Archives par mot-clé : Garamba

Biodiversité : l’UE satisfaite de ses financements dans la conservation en RDC

La République démocratique du Congo compte à elle seule 67 aires protégées, dont près de 4 Parcs nationaux classés au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Les aires protégée couvrent 13,5% du territoire national. Dans le cadre de la collaboration entre l’Union européenne et la RDC, au moins 5 parcs nationux ont beneficié des financements de l’UE dans le cadre de 11ème FED. Ces financements et les projets exécutés ont fait l’objet d’un éhange entre la presse congolaise et ce traditionnel bailleur de fonds de la RDC, ce vendredi 06 décembre, à Kinshasa.

Les elphants dans le Parc national de la Garamba en RDC.

Le Parc National de la Salonga, Upemba, Virunga, Garamba et la Réserve de biosphere de Yangambi ont recu dans l’ensemble 140 millions d’euros dans le cadre du Fonds européen de Développement (11ème FED).

« Nous sommes satisfait de notre collaboration avec la RDC. Actuellement, tous les projets ont un impact visible et assez remarquable. Notre inquiétude est au niveau de la pérennité des resultats. Nous demanderons au gouvernement de mettre la biodiversité dans un haut niveau d’importance, et la mentionner comme priorité. Cela garantira que ce programme conserve une bonne place», a souligné le responsable de la section agriculture, santé et environnement de l’UE, Arnold Jacques de Dixmude. Continuer la lecture de Biodiversité : l’UE satisfaite de ses financements dans la conservation en RDC

Conservation : Malgré les gros efforts, les menaces d’extinction des espèces se multiplient

Depuis quelques décennies, les rapports sur l’état de la biodiversité mondiale sont de plus en plus inquiétants. Chaque année, les experts et scientifiques s’accordent pour tirer la sonnette d’alarme sur les différentes menaces d’extinction qui planent sur la biodiversité mondiale, ceci malgré les gros efforts qui sont déployés pour éviter son déclin. Parmi ces rapports, le plus affolant et celui rendu public par le groupe d’experts de l’ONU sur la biodiversité (IPBES) en mai dernier. Ce rapport d’envergure inédite donnait l’alerte sur la menace d’extinction qui plane sur plus d’un million d’espèces animales et végétales. 

Les activités anthropiques continuent d’être pointées du doigt comme responsable du déséquilibre mondial. Le Climat et la biodiversité continuent de payer une lourde facture, conséquence d’un mode de vie qui fait la sourde oreille aux différents appels sur la ligne rouge à ne pas franchir.

Aujourd’hui, l’éléphant d’Afrique est plus que jamais dans la ligne de mire de l’extinction, divulgue une alerte WWF publié récemment. A en croire cette alerte, la population d’éléphants d’Afrique a décliné de 70% en quarante ans.

Toutes les vingt et cinq minutes, un éléphant est massacré pour ses défenses, qui alimentent le très lucratif commerce de l’ivoire. Si cette tendance se maintient jusqu’en 2040, l’éléphant d’Afrique connaitra le même destin funeste que son ancêtre le mammouth, insiste WWF. Dans cette optique, tout   porte à croire que le braconnage de ces mammifères connaît l’un de plus grand essor de toute son histoire.  Cependant, la grande question qui tourmente les esprits est celle de savoir, comment le braconnage en Afrique continue d’avoir des beaux jours devant lui, malgré les allocations de gros moyens financiers et  le renforcement du système d’information au niveau des frontières. Continuer la lecture de Conservation : Malgré les gros efforts, les menaces d’extinction des espèces se multiplient

Conservation : Le parc de la Garamba brule son stock d’ivoire pour célébrer ses 80 ans d’existence

C’est l’un des plus vieux parcs d’Afrique, le Parc National de la Garamba, situé au Nord de la République démocratique du Congo. Par le passé, il a été considéré comme le rempart des éléphants. Le parc abritait près de 22.000 éléphants et autres pachydermes, dont les rhinocéros blancs du nord qui ont quasi disparus, mais aussi des troupeaux de girafes en voie d’extinction.

Incinération symbolique de l’ivoire dans le Parc national de la Garamba, le mercredi 13 juin 2018, pour célébrer les 80 ans d’existences du parc.

Confronté aux multiples difficultés notamment, celle imposée par le braconniers, ce parc traverse son moment le plus sombre de l’histoire avec la disparition de sa grande faune. Aujourd’hui, la Garamba ne compte plus que 1200 éléphants à peine, et 48 girafes.

Pour lancer un message fort en direction des braconniers, l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature), a procédé à l’incinération d’une quantité de l’ivoire stocké dans ce parc. « Le trafic illégal d’espèces de faune a eu des effets dévastateurs sur notre patrimoine naturel, tant en RDC qu’en Afrique. Non seulement cela appauvrit les paysages, mais cela affecte négativement les millions de personnes qui dépendent de ces zones. Nous sommes plus que jamais engagés dans la lutte contre le braconnage », a déclaré le directeur général de l’ICCN, Cosma Wilungula. Continuer la lecture de Conservation : Le parc de la Garamba brule son stock d’ivoire pour célébrer ses 80 ans d’existence

Conservation : l’Union européenne étend son intervention à Bili-Uélé

3 millions d’euros, c’est le montant que l’Union européenne  vient d’allouer  au Domaine de chasse de Bili – Uélé dans la partie  nord de la RDC.  La signature de la convention de subvention entre la délégation  de l’UE et l’Ong AWF ( African Wildlife Foundation), a  eu lieu à Kinshasa, le mardi, 16 janvier.

Ces financements s’inscrivent  dans le cadre du programme ECOFAC VI,  lancé l’année  dernière à  Douala  au Cameroun.  Ils sont destinés à renforcer la gestion  de cette aire  protégée et promouvoir le développement  durable des activités agricoles en vue d’assurer le développement  économique  des communautés  riveraines.  Continuer la lecture de Conservation : l’Union européenne étend son intervention à Bili-Uélé

Conservation : Un éco-garde tombe sous la balle de braconniers dans le Parc national de la Garamba

Un éco-garde a été tué dans la nuit du 3 mai dans le Parc national de la Garamba situé dans la partie Nord-Est de la République démocratique du Congo.
Selon les informations parvenues à la Rédaction d’Environews-RDC, le vaillant gardien est tombé en plein exercice de sa profession, sous une balle de braconniers qu’il poursuivait ensemble avec les autres paramilitaires​ de cette vielle aire protégée du pays.
Si aucune déclaration officielle n’a été encore faite par l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), organe de gestion de ce parc cependant, sur sa page Facebook, l’institution étatique rend hommage à ce vaillant garde de parc.
 
 Le Secrétaire exécutif du Réseau des aires protégées d’Afrique centrale (RAPAC), Omer Ntungu, a rendu un hommage à ce garde de parc. Dans un message publié sur le site web de cette institution sous-régionale, l’on peut lire ce message :
 » TIM EST TOMBÉ »

TIM était Ecogarde, un vrai Ranger au parc national de la Garamba en République Démocratique du Congo.

TIM est tombé ce 3 mai 2017, alors qu’il poursuivait des braconniers dans le secteur de Burusi, frappé de plein fouet par une balle.

TIM est tombé, victime de sa passion, de son devoir et de sa détermination. Et son dernier soupir soulève une vague d’indignation dans notre profession, nous qui chaque matin nous levons pour combattre ces criminels fauniques.

TIM est tombé en RDC. Mais il est aussi tombé au Cameroun, au Congo, au Gabon, en RCA, en Guinée Equatoriale, au TCHAD, à Sao Tomé.

TIM est tombé partout où nos Ecogarde, chaque seconde, protègent nos précieuses ressources au péril de leur précieuse vie.

TIM est tombé et à fait tomber chacun de nous. Mais alors, en mourant, il a démultiplié notre rage, notre obstination, notre détermination à en finir avec ces trafficants bassement humains pour qui la valeur d’une vie se dévalue face au bénéfice d’une défense d’éléphant. Des énergumènes qui n’ont plus d’humain que le corps qui transporte leur immoralité.

TIM ton combat n’est pas vain. Il ne le sera jamais. Nul part il n’est écrit qu’à la fin de la journée, le Mal l’emporte. Non. Ce combat est juste, ton sacrifice l’est dix fois plus.

TIM, je ne suis pas toi. Je ne le serai jamais. Je suis moi. Et ce combat, le tien, me reste chevillé au corps, plus que jamais. Comme toi, je consacre chaque jour ma vie à préserver nos trésors naturels. Comme toi je tomberai un jour. C’est la loi de la nature. D’autres continueront. C’est la loi de notre profession.

TIM tu es parti. Ne te retourne pas. Sache juste que Derrière toi personne ne lâchera. Malgré la douleur et la déchirure.

TIM bonne route.

Notons que chaque année l’ICCN enregistre plusieurs cas de perte en vies humaines de son personnel d’appoint qui paient de leurs vies pour protéger la méga biodiversité de la République démocratique du Congo.

Malgré leur engagement à protéger les aires protégées et la biodiversité qu’elles regorgent, jusqu’au sacrifice suprême, ces paramilitaires vivent dans une précarité indescriptible.

Alfred NTUMBA