Archives par mot-clé : préserver nos forêts

Forêt : la gestion des tourbières forestières, un nouveau défi pour le gouvernement congolais

Découvertes récemment en République démocratique du Congo, les tourbières forestières posent de défit majeurs liés surtout à leur gestion. Le ministre de l’Environnement et développement durable, Amy AMBATOBE a annoncé la signature d’un nouvel arrêté sur la gestion de ces tourbières forestières en RDC. Cette révélation a été faite lors de la journée politique organisée par Greenpeace Afrique sur Esperanza, ce 30 octobre à Matadi dans la province du Kongo Central.

Le ministre de l’environnement et développement durable, Amy Ambatobe, à Matadi sur le bateau Esperanza.
Crédit photo/ serge Ntumba Environews RDC

Cette journée qui a portée  sur la présentation de résultats de la recherche sur ces tourbières, avait pour objectif d’inciter et assurer une démarche participative dans la gestion des tourbières par l’application et la consultation des différentes parties prenantes notamment les communautés locales et les peuples autochtones, élaborer la stratégie nationale de gestion des tourbières et assurer la mise en œuvre de celle-ci par les principaux bailleurs technico-financiers, et la société civile.

« A l’issue de cette découverte, la RDC ira à la COP23 avec un lobbying portant sur l’importance de ses tourbières forestières et sa bonne gestion. C’est pourquoi nous avons anticipé avec l’arrêté pour une mise en place de cette unité de gestion », a déclaré le Ministre de l’Environnement et développement durable.

A en croire, Victorine Che Thoner, Responsable de la campagne forêt du Bassin Congo à Greenpeace Afrique, les tourbières forestières jouent un grand rôle dans la lutte contre les changements climatiques. Avec sa capacité énorme de séquestration du dioxyde de carbone, elles pourront contribuer à la protection des forêts  du Bassin du Congo, qui reste une préoccupation primordiale au regard des défis majeures qui pèsent sur elles.

« Cette nouvelle découverte des tourbières forestières en RDC, dans la province de l’Equateur, devra s’inviter à la table des discussions lors de la COP23 à Bonn, pour amener les décideurs à reconsidérer les approches de gestion et de protection des forêts du Bassin du Congo, dont celles de la RDC jouent un rôle important dans la lutte contre les changements climatiques. J’invite les autorités congolaises, à saisir cette opportunité pour présenter les résultats de cette recherche en Allemagne, en vue d’attirer l’attention du monde et augmenter le niveau de préoccupation pour protéger les forêts du Bassin du Congo », a-t-elle souligné.

Pour le professeur Corneille EWANGO, expert en écologie, ressources naturelles et écosystèmes tropicales, le gouvernement congolais doit assurer la protection de cet écosystème, pour bénéficier des fonds de paiements pour services environnementaux qui doit être  bien orientés au profit des communautés locales et peuples autochtones qui contribuent directement à la gestion des écosystèmes.

En effet, avec cette nouvelle donne de tourbières forestières, la RDC devrait encore peser sur l’échiquier international, par ce qu’elle amène non seulement la couverture forestière entant que cette galopée mais aussi le sous-sol qu’elle contient  en terme de tourbière avec sa capacité immense de séquestré le carbone, a estimé Irène WABIWA, responsable de la campagne forêt à Greenpeace Afrique, en RDC.

A la fin de cette cérémonie, le ministre congolais de l’Environnement et Développement durable, a formulé son vœu à l’arbre de souhait érigé dans le navire Esperanza, pour le futur des forêts du Bassin du Congo. « Nous voulons que la communauté internationale se joigne aux efforts qui sont entrain d’être déployer par le gouvernement congolais, en ce qui concerne la protection, la sauvegarde et la conservation de nos forêts mais aussi donner des moyens nécessaire pour que ces ressources profite aux populations locales et autochtones».

 
Jennifer LABARRE

Forêt : il faut s’engager pour préserver nos forêts

Les forêts sont l’une des principales ressources naturelles terrestres. L’expression ‘arbre de vie’ a tout son sens car les forêts sont essentielles au maintien de la vie sur terre.

Alors qu’il y a huit mille ans, les forêts ou les terres boisées couvraient la moitié de la superficie de terres de la planète, elles en occupent aujourd’hui moins d’un tiers. Les forêts abritent 80% de la biodiversité mondiale terrestre et on récolte chaque année dans des forêts tropicales des plantes médicinales d’une valeur estimée à des milliards de dollars. En outre, 1,6 milliard de personnes sont dans une certaine mesure tributaires des forêts pour vivre.

Comment les forêts permettent de faire pousser des aliments nécessaires

Les forêts contribuent à réguler les systèmes météorologiques locaux, en contrôlant la quantité de pluie et de neige qui tombe dans une région donnée, ce qui est particulièrement important dans les zones agricoles où la saison de végétation est courte. De nombreuses plantes ont besoin de l’aide de pollinisateurs sauvages pour produire des fruits et des graines. Oiseaux, abeilles, insectes et autres animaux pollinisent les cultures, et bon nombre d’entre ont leur habitat dans des écosystèmes forestiers, à proximité de terres agricoles. Paradoxalement, lorsqu’on détruit un habitat forestier au profit de l’agriculture, on élimine un élément indispensable pour obtenir de bonnes récoltes.

Les forêts servent d’habitat à des organismes qui sont des ennemis naturels des ravageurs. On estime qu’environ 99% des ravageurs capables de détruire des cultures sont éliminés par des oiseaux, araignées, guêpes parasitoïdes, coccinelles et champignons. Ces organismes permettent aux agriculteurs d’économiser des milliards de dollars chaque année, et d’utiliser moins de pesticides chimiques.

De nombreux individus se nourrissent d’animaux sauvages et d’insectes comestibles qui  constituent leur principale source de protéines. Les aliments forestiers sont régulièrement présents dans les régimes alimentaires ruraux et offrent une protection dans les périodes de pénurie alimentaire.

Les forêts ne nous aident pas seulement à faire pousser les aliments dont nous avons besoin, elles nous fournissent aussi l’énergie nécessaire pour cuisiner. Dans le monde, on estime  que 2,4 milliards de personnes utilisent du bois de feu pour faire cuire les aliments et que 765 millions d’individus l’utilisent aussi pour faire bouillir et stériliser l’eau.

Que pouvez-vous faire pour que les forêts de la planète restent en bonne santé?

Le couvert forestier varie d’une région à l’autre dans le monde. Certains pays parviennent à régénérer leurs forêts tandis que d’autres continuent à les perdre. Bien que le rythme de la  déforestation se ralentisse, près de 13 millions d’hectares de forêts ont été détruits chaque année depuis 2000 (ce qui équivaut à la disparition de cinq terrains de football par minute). Les forêts doivent être gérées de manière durable pour que l’on puisse continuer à tirer parti de cette précieuse ressource naturelle.

Voici quelques idées de ce que vous pouvez faire.

Si vous vivez dans une région où les forêts sont gérées de manière durable:

  • Apprendre – Informez-vous sur les forêts et leur valeur, et apprenez à apprécier leurs fonctions naturelles.
  • Vous engager – Joignez-vous à des activités dans les forêts, encouragez et partagez les nombreux bienfaits que les forêts apportent au bien-être des populations dans votre communauté.
  • Participer – Organisez une journée communautaire de plantation d’arbres ou adhérez en tant que volontaire à un groupe local de conservation des forêts.

Si vous constatez que les forêts disparaissent près de chez vous:

  • Informer – Aidez votre communauté à comprendre pleinement les avantages de la remise en état des forêts et à prendre conscience des activités nuisibles.
  • Protéger – Organisez des campagnes pour préserver les fonctions naturelles des terres forestières dans votre région. Vous pouvez aider à sauvegarder un écosystème ou des espèces menacés en menant une campagne en faveur de leur protection.
  • Remettre en état – Organisez une journée communautaire de plantation d’arbres pour reconstituer une forêt endommagée. Suivez de près l’activité de remise en état et assurez l’entretien de la forêt par la suite.

Alfred NTUMBA, avec l’aide de la FAO