Archives par mot-clé : Kinshasa

Salubrité : Une matinée de sensibilisation à l’intention des députés, ministres provinciaux, et autorités municipales de Kinshasa

La commission Aménagement du territoire, Environnement et Développement durable de l’Assemblée Provinciale de Kinshasa en collaboration avec le Réseau des acteurs de Wash en RDC, a organisé une matinée citoyenne à l’intention des députés provinciaux de Kinshasa, du gouvernement provincial, des autorités municipales et tous les partenaires au développement, ce vendredi 09 août, à Kinshasa.

Placée sous le thème gestion participative des déchets ménagères dans la ville de Kinshasa, cette matinée avait pour objectif de favoriser la participation des toutes les parties prenantes dans la recherches des solutions à la gestion durable des déchets ménagers dans la ville de Kinshasa.

« Il s’agit de mettre en place un cadre de concertation permanente avec comme résultats attendus, les actions urgentes à mener contre les décharges sauvages identifiées dans la ville de Kinshasa », a indiqué Steve Matenda, coordonnateur national du réseau WASH. Continuer la lecture de Salubrité : Une matinée de sensibilisation à l’intention des députés, ministres provinciaux, et autorités municipales de Kinshasa

Biodiversité : AWF renforce les capacités des parti-prenantes impliquées dans la gestion des crimes fauniques

L’amélioration des poursuites judiciaires des infractions sur la faune sauvage en RDC a été inscrite à l’ordre du jour de l’atelier de renforcement des capacités des acteurs étatiques et non étatiques impliqués dans l’application de la loi dans le secteur de l’environnement. Le coup d’envoi de ces assises de 3 jours a été donné à Kinshasa, ce mardi 23 juillet 2019.   

Organisé par l’AWF (African Wildlife Fundation) en partenariat avec le JURISTRALE (Juriste pour l’Application et le Renforcement de la Loi sur le secteur de l’Environnement), et l’ICCN (Institut Congolais pour la conservation de la nature), cet atelier vise à rassembler les parties prenantes pour entamer des discussions sur leurs rôles et leurs contributions dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages, les lacunes dans la législation  en matière d’application de la loi relative à ces espèces et les lacunes dans les enquêtes et les poursuites. Continuer la lecture de Biodiversité : AWF renforce les capacités des parti-prenantes impliquées dans la gestion des crimes fauniques

Energie : l’ACERD estime à plus 900 millions de dollars l’an, le potentiel du marché des systèmes solaires

L’Association Congolaise pour les Energies Renouvelables et Décentralisées (ACERD), un nouveau né dans le domaine des énergies renouvelables déploie ses ailes sur le sol congolais. Elle a but d’apporter des résolutions idoines aux problèmes du climat, et promouvoir le secteur des énergies renouvelables qui, certes, reste encore timidement implanté en RDC.

Bien que ce secteur ne soit pas l’un de plus implantés en RDC, cependant il représente un potentiel estimé à près de 900 millions de dollars par année. Ceci, en dépit des contraintes d’ordre institutionnel et réglementaire.

« La contradiction parfois rencontrée dans les textes de lois, la dureté de la fiscalité ainsi que le manque de la vulgarisation massive sur les techniques et moyens qui peuvent être mis à la disposition des populations de la RDC sont des contraintes auxquelles nous sommes confrontés. C’est pourquoi  cette association veut impliquer le gouvernement de la RDC et certains partenaires financiers à cette lutte afin de conjuguer ensemble  les efforts, car dit-on  l’union fait la force », a rapporté la directrice des relations publiques d’ACERD, Catherine Mukobo. « Nous souhaitons également que des nationaux congolais et de la diaspora soutiennent nos actions en nous accompagnant massivement au travers de nos campagnes, mais aussi en consommant les produits mis à leur disposition pour le bien-être de la planète », a-t-elle poursuivi.

La production des énergies renouvelables dans le monde est l’un des secteurs économiques florissants. Pour l’ACERD, il n’est pas normal qu’un pays comme la RDC qui dispose des atouts nécessaires pour développer ce secteur se retrouve au bas de l’échelle. Cette association attend mener une démarche visant non seulement à éclairer la RDC mais aussi à renflouer les caisses de l’Etat.

Présenter les opportunités

Soucieuse de voir décoller le secteur des énergies renouvelles en RDC, ACERD organisera du 02 au 03 juillet prochain, un forum sur « Les opportunités d’investissement dans les énergies renouvelables en RDC, sous le thème : « Accéder au marché d’un milliard de dollars ».

Ce forum organisé en partenariat avec le programme ÉLAN RDC financé par le gouvernement britannique, vise à stimuler les investissements dans les énergies renouvelables et améliorer l’accès pour les congolais à ce secteur.

Au cours de ces assises, une analyse approfondie du secteur sera faite à travers les tables rondes qui porteront sur les opportunités et perspectives de développement dans les énergies renouvelables, le climat des affaires aux énergies renouvelables, l’investissement dans le secteur des énergies renouvelables et  le crédit à la consommation pour les énergies renouvelables.

Faire autrement

Créée en 2018, l’association entrevoit, à travers son programme, le développement économique et social de la RDC. Pour marquer une touche particulière à l’égard de ses concurrents, l’ACERD garantit à ses prochains adhérents, la  défense de leurs intérêts et la multiplication de leur fonds en s’appuyant sur le potentiel de son personnel expérimenté en la matière, et en faisant valoir auprès des acheteurs et vendeurs détaillants, la qualité de leurs produits et services qui grâce à la rigueur, répondront aux normes de qualité standard.

« L’ACERD est ouverte à tous. Nous avons besoin du concours de tout un chacun pour implanter notre vision et travailler pour le bénéfice des populations de la RDC. Toute structure qui œuvre dans l’industrie ou dans tout autre domaine susceptible de rejoindre nos efforts est la bienvenue. Vous trouverez sur notre site www.acerd.org, le formulaire d’adhésion qui vous permettrait de prendre un premier contact avec l’ACERD », a lancé Catherine Mukobo.

Albert MUANDA

Kinshasa : Didier Tenge Te Litho nommé ministre provincial de l’Environnement

Le gouverneur de la ville province de Kinshasa, Gentiny Ngombila Mbaka a nommé Didier Tenge Te Litho, ministre de l’Environnement Tourisme et Aménagement de la ville. L’arrêté a été rendu public le samedi, 22 juin 2019.

Didier Tenge Te Litho, ministre provincial de l’Environnement, Tourisme et Aménagement de la ville.

Connu pour sa rigueur et son sens élevé de patriotisme, Didier Tenge Te Litho a été bourgmestre de la Commune de Kitambo dans la partie ouest de la capitale congolaise, pendant plusieurs années, sous le règne de André Kimbuta Yango, ancien gouverneur de la Ville.

Il a milité pour faire de cette commune la plus propre de la capitale, par son implication propre et sa rigueur dans la gestion de ses administrés. Né à Kinshasa, ce père de 2 enfants, aura une lourde tache d’apporter sa touche particulière pour redorer l’image ternie Kinshasa. Continuer la lecture de Kinshasa : Didier Tenge Te Litho nommé ministre provincial de l’Environnement

Pollution : ASS TECH SARL transforme les déchets en une source de revenus, pour réduire la pollution

En vue de contribuer à la réduction de la pollution due aux déchets ménagers, sur lensemble de la ville de Kinshasa, lentreprise Assainissement et Technologie (ASS TECH), se lance un défi de transformer ces ordures en une source de revenus et réduire les pollutions auxquelles la population kinoise est très exposée. Cest le message clé lancé par le directeur général de cette entreprise, Jérémie Kilubu, dans une interview exclusive accordée à Environews, en marge de la célébration de la Journée Mondiale de lEnvironnement.

« Nous avons travaillé dans le temps comme une Asbl spécifiquement dans la commune de Ndjili. Aujourdhui. Nous évoluons comme une entreprise avec la possibilité daller plus loin quune simple Asbl et offrir une vaste gamme de services à la ville de Kinshasa et aux particuliers», a indiqué Jérémie Kilubu, Directeur général de cette entreprise.

Grâce à la technologie et à son expertise, ASTEC entend donner une seconde vie aux déchets ménagers, considérés à ce jour, comme « un autre kinois », mais dont la mission est de détruire le vrai kinois. Une activité qui pourra créer des milliers d’emplois pour les kinois. Continuer la lecture de Pollution : ASS TECH SARL transforme les déchets en une source de revenus, pour réduire la pollution

JME 2019 : les grands centres urbains de la RDC sont plus exposés à la pollution

En République démocratique du Congo, les grands centres urbains sont le plus exposés à la pollution sous toutes ses formes. Les villes de Kinshasa et celle de Lubumbashi, respectueusement, capitale administrative et capitale économique du pays connaissent une pollution accrue due au transport et aux ménages a déclaré le ministre congolais adj. Intérim, Franck Mwedi di Malila, dans son adresse à la nation, à l’occasion de la journée mondiale de l’environnement (JME).

Une vue du Boulevard du 30 juin à Kinshasa, (crédit-photo, politico.cd).

« Le choix de ce thème en appelle à la conscience de chacun dans la mesure où la pollution de l’air demeure une préoccupation majeure au regard des conséquences néfastes qu’elle entraine sur la santé et l’environnement », a-t-il précisé. « La pollution de l’air consiste en l’introduction directe ou indirecte, par l’activité humaine, de substances, de vibrations, de chaleur ou de bruit dans l’air, susceptibles de porter atteinte à la santé ou à la qualité de l’environnement ». Continuer la lecture de JME 2019 : les grands centres urbains de la RDC sont plus exposés à la pollution

Conservation : Des conservateurs de la zone ACP dotés des capacités sur l’utilisation de l’outil IMET

C’est sur une note satisfaisante qu’a pris fin l’atelier de formation des coaches de l’observatoire des aires protégées de l’Afrique centrale et de l’ouest. Ouverts le 20 mai dernier à Kinshasa, ces travaux organisés  par le programme pour la biodiversité et la gestion des aires protégées (BIOPAMA), en collaboration avec l’Institut congolais pour  la Conservation de la Nature (ICCN) avaient pour but de recycler des coaches formés en 2015, et initier les nouveaux, en vue de renforcer leurs compétences dans la gestion efficace des aires protégées, particulièrement en recourant à l’Outil IMET.  Après deux semaines de formation,  les organisateurs et les participants sont tous  unanimes sur les avancées  enregistrées grâce à ces assises de Kinshasa.

« Les résultats sont très satisfaisants à l’issue de cet atelier car non seulement les participants étaient très engagés à suivre cette formation mais l’interaction qui l’a caractérisé  était formidable. Les coaches étaient vraiment  disposer à apprendre, qu’il s’agisse des concepts ou de la maîtrise globale de l’outil, et sont actuellement capables de conduire des exercices IMET » s’est félicité Serges-Roberteau Tchofffo, chargé technique régional  de BIOPAMA en Afrique centrale et de l”ouest.

Une fois de  retour dans leurs pays, ces conservateurs devront organiser au niveau de leurs institutions  d’appartenance,  des ateliers de restitution de cette formation de manière à ce que ceux qui n’étaient pas  à Kinshasa puissent aussi bénéficier des enseignements qui ont été dispensés pendant ces  deux semaines de formation. Faire large diffusion de ces connaissances se veut un moyen efficace pour aiguiser  les capacités des conservateurs afin de bien s’appliquer dans la gestion des aires protégées. Continuer la lecture de Conservation : Des conservateurs de la zone ACP dotés des capacités sur l’utilisation de l’outil IMET

Energies : RDC, une filière durable du bois énergie doit passer par le développement et la promotion des alternatives

« Je fais ce travail depuis plus de vingt ans. Grâce à ça, je paie les frais de mes quatre enfants  dont deux à l’université et deux autres à l’école primaire.  J’avoue que ce travail est  pénible car je remonte la rivière pour atteindre des villages situés à plusieurs kilomètres de Kisangani pour chercher la marchandise. Et cela, à mon propre risque et péril », a raconté Milade Lomoyo, vendeur au marché Litoyi.

Il est onze heures lorsque nous arrivons au marché Litoyi à Kisangani. Situé au bord de la rivière Tshopo , ce marché est  célèbre pour son commerce de charbon de bois et bois de chauffe.  Ici, nous croisons des tricycles,  des pousse- pousse  et véhicules remplis  de charbon quittant ce lieu. Existant depuis plus de  50 ans, ce marché fournit  des boulangeries, des  briqueteries, des restaurants des ménages, voire  la compagnie Sotexki.  

Milade Lomoyo posant devant sa marchandise au marché Lltoyi ( Photo Thierry)

Comme  Milade Lomoyo,  plus de 23 000   personnes sont  impliquées dans cette filière ici à Kisangani, révèle un rapport du Centre de recherche forestière internationale (CIFOR) publié en 2011.

En effet, le faible taux d’accès à l’électricité à Kisangani comme partout en République démocratique du Congo impose un recours massif au bois énergies pour satisfaire le besoin de cuisson.

Cependant, l’inefficacité avec laquelle est utilisée cette biomasse engendre une consommation excessive de cette ressource,  utilisée par plus de 90% de la population congolaise. Etant donné que ce besoin en bois énergies continue  de croître  en raison de la pression démographique, et que les forêts quant à elles se font de plus en plus rare, il est important de mettre en place de méthodes de productions et consommation de charbon plus durable, pour faire en sorte que les forêts continuent à répondre aux besoins de population, de la biodiversité et du climat.

Un tour à Yangambi

Arrivés dans ce village célèbre pour sa réserve  de biosphère d’une part et pour avoir abrité une des  plus prestigieuses facultés des sciences  agronomique de la  RDC d’autre part,  C’est  une  forte odeur   familière qui nous accueille. Peu après, nous la reconnaissons . Il s’agit de l’odeur du  caoutchouc. Après l’accostage de notre bateau, nous découvrons des sacs de caoutchouc   récemment extrait d’hévéas.   Curieux, nous nous approchons pour  palper du doigt cette substance que nous découvrons pour la première fois à l’état naturel.   Continuer la lecture de Energies : RDC, une filière durable du bois énergie doit passer par le développement et la promotion des alternatives

Biodiversité : L’Union européenne a investi 175 millions d’euros dans la conservation en RDC

Le 09 mai de chaque année, l’Union européenne célèbre la journée de l’Europe. À Kinshasa, le thème retenu par la Délégation de l’UE en RDC est : « La biodiversité et la forêt congolaise ».  Une façon pour la délégation de mettre en valeur son engagement pour les forêts congolaises et l’immense biodiversité qu’elle regorge.

Au cours de cette célébration, le chargé des affaires a.i. de l’Union européenne, Guillaume Chartrain a révélé que son institution a déjà investi 175 millions d’euros dans la conservation de la biodiversité et de forêts congolaises.

« Nous avons été actifs aux cotés des écogardes dans la lutte contre le braconnage et le déboisement. Nous avons soutenu les aires protégées sur prêts de 130.000 km2 », a-t-il indiqué. Continuer la lecture de Biodiversité : L’Union européenne a investi 175 millions d’euros dans la conservation en RDC

Environnement : Clôture du forum des femmes écologistes et innovatrices

Le forum des femmes écologistes et innovatrices a fermé ses portes, ce vendredi 30 mars 2019. Organisé par l’Ong PRONATE (Protection de la Nature et de l’Environnement), en marge du mois de la femme, cette rencontre a réuni plus de 70 femmes pour penser équitablement, bâtir intelligemment, et innover pour le changement.

Pour les organisateurs, ce forum avait comme objectif principal, conscientiser les participants sur la responsabilité de la femme dans la lutte contre le réchauffement climatique et promouvoir les savoirs et valeurs des femmes locales et autochtones.

« Ce forum est tenu pour créer une synergie et booster les femmes à innover pour qu’elles soient autonomes. Nous avons des femmes qui œuvrent déjà mais nous voudrions aussi que les étudiantes et les femmes ménagères y prennent part », a précisé Priscilla Lusakueno, présidente de l’ong PRONATE. Continuer la lecture de Environnement : Clôture du forum des femmes écologistes et innovatrices