Archives par mot-clé : Forestière

Forêt : le Congo Brazzaville accueille le 11ème forum sur la gouvernance forestière

Le 11ème Forum sur la gouvernance forestière (FGF) se tiendra  du 30 au 31 octobre prochain à Brazzaville, capitale congolaise. C’est la première édition, qui sera organisée dans le cadre du projet CV4C financé par l’Union européenne.

Ce forum régional qui sera organisé en collaboration avec le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo( PFBC), aura comme différents thèmes: le processus législatifs en matière forestière dans le Bassin du Congo, le REDD+ zéro déforestation , l’Agrobusiness, les synergies entre FLEGT, REDD+ et la gouvernance de l’utilisation des terres. Continuer la lecture de Forêt : le Congo Brazzaville accueille le 11ème forum sur la gouvernance forestière

Fôret : Une table ronde multi acteurs pour échanger les expériences sur  la foresterie communautaire en RDC

La Direction de la Gestion forestière du ministère de l’Environnement et Développement durable a organisé à Kinshasa, la 5ème table ronde multi acteurs sur la foresterie communautaire en RDC. Cette édition s’inscrit dans le cadre de l’opérationnalisation de la phase expérimentale de la mise en œuvre de la SNFC (Stratégie Nationale relative à la Foresterie Communautaire), avec un focus sur les mécanismes de suivi, évaluation et partage des progrès ainsi que la stratégie de communication et le partage des leçons apprises.

Les acteurs de la société civile environnementales et les partenaires réunis à Kinshasa pour la 5è table ronde multi acteurs sur la foresterie communautaire. (Photo, Serge Ntumba/Environews)

Avec une durée de 5 ans, cette phase expérimentale se veut un moment de capitalisation des expériences en cours et de partage des informations relatives à la gestion et à l’exploitation des concessions forestières des communautés locales érigées en sites pilotes.

 « Nous serons en phase d’apprentissage pour voir notre cadre réglementaire s’adapter au spécificité de chaque milieu, et l’impact que les communautés ont sur les forets. Il faut donc voir au bout de 5 ans, si nous pouvons encore nous mettre autour d’une autre table ronde pour évaluer », a souligné Théophile Gata, directeur exécutif du Centre d’appui à la gestion durable des forets. Continuer la lecture de Fôret : Une table ronde multi acteurs pour échanger les expériences sur  la foresterie communautaire en RDC

Forêt : WWF-RDC lance le projet « Gouvernance forestière »

Cinq provinces de la République démocratique du Congo vont bénéficier d’un nouveau projet de « gouvernance forestière » initié par le WWF-NORVÈGE avec les financements de l’Agence norvégienne de développement de la coopération (NORAD). Ce projet de 4 ans sera exécuté dans les provinces de Maindombe, Tshopo, Equateur, Mongala et Kongo centrale.

Le projet « Gouvernance forestière » lancé ce vendredi 14 juillet à Kinshasa, va accompagner les parties prenantes notamment l’administration forestière, le secteur privé et la société civile, dans le renforcement de la gouvernance.

« Le projet est financé à hauteur de 2 millions de dollars pour 4 ans. La société civile aura 40% de ce montant qui sera alloué au Réseau des populations autochtones et locales pour la gestion durable des écosystèmes forestier (REPALEF) y compris la Coalition nationale contre l’exploitation illégale du bois (CNCEIB). Le financement actuel va permettre aux organisations de la société civile d’avoir beaucoup de moyens, pour plus d’efficacité ». A déclaré le Coordonnateur de Programme Gouvernance forestière à WWF-RDC, Jean-Marie Bolika.

A en croire Monsieur Bolika, les activités de ce nouveau projet vont commencer avec l’installation dans les prochains jours, du Conseil consultatif de la province de Maidombe. S’en suivra en suite la planification d’autres activités de différentes parties prenantes.

La première phase de ce programme exécuté entre 2011 et 2015, a permis de réaliser le gap entre les prévisions et les réalisations. Sur les 57 concessions prévues au départ, seulement 23 ont été actives, et ont produit la moitié des prévisions escomptées.

D’après un rapport synthèse produit par le CIFOR et WWF en 2017, il a été constaté que des efforts ont été fournis par les exploitants forestiers pour répondre à leurs obligations légales relatives à l’exécution des clauses sociales.

Le Directeur national de WWF-RDC, Jean-Claude Muhindo, a par ailleurs invité les parties prenantes à plus de transparences et détermination afin d’atteindre les objectifs que s’est fixé ce projet. « L’évolution future des clauses sociales dépendra de l’engagement des autorités publiques associées à l’implication des Ong nationales et internationales, du secteur privé, de communautés locales et autochtones dans la consolidation des acquis obtenus jusqu’ici grâce à l’observation indépendante non mandatée. D’où le WWF plaide et s’inscrit en faveur de plus d’approches PPP et PPP. L’ancien PPP, pour Partenariat public-privé et le nouveau PPP, pour Profit Population-Planète ». A-t-il souligné.

Pour la représentante du gouvernement norvégien, ce programme va apporter un soutien aux organisations de la société civile dans l’accompagnement des communautés locales et des peuples autochtones, pour hausser le niveau de compréhension de processus de négociations des clauses sociales. « Le gouvernement norvégien considère que la société civile est un acteur clé dans la gouvernance forestière en RDC. Ce programme de WWF consiste à lui donner les moyens techniques et financiers pour renforcer son rôle d’observateur. Et à soutenir le gouvernement congolais à prendre des mesures adéquates qui tendent à réduire significativement les activités illégales dans le secteur », a déclaré le Premier secrétaire climat et forêt de l’Ambassade de Norvège en RDC, Hilde Dahl.

Reconnaissant tout de même les faiblesses qui ont minées l’aboutissement des clauses sociales de la première génération conclues entre 2010 et 2015, notamment les conflits entre les communautés locales et les exploitants forestier, le représentant du Ministre congolais de l’environnement, Justin Bitakwira, Ministre du développement rural, a rassuré le soutien du Ministère de l’Environnement et développement à ce nouveau projet, pour garantir l’aboutissement heureux de la seconde génération des clauses sociales qui seront lancées.
Alfred NTUMBA

Énergie : la RDC se dote d’une carte de la biomasse forestière

Dans un communiqué de presse rendu public le 18 mai 2017, le Fonds mondial pour la nature WWF, a annoncé la disponibilité de la nouvelle carte nationale de la biomasse forestière de la République Démocratique du Congo.

Cette carte rendue possible grâce au projet Carbon Map and Model (CM&M) du WWF, est la première par télédétection LiDAR aéroporté qui dispose des précisions et données nécessaires à la capitalisation du stock de carbone.

La carte nationale de la biomasse forestière réalisée par le WWF

La RDC est devenue le premier pays africain à avoir une carte nationale de biomasse aussi précise et basée sur la méthode d’échantillonnage aléatoire systématique dérivée de l’approche LiDAR.

Selon Bruno Perodeau, directeur de la conservation au WWF- RDC, cette carte permet d’avoir une compréhension du stock de carbone forestier à travers le pays.  » Cette carte nationale de la biomasse forestière est une avancée importante pour la RDC. Elle vient renforcer les connaissances sur le deuxième plus grand massif forestier tropical au monde et le rôle qu’il joue par rapport au changement climatique. La réalisation concertée de cette carte constitue une étape remarquable en termes de méthode nouvellement mise en œuvre et de précision qui en résulte. Les résultats de ce projet permettent d’espérer bientôt des systèmes scientifiquement robuste pour le paiement à la performance des pays et leurs populations engagées dans le mécanisme REDD+ », a-t-il précisé dans ce communiqué.

Son importance

La réalisation de cette carte nationale de la biomasse forestière vient ainsi préciser pour chaque hectare de forêt, les quantités de carbone stockées et par le fait même appuyer les efforts nationaux de surveillance de la couverture forestière tout en facilitant les évaluations des émissions annuelles de carbone provenant de la déforestation nécessaire au paiement éventuelle de la REDD+.

Ce programme contribuera à la fois aux efforts contre les changements climatique, la réduction de la pauvreté et le développement durable. La carte nationale de la biomasse forestière pourra être utilisée comme une base de références pour d’autres activités de conservation, et développement de projets ainsi que pour l’aménagement du territoire dont la réforme a été lancée récemment.

Elle va soutenir la démarche REDD + initiée par le gouvernement de la RDC depuis 2009 tout en facilitant la poursuite des travaux d’investissement au niveau juridictionnel par son appui à la stratégie nationale REDD +.

L’approche LiDAR

LiDAR est une méthode développée par Dr. Sassan Saatchi de UCLA, avec une approche d’échantillonnage de données laser aériennes nommée Light Detection and Ranging qui signifie  » Détection et localisation par la lumière « .  Dans la production de cette  à carte, LiDAR a été choisie pour sa précision dans l’estimation de la structure de la forêt au-dessus du sol, ainsi que sur le coût et l’efficacité du temps à couvrir des zones vastes et inaccessibles du Congo.

Le système LiDAR reste actuellement un outil de télédétection qui utilise la lumière sous forme d’un laser fonctionnant comme un radar. Il détermine la structure de la forêt et de sa canopée avec une précision inégalée.

 

Jennifer LABARRE