Archives par mot-clé : Pollution

JME2019 : Queue entre les pattes, l’homme célèbre l’environnement

Depuis quelques décennies, la célébration de la Journée mondiale de l’environnement marque le point d’orgue de l’inquiétude sur la  trajectoire qu’a pris notre planète, dès l’instant où l’homme s’est résolu de faire de l’industrialisation le fer de lance de son développement.  Aujourd’hui, le pronostic vital de la terre continue d’être très engagé. De quoi pousser  une certaine opinion à se demander si réellement la célébration du 5 juin vaut encore tout son sens, ou par contre devrait-elle  considérée  comme le moment où l’homme a décidé de  torpiller l’équilibre  de la nature. Avec une sixième extinction de masse qui profile à l’horizon, la difficulté de limiter la température mondiale à 1,5 degré Celsius par rapport à l’ère préindustrielle, la prolifération des catastrophes naturelles, telles sont les charges  qui pèsent sur l’homme qui célèbre l’environnement ce jour.

Tous les rapports dressant le bulletin santé de la  terre affirment à l’unanimité que,  le comportement de l’homme est responsable de la fureur de la nature qui, à tout prix s’obstine à reprendre ses droits.

«  Le tableau de l’environnement  au niveau mondial est très sombre aujourd’hui  dans la mesure où les problèmes environnementaux sont plus nombreux actuellement, qu’en 1972  lorsqu’il a été décidé  par l’ONU de consacrer la date du 5 juin à l’environnement »,  a renseigné Steve Bondo, environnementaliste. Continuer la lecture de JME2019 : Queue entre les pattes, l’homme célèbre l’environnement

Pollution : ASS TECH SARL transforme les déchets en une source de revenus, pour réduire la pollution

En vue de contribuer à la réduction de la pollution due aux déchets ménagers, sur lensemble de la ville de Kinshasa, lentreprise Assainissement et Technologie (ASS TECH), se lance un défi de transformer ces ordures en une source de revenus et réduire les pollutions auxquelles la population kinoise est très exposée. Cest le message clé lancé par le directeur général de cette entreprise, Jérémie Kilubu, dans une interview exclusive accordée à Environews, en marge de la célébration de la Journée Mondiale de lEnvironnement.

« Nous avons travaillé dans le temps comme une Asbl spécifiquement dans la commune de Ndjili. Aujourdhui. Nous évoluons comme une entreprise avec la possibilité daller plus loin quune simple Asbl et offrir une vaste gamme de services à la ville de Kinshasa et aux particuliers», a indiqué Jérémie Kilubu, Directeur général de cette entreprise.

Grâce à la technologie et à son expertise, ASTEC entend donner une seconde vie aux déchets ménagers, considérés à ce jour, comme « un autre kinois », mais dont la mission est de détruire le vrai kinois. Une activité qui pourra créer des milliers d’emplois pour les kinois. Continuer la lecture de Pollution : ASS TECH SARL transforme les déchets en une source de revenus, pour réduire la pollution

Pollution : Des arbres en milieu urbain, une solution pour sauver des dizaines de milliers de vies

L’étude “Planter pour un air sain” a proposé une analyse globale du rôle des arbres urbains dans la lutte contre la pollution par les particules et la chaleur extrême, lors de l’Assemblée annuelle de l’American Public Health Association.

Élaborée en collaboration avec le C40 Cities Climate Leadership Group, cette nouvelle étude mondiale de l’organisation de protection de l’environnement a démontré que les arbres plantés en ville seraient capables d’abaisser la température de 2 à 4 degrés Celsius autour d’eux agissant comme  une barrière très efficace pour filtrer l’air, afin de protéger les êtres vivants. Cette même étude a établi un classement mondial des effets de la plantation d’arbres dans un échantillon de 245 métropoles, parmi les plus grandes du monde, un incroyable pouvoir. Continuer la lecture de Pollution : Des arbres en milieu urbain, une solution pour sauver des dizaines de milliers de vies

Pollution : AFRIGRES sensibilise sur les méfaits des produits chimiques sur la santé et l’environnement  

L’Ong African Green Society (AFRIGRES) en collaboration avec IPEN, a sensibilisé ce jeudi 30 août les acteurs publics, privés, la société civile et les étudiants sur l’impact négatif des produits chimiques dans l’industrie électronique sur la santé et l’environnement.

Cette rencontre visait surtout les personnes qui travaillent dans les institutions publiques mais également privée afin qu’elles soient informées du danger que présentent les produits chimiques exposés par les industries qui fabrique les semi-conducteurs, les écrans LCD, et autres appareils téléphoniques.

Selon le coordonnateur de cet ONG, Papy Mola,  ces produits chimiques polluent l’environnement par voie de conséquence ils polluent les eaux, les sols et mettent en péril les écosystèmes. « C’est une première activité que nous avons organisé en ce sens. Nous luttons pour que la pollution soit bannie de notre pays  et que les industrielles puissent arrêter de polluer notre terre et notre sol », a-t-il déclaré. Continuer la lecture de Pollution : AFRIGRES sensibilise sur les méfaits des produits chimiques sur la santé et l’environnement  

Pollution : un projet de nettoyage des déchets du Pacifique nord prêt à voir le jour

Le projet The Ocean cleanup  s’apprête à lancer  le 8 septembre  prochain dans la baie de San Francisco à plus 1 800 kilomètres, son premier barrage flottant pour capturer le plastique des mers.  Une initiative qui  vise à éradiquer le septième contient de déchets dans le Pacifique nord.

Conçu en 2012 par le jeune Néerlandais Boyan Slat, alors âgé de 17 ans, ce projet avait  fait sensation lors de sa première annonce  au cours d’une TED Talk.  A l’origine, ce projet devrait éliminer la majorité des déchets en utilisant les courants marins pour conduire le plastique vers une sorte de piège flottant, un barrage d’une centaine  de kilomètres le long amarré dans les fonds marins qui gravitera autour du plastique.

Âgé aujourd’hui de 24 ans, Boyan Slat a vu son projet très vite devenir viral. Après un financement de 2 millions de dollars, le jeune homme a monté une association qui a su séduire les chantres de la Silicone valley et investisseurs. Désormais doté d’un budget de 20 millions de dollars et employant une centaine de scientifique, The Ocean Cleanup a changé de stratégie.

Finalement, ce sont une trentaine de barrières en forme de U, d’une longueur se situant entre 600 mètres et 2 kilomètres, qui seront déployées en mer. Au lieu des fonds marins, les barrières seront rattachées à une ancre flottante qui devrait suivre les courants marins et encercler le septième continent, un vortex estimé à 7 millions de tonnes d’ordures, qui se déplace sous eaux du Pacifique nord, entre Hawaï et la Californie. C’est le premier de ces barrages surnommé system 001 qui sera déployé le 8 septembre.

Boyan Slat et son équipe espèrent éradiquer 50% du vortex en cinq ans et 90 % du plastique des océans d’ici 2040.

Thierry-Paul KALONJI

Environnement : Chaque année, le monde consomme près de 5.000 milliards de sacs en plastique, selon l’ONU

Environ 5.000 milliards de sacs en plastique sont consommés chaque année dans le monde, soit presque 10 millions par minute, révèle un rapport de l’ONU publié à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement.

Des déchets plastiques sur une plage. (Crédit photo, WWF).

Selon ce rapport,  « si le mode de consommation actuel et les pratiques de gestion des déchets  se poursuivent, on comptera près de 12 milliards de tonnes de déchets plastiques dans les décharges et  l’environnement à l’horizon 2050 ». Continuer la lecture de Environnement : Chaque année, le monde consomme près de 5.000 milliards de sacs en plastique, selon l’ONU

Kinshasa : les activés humaines au cœur de la pollution des rivières

Les rivières et d’autres cours d’eaux sont devenus des véritables dépotoirs d’immondices à Kinshasa. Les eaux de la capitale congolaise, sont confrontées à une multitude de menaces provoquées  principalement par les activités de l’homme.

« Les polluants viennent principalement des ménages, mais également des industries. Les eaux usées et les déchets de nos usines ou les déchets ménagers sont directement et indirectement canalisés dans les rivières. C’est-à-dire qu’à partir de l’usine, les eaux usées sont directement dirigées vers les rivières, soit les usines déversent leurs déchets dans les caniveaux et ceux-ci les ramènent vers les rivières », a déclaré Steve Bondo Emmanuel.

 A l’en croire, près de 80 % des populations habitants le long des rivières déversent directement ou indirectement leurs déchets sanitaires dans les rivières. Ces eaux contaminées sont responsable des situations précaires. Continuer la lecture de Kinshasa : les activés humaines au cœur de la pollution des rivières

Santé : 9 personnes sur 10 respirent un air pollué dans le monde, selon l’OMS

Les niveaux de pollution de l’air restent dangereusement élevés dans de nombreuses parties du monde. Dans un communiqué parvenu à la rédaction d’Environews, les nouvelles données de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) montrent que 9 personnes sur 10 respirent un air contenant des niveaux élevés de polluants. Les dernières estimations révèlent que 7 millions de personnes meurent chaque année à cause de la pollution de l’air ambiant et à cause de la pollution de l’air à l’intérieur des habitations. Avec ces chiffres alarmant, les pays sont néanmoins de plus en plus nombreux à agir.

« La pollution de l’air est une menace pour nous tous, mais les populations les plus pauvres et les plus marginalisées sont les premières à en souffrir. On ne peut pas accepter que plus de 3 milliards de personnes surtout des femmes et des enfants continuent à respirer tous les jours des fumées mortelles émises par des fourneaux et des combustibles polluants à l’intérieur de leurs habitations. Si nous n’agissons pas très vite, le développement durable restera une chimère », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. Continuer la lecture de Santé : 9 personnes sur 10 respirent un air pollué dans le monde, selon l’OMS

Abidjan – Convention de Bamako : « L’Afrique n’est pas la poubelle du monde »

« L’Afrique n’est pas la poubelle du monde », tel est le message lancé au reste du monde par les parties à la Convention de Bamako. Réunis depuis ce mardi 30 janvier, à d’Abidjan, capitale de la Cote d’ivoire, les délégués des 25 Etats ayant ratifié ladite convention devront faire le point sur l’état d’avancement de la Convention et explorer les pistes de solutions à l’épineux problème de gestion de déchets produits par les africains et ceux considérés comme transfrontières en provenance d’autres continents, notamment l’Europe.

Photo de famille prise lors de la 2è édition de la conférence des partie à ma Convention de Bamako à Abidjan. (crédit photo, Raoul SIEMENI – Receiac).

« La Vision pour une Afrique sans pollution doit nous interpeller tous. Etats et dirigeants du secteur privé et la société civile, afin que nous puissions mettre en œuvre de manière transparente et des actions commune pour lutter contre toute sorte de pollution », a déclaré la présidente sortante de cette Convention, Aida Keita M’bo. Continuer la lecture de Abidjan – Convention de Bamako : « L’Afrique n’est pas la poubelle du monde »

Ressources naturelles : l’Algérie veut relancer l’exploration du gaz de schiste Suspendue

Après des manifestations d’habitants et de défenseurs de l’environnement, l’Alger veut renouer avec l’exploration de gaz du schiste. C’est le premier ministre Algérien Ahmed OUYAHIA qui l’a annoncé en demandant  au groupe pétrolier public Sonatrach de reprendre l’exploitation.

crédit photo/ Le Monde

 

C’est en fin 2015 que des manifestations d’opposants à l’exploration et exploitation du gaz de schiste avaient embrasé In Salah, localité du Sahara située à 1 500 km au sud d’Alger, où la Sonatrach avait effectué avec succès son premier forage exploratoire en fin 2014.

La fracturation hydraulique effectuée pour extraire ce gaz inquiétait les habitants qui craignaient les conséquences sur l’environnement.

Cette méthode d’exploration qui consiste à créer des fissures et à y infiltrer de grandes quantités de produits chimiques pour permettre l’extraction de gaz capturé dans la roche, est très critiquée. Dans un rapport publié en 2016, l’Agence de protection de l’environnement avait conclu que cette méthode d’extraction peut avoir un effet négatif sur la disponibilité et la qualité des ressources en eau.

Cette nouvelle exploitation du gaz de schiste constitue un atout majeur pour l’Algérie qui compte compenser la baisse des prix des hydrocarbures classiques, principale ressource du budget de l’Etat.

C’est ainsi que grands exploitants de gaz de schiste comme la France et les Etats-Unis ont interdit cette méthode.

Rappelons que les ressources de gaz de schiste que regorge l’Algérie constituent la quatrième réserve mondiale.

 

Thierry-Paul KALONJI