Archives par mot-clé : salonga

Conservation : Un mort de plus dans la Salonga, WWF retire son soutien aux patrouilles

L’histoire remonte du 22 novembre 2019, avec la découverte d’un corps sans vie sur la rivière Loile près du port Ikolo non loin du Parc national de la Salonga, au nord-ouest de la RDC. 8 pécheurs ont été arrêtés en plein parc par les écogardes. Selon des sources concordantes, les écogardes auraient tiré de coup de feu de sommation pour dissuader ces pécheurs accusés de violer le terrain, et l’un d’eux aurait fuit et retrouvé mort par la suite.  

Un bonobo dans le Parc national de la Salonga. (Crédit photo, LuiKotae-T.Nicolon)

Joint au téléphone, le directeur de ce parc, Pierre Kafando confirme l’arrestations des pécheurs dans le parc, mais exclu toute confrontation ou un quelconque coup de balle sur le pécheur retrouvé mort.

« On a trouvé quelqu’un mort dans la rivière à la limite du parc. Là où les pécheurs avaient été arrêté c’est à l’intérieur du parc, à une quinzaine de kilomètres de la limite du parc. Et quelqu’un s’il était touché, il ne peut atteindre là-bas », a-t-il affirmé.

Une version de faits confirmée par l’Administrateur du territoire de Monkoto, Monsieur Gwasetebi, qui a envoyé un Officier de police judiciaire. « Je ne peux pas confirmer cela, parce que je n’étais pas sur le terrain. J’avais dépêché un OPJ. Nous attendons la confrontation des écogardes avec les membres de la famille du défunt », a-t-il déclaré. Continuer la lecture de Conservation : Un mort de plus dans la Salonga, WWF retire son soutien aux patrouilles

Forêt : Tourbières et Pétrole dans les Virunga et Salonga, Greenpeace hausse le ton

Plus d’une centaine des jeunes venus de tous les quatre coins de Kinshasa ont répondu présents à la marche « Climat », organisée par Greenpeace Afrique à Kinshasa, ce vendredi 29 novembre. Cette marche qui a commencé à la Paroisse Notre Dame de Fatima a eu pour point de chute la primature, où un mémo devait être déposé.

Marche de Greenpeace Afrique à Kinshasa, ce vendredi 29 novembre 2019.

Avec comme message essentiel, « les forêts du bassin du Congo et ses tourbières sont vitales pour la survie des peuples des forets et la stabilité du climat, protégeons les », cette marche a été initiée en prélude de la COP25.

Arpentant le boulevard du 30 juin, les marcheurs ont haussé le ton pour décrier toute tentative d’exploitation du pétrole dans les plus vieux parcs d’Afrique, à savoir les Virunga et la Salonga.

« Les organisations de la société civile environnementales prient au premier ministre de préserver l’intégralité physique du complexe de tourbières du bassin du  Congo, et les écosystèmes environnant y compris les parcs nationaux de la Salonga, et des Virunga », a déclaré Irène Wabiwa, chargée de campagne forêts à Greenpeace Afrique.  Continuer la lecture de Forêt : Tourbières et Pétrole dans les Virunga et Salonga, Greenpeace hausse le ton

Conservation : l’APEM invite l’ICCN à publier le rapport conjoint sur les viols dans la Salonga

À l’initiative de  l’Ong Action pour la promotion des peuples et Espèces Menacés (APEM), les membres de la  société civile des provinces de Mai-Ndombe, de la Tshuapa, et du Kasaï réunis ont à travers une déclaration, dénoncé les meurtres, viols, coups et blessures graves, extorsion des biens, violation des domiciles, arrestation arbitraires, détentions illégales et paiement des amandes exorbitantes perpétrés par les éco-gardes de l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature), sur les communautés locales au tour du Parc national de la Salonga.

« On était ensemble avec l’ICCN et WWF pour vérifier les six cas placés dans notre rapport. A l’issue de cette descente, nous avons constaté que tous les cas ont été confirmés. Maintenant nous sommes sur une voie judiciaire pour que la justice soit faite par rapport à ces violations des droits humains ». A expliqué Blaise Mudodosi, coordonnateur de cette Ong.

Selon cette déclaration, quelques-uns de ces éco gardes font partie de l’ICCN, d’autres par contre ne profitent que de la situation.

Les représentants des communautés locales de ces régions décrient à travers cette déclaration, l’installation des postes de patrouille et des stations d’éco-garde à l’intérieur des villages. A la cela s’ajoute également la non redistribution des terres aux communautés délocalisée de force à la création du parc de 1970, causant ainsi la précarité criante.

« Nous regrettons que la gestion de ce parc se fasse de manière unilatérale, ne prenant compte ni le bien-être, ni les désidératas des communautés locales et des peuples autochtones vivant dans la zone », peut-on lire sur dans cette communication adressée à l’ICCN, et dont Environews s’est procuré une copie.

Ils fustigent par ailleurs, les restrictions d’accès aux ressources, qui selon eux, se présentent comme un accélérateur de la pauvreté dans ces régions, jouant ainsi en défaveur du développement local.

Outre les restrictions, l’APEM relève également la méconnaissance par les communautés locales, des limites et règles de gestion applicables, ce qui favorise des arrestations arbitraires et abus de la part des éco gardes.

La société civile de ces trois provinces recommande aux gestionnaires du Parc national de la Salonga (ICCN-WWF), de prendre des mesures disciplinaires contre les éco gardes impliqués dans les violations des droits humains et les mettre immédiatement à la disposition de la justice, de publier les résultats de la mission d’enquête sur les violations de droits humains, ainsi que la mise en place d’un mécanisme de gestion de plainte et de recours indépendants adaptés et accessibles à toutes les communautés riveraines.

Télécharger ici : Déclaration SCE PNS Mai 2019

Nelphie MIE

Biodiversité : Parc national de la Salonga, bientôt l’exploitation du cuivre et du pétrole ?

C’est le coup fatal que pourra connaitre très bientôt, la biodiversité dans le Parc national de la Salonga, l’un de plus vieux d’Afrique. Connu pour sa diversité biologique extraordinaire, ce parc reste confronté aux menaces d’exploitation du pétrole dont les travaux d’exploration ont déjà commencé dans le Bloc sud, mais surtout par l’exploitation d’un gisement de cuivre récemment découvert au village Nganda, et dont l’exploitation pourrait démarrer dans un avenir proche révèle « Bolukiluki », un rapport mensuel  du collectif « les prospecteurs d’Oswe », une organisation non gouvernementale locale.

« Le village Nganda est d’Ipope, une Mission Protestante de la CEBU. Dans ce village on a exploré le gisement de cuivre dans la forêt de  Banyomo qui compte au moins 80 puits,  par un certain Monsieur Etienne originaire du Kongo Central, collaborateur des Brésiliens et Canadiens de la CEBU », peut-on lire dans ce rapport dont copie est parvenue à Environews. « A cette effet  une forte délégation est attendue le  27/04/2019 pour le premier  contact avec la communauté ».

Le pétrole de la Salonga ne cesse d’attiser l’appétit de la firme britannique. Ce petit rapport révèle que des travaux d’exploration ont été relancés à Esso, village situé dans le groupement de Bwala, secteur de Lokolama, Territoire d’Oshwe. Continuer la lecture de Biodiversité : Parc national de la Salonga, bientôt l’exploitation du cuivre et du pétrole ?

Conservation : La SOCEARUCO invite Félix Tshisekedi à veiller sur les parcs nationaux

La Société Civile Environnementale et Agro Rurale du Congo (SOCEARUCO) invite le Président de la République démocratique du Congo, Félix Antoine Tshisekedi à veiller à la protection du parc de Salonga et de Virunga ainsi que à la Réserve Naturelle d’Itombwe située au sud –Kivu.

Le coordonnateur de cette organisation de la société civile, Josué Aruna, a dans une interview accordée à ENVIRONEWS, plaidé pour l’implication personnelle du  Chef de l’Etat, afin de sauver ces patrimoines naturels de la RDC, en proie à l’exploitation minière et pétrolière.

« Nous voulons que le président puisse décider, et que tous les accords  qui auraient été signés pour détruire ces aires protégées soient retirés immédiatement. C’est la voix de la société civile environnementale et nous voulons que le Président  puisse s’y donner à fond », a-t-il précisé. Continuer la lecture de Conservation : La SOCEARUCO invite Félix Tshisekedi à veiller sur les parcs nationaux

Conservation : La Salonga abrite environ 15 000 bonobos et 1 600 éléphants de forêt

Les résultats d’un inventaire écologique mené dans le Parc national de la Salonga,  entre 2015 et 2018, par un groupe d’institutions de conservation de la biodiversité et de recherche a révélé que ce parc abrite environ 15 000 bonobos et 1 600 éléphants de forêt.

Un bonobo dans le Parc national de la Salonga. (Crédit photo, LuiKotae-T.Nicolon)

Dans un communiqué publié ce jeudi 14 février à Kinshasa, en marge de la célébration de la journée mondiale des Bonobos, l’ICCN et le WWF se félicitent de ces résultats encourageants qui doivent interpeller les décideurs sur l’importance cruciale de protéger ce joyau écologique.

« Cela me remplit de fierté que les divers partenaires de conservation et de recherche se soient réunis pour établir des données de base à jour sur les espèces phares et d’autres espèces difficiles à recenser, ainsi que sur les menaces auxquelles elles font face dans le plus grand parc de forêt tropicale humide du continent africain, permettant ainsi à la direction du parc de surveiller et évaluer de près nos efforts de conservation », a déclaré le Directeur général de l’ICCN, Pasteur Cosma Wilungula. Continuer la lecture de Conservation : La Salonga abrite environ 15 000 bonobos et 1 600 éléphants de forêt

Conservation: 23.062 signatures contre l’exploitation du pétrole dans les Virunga et la Salonga

23.062, c’est le nombre de signatures récoltées par la pétition  initiée par les communautés riveraines des parcs nationaux des Virunga et Salonga, pour dire non à toute initiative visant à désaffecter ou déclasser ces aires protégées ou une de leurs parties pour exploiter le pétrole au grand dam des populations locales et de l’humanité. Une révélation faite  au cours d’une conférence de presse ténue à Kinshasa par les organisations de la société civile environnementale de la province du Nord Kivu, réunies au sein du consortium Alliance pour les moyens d’existence verts (GLA).

Le message à diffuser à l’endroit des institutions de la République, des populations et de l’opinion tant nationale qu’internationale  au moyen  de cette conférence de presse, était de dire non à l’exploitation du pétrole dans les parcs nationaux de Virunga et de la Salonga. La présence à Kinshasa  de ce consortium réunissant sept organisations de la société civile environnementale du Nord Kivu, fait suite à  l’accompagnement par les membres de ces associations, du représentant des populations locales venu déposer à la présidence de la république la pétition signée par sa base.

Le choix de la présidence de la république pour déposer cette pétition est motivée par le ferme engagement  sur les questions environnementales, dont a toujours fait preuve le président de la République Joseph Kabila.

«  Nous sommes sûrs d’atteindre notre objectif car nous savons que notre président a toujours eu une oreille attentive aux questions qui touchent l’environnement. Son  discours  du mardi 25 septembre lors de la 73ème session de l’assemblée générale de l’ONU à New-York en est une preuve indubitable, car il a pendant près de trois minutes réitéré les combats et les engagements de notre pays en faveur de  l’environnement.», a expliqué Florence Sitwaminya, coordonnatrice de GLA Continuer la lecture de Conservation: 23.062 signatures contre l’exploitation du pétrole dans les Virunga et la Salonga

Conservation : WWF présente les résultats de biomonitoring du parc national de la Salonga

Le Fonds mondial pour la nature (WWF) en collaboration  avec ses  partenaires  impliqués dans la conservation ont organisé  à Kinshasa, un atelier de  biomonitoring et recherche sur le parc national de la Salonga.  Ces assises qui s’étendent sur deux jours,  servent de cadre pour examiner  un travail de recherche et d’inventaire qui a été  effectué depuis ces deux dernières années.

Continuer la lecture de Conservation : WWF présente les résultats de biomonitoring du parc national de la Salonga

Conservation : arrestation du célèbre braconnier du Parc National de la Salonga

Le célèbre braconnier du Parc national de la Salonga, a été arrêté aux alentours de Monkoto, dans le village de Bongale 1 situé au cœur même de ce parc. Nzembe Ifemo alias Teddy, récidiviste et longtemps recherché pour braconnage dans le PNS (Parc National de la Salonga), est tombé dans les mains des éléments de la Police nationale depuis le 03 août dernier. Indique une communication dont ENVIRONEWS RDC s’est procuré une copie.

Muni d’un fusil à calibre 12, le présumé braconnier a été arrêté au moment où il s’apprêtait à traverser en pirogue, la rivière Momboyo. Il est actuellement sous mandat d’arrêt provisoire, et son dossier est en instruction au Parquet de Grande Instance de Boende.

Monsieur Nzembe est poursuivi pour détention d’une espèce intégralement protégée. Il est également soupçonné d’être l’auteur physique du meurtre d’un homme à Monkoto. Sa victime avait été trouvé morte après l’avoir dénoncé pour braconnage, indique cette communication.   Continuer la lecture de Conservation : arrestation du célèbre braconnier du Parc National de la Salonga

Conservation : Pétrole dans les Virunga et la Salonga, que retenir du nouveau Conseil des ministres ?

Plus de peur que de mal dit-on, la quinzième réunion extraordinaire du Conseil des ministres n’a pas clairement levé l’option de désaffecter partiellement  les parcs nationaux des Virunga et Salonga. Réunis ce samedi 14 juillet, au tour du premier ministre Bruno Tshibala, les ministres congolais ont néanmoins adopté les décisions prises lors du 11ème  Conseil des ministres tenu le  08 juin 2018. Lors duquel, il a été décidé la mise en place d’une commission interministérielle devant statuer sur la désaffectation partielle des Virunga et de la Salonga.

« Abordant le premier point de son ordre du jour, le Conseil a adopté le relevé des décisions prises respectivement lors de sa 11ème Réunion ordinaire et de sa 14ème  Réunion Extraordinaire », indique le compte rendu de ce 15ème Conseil dont Environews s’est procuré une copie.

Une prise de conscience ou la stratégie de dupe ?

Après  l’annonce de la mise en place d’une commission interministérielle devant travailler pour désaffecter partiellement ces deux sites du patrimoine mondial, plusieurs voix se sont levées pour décrier la décision dite «hâtive et nocive », prise par le gouvernement. Continuer la lecture de Conservation : Pétrole dans les Virunga et la Salonga, que retenir du nouveau Conseil des ministres ?