Archives par mot-clé : Green Journalist network

Climat : La RDC face aux enjeux de la ratification de l’accord de Paris

La République démocratique du Congo pourrait, dans un très bref délai, procéder à la ratification de l’Accord de Paris sur le Climat. Bien que le projet de texte devant entériner cette ratification ne soit pas encore déposé officiellement aux bureaux de deux chambres du parlement congolais, il ressort néanmoins des échanges fructueux entre les journalistes du réseau Green Journalist Network et certains députés et sénateurs, que le pays s’emploie à ratifier cet accord conformément à la demande du Chef de l’Etat, Joseph Kabila. C’était lors d’un café de presse organisé à Kinshasa, le jeudi 28 septembre 2017.

« A ce jour, nous n’avons pas encore le projet de ratification », a affirmé le président de la commission Environnement de l’Assemblée nationale, Patrick André Kakwata. Il a par ailleurs rassuré que par le pouvoir constitutionnel investi aux députés, ils peuvent convoquer le ministre afin de mieux comprendre le pourquoi de ce retard.

 

De son coté, son collègue de la commission Environnement et Ressources naturelles du sénat, Professeur Lombeya, a promis de saisir rapidement le président de sa chambre ainsi que le gouvernement pour cette ratification soit effective dans un très cours délai.

 

« Il est clair qu’aujourd’hui que les effets néfastes du changement climatique sont palpables, à travers toute l’étendue du territoire nationale. Je crois qu’il est temps que le gouvernement prenne le dossier en main. Il est également temps d’apprendre à nos  populations, la notion de la protection et préservation de l’environnement », a déclaré le sénateur Mukonda Bonza.

 

Lire aussi : http://www.environews-rdc.org/2017/09/30/climat-lunion-europeenne-invite-la-rdc-a-ratifier-laccord-de-paris/#

 

Lorsque le pays s’engage dans de grands tourments politiques, il y a pas mal de repères qui vacillent a relevé le ministre honoraire de l’environnement et député national, Bavon N’samputu. Pour lui, « la ratification n’est pas un exercice ardu. Il faut plutôt que le gouvernement dépose le projet de texte au niveau de l’assemblée nationale pour entamer la procédure. Nous vous assurons que d’ici les semaines qui suivent, le pays va ratifier ledit accord ».

 

Selon les sources concordantes, cette question aurait été à l’ordre du jour du récent Conseil des Ministres.  Une nouvelle qui vient enthousiasmer les amoureux de la planète.

« Pour le réseau Greens Journalist Network que je représente, ce café de presse a été un succès, car les professionnels de médias ont eu accès à une pile d’informations pratiques sur l’épineuse question de la ratification de l’accord de Paris par notre pays, ainsi que sur la Cop 23. Aujourd’hui, nous sommes heureux d’apprendre que les choses bougent dans le bon sens pour qu’enfin notre pays ratifie cet accord. Nous ne pouvons que nous en féliciter », a précisé Alfred Ntumba, Coordonnateur adjoint du réseau.

 

Pour le chef de section Environnement et Santé à l’UE, Arnold Jacques de Dixmude, ce cri d’alarme des éco-journalistes vient au bon moment pour relancer l’intérêt public.   «Je me joins à la voix des citoyens, des organisations, des politiques et des médias qu’ils pressent le gouvernement à ratifier cet accord qui s’avère très bénéfique et renferme plusieurs opportunités pour ce pays », a-t-il souligné.

 

                                 

 

    Jennifer Labarre.

 

Climat : L’Union européenne invite la RDC à ratifier l’accord de Paris

S’adressant aux journalistes du réseau [Green Journalist Network], lors d’un café de presse organisé à Kinshasa, le jeudi 28 septembre 2017, l’Ambassadeur de l’Union européenne en RDC, Bart Ouvry, a souligné l’engagement de son institution en faveur du climat et l’importante implication attendue de tous les citoyens dans la lutte contre les effets des changements climatiques. Il a par la même occasion, lancé un appel à la classe politique congolaise l’invitant à un sursaut patriotique en vue de la ratification de l’Accord de Paris sur le climat.

Bart Ouvry, chef de la délégation de l’Union européenne à Kinshasa. (Crédit photo, la primature de la RDC)

« J’étais très content lorsque le président de l’Assemble nationale, lors de l’ouverture de la session de septembre, a appelé à la ratification de l’accord de Paris. Ce pays qui est l’un des grands poumons verts de la planète a un rôle plus important à jouer dans la mise en œuvre de cet accord. Il y’a objectivement un grand intérêt pour la RDC de rentrer dans cet accord, et être présente à Bonn pour défendre les intérêts de congolaises et congolais », a-t-il précisé.

Pour l’Union européenne, la lutte contre les changements climatiques est une manière de multiplier ses actions contre la déstabilisation de la RDC. « Beaucoup de congolais subissent tous les jours les effets des changements climatiques. Il nous faut agir, mais pas seul, car il y’a nécessité d’avoir un appui populaire et celui de la classe politique. Quel que soit leurs tendances et leurs provenances politiques, il est important d’avoir des acteurs politiques, un consensus le plus large possible sur ces questions  », a-t-il insisté.

Cet engagement de l’Union européenne se traduit naturellement dans sa coopération bilatérale avec la RDC, par un appui important à la protection de la biodiversité. « Aujourd’hui dans le cadre de 11ème FED (Fonds européen de développement), nous avons engagé 120 millions de dollars américains qui vont dans le domaine de l’environnement, de la biodiversité et l’appui à l’agriculture durable. Notre but est de renforcer le lien entre la conservation et l’augmentation de retombées économiques de la population », a-t-il précisé.

Bart Ouvry est tout de même revenu sur le succès que connait l’accord de Paris sur le Climat. « Parmi les 187 pays qui pourraient ratifier cet accord, nous en avons déjà 166 qui l’ont fait. Rarement dans l’histoire d’accords internationaux, nous avons vu dans un délais aussi rapproché, un tel enthousiasme et engagement de la large majorité des pays, partout sur la planète». A-t-il informé. « Aujourd’hui nous sommes dans une situation où la majorité des Etats partout dans le monde se rend compte de la problématique des changements climatiques. L’accord de Paris est un grand succès, et la réunion à Bonn sera très importante pour confirmer ce succès ».

Chaque année, l’Union européenne consacre environ 100 milliards de dollars américains à l’aide au développement des pays. Le 20% de cet investissement annuel est consacré au climat.

 

Alfred NTUMBA

Forêts : Le processus REDD+ expliqué en détail aux journalistes congolais

26 journalistes de Kinshasa ont été outillés sur le processus de réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des terres (REDD+) en RDC. Pendant trois jours, la REDD+ a été expliqué en détail aux chevaliers de la plûme, regroupés au sein du réseau des journalistes environnemental,  Green Journalist Network.

Cet atelier organisé par le CIFOR ( Centre international de la foresterie), du 29 au 31 août, à Kinshasa avait pour objectif d’améliorer leurs connaissances sur ce processus afin d’explorer les vrais défis, notamment l’amélioration de conditions de vie des communautés .

« L’initiative est partie d’un constat. Beaucoup des connaissances et d’actions générées par les partenaires dans le domaine de la REDD+ en RDC restent peu connues du grand public. Nous avons voulu à travers cette formation imprégner les journalistes des informations récentes liées au mécanisme REDD+ pour qu’ils s’en approprient de façon à mieux écrire et communiquer dessus.
Deux profils des journalistes ont défini le choix porté sur cette plate-forme, à savoir les journalistes environnementaux et scientifiques », a précisé le Chargé de communication du CIFOR, Fai Collins.

Pour Denis Sonwa, chercheur au Cifor, cet atelier permet aux journalistes de participer au processus de transformation de la société qui s’inscrit dans le cadre de la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation en faisant un effort de conserver davantage et gérer durablement les ressources forestières.

« Nous avons souhaité réduire l’écart qui existait entre les experts et les journalistes en les rapprochant autour de cette thématique. La particularité de cette séance de formation a été la descente des journalistes sur terrain auprès des structures partenaires qui travaillent sur le processus REDD+, entre autres, le Fonds mondial pour la nature (WWF), le Programme d’investissement forestier (PIF), et la Direction des inventaires et aménagements forestiers (DIAF). Nous sommes contents lorsque nous regardons le feedback des journalistes » a-t-il déclaré.

Il revient aux journalistes de jouer leur rôle, en produisant le maximum d’articles et de reportages sur cette thématique.   « La formation de Cifor était très enrichissante pour nous journalistes. L’environnement est un domaine très vaste et nouveau pour la plupart des journalistes congolais, les matières étant techniques et dynamiques, Il est important et souhaitable que les personnes ressources ou encore les techniciens abordent très souvent ces questions avec les chevaliers de la plume pour renforcer leurs capacités. Nous souhaitons que d’autres partenaires emboitent le pas au CIFOR, car le journaliste est l’interface idéal entre les scientifiques et la population », a souligné la coordonnatrice du réseau Green Journalist network, Nounou Ngoie.

 

Jennifer LABARRE

 

Forêt : le Réseau Green Journalist Network immerge le projet « FORETS »

Les journalistes membres du Réseau Green Journalist Network renforcent leurs capacités sur le projet « Formation, Recherche, Environnement dans la Tshopo (FORETS) ». Cette activité s’inscrit dans le cadre de la semaine scientifique organisée par l’Université de Kisangani (UNIKIS).
Continuer la lecture de Forêt : le Réseau Green Journalist Network immerge le projet « FORETS »