Archives par mot-clé : Janvier Barahiga

Bukavu : La mairie projette lancer la campagne USAMA pour assainir la ville

Meschack Bilubi Ulengabo, maire de la ville de Bukavu projette lancer dans les prochains jours dans la ville de Bukavu, la campagne USAMA (Usalama na Maendeleo) en vue d’assurer la salibrité du chef-lieu de la Province du Sud Kivu.

Une poubelle publique dans la rue de Bukavu (Photo, Janvier Barahiga)

Cette révélation a été faite aux membres de la société civile environnementale du Sud-Kivu, ce mercredi 28 mars, lors des échanges sur la correction du nouveau plan d’assainissement de la ville élaboré par l’hôtel de ville de Bukavu.

«  La société civile environnementale vient de me proposer de très belles idées pouvant m’aider à corriger le plan urbain d’assainissement. Ces idées seront intégrées dans le plan officiel d’assainissement de la ville qui sera proposé aux acteurs œuvrant dans ce secteur, ici dans la ville et ses environs pour redorer l’images urbain de notre ville», a déclaré le maire de la ville.  Continuer la lecture de Bukavu : La mairie projette lancer la campagne USAMA pour assainir la ville

Salubrité : La non évacuation des déchets inquiète les habitants de Bukavu

Se désengager momentanément de la gestion des déchets publics, serait-ce la meilleure stratégie pour la mairie de Bukavu, lorsque l’on sait à quel point cela pourrait avoir de conséquences incalculables sur la santé publique ? Après plusieurs campagnes de sensibilisation des habitants de la ville de Bukavu, sur l’usage rationnel de petites poubelles installées les longs de grandes artères, la Mairie aurait décidé d’en découdre autrement avec les récalcitrants.


Depuis près de deux semaines, les services de salubrité de la ville, ont cessé d’évacuer toutes les poubelles. « On ne comprend pas le comportement des habitants de Bukavu. Ils ont été suffisamment sur l’usage et rôle de ces petits dépotoirs. Malheureusement, ils y mettent tous leurs déchets ménagers, au lieu de les remettre aux camions d’évacuations, qui passent régulièrement devant leurs parcelles », a informé le Coordonnateur de la Cellule de communication de la mairie de Bukavu, Freddy Byamoyi.

Si, la ville l’emporte sur l’incivisme de sa population cependant, Freddy Byamoyi affirme tout de même que cette situation est également justifiée par le manque de carburant, pour faire fonctionner le charroi automobile affecté à ce service. Avec l’absence du Maire de la ville, qui séjourne actuellement à Kinshasa, ce problème serait loin de trouver une solution. Car, affirme une source ayant requis l’anonymat, c’est seulement le Maire qui a la signature pour engager un quelconque décaissement pour ravitailler les véhicules d’évacuation.

Une excuse qui ne trouve pas l’assentiment de la population. « Notre vie est exposée ! », s’exclame un habitant de Bukavu. « Aujourd’hui, nous assistons à la résurgence du choléra, une maladie souvent provoquée par la saleté. Malheureusement le Maire de la ville fait sourde oreille. On ne sait quoi faire et pourtant nous payons la taxe d’assainissement à la Mairie », renchérit-il.
« Il faut que le Maire ordonne vite l’évacuation de ces déchets, car ils dégagent des odeurs nauséabondes. Cela empêche les clients de fréquenter nos magasins », informe une commerçante.

En attendant, la population de Bukavu devrait encore prendre son mal en patience, jusqu’à l’arrivée du Maire.
Janvieer  Barahiga

Bukavu : Des filets prohibés saisis et remis aux autorités pour incinération

Cent quatre-vingt-sept filets à petites mailles ont étés saisis des mains de pécheurs, par la 331ème base navale du Sud-Kivu. Ces filets à mailles, prohibés dans la pêche sur le lac Kivu, ont été remis ce lundi 25 septembre 2017, au coordonnateur provincial de l’environnement pour incinération.


Lors d’une cérémonie organisée à ce sujet dans les installations de la Société nationale de chemin de fer (SNCC) à Bukavu, le Colonel Egide Ngoy, commandant de la force naval du nord et Sud-Kivu a souligné que ces filets prohibés ont été récupérés auprès des pécheurs à Kalehe, Birava, Monvu, et Ishungu. « Ces pécheurs s’en servaient au détriment des espèces du lac Kivu. Souvent quand on les traque, ils trouvent refuge au Rwanda, et pourtant, leurs collègues du Rwanda, respectent de leur côté, toutes les normes de sauvegarde du lac Kivu », a-t-il déclaré.

Le conseiller du ministre provincial de l’environnement, Laurent Kajibwami, a invité l’administration publique et les forces de l’ordre à l’application de la loi et au strict respect de normes régissant la pêche sur le lac Kivu. Il a par ailleurs demandé aux services habilités d’établir des statistiques avant toute incinération de ces filets, qui, selon Jean de Dieu Olumwene, Tchalumba, Coordonnateur provincial de l’environnement, seront incinérés dans les prochains jours.
Janvier Barahiga

Sud-Kivu: Des morts et des dégâts matériels enregistrés après la pluie à Bukavu

La pluie diluvienne qui s’est abattue sur la ville de Bukavu et ses environs, dans la soirée du mardi 19 septembre, a laissé de stigmates perceptibles sur son passage. Si, officiellement aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée, des sources concordantes évoquent la mort de 2 personnes à Nyawera, et des dégâts matériels considérables. Des câbles électriques coupés, des toitures des maisons emportées et des arbres totalement déterrés, illustrent bien la violence avec laquelle madame la pluie a visité le chef-lieu de la province du Sud-Kivu.


« Deux personnes viennent de trouver la mort à Nyawera, où un panneau publicitaire est tombé sur une maman et une jeune fille. Il fait très noir les habitants cherchent les corps de victimes en soulevant le panneau publicitaire », a renseigné un témoin sur place.

Les corps seraient acheminés quelques minutes après vers l’hôpital provincial de Bukavu. Une information non encore confirmée par des sources médicales et officielles. « Dans le quartier Nyalukemba plusieurs familles passent nuit à la belle étoile et certaines églises ont vu leurs toits emportés par le vent », a précisé David Cikuru, Président de la société civile sous-noyau de Ndendere.

Lire aussi : http://www.environews-rdc.org/2017/09/19/bukavu-une-eventuelle-catastrophe-similaire-a-celle-de-tara-sannonce-a-ibanda/

Au Niveau de Labotte, le vent violent a emporté des toitures de plusieurs maisons allant du Super Marché Labotté (La Maison où loge Kyetan), jusqu’au Rond-point Riviera. A côté du Port et Station IHUSI, un grand panneau publicitaire est tombé sans causer de blessés.

Dans la Commune d’Ibanda, un arbre est tombé sur un kiosque à cause du vent violent qui a précédé la pluie. Un autre arbre symbolique du lieu dénommé chez Mangaza s’est écroulé également et a endommagé la ligne électrique, témoigne un habitant de la commune.

On signale aussi d’énormes dégâts à Muhumba, Muhungu où des fils électriques sont coupés et les glissements de terrain à Panzi, dans le quartier Nkafu, Kadutu et dans beaucoup d’autres coins et recoins de la ville de Bukavu.
Nos sources dans les territoires parlent de plusieurs champs dévastés également à walungu, Kabare et Kalehe. Plus de détails dans les heures à venir.

 

Depuis Bukavu, Janvier Barahiga

Bukavu: Une éventuelle catastrophe similaire à celle de Tara s’annonce à Ibanda

Le Bourgmestre de la commune d’Ibanda dans la ville de Bukavu, Evariste Ntahitunda Manegabe, s’est dit inquiet d’une éventuelle catastrophe naturelle qui pourrait mettre en péril plus de 500 ménages, situés sur  les avenues Muhunga et la Voix du Zaïre, dans cette municipalité.


« Une longue fissure de près 300 mètres entoure plus de 500 maisons retrouvées dans ces périmètres, il y a de cela plus d’une année. Il y’a risque de glissement de terrain dans ce quartier. Surtout avec  cette saison de pluies, souvent  accompagnée de glissements de terrain comme d’ habitude à Bukavu », redoute le bourgmestre, qui décline toute responsabilité.  « J’ai déjà alerté plusieurs fois les autorités provinciales, notamment, le Gouverneur Cishambo, sur cet état de lieu, mais je n’ai reçu que des promesses d’évacuation».

Le bourgmestre a affirmé avoir été lui-même sur le site, pour sensibiliser les habitants du quartier à évacuer ce lieu à haut risque, malheureusement il n’a pas été écouté de la bonne oreille.

Pour l’autorité municipal, les quartiers se trouvant en aval des avenues Muhunga et la Voix du Zaïre, présentent énormément de risques du fait qu’ils se trouvent dans le bas-fond. En cas du désastre, le Complexe scolaire la Sapinière, une école très fréquentée   située au pied de la colline pourrait totalement disparaître. Car les ménages pointés du doigt en amont pourraient y finir leur course.

« Nous n’avons pas les moyens financiers nécessaires pour évacuer le lieu », s’exclame Amos Bisimwa, l’un des habitants de ce quartier.

Ces habitants réclament régulièrement au gouvernement provincial de l’espace habitable où ils doivent aller vivre et cela sans réponse. Abandonnés à leur triste sort, ces habitants redoutent même du rôle du Bureau de la protection civile installé au Sud- Kivu, depuis 2013, par le gouvernement provincial.

Le Bourgmestre de la Commune d’Ibanda, a au cours de cet entretien, rappelé la catastrophe survenue en 2013, laquelle avait provoqué l’effondrement d’une maison avec 7 membres de la même famille. Il a tout de même averti les habitants de Kaza roho, vers la route Panzi et ceux qui construisent en amont de la route dite d’Uvira, de faire attention à la pente accidentellement inclinée.

 

Janvier Barahiga

Correspondant à Bukavu