fonds bleu pour le Bassin du Congo.

La Commission du Bassin du Congo est l’un de trois blocs créés en novembre 2016, à Marrakech, lors du premier Sommet africain de l’action en faveur de la co-émergence de l’Afrique, tenue en marge de la COP22. Continuer la lecture de Bassin du Congo : Ce qu’il faut retenir de la conférence extraordinaire de Brazzaville