Archives par mot-clé : Kinshasa

Salubrité : Kinshasa Bopeto, les kinois résistent au mot d’ordre de Ngobila

La journée du samedi 30 novembre a été déclaré journée Kinshasa Bopeto sur l’ensemble de la ville de Kinshasa par le gouverneur de la ville, Gentiny Ngobila Mbaka. Selon le communiqué publié par l’Hôtel de Ville de Kinshasa, chaque kinois devrait procéder au travail d’intérêt commun afin d’assainir les places publiques et les devantures de parcelles. Malheureusement pour cette nouvel appel, les kinois n’ont pas montre leur empressement à adhérer à l’idée.

C’est une véritable résistance des kinois qui, lors de la première journée Kinshasa Bopeto lancée avec pompe, se sont vu trahis par des promesses non accomplies par l’autorité urbaine.

« Qu’ont-ils fait des déchets que nous avons collectés lors de la première journée ? Regardez, ils sont là. Et aujourd’hui, nous demander de faire encore le même travail, c’est de la perte du temps », s’indigne Armand Kembo, jeune du quartier Salongo à Limete. Continuer la lecture de Salubrité : Kinshasa Bopeto, les kinois résistent au mot d’ordre de Ngobila

Inondations : Et si l’on prévenait le pire à Kinshasa, que de venir en aide?

Kinshasa, Capitale de la République démocratique du Congo fait parler d’elle ce dernier temps, surtout à cause de son urbanisation et de la gestion des déchets pointés du doigt comme principale cause des inondations mortelles qui endeuillent les kinois, avec un lourd bilan de plus de 40 morts enregistrés ce mercredi 26 novembre 2019. Cette ville a été conçue pour abriter 400 mille personnes, dans les années soixante. Aujourd’hui, la capitale congolaise est habitée par près de 15 millions d’âmes, mais les infrastructures n’ont pas suivi non plus.

Une vue de la ville de Kinshasa, prise depuis Brazzaville (Photo, Alfred Ntumba/Environews)

Le peu d’infrastructures laissées par le colonisateur sont totalement vétustes. Des communes et quartiers entiers sont sortis de terre, par la volonté des autorités qui ont distribué ou vendu des lopins de terres à ce qui en voulaient. Parfois, même sans tenir compte de conséquences qui pouvaient advenir.

A Kinshasa, plusieurs avenues manquent des caniveaux, et des quartiers entiers manquent de collecteurs.

Les nouveaux riches et le boom immobilier

Kinshasa reste caractérisée par les excès. Des excès tintés de démagogie qui définit ceux qui occupent de postes dans l’arène politique. Aussitôt nommé ministre, général ou encore mandataire, le premier reflexe du nouveau riche est de se tailler la part du lion quel qu’en soit les conséquences. A tout prix, il faut avoir une parcelle, même à des endroits strictement interdits de construction.

C’est à Kinshasa où l’on peut trouver un général couper en deux une avenue pour construire sa maison. Plusieurs avenues de Limete sont victimes de cette pratique qui jusque là n’a jamais été condamnée à quelque niveau que ce soit. Continuer la lecture de Inondations : Et si l’on prévenait le pire à Kinshasa, que de venir en aide?

Kinshasa : La colère de la pluie fait un bilan provisoire de 40 morts

La pluie torrentielle qui s’est abattue sur la ville de Kinshasa la nuit du 25 au 26 laisse derrière elle des dégâts importants et d’énormes pertes en vies humaines. Presque le deux quart de la capitale congolaise est frappé par des inondations. Le bilan provisoire est très lourd, soit environ 40 morts. Une situation qui fait suite aux facteurs surtout liés à la mauvaise urbanisation et le manque d’une vraie politique de prévention.

La route de l’université, la principale artère qui mène vers l’Université de Kinshasa est coupée en deux parties à hauteur de Livulu. L’érosion a sur son passage emporté des maisons et autres lotis.

Si à ce stade le bilan en perte humaine fait état de 40 morts sur la ville,  (17 morts enregistré dans la Commune de Mont Ngafula, 15 à Lemba, 2 à Makala et 1 Limete, selon la Radio Top Congo), la situation risque de s’empirer au regard du niveau de débordement des eaux dans plusieurs quartiers de la capitale.

Faiblesse institutionnelle

Inondations au quartier Funa à Limete.

La ville de Kinshasa est l’une de plus anarchiques que connaît la République démocratique du Congo. Cette mégalopole de plus de 15 millions d’âmes ne dispose presque pas d’un plan d’aménagement bien structuré. A Kinshasa, tout le monde construit où il veut et comme il veut, cela sous le regard impuissant des autorités. Continuer la lecture de Kinshasa : La colère de la pluie fait un bilan provisoire de 40 morts

Conservation : La diminution des éléphants a freiné dans certaines aires protèges de la RDC

Depuis maintenant deux ans, la diminution des populations des éléphants dans certaines airées protégées de la République démocratique du Congo a freiné. Dans les parcs nationaux de la Garamba, Virunga et Salonga, qui jadis étaient considérés comme le bastion des braconniers, le massacre des éléphants connaît une diminution grâce aux efforts des différents bailleurs de fonds qui interviennent techniquement et financièrement dans ces parcs.

Les elphants dans le Parc national de la Garamba en RDC.

Bien que la situation semble s’améliorer, les menaces restent tout de même permanentes, comme le souligne l’alerte lancée récemment par le Fonds mondial pour l’environnement (WWF).

« La situation est très préoccupante pas seulement pour l’éléphant. Nombreux animaux sauvages sont gravement menacés par le braconnage généralisé », a déclaré Arnauld Jacques de Dixmude, chef de section Environnement et Agriculture à la Délégation de l’UE à Kinshasa. « Je veux croire que dans 2O ans l’espèce n’aura pas complètement disparu, dans les meilleurs de cas, elle subsistera dans quelques sanctuaires jalousement protégés, si la tendance actuelle n’est pas renversée ».

La question de la conservation de la biodiversité reste un enjeu crucial pour l’’Union européenne.  A travers le Fonds européen de Développement, cette institution intervient financièrement en Afrique Centrale et plus particulièrement en République démocratique du Congo. Continuer la lecture de Conservation : La diminution des éléphants a freiné dans certaines aires protèges de la RDC

Salubrité : Eric Ndilu, « le projet Kinshasa Bopeto devrait commencer par quantifier les déchets »

Depuis le lancement de Kinshasa Bopeto, programme d’actions du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, plusieurs scientifiques ne cessent d’émettre leurs idées sur ce que devrai être réellement ce programme qui selon son concepteur, se veut une philosophie et un mode de vie des kinois. Se livrant à cœur ouvert au icro d’ENVIRONEWS TV, Eric Ndilu Kimasala, spécialiste en génie de l’assainissement invite l’autorité urbaine à reconfigurer sa vision tout en y intégrant une bonne dose de la réalité de terrain.

Eric Ndilu, expert en génie de l’assainissement.

Ce scientifique sans jeter tout en bloque, pense quant à lui que dans un cadre scientifique de la question d’assainissement de la ville de Kinshasa, le programme Kinshasa Bopeto qui vise à passer inéluctablement par un réel changement de mentalité doit prendre en compte la quantification rigoureuse et minutieuse des déchets produits chaque jour dans la ville.

« Cette quantification permettra de connaitre en moyenne ce qu’un kinois produit comme déchets dans la ville et à faire des analyses physico-chimiques de ces déchets. Les analyses serviront à orienter les différents déchets récoltés aux filières spécialisées pour leur traitement. Cette démarche va permettre à scinder la quantité des déchets non biodégradables et biodégradables »,a-t-il rapporté. Continuer la lecture de Salubrité : Eric Ndilu, « le projet Kinshasa Bopeto devrait commencer par quantifier les déchets »

Kinshasa : Francis Huseni, « La situation géographique favorise les inondations à Kinshasa »

Les inondations meurtrières qui sévissent à Kinshasa depuis la reprise de la saison de pluie n’ont pas manqué d’attirer l’attention des observateurs. Pour mieux comprendre ce phénomène qui prend de plus en plus des proportions inquiétantes dans la capitale congolaise, Francis Huseni a essayé d’expliquer ces causes, qui pour lui sont à la fois naturelles et anthropiques. Naturelles du fait que la ville de Kinshasa présente un relief essentiellement composé des colline et pleine. Et, anthropiques à cause des constructions anarchiques qui pullulent dans la ville.

Francis Huseni, Président de l’OGEC, lors du tournage de l’émission Invité du Weekend à Kinshasa.

« Quand on observe le relief de la ville de Kinshasa, elle se présente sous forme d’un vase. Dans la périphérie ce sont des communes montagneuse : Kinsenso, Lemba, Ngaliema, mont Ngafula et autres. Et de l’autre coté ce sont des communes (basses) : Bandalungwa, Gombe, Lingwala, Limete Etc. Quand il plait, toutes les eaux de pluie ont tendance à charrier les déchets et le sable vers le fleuve. Au fil du temps, il s’est créé un phénomène de réduction de lits de cours d’eau. Comme le niveau monte, et que les cours d’eau n’ont plus la capacité de gérer les eaux, il se pose ainsi le problème de drainage, et débordement qui provoquent ces inondations », a-t-il révélé.

Le spectacle désolant qu’offre les eaux de pluie sur le boulevard du 30 juin, une artère symbolique dont le nom renvoi à l’indépendance de la RDC, devrait interpeler les décideurs afin d’y apporter rapidement une solution efficace, pense l’invité du Weekend. Continuer la lecture de Kinshasa : Francis Huseni, « La situation géographique favorise les inondations à Kinshasa »

Salubrité : Kinshasa Bopeto, bientôt un numéro vert pour l’évacuation des déchets

Ce sera la première innovation parmi tant d’autres dans le système intégré de gestion des déchets produits à Kinshasa. Il s’agit de la mise en place d’un Call center et d’un numéro vert devant faciliter la communication entre les communes, les quartiers, les rues et la Coordination de Kinshasa Bopeto. Cette information a été rendue publique par le directeur général de la RASKIN (Régie d’Assainissement de Kinshasa), Tim Muding, dans une interview accordée à Environews TV, ce jeudi 24 octobre.

Tim Muding, directeur général de la RASKIN (Régie d’Assainissement de Kinshasa).

« C’est un Call center qui va fonctionner 24h/24. Nous allons commencer à recevoir les appels des communes, des quartiers et de la population. Aujourd’hui les kinois ont compris que la saleté n’est pas bonne, et qu’il faut lutter contre ça. Nous sommes là pour les accompagner », a-t-il indiqué.

Réagissant à notre publication du mercredi 23 octobre 2019, dans laquelle notre rédaction avait fait mention de la déception des kinois quant à l’évacuation des déchets, le DG de la RASKIN a tenu à préciser que depuis le lancement de l’opération Kinshasa Bopeto, tout est mis en marche pour évacuer progressivement tous les déchets entassés ou stockés dans les rues et quartiers de la ville. Continuer la lecture de Salubrité : Kinshasa Bopeto, bientôt un numéro vert pour l’évacuation des déchets

Salubrité : 1ère journée Kinshasa Bopeto, la déception des kinois

Quatre jours après le lancement officiel de l’opération Kinshasa Bopeto, plusieurs quartiers de la ville province de Kinshasa éprouvent des difficultés de voir leurs déchets évacués. C’est avec un air déceptif que certains habitants interrogés à ce sujet ont fustigé la négligence et ou l’impréparation dans l’organisation de cette opération, lancée tambours battants par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, le samedi 19 octobre dernier.

Une décharge sauvage sur la place de la Victoire dans la Commune de Kalamu.

Après la pluie diluvienne qui s’est abattue dans la matinée du mardi 22 octobre à Kinshasa, nos équipes ont sillonné la ville pour constater ce que sont devenus les déchets entassés de suite de cette opération chaire à Gentiny Ngobila. Cette descente s’est conclue par une note de déception généralisée.

« Nous avons voulu contribuer à la vision du gouverneur, voilà pourquoi on a effectué ce travail de balayer nos milieux de vie et nos places publiques. Et cela a été fait comme jamais auparavant parce qu’on nous avait rassuré que ces déchets allaient être évacués tout de suite après. Malheureusement cela n’a pas été le cas», a expliqué Rita Masengu, une habitante de la commune de Kalamu.

Trentaine révolue, Rita Masengu nous confirme que les habitants de son quartier avaient pour la toute première fois, collecté une quantité des déchets pouvant être estimée à plus d’une tonne, en un quart de la journée. Continuer la lecture de Salubrité : 1ère journée Kinshasa Bopeto, la déception des kinois

Urbanisation : Tosi Mpanu Mpanu souhaite que la ville de Kinshasa soit étendue vers Maluku

« On ne peut pas continuer à s’agglutiner dans 23 petites Communes et laisser l’immense Commune de Maluku non exploitée. Lorsqu’on sort de l’aéroport de Kinshasa, il faut qu’on puisse avoir le réflex de tourner à gauche pour aller vers une zone où y a un potentiel énorme, au lieu de simplement vouloir aller à droite où Kinshasa est saturée ». C’est en ce terme que Tosi Mpanu Mpanu, l’invité du Weekend d’ENVIRONEWS TV s’est exprimé sur la question relative au défi de l’urbanisation de la capitale congolaise.

A gauche, Tosi Mpanu Mpanu, négociateur sénior à la CCNUCC lors du tournage de l’émission Invité du Weekend, à Kinshasa.

Kinshasa est une ville qui a d’énormes besoins et de moyens très limités. Tosi souhaite que le gouverneur de la ville fasse une bonne allocation de ces ressources limitées, et sceller de bons partenariats avec des acteurs multilatéraux, et surtout le secteur privé en vue de développer durablement cette ville qui jusque là se concentre sur environ 22% de la superficie globale de la province de Kinshasa.

Pour y arriver, l’expert propose que l’autorité urbaine s’engage dans le B.O.T (Build Operate Transfer), c’est à dire engager un partenariat public privé, telle sorte que les privés construisent des cités, gèrent pendant un temps limité, récupère son investissement en suite ils transfèrent. Continuer la lecture de Urbanisation : Tosi Mpanu Mpanu souhaite que la ville de Kinshasa soit étendue vers Maluku

Assainissement : Plus d’une tonne des déchets collectés au deuxième jour d’essai de Kinshasa Bopeto

Plus d’une tonne des déchets a été collectées par des responsables des Ongs et des jeunes volontaires, au cours d’une marche de santé dénommée « Klin workers » organisée à Kinshasa ce dimanche, 08 septembre par la coordination Kinshasa bopeto.   Présents à cette deuxième phase d’essai du projet Kinshasa Bopeto, ces volontaires repartis sur les deux rives du boulevard ont procédé au ramassage des déchets organiques, des sachets et bouteilles en plastiques partant de la gare centrale jusqu’à la place des évolués. 

« Jusqu’à présent nous nous inscrivons dans l’optique de sensibilisation, mais le côté régalien et des sanctions de l’Etat seront en marche. Au moment venu, ces sanctions seront mises en application. Et C’est en ce moment-là que nous allons marteler sur la taxe pollueur-payeur pour que ces revenus servent pour l’achat des outils indispensables pour ce genre des travaux », a rapporté le coordonnateur Kinshasa bopeto, Germain Mpundu.

A en croire les organisateurs, en tant que citoyen, il est interpelatif pour chacun, d’avoir un œil attentif sur la nature, ce qui s’inscrit dans la logique même des actions de changement de mentalités auxquelles est invité tout habitant de la capitale. Ce comportement est  celui d’éviter de faire des artères de la ville des dépotoirs des immondices. Continuer la lecture de Assainissement : Plus d’une tonne des déchets collectés au deuxième jour d’essai de Kinshasa Bopeto