Archives par mot-clé : mort

Environnement : les changements climatiques emportent les plus vieux baobabs d’Afrique

L’Afrique connait la perte de ses plus vieux baobabs en raison de changement climatique, selon une étude publiée ce lundi 11 juin dans la revue nature plants. Cette étude suppose que 9 des 13 plus vieux baobabs africains sont entièrement ou partiellement morts lors de ces 12 dernières années, les chercheurs essayant d’étudier une soixantaine de baobabs pour tenter de percer le secret de leur longévité, découvrent soudainement leur disparition massive.

Parmi les victimes, 4 symboliques, âgés de 1100 à 2500 ans et tutoyant le ciel, dont Panke au Zimbabwe, le plus vieux baobab avec 2450 ans au compteur, le baobab Sunland avec 1000 ans, le Platland en Afrique du sud, l’un des plus gros du monde et le célèbre baobab Chapman de Botswana, sur lequel Livingstone grava ses initiales, classé comme monument national. Continuer la lecture de Environnement : les changements climatiques emportent les plus vieux baobabs d’Afrique

Biodiversité : Le plus vieux girafe mâle reproducteur d’Europe est mort

Sacha, le plus vieux reproducteur girafe mâle d’Europe, s’est éteint dans la matinée du 21 novembre 2017 à l’âge de 30 ans au Bioparc de Doué-la-Fontaine dans le Maine-et-Loire où il aura passé l’essentiel de sa vie, a indiqué le parc sur sa page Facebook.

C’est au milieu de son troupeau de femelles et de ses derniers ( Zarafa, Karami et Amadou Seyni ), que sacha est morte de vieillesse déclarait le jour même l’établissement. Cet animal qui aura largement contribué à la préservation de son espèce est né le 18 août 1987 au parc zoologique de Paris. Il était arrivé l’année suivante au zoo de Doué-la-Fontaine. Au fil du temps et de ses capacités reproductrices – 35 fois papa de girafons pour la majorité accueillis dans différents zoos européens mais aussi 53 fois grand-père, 20 fois arrière-grand-père et 2 fois arrière-arrière grand père – il avait acquis une certaine notoriété et avait largement contribué à la conservation de son espèce. Emblème du Bioparc, sa bonne santé faisait écho au programme de conservation des girafes du Niger que soutient le parc zoologique depuis plus de 15 ans.Sacha était une girafe du Kordofan ( Giraffa camelopardalis antiquorum ), une sous-espèce de girafe du Nord (Giraffa camelopardalis). En 2016, seulement 2.000 spécimens de Giraffa camelopardalis antiquorum ont été recensés en Afrique centrale, leur écosystème d’origine.Selon le Bioparc de Doué-la-Fontaine, ces animaux sont placés dans la catégorie « Préoccupation mineure » de la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Thierry-paul KALONJI

Bukavu : un jeune homme de 12 ans emporté par les eaux de la pluie

Un jeune homme de douze ans  à la recherche de mitrailles à vendre est supposé mort après avoir été emporté par les eaux de  pluie qui a arrosée la ville de Bukavu dans l’après-midi de ce mardi 07 novembre 2017.

« La scène s’est passée dans la rivière kawa entre la place de l’indépendance et l’avenue industrielle, où le jeune homme non autrement identifié et dont le nom n’est pas connu a été surpris par les eaux de pluie dans cette rivière mal réputée suite à ses conséquences néfastes » a – t-on apprit d’un témoin qui a vécu la scène.

Jusqu’à présent aucune organisation ne s’est donnée la peine de recherche le corps de ce jeune homme qui serait soit embourbé soit emporté jusque dans le lac Kivu.

Rappelons qu’a  janvier 2016 une jeune avocate du barreau de Bukavu et mère d’un enfant, a été  également pris piège dans sa voiture, et emportée par les eaux de pluie dans cette même rivière, non loin de la place de l’indépendance.

 

Janvier BARAHIGA

Conservation : Un éco-garde tombe sous la balle de braconniers dans le Parc national de la Garamba

Un éco-garde a été tué dans la nuit du 3 mai dans le Parc national de la Garamba situé dans la partie Nord-Est de la République démocratique du Congo.
Selon les informations parvenues à la Rédaction d’Environews-RDC, le vaillant gardien est tombé en plein exercice de sa profession, sous une balle de braconniers qu’il poursuivait ensemble avec les autres paramilitaires​ de cette vielle aire protégée du pays.
Si aucune déclaration officielle n’a été encore faite par l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), organe de gestion de ce parc cependant, sur sa page Facebook, l’institution étatique rend hommage à ce vaillant garde de parc.
 
 Le Secrétaire exécutif du Réseau des aires protégées d’Afrique centrale (RAPAC), Omer Ntungu, a rendu un hommage à ce garde de parc. Dans un message publié sur le site web de cette institution sous-régionale, l’on peut lire ce message :
 » TIM EST TOMBÉ »

TIM était Ecogarde, un vrai Ranger au parc national de la Garamba en République Démocratique du Congo.

TIM est tombé ce 3 mai 2017, alors qu’il poursuivait des braconniers dans le secteur de Burusi, frappé de plein fouet par une balle.

TIM est tombé, victime de sa passion, de son devoir et de sa détermination. Et son dernier soupir soulève une vague d’indignation dans notre profession, nous qui chaque matin nous levons pour combattre ces criminels fauniques.

TIM est tombé en RDC. Mais il est aussi tombé au Cameroun, au Congo, au Gabon, en RCA, en Guinée Equatoriale, au TCHAD, à Sao Tomé.

TIM est tombé partout où nos Ecogarde, chaque seconde, protègent nos précieuses ressources au péril de leur précieuse vie.

TIM est tombé et à fait tomber chacun de nous. Mais alors, en mourant, il a démultiplié notre rage, notre obstination, notre détermination à en finir avec ces trafficants bassement humains pour qui la valeur d’une vie se dévalue face au bénéfice d’une défense d’éléphant. Des énergumènes qui n’ont plus d’humain que le corps qui transporte leur immoralité.

TIM ton combat n’est pas vain. Il ne le sera jamais. Nul part il n’est écrit qu’à la fin de la journée, le Mal l’emporte. Non. Ce combat est juste, ton sacrifice l’est dix fois plus.

TIM, je ne suis pas toi. Je ne le serai jamais. Je suis moi. Et ce combat, le tien, me reste chevillé au corps, plus que jamais. Comme toi, je consacre chaque jour ma vie à préserver nos trésors naturels. Comme toi je tomberai un jour. C’est la loi de la nature. D’autres continueront. C’est la loi de notre profession.

TIM tu es parti. Ne te retourne pas. Sache juste que Derrière toi personne ne lâchera. Malgré la douleur et la déchirure.

TIM bonne route.

Notons que chaque année l’ICCN enregistre plusieurs cas de perte en vies humaines de son personnel d’appoint qui paient de leurs vies pour protéger la méga biodiversité de la République démocratique du Congo.

Malgré leur engagement à protéger les aires protégées et la biodiversité qu’elles regorgent, jusqu’au sacrifice suprême, ces paramilitaires vivent dans une précarité indescriptible.

Alfred NTUMBA