Archives par mot-clé : Tosi

Urbanisation : Tosi Mpanu Mpanu souhaite que la ville de Kinshasa soit étendue vers Maluku

« On ne peut pas continuer à s’agglutiner dans 23 petites Communes et laisser l’immense Commune de Maluku non exploitée. Lorsqu’on sort de l’aéroport de Kinshasa, il faut qu’on puisse avoir le réflex de tourner à gauche pour aller vers une zone où y a un potentiel énorme, au lieu de simplement vouloir aller à droite où Kinshasa est saturée ». C’est en ce terme que Tosi Mpanu Mpanu, l’invité du Weekend d’ENVIRONEWS TV s’est exprimé sur la question relative au défi de l’urbanisation de la capitale congolaise.

A gauche, Tosi Mpanu Mpanu, négociateur sénior à la CCNUCC lors du tournage de l’émission Invité du Weekend, à Kinshasa.

Kinshasa est une ville qui a d’énormes besoins et de moyens très limités. Tosi souhaite que le gouverneur de la ville fasse une bonne allocation de ces ressources limitées, et sceller de bons partenariats avec des acteurs multilatéraux, et surtout le secteur privé en vue de développer durablement cette ville qui jusque là se concentre sur environ 22% de la superficie globale de la province de Kinshasa.

Pour y arriver, l’expert propose que l’autorité urbaine s’engage dans le B.O.T (Build Operate Transfer), c’est à dire engager un partenariat public privé, telle sorte que les privés construisent des cités, gèrent pendant un temps limité, récupère son investissement en suite ils transfèrent. Continuer la lecture de Urbanisation : Tosi Mpanu Mpanu souhaite que la ville de Kinshasa soit étendue vers Maluku

Forêt : Tosi Mpanu Mpanu, « Il est temps de revoir le moratoire sur les forêts congolaises »

Invité du weekend d’ENVIRONEWS Télévision, l’Ambassadeur Tosi Mpanu Mpanu a émis le vœu de voir s’engager des discussions franches sur la levée du moratoire instauré sur les forêts de la République démocratique du Congo depuis 2002.  Pour ce fin négociateur, les causes pour lesquelles ce moratoire a été instauré ne sont plus les mêmes à ce jour.

Tosi Mpanu Mpanu, négociateur sénior à la CCNUCC, lors du tournage de l »émission Invité du Weekend (IWE) à Kinshasa.

 « Il est peut-être temps de revoir ce moratoire, parce qu’en fin de compte ce moratoire ne profite pas à la RDC. Par contre, il freine les investissements, puisqu’on ne peut pas octroyer de nouveaux permis de coupe industrielle. Or le problème dans la déforestation ce n’est pas les industriels du bois », a-t-il précisé. « Le problème provient de la coupe illégale et artisanale qui se fait par des acteurs peu vertueux. Le problème s’est aujourd’hui déplacé, il faut donc le régler maintenant ».

Revenant sur la contribution du secteur forestier de la RDC au budget national, Tosi Mpanu Mpanu a proposé qu’une réflexion incluant les acteurs clés de ce domaine soit menée afin de lever des options claires susceptibles d’aider le pays à tirer profit de ses ressources forestières tout en préservant ses forêts.

« Il faut qu’on arrête de se promener à travers la planète, voir des véhicules électriques, et de beaux meubles dont la matière première provient de la RDC, et le pays n’a que 2% ou 3% de la valeur du produit final », a-t-il insisté.

Le négociateur sénior à la CCNUCC (Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique), estime que la RDC devra aller dans une discussion stratégique avec les opérateurs économiques, œuvrant dans le secteur.

Il faut leur rassurer et garantir la sécurité de leurs investissements, et l’assouplissement de la fiscalité afin de les inciter à mettre en place au pays, des unités de transformation de la matière première. Ceci aura pour impact, la création d’emplois directs et indirects, et une contribution positive au budget de l’Etat.

« Tous les ingrédients sont là, il faut juste avoir le courage politique de prendre certaines décisions et de tenir jusqu’au bout. Aujourd’hui, la RDC peut dire, je ne veux plus des grumes exportées, je veux qu’il y’ait une première transformation ici, et cela va créer pas mal d’emplois», a-t-il indiqué.

Interview exclusive à suivre absolument le samedi 19 octobre, sur ENVIRONEWS TV, à 10h, 14H, 18H et 21H.

Alfred NTUMBA

Economie verte : 25 projets innovateurs présentés au public à Kinshasa

25 projets innovateurs axés essentiellement sur l’économie verte ont été présentés au public par l’Asbl Je Change, lors d’une mini exposition organisé au Centre Wallonie Bruxelles, à Kinshasa. Ces projet portés par des femmes entrepreneures ont été sélectionnées il y’a plusieurs mois à l’issue d’un concours.

« Nous avons commencé par une formation de 100 femmes entrepreneures. Ces femmes ont été sensibilisées sur les thématiques de changements climatiques, la manière de réduire les émissions des gaz à effet de serre et la manière de s’adapter aux changements climatiques.  A l’issue de cette première sensibilisation, 50 d’entre elles avaient été qualifiées pour la poursuite de la formation. Au final, seulement 25 ont été qualifiées pour cette expo », a renseigné Tosi Mpanu Mpanu, secrétaire général de cette association.   Continuer la lecture de Economie verte : 25 projets innovateurs présentés au public à Kinshasa

RDC : Kinshasa ville verte, le grand défi qui attend le nouveau gouverneur

Une ville comme Kinshasa doit se positionner stratégiquement comme étant celle qui fait partie de la solution aux problèmes climatiques, et non pas une ville qui contribue à les graver.  Lorsqu’on regarde le classement de dix premières villes vertes dans le monde il y’en a en  Europe, en Amérique Latine, en Australie, tandis que l’Afrique n’en dispose aucune.

Dans une interview exclusive accordée à ENVIRONEWS, Tosi Mpanu Mpanu, expert en climat et négociateur senior à la CCNUCC, donne son point de vue sur les attentes de la ville-province de Kinshasa, les défis à relever, les enjeux et les opportunités que présentent ce mégalopole de plus de 15 millions d’âmes.

Environews : Monsieur Tosi, lorsqu’on parle d’une ville verte, on fait allusion à quoi exactement ?

Tosi : Lorsqu’on parle d’une ville verte, il me vient d’abord à l’esprit, les espaces verts. Est-ce que la ville contient–elle des  jardins publics, des terrains de golf, des forêts, des espaces où l’on peut se promener, etc. Malheureusement, ici en Kinshasa on se rend compte que le moindre petit espace vert qui existe est vendu, et on construit dessus, ceci fait que la ville ne respire plus.

Continuer la lecture de RDC : Kinshasa ville verte, le grand défi qui attend le nouveau gouverneur

RDC : Tosi Mpanu Mpanu, « le nouveau gouverneur de Kinshasa doit avoir la fibre environnementale »

Le temps passent, les jours approchent, et l’on s’achemine vers l’élection du nouveau locataire de l’Hôtel de ville de Kinshasa. le successeur de André Kimbuta Yango sera appelé à gérer une métropole de plus ou moins 15 millions d’habitants, l’une de plus grandes d’Afrique, qui présente d’énormes défis et opportunités. Dans une interview exclusive accordée à ENVIRONEWS RDC, Tosi Mpanu Mpanu, expert climat et négociateur senior à la CCNUCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques), dresse le portrait-robot du futur premier citoyen de la ville province de Kinshasa.

Tosi Mpanu Mpanu, expert Senior à la CCNUC

« Je pense que le profil du futur Gouverneur, bien qu’il soit politique, il faut qu’il ait quand même une fibre environnementale pour qu’il comprenne l’importance de cet enjeu », a-t-il déclaré.

Pour cet expert climat, le nouveau gouverneur de la ville de Kinshasa devra quelque part avoir une dimension plus politique, puisque il devra arriver à glaner la majeur partie des voix des députés provinciaux qui dépendent des certaines familles politiques. Continuer la lecture de RDC : Tosi Mpanu Mpanu, « le nouveau gouverneur de Kinshasa doit avoir la fibre environnementale »

Environnement : l’UCC sensibilise ses étudiants à la protection de l’environnement

La Faculté des Communications sociales de l’Université Catholique au Congo en collaboration avec ses différents partenaires notamment le WWF a organisé un colloque jubilaire axé sur l’éducation environnementale et le développement durable, pour célébrer ses 25 ans d’existence, à Kinshasa.

Placée sous le thème « l’éducation à l’environnement et au développement durable à travers les espaces éco-éducatifs en RDC »,  cette table ronde s’inscrit dans le cadre de la promotion de l’écologie intégrale qui se traduit par la nécessité de créer une nouvelle conscience écologique auprès des étudiants afin d’agir urgemment en faveur de l’environnement.

« Nous considérons cela comme un nouvel élan pour continuer la formation des communicologues qualifiés qui traitent ou qui sont regardant aux questions environnementales dans le but d’une communication future au service de l’humanité. Si nous voulons un développement durable,  nous devons avoir un éthique intégrale pour changer de comportement », a déclaré le recteur de l’UCC, Léonard Ntedi.

Durant 3 jours,  cette quatrième édition entend réunir les décideurs, les politiques, les entrepreneurs, les scientifiques, les médias, les ONGs nationales et internationales, et certaines structures sociales pour réfléchir sur le rôle que chacun doit jouer dans les espaces eco-éducatifs,  à leur recomposition, en rapport avec la prise en charge des problèmes environnementaux auxquels le pays est confronté.

« L’Université a chaque année au moins 15 travaux relatifs à la communication environnementale. Nous amenons les étudiants qui ont une part importante dans la préservation de l’environnement à intégrer dans leurs recherches la dimension environnementale parce que les universités sont les lieux indiqués pour apprendre et rendre responsables les futures cadres et responsables du pays sur l’écocitoyenneté », a indiqué le professeur Mbiye.

Pour les organisateurs, les espaces eco-éducatifs doivent être les lieux de l’apprentissage de gestes écologiques pour créer une culture environnementale devant permettre le changement de comportement vis-à-vis de la nature.

« Nous saluons l’initiative combien louable de concilier communication et environnement.  Je pense que ces jeunes qui sont l’élite doivent être bien outillés pour mieux répondre aux questions environnementales dans le future », a précisé Tosi Mpanu Mpanu, expert Climat et conseiller du Ministre de l’Environnement et développement durable. Il a par la même occasion encouragé les étudiants à s’engager pour changer la donne.

Jennifer LABARRE