Archives par mot-clé : Pape François

Energies : Pape François, « l’énergie doit être au service de la civilisation »

De nos jours, la modernisation et la civilisation passe par un développement dit durable pour respecter l’environnement dans laquelle vit l’homme. Lors de ses dernières déclarations faites au Vatican, le Pape François premier a exhorté les leaders énergétiques à combattre la pollution, à éradiquer la pauvreté et promouvoir l’équité sociale en développant les énergies propres.

Placé sous le thème , la transition énergétique et le soin de notre maison commune, cette rencontre pontificale des sciences a permis aux représentants des grandes entreprises pétrolières de cerner l’importance d’aller vers les énergies propres, d’autant plus qu’elles doivent être au service de la civilisation.

«La civilisation a besoin d’énergie mais l’utilisation de l’énergie ne doit pas détruire la civilisation», a fait savoir le Pape.

Prenant appui sur son encyclique Laudato si’, le Saint-Père a insisté sur la nécessité de garantir l’énorme quantité d’énergie nécessaire à tous, avec des méthodes d’exploitation des ressources qui évitent de produire des déséquilibres environnementaux qui induirait à un processus de dégradation et de pollution, dont toute l’humanité d’aujourd’hui et demain serait gravement blessé.

«La qualité de l’air, le niveau des mers, l’importance des réserves d’eau douce, le climat et l’équilibre des écosystèmes fragiles ne peut qu’être influencé par la manière dont les êtres humains remplissent leur soif d’énergie, malheureusement avec de fortes inégalités», s’est inquiété le Pape, en ajoutant que «La nécessité d’occuper des espaces pour les activités humaines ne peut être réalisée de manière à mettre sérieusement en danger l’existence humaine et d’autres espèces d’êtres vivants sur Terre». D’où la nécessité de mettre ne place une «stratégie globale sur le long terme» qui «offre une sécurité énergétique et favorise ainsi la stabilité économique, protège la santé et l’environnement et favorise le développement humain intégral, en établissant des engagements précis pour s’attaquer au problème du changement climatique».

La transition énergétique

Pour le Pape, si nous voulons éliminer la pauvreté et la faim, la question énergétique représente à la fois une grande opportunité et un défi historique à considérer. Pour cela, il faut s’engager dans la transition énergétique et  développer les énergies propres en limitant l’utilisation systématique des combustibles fossiles.

Le Saint-Père a demandé de respecter l’accord de Paris sur le climat, signé par 196 Etats en 2015, en ce qui concerne les émissions de CO2.

«Des progrès ont été faits mais est-ce suffisant ? » annonce le pape, en interpellant les géants pétroliers, et les a appelé à passer à la vitesse supérieure et surtout à prendre des décisions politiques en plaçant au centre de toute stratégie le bien de tous.

«Les décisions politiques et les critères de responsabilité sociale et d’investissement doivent tenir compte de l’engagement en faveur du bien commun à long terme, de sorte qu’il existe une solidarité entre les générations évitant opportunisme et cynisme».

Changements climatiques et pauvreté

Pour le Saint père, «Il existe également des motivations éthiques profondes. Comme nous le savons, nous sommes affectés par les crises climatiques. Cependant, les effets du changement climatique ne sont pas répartis uniformément. Ce sont les pauvres qui souffrent le plus des ravages du réchauffement climatique, avec des perturbations croissantes dans le secteur agricole, l’insécurité de la disponibilité de l’eau et l’exposition aux graves phénomènes météorologiques» s’est-il indigné.

Les Industriels, les investisseurs, les chercheurs et les utilisateurs d’énergie, autant d’acteurs de la société sont appelés à investir aujourd’hui pour construire demain, mais, reconnait le Pape, «nous ne disposons pas encore d’une culture nécessaire pour affronter cette crise». Il faut donc des leaders pour indiquer la voie qui imaginent la transition globale en tenant compte de tous les peuples de la terre, comme des futures générations et de tous les écosystèmes et espèces».

Cette nouvelle approche recommandée par le Saint père requiert le courage et beaucoup d’imagination qui est urgente et indispensable mais aussi qui a besoin «de la bénédiction et de la grâce de Dieu».

 

Jennifer LABARRE

CLIMAT : quand le Pape François prend le contre pied de TRUMP

Deux ans après la publication de son l’encyclique écologique intitulée Laudato si, dans lequel il exhortait les responsables mondiaux à agir vite pour sauver la planète qu’il qualifie de maison commune, menacée par le réchauffement climatique et le consumérisme, le souverain pontife critique les prises de position du président Américain sur l’écologie.

C’est dans un message qui sera lu ce 19 février à la rencontre des mouvements populaires de Modesto (Californie), que le pape François rappelle que la crise écologique est réelle, prenant directement le contre pieds de D.Trump pour qui le réchauffement climatique est un « canular ».

«  Il est vrai que la science n’est pas la seule forme de savoir et qu’elle n’est pas toujours neutre », reconnait le pape, qui rappelle que « bien des fois, elle cache des vues idéologiques ou des intérêts économiques ».

Par ailleurs, il insiste que nous savons tous ce qui arrive quand on rejette la science et méconnait la voie de la nature.
Comme dans Laudato si où il invitait à la réforme des modes de vie de sociétés de consommation, et corroborait l’opportunité de réclamer la politique de dés investissements des énergies fossiles, dans ce message qui sera lu demain le souverain pontife interpelle à ne pas tomber dans le déni car il y a une urgence. Le temps est court dit-il, avant d’appeler à défendre la création, mentionnant les peuples natifs, alors qu’un projet controversé d’oléoduc soutenu par l’administration Trump menace des terres indiennes dans le Dakota.

Rappelons qu’en 2015, l’encyclique écologique du pape François avait quelque peu contribué à la signature de l’accord de Paris sur le climat. Après sa publication par le Vatican, elle a été saluée par beaucoup de dirigeants à travers le monde qui ont approuvé la révolution éthique et économique que prônait le pape dans cette encyclique tant attendu. Reste à savoir si cette énième voix du souverain pontife sera audible à Trump , pour le pousser à un rétropédalage de sa politique sur le climat.

Thierry-Paul KALONJI