Archives par mot-clé : pygmée

Forêt : Les autochtones pygmées de Lokolama reçoivent l’arrêté ministeriel de leur forêt communautaire

Le peuple autochtone du village Lokolama, dans la province de l’Équateur, à 50 km de la ville de Mbandaka, a officiellement reçu, des mains du ministre provincial en charge des forêts, l’arrêté lui attribuant la concession forestière couvrant une superficie de 10.151,11 hectares, lors d’une cérémonie organisée le 19 mars 2019 au village Penzele. Avec l’appui de Greenpeace Afrique, Lokolama est le premier village composé uniquement de peuple autochtone dans toute la province de l’Équateur, à se voir octroyer une concession forestière. L’arrêté attribuant cette concession, dénommée “forêt de Wamba”, a été signé en février 2019 par le gouverneur de la province de l’Équateur.

En 2016, Greenpeace Afrique et le peuple autochtone du village Lokolama ont lancé le projet de foresterie communautaire dans le but de sécuriser les forêts de ce dernier et de développer des activités socio-économiques pour améliorer leur condition de vie. Le projet bénéficie de la contribution financière de la Fondation Turing. Continuer la lecture de Forêt : Les autochtones pygmées de Lokolama reçoivent l’arrêté ministeriel de leur forêt communautaire

Environnement : Les pygmées de la RDC veulent être impliqués dans la gestion du pays

Les pygmées de la République démocratique du Congo par l’entremise de leur président, ont émis le vœu de voir le nouveau président de la République, les impliquer dans la gestion de la chose publique. Cette communauté minoritaire de la RDC souhaite voir entrer au gouvernement en gestation, l’un de leur. Dans une interview accordée à la Radio Top Congo, ce mardi 29 février, Kapupu Diwa a exhorté le chef de l’Etat, Felix Tshisekedi, à  la reconnaissance de cette communauté au niveau national.

« Comme dans son discours d’investiture, le président a dit lui-même qu’il va s’engager afin de combattre toute sorte  de discrimination, les  autochtones pygmées en sont victimes depuis l’époque coloniale jusqu’à ce jour», a-t-il déclaré.

Pour le président de la LINAPYCO (Ligue Nationale des Associations des Autochtones Pygmées du Congo), cette reconnaissance tant réclamée pourra aider les autochtones pygmées à avoir accès à l’éducation et à la santé. Elle favorisera également l’émancipation de leurs femmes longtemps négligées et inaperçues dans la lutte pour la parité et autres initiatives visant la préservation et la gestion de l’environnement et des ressources naturelles. Une situation qui, pour la LINAPYCO,  date de l’époque coloniale. Continuer la lecture de Environnement : Les pygmées de la RDC veulent être impliqués dans la gestion du pays

Environnement : Un dialogue national sur la prise en compte des droits des peuples autochtones

Le consortium REPALEF, LINAPYCO, DGPA et PIDP s’est fixé un rendez-vous à Kinshasa, ce lundi 17 décembre, afin de discuter sur la prise en compte des droits des peuples autochtones pygmées dans la réforme foncière et de l’aménagement du territoire en cours en RDC.

Le Groupe Bikoki na biso au siège de la DGPA à Kinshasa.

Selon ce consortium, le dialogue engagé à Kinshasa est capital, car il réconforte les dispositions légales dans le projet de loi portant principes fondamentaux relatifs à la protection des droits des peuples autochtones en RDC, qui est en phase de considération à l’Assemblée nationale.

« Lorsque nous ferons l’état des lieux du processus de la réforme, nous le ferons aussi pour les revendications des peuples autochtones pygmées. Les présentes assises ouvrent une brèche, pour porter haute la voix de cette population pour que l’année prochaine qui va voir la loi être révisée, puisse être l’année ou ils diront que notre voix a été entendue », a informé Joseph Itongwa, président de la coordination africaine REPALEF. Continuer la lecture de Environnement : Un dialogue national sur la prise en compte des droits des peuples autochtones

Conservation : Arrestation du pisteur auteur de meurtre d’un pygmée dans le parc de Kahuzi-Bienga

Réagissant à l’incident de meurtre d’un pygmée survenu le 26 aout 2017, dans le Parc national de Kahuzi-Biega (Sud-Kivu), la direction générale de l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature), informe que le pisteur à l’origine de cet acte a été suspendu, arrêté et déjà mis à la disposition de l’Auditorat militaire qui l’a transféré à la prison centrale de Bukavu.


Dans un communiqué publié ce lundi 09 octobre, l’ICCN déplore cet incident et rassure les communautés riveraines y compris les peuples autochtones du réseau des aires protégé placées sous son autorité, qu’il mettra tout en œuvre afin de résoudre pacifiquement le conflit qui, quelques fois, les opposent aux gestionnaires de sites.

Le directeur général, Cosma Wilungula a par ailleurs promis de poursuivre le renforcement des capacités des écogardes non seulement dans le domaine de l’application de la loi, mais également dans la gestion des conflits.
Pour l’ICCN, cet incident malheureux résulte d’une rencontre inattendue entre des membres d’une équipe des pisteurs d’origine pygmée et un groupe des pygmées entrés illégalement dans le parc. Quelques jours avant l’incident déploré, le même groupe des pisteurs avait été attaqué dans la même zone, par des braconniers. Cet état psychologique aurait joué un rôle important dans le drame qui s’était produit, précise ce communiqué.

L’ICCN rappelle que le Parc National de Kahuzi – Biega est une aire protégée et de ce fait, ce parc est soumis à une règlementation particulière régissant l’accès et le type d’activités à y mener. En attendant, une enquête est en cours pour établir les responsabilités au tour de cet incident.

Alfred NTUMBA