Archives par mot-clé : ivoire

Conservation : Malgré les gros efforts, les menaces d’extinction des espèces se multiplient

Depuis quelques décennies, les rapports sur l’état de la biodiversité mondiale sont de plus en plus inquiétants. Chaque année, les experts et scientifiques s’accordent pour tirer la sonnette d’alarme sur les différentes menaces d’extinction qui planent sur la biodiversité mondiale, ceci malgré les gros efforts qui sont déployés pour éviter son déclin. Parmi ces rapports, le plus affolant et celui rendu public par le groupe d’experts de l’ONU sur la biodiversité (IPBES) en mai dernier. Ce rapport d’envergure inédite donnait l’alerte sur la menace d’extinction qui plane sur plus d’un million d’espèces animales et végétales. 

Les activités anthropiques continuent d’être pointées du doigt comme responsable du déséquilibre mondial. Le Climat et la biodiversité continuent de payer une lourde facture, conséquence d’un mode de vie qui fait la sourde oreille aux différents appels sur la ligne rouge à ne pas franchir.

Aujourd’hui, l’éléphant d’Afrique est plus que jamais dans la ligne de mire de l’extinction, divulgue une alerte WWF publié récemment. A en croire cette alerte, la population d’éléphants d’Afrique a décliné de 70% en quarante ans.

Toutes les vingt et cinq minutes, un éléphant est massacré pour ses défenses, qui alimentent le très lucratif commerce de l’ivoire. Si cette tendance se maintient jusqu’en 2040, l’éléphant d’Afrique connaitra le même destin funeste que son ancêtre le mammouth, insiste WWF. Dans cette optique, tout   porte à croire que le braconnage de ces mammifères connaît l’un de plus grand essor de toute son histoire.  Cependant, la grande question qui tourmente les esprits est celle de savoir, comment le braconnage en Afrique continue d’avoir des beaux jours devant lui, malgré les allocations de gros moyens financiers et  le renforcement du système d’information au niveau des frontières. Continuer la lecture de Conservation : Malgré les gros efforts, les menaces d’extinction des espèces se multiplient

Conservation : 8,8 tonnes d’ivoire d’éléphant en provenance de la RDC saisis à Singapour

Un record de 8,8 tonnes d’ivoire d’éléphant a été saisi dans trois conteneurs dimanche soir, 21 juillet, à Singapour. Il s’agit de l’une de plus grandes saisies que le monde ait connues ces dernières années. Les 3 conteneurs proviendraient de la République démocratique du Congo, où ils ont été embarqués pour le Vietnam. La saisie record est d’une valeur totale de plus de 66 millions de dollars américains.

Selon les autorités douanières singapouriennes, cette cargaison a été déclarée comme contenant du « bois », et portant il s’agissait des écailles de pangolin estimées à environ 48,6 millions de dollars, aux côtés de 17,6 millions de dollars en ivoire d’éléphant.

Il s’agit du troisième envoi intercepté cette année, ont déclaré le Conseil des parcs nationaux (NParks), les douanes de Singapour et l’Autorité de l’immigration et des points de contrôle dans un communiqué conjoint. On estime que l’ivoire provient de près de 300 éléphants d’Afrique. À peine trois mois plus tôt, en avril, Singapour avait saisi 177 kg d’ivoire d’éléphant découpé et sculpté. Continuer la lecture de Conservation : 8,8 tonnes d’ivoire d’éléphant en provenance de la RDC saisis à Singapour

Conservation : 60 kilos d’ivoire d’éléphant saisis à Kinshasa

60 kilogrammes d’ivoire d’éléphants ont été saisis ce jeudi 20 décembre à Kinshasa par les éléments de l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature), en collaboration avec CONSERV CONGO et la CITES. Au cours de cette opération d’infiltration contre la vente et la commercialisation de l’ivoire, deux suspects ont été également appréhendés et arrêtés.

L’ivoire taillé saisi à Kinshasa. (Crédit photo, Conserv Congo)

Les deux suspects dont les identités ne peuvent être dévoilées à ce stade à cause du principe de la présomption, font partie d’un grand syndicat de marchands d’ivoire situé en RDC et à Kinshasa en particulier. Ils ont été arrêtés après une organisation orchestrée et dirigée par CONSERV CONGO, une organisation locale dont l’objectif est de combattre la criminalité faunique.

« Nous souhaitions récupérer un colis beaucoup plus volumineux mais, grâce à Dieu, nous avons procédé à une arrestation car chaque pièce d’ivoire représente un éléphant mort », a déclaré Augustin Ngumbi Amuri, Directeur de la Coordination de la CITES en RDC. Continuer la lecture de Conservation : 60 kilos d’ivoire d’éléphant saisis à Kinshasa

Conservation : Plus de 3,2 tonnes d’ivoire africain saisies au Cambodge

Le service des douanes Cambodgien ont déclaré avoir saisi plus de 3,2 tonnes d’ivoire africain caché dans un conteneur de stockage en provenance du Mozambique,  a annoncé BBC.

Cette saisie record de 1.026  défenses au port autonome de Phnom Penh découle d’un renseignement de l’ambassade des Etats-Unis.

La cargaison est arrivée dans le pays l’année dernière et son destinataire inconnu n’est pas arrivé au port pour le récupérer.

Ces défenses d’éléphant étaient cachées dans du marbre dans un conteneur abandonné, a déclaré un fonctionnaire des douanes

«  Je ne sais pas si l’envoi était destiné à d’autres pays », a-t-il conclut

La demande de la Chine et du Vietnam a fait du Cambodge un point de transit essentiel pour le commerce illicite des espèces sauvages.

Au cours des cinq dernières années, le Cambodge a procédé à un certain nombre d’arrestations très médiatisées en ce qui concerne le trafic d’espèces protégées.

La plus importante avant cette semaine a eu lieu en 2014, lorsque les douaniers ont saisi environ trois tonnes d’ivoire cachées dans un conteneur de haricots dans le port sud-ouest de Sihanoukvile.

Environews et BBC

 

 

Angola : Cinq Vietnamiens détenus à Luanda en possession d’ivoire

Le Service d’enquête criminelle angolais (SIC) a annoncé jeudi dernier, l’arrestation de cinq ressortissants vietnamiens pour le commerce de l’ivoire, dont quatre prévoyaient d’embarquer pour le Vietnam avec 27 morceaux de cornes de rhinocéros.

A la suite des arrestations, la SIC a présenté le jeudi dernier,  plus de deux tonnes de divers produits, dont 535 kg d’ivoire brut et 263 kg de pièces d’ivoire travaillé, 895 kg d’écailles du pangolin et dix kilogrammes de plantes médicinales, protégés par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES).

Prenant la parole à la presse, le directeur du bureau des relations avec les investisseurs et SIC Press, Thomas Augustin, a déclaré que les quantités saisies sont estimées à environ quatre millions de dollars (environ 3,5 millions). Continuer la lecture de Angola : Cinq Vietnamiens détenus à Luanda en possession d’ivoire

Cameroun : 106 défenses d’éléphants saisies à Yen

Une cargaison de 106 pointes d’ivoire d’éléphants a été saisie par les écogardes de la Réserve de la Biosphère de Dja. Trois individus en possession de ces défenses d’éléphants enfouies dans le coffre d’une vielle voiture ont été appréhendés dans le nuit du 03 au 04 mai 2018, dans la localité de Yen sur l’axe Djoum-Oveng, Région du Sud. 

Pointes d’ivoire saisies à Yen (Crédit photo, droit tierce)

Dans un communiqué émis par le Ministère des Forêts et de la Faune du Cameroun, le Gouvernement a réaffirmé sa ferme détermination à poursuivre le combat contre la criminalité faunique sous toutes ses formes.

A en croire ce communiqué, une procédure sera engagée pour traduire les contrevenants devant les tribunaux conformément à la réglementation en vigueur.

Notons par ailleurs que le Cameroun est considéré comme une plaque tournante du trafic illégal d’ivoire, qui menace la survie des éléphants d’Afrique Centrale. Plusieurs coup de filet sont souvent lancé pour décourager les contrebandiers qui exerce dans cette zone géographique.

Nelphie MIE

 

 

Conservation : Deux pointes d’ivoires saisis à Kinshasa

La police nationale congolaise, Commissariat provinciale de Kinshasa a arrêté deux trafiquants d’ivoires, ce lundi 26 mars, à Kinshasa. Lors de cette opération menée en collaboration avec l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature), deux pointes d’ivoires et une queue d’éléphant dissimulés dans un sac, ont été saisis. 

Les présumés trafiquants arrêtés pour la détention d’une espèce intégralement protégée ont été auditionnées le même jour au commissariat Provincial de la ville de Kinshasa. Ils devront comparaitre devant la justice congolaise, et ils risquent une peine allant d’un an à 10 ans de prison et d’une amande de cinq à vingt millions de francs congolais, conformément à la loi n°14/003 du 11 février 2014 relative à la conservation de la nature.

Cette opération coup de poing a été rendue possible grâce à la collaboration entre la Police, l’ICCN et les autorités judiciaire de la ville de Kinshasa avec l’aide de WWF et de l’USAID.

BIATI BONGONGO Youvanie

Conservation : une quantité importante d’ivoire d’éléphant saisie en RDC entre Janvier et Mars 2018

Au total 3 saisies d’ivoire d’éléphant ont été réalisées en RDC entre Janvier et Mars 2018 par l’ICCN et ses partenaires, avec le concours de la Police nationale congolaise et des services douanières de la République démocratique du Congo.

Des objets en ivoire exposés sur un étalage au marché Bikeko à Kinshasa. (Photo, droit tierce)

Après la fermeture du célèbre marché Bikeko à Kinshasa en avril 2017, et des actions conséquentes des deux années précédentes, les autorités congolaises, ont continué à maintenir les efforts afin d’éradiquer le commerce de l’ivoire d’éléphant dans le pays. Continuer la lecture de Conservation : une quantité importante d’ivoire d’éléphant saisie en RDC entre Janvier et Mars 2018

Conservation : après la Chine, Hong-Kong abolit à son tour le commerce de l’ivoire

Quelques mois après l’interdiction totales par la Chine des ventes d’ivoire, entrée en vigueur en 2017, Hong Kong a à son tour tourné le dos au commerce de l’ivoire. Les députés hongkongais ont voté mercredi dernier en faveur de l’interdiction progressive des ventes de cet or blanc. Une décision bien accueillie par les défenseurs de l’environnement qui déploraient le rôle que jouait cette région de la Chine considérée comme une plaque tournante de la contrebande de l’ivoire, responsable de la décimation des populations d’éléphants d’Afrique.

C’est à une large majorité que se sont exprimés les députés de cette ancienne colonie Britannique revenue en 1997 dans le giron de la Chine, pour cette interdiction qui entrera en vigueur en 2021.

Hong-Kong a toujours été au cœur des ténèbres pour ce qui est du commerce d’ivoire avec 6700 tonnes de stocks lorsque le commerce international avait été interdit en 1989. Cette mesure visant à interdire le trafic d’ivoire sur son sol pourrait dissiper l’animosité que nourrissent beaucoup d’organisations de défenses des animaux, contre Hong Kong.

Pour beaucoup des défenseurs de l’environnement, fermer ce marché massif va fournir une possibilité de survie aux éléphants.

«  Aujourd’hui est un grand jour pour les éléphants », a déclaré Alex Hoffard du groupe WildAid Hong Kong.

En juillet, les autorités hongkongaises avaient annoncé la plus importante saisie d’ivoire en trois décennies, après la découverte de plus de sept tonnes d’ivoire d’une valeur estimée à plus de sept millions d’euros.

Durant les mois précédant le vote, les députés ont entendu des récits de meurtres et de souffrances, de gardiens de parcs africains tués par balles ou noyés en tentant de protéger les animaux.

L’ivoire africain est très recherché en Chine. Sa vente a pu atteindre 1.100 euros le kilo. L’ivoire est considéré comme un symbole de statut social élevé. La forte demande du pays a alimenté le massacre de dizaines de milliers de pachydermes africains par an.

A en croire l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), la population des éléphants d’Afrique a enregistré ces dix dernières années sa plus importante baisse depuis un quart de siècle. Le compte ne dénombre à ce jour que 415.000 têtes, soit 111.000 moins que lors de la dernière décennie, s’alarme l’UICN.

Thierry-Paul KALONJI

Conservation : Les marchés domestiques de l’ivoire disparaissent de plus en plus en Afrique centrale

Une étude complète sur le commerce illégal d’ivoire dans cinq pays d’Afrique centrale vient d’être publiée, après près de 20 ans d’enquêtes sur terrain.
Réalisé par TRAFFIC, ce rapport dont Environews RDC s’est procuré une copie, présente les résultats des investigations sur les marchés d’ivoire dans les principales villes de cinq pays d’Afrique centrale ( Cameroun, République démocratique du Congo, Congo, République centrafricaine et le Gabon), en 2007, 2009 et 2014 et 2015.

D’après les résultats de cette enquête, l’Afrique centrale a été au cours de ces dernières années l’une des principales sources d’approvisionnement illégal en ivoire du commerce national d’ivoire non réglementé dans les pays de la sous-région, dans toute l’Afrique de l’Ouest et dans les destinations étrangères, en particulier en Asie.

La grande révélation de ce rapport est qu’en Afrique centrale, les marchés domestiques ouverts d’ivoire disparaissent principalement en raison des efforts d’application de la loi et de la concurrence avec les réseaux criminels souterrains. A leur place, un commerce international sophistiqué s’installe, favorisé par un haut niveau de corruption et une faible gouvernance.

Si la législation actuelle interdit le commerce domestique de l’ivoire dans tous les pays d’Afrique centrale, à l’exception du Cameroun, le rapport souligne cependant que l’interprétation de la loi dans chaque pays est vague et ambiguë, non seulement de la part des autorités chargées de l’application de la loi, mais aussi de nombreux autres acteurs. La corruption reste donc un véritable frein au respect de l’interdiction de ce commerce.

Tout au long de ces investigations, les recherches de terrain ont montré que les marchés ouverts à la vente illégale d’ivoire en Afrique centrale disparaissent ou deviennent souterrains, souvent face à la pression croissante des autorités qui mènent des opérations fréquentes d’application de la loi.

Les enquêteurs de TRAFFIC ont enregistré moins de 1 kg de produits en ivoire exposés publiquement en 2014/2015 en RDC, au Congo, au Gabon et Cameroun, contre environ 400 kg en 2007 et plus de 900 kg en 1999 parmi les quatre pays.

Le marché de l’ivoire à Kinshasa, en RDC reste la seule exception, avec plus de 400 kg de produits en ivoire enregistrés en 2015. Cependant le pays s’est récemment engagé à renforcer l’application de la loi contre le marché illégal de l’ivoire à Kinshasa, une étape importante soutenue par TRAFFIC et WWF.

Des actions doivent donc être prises sur l’ensemble de la chaine commerciale, dans les pays sources d’Afrique centrale (lutte contre le braconnage, les marchés noirs et la corruption, renforcement de la gouvernance..), aux niveaux régional et international pour lutter contre les organisations criminelles liées à la faune sauvage, et dans les pays consommateurs en Asie pour réduire la demande. Recommande cette étude.
Thierry-Paul KALONJI