Archives par mot-clé : Journée mondiale de l’eau

Eau : RDC, une éventuelle catastrophe naturelle s’annonce

D’ici 2050, la RDC fera face à une nouvelle catastrophe naturelle plus redoutable que les changements climatiques. C’est la salinisation des eaux douces. Dans une interview accordée à Environews en marge de la journée mondiale de l’eau, Albert Kabasele Yengayenga a révélé que la RDC qui renferme 10% des eaux douces du monde, ne sera pas épargné de la salanisation de ses eaux.

Une vue de la ville de Kinshasa, prise depuis Brazzaville (Photo, Alfred Ntumba/Environews)

Près de 2,6% des eaux douces planétaires sont en danger par ce que leur salinité dépasse 5 gramme pour mille dans 1 litre d’eau. Ce phénomène irréversible mettrait en danger l’écosystème planétaire en général et celui de la RDC en particulier. Continuer la lecture de Eau : RDC, une éventuelle catastrophe naturelle s’annonce

Journée mondiale de l’eau : « avec l’eau, il est possible de créer les emplois »

Les ressources en eaux de la République démocratique du Congo sont un facteur important de développement. Le fleuve Congo qui arrose près de 98% du territoire national est un atout nécessaire pour le développement de ce grand pays au cœur de l’Afrique. Cependant, cette ressource stratégique reste jusqu’à ce jour presque quasi inexploitée. 

Cette question a fait l’objet de la sensibilisation, ce vendredi 24 mars à Kinshasa, des étudiants de l’Institut Supérieur des sciences de la santé de la Croix-Rouge (ISSS), en vue d’attirer leur attention sur l’importance et les enjeux de l’eau. « Grâce à l’eau, il est possible de créer l’emploi. Notre pays dispose des cours d’eau et lacs qui peuvent servir de voies de navigation pour créer des emplois et booster notre économie. Les différents cours d’eau de la RDC présentent également un potentiel énergétique non négligeable. Rien qu’avec l’eau, la RDC peut facilement se développer », a déclaré le Directeur général de l’ISSS, M. Nswele.

Pour le Directeur Général, le gouvernement de la RDC doit mettre un accent particulier sur le transport fluvial et lacustre qui offre des opportunités de désenclavement des villes, cités, et villages. Une bonne politique dans ce secteur pourrait favoriser l’essor du commerce et encourager les paysans à multiplier leurs productions.

Organisée par la section Assainissement et Environnement de l’ISSI, cette journée de sensibilisation a permis aux participants de mieux appréhender les enjeux de l’eau, son importance et les risques liés à sa mauvaise gestion. « Cette conférence-débat nous a permis de comprendre que l’eau présente de potentialités économiques, notamment la création d’emplois. A partir de l’eau il est possible de remonter l’économie de notre pays. D’où l’importance de mieux gérer cette ressource épuisable », a déclaré Jean Mukendi Nshimba, participant à cette activité.

Dans un monde en nette progression, le plus grand défi est surtout celui d’offrir de l’eau salubre à plus de 7 milliards de personnes sur la terre. En effet, l’eau, cette denrée très prisée par les vivants, se fait de plus en plus rare sur la planète au point de devenir l’objet des guerres dans certains coins du monde et particulièrement dans la partie Est du continent africain.

Les stagiaires

Aminata BIMPE
Berphie Banga

Kinshasa : La CICOS célèbre la Journée mondiale de l’eau

La commission internationale du Bassin Congo-Oubangi-Sangha (CICOS) a donné le coup d’envoi des ses   activités prévues pour célébrer la Journée mondiale de l’eau. Ces activités démarrées ce lundi 20 mars à Kinshasa par l’organisation d’une journée portes ouvertes, se veulent un moyen de sensibiliser la population, les décideurs, et autres acteurs impliqués dans la question de l’eau, sur l’importance d’une gestion intégrée de cette ressource.

Enaw Judith, Secrétaire générale de la CICOS en visite de stands lors de la journée pour tes ouvertes à Kinshasa (Photo Environews)

 » Nous profitons de cette occasion pour sensibiliser les populations pour mieux géré des eaux usées. Il ne faut surtout pas ignorer qu’il y a déjà les impacts que nous ressentons, générée par la mauvaise gestion des eaux usées, conséquences pollution et perte des espèces aquatiques, mais aussi cela nous aidera a avoir une bonne qualité d’eau et de bien garder nos ressources « , a déclaré la Secrétaire générale de la CICOS, Enaw Judith.

Pour cette institution sous-régionale,   » le thème choisi pour cette édition :  » eaux usées, une ressource inexploitée« , revêt tout son sens étant donnée que la question de la gestion des eaux usées se pose avec acuité dans toutes les grandes villes de la République démocratique du Congo.

Il est révélé que pour mieux gérer cette ressource,  il faut en avoir une parfaite maîtrise et connaissance a estimé l’Assistante Technique de l’Office de l’eau, Alline Hubert.   » Les ressources en eau dans le Bassin du Congo sont tellement abondantes que le Tchad, le Niger, le Nil. C’est cette situation d’apparence abondante qui fait que les politiques ne soient pas peut être intéressés du problème de ressource en eau. Et pourtant cette ressource vitale est menacée par le changement climatique dont l’impact n’est plus à démontrer dans le Bassin du Congo. Il est nécessaire pour la bonne gestion de l’eau, qu’il y ait une gestion intégrée conjointe entre les différents État du CICOS « ,  a-t-elle conseillé.

Après cette première journée de sensibilisation de la population, une marche de santé qui partira de la gare​VB centrale et une conférence débat sur l’eau sont aussi au menu de cette organisation.

Notons par ailleurs que la Journée mondiale de l’eau est célébrée le 22mars de chaque année. En RDC, l’accès à l’eau potable reste jusqu’à ce jour un sérieux problème.  Une gestion intégrée des ressources en eau pourrait aider à résoudre  à cet épineux problème, pensent les experts.

Jennifer LABARRE