Archives par mot-clé : Virunga

Ressources Naturelles : La société civile s’oppose au projet d’exploitation pétrolière dans les Virunga et la Salonga

Les organisations membres de la société civile environnementale de la RDC ont décrié la démarche du ministre des hydrocarbures de procéder au déclassement partiel de deux sites emblématiques du pays, à savoir le parc national des Virunga et la Salonga, en vue d’une exploitation pétrolière. Cette déclaration a été rendue publique lors d’un point de presse tenu à Kinshasa.

La société civile évoque la contradiction entre les engagements nationaux et internationaux auxquels la RDC a souscrit et le projet d’une éventuelle exploitation pétrolière dans ce patrimoine universel. « Nous avons appris avec beaucoup d’amertume ce projet qui envisage l’exploitation pétrolière dans les deux sites du patrimoine mondial et nous avons pris une position contre cette démarche », s’est indigné  René Ngongo, président de OCEAN (Organisation Congolaise des Ecologistes et Amis de la Nature). Continuer la lecture de Ressources Naturelles : La société civile s’oppose au projet d’exploitation pétrolière dans les Virunga et la Salonga

Virunga : Conserv Congo appelle le Gouvernement de la RDC à plus de sécurité

Quelques jours après les incidents survenus dans le Parc national des Virunga dans la partie Est de la République démocratique du Congo, l’Ong  Conserv Congo a dans une déclaration rendue publique, appelé le Gouvernement de la RDC  à faire de la sûreté des gardes du parc une priorité, car, informe-t-elle, ces derniers mettent leurs vies en danger pour protéger la Faune et la Flore.

Cette ONG a également interpellé le gouvernement et l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature) à prendre des mesures proactives pour prévenir des incidents tel que celui arrivé à Rachel Kamwena, l’éco garde tombée sur le champs d’honneur de suite d’une attaque d’un groupe armé qui avait kidnappé deux touristes britanniques dans le parc National des Virunga . « Ce n’est pas un cas isolé car nous avons perdu six autres il y a pas si longtemps dans le même lieu et de la même manière. De tout évidence, des mesures doivent être prises et ceci doit être fait dans l’immédiat », a déclaré le Directeur exécutif de cette organisation, Adams Cassinga.

Selon Conserv Congo, la mort de Rachel devrait être un changement de paradigme pour que  tous les conservateurs mettent de coté leurs différences et faire ensemble un remue-ménage pour tracer l’avenir. Le problème auquel sont confrontés les conservateurs en RDC est passé d’être juste une simple question qui ne concerne que le gouvernement, à une urgence qui nécessite la contribution de toutes les parties prenantes. « Nous sommes contre les assassinats constants de nos camarades, comme si c’étai juste normal d’aller travailler le matin et ne jamais revenir le soir », peut-ont lire dans cette déclaration.

Ainsi, l’organisation n’a pas caché sa volonté d’apporter sa contribution aux efforts communs. «  Conserv Congo, nous nous engageons à former jusqu’à 100 gardes du parc immédiatement avec les soutient de nos partenaires locaux et internationaux afin que nous puissions faire face à ces braconniers avec une puissance de feu égale à celle dirigée à notre égard », informe cette déclaration.

Outre les condoléances présentées aux proches de la victime, quelques recommandations ont été formulées à l’endroit des différentes parties prenantes qui interviennent dans la conservation en RDC, notamment la formation efficace et appropriée à tous les gardes du parc, les anciens et les nouveaux, y compris  des réservistes et de bénévoles, l’augmentation du nombre de gardes du parc  et enfin, l’amélioration des conditions de vie des éco gardes, et le  soutien logistique aux gardes du parc sur tous les sites du pays, renchérit cette déclaration.

Nelphie Mie

 

Virunga : une écogarde tuée et deux touristes étrangers kidnappés

Deux touristes occidentaux ont été enlevés ce vendredi 11 mai dans le Parc nationale des Virunga, précisément entre Kilimanyoka et Kibumba, en territoire de Nyiragongo (Nord-Kivu). Selon des sources de la société civile locale qui livrent l’information à Radio Okapi, les deux touristes ont été enlevées alors qu’ils regagnaient la ville de Goma avec des gardes de parc.

Ils provenaient du site touristique de Kibumba lorsque leur véhicule est tombé dans une embuscade. Une des gardes du parc qui accompagnaient les touristes a été tuée dans cette embuscade, a déploré Joël Wengamulay, le Directeur de communication de ICCN qui confirme également l’enlèvement.

Il condamne cette attaque contre des touristes et dit ignorer l’identité des assaillants. Il promet de donner plus des détails sur cet incident, signalant que des enquêtes sont en cours.

Avec la Radio Okapi

Biodiversité : La société civile environnementale s’insurge contre l’exploitation pétrolière dans les Virunga et la Salonga.

Dans une déclaration faite ce vendredi 04 mai à Goma, les organisations de la société civile environnementale s’insurgent contre le projet de désaffectation des blocs pétrolier 4 et 5 dans le Parc nationale des Virunga et les blocs pétroliers 1 et 2 du parc National de la Salonga.

Evoquant les correspondances émises par le ministère des Hydrocarbure au Gouvernement de la RDC, ces organisations affirment que la motivation porte sur certaines ouvertures de la convention de I’UNESCO sur le patrimoine Mondial. Et pourtant le pays s’était engagé à ne prendre délibérément aucune mesure susceptible d’endommager directement ou indirectement le patrimoine culturel et naturel visé aux articles 1 et 2 qui est situé sur le territoire d’autres Etats parties à cette convention.

«  Nous ne cesserons jamais de rappeler que les activités liées à l’exploitation du pétrole présentent les risques suivants : sur le plan écologique, c’est un écosystème très fragile et très vulnérable, et qui exige une attention particulière, face à toute forme de pollution surtout par les hydrocarbures et dont les effets sont connus par tous, à savoir, la destruction de la biodiversité en général, la pollution de l’eau du bassin du Nil, source éventuelle des conflits internationaux entre les pays qui partagent ce bassin jusqu’en mer méditerranée », peut-on lire dans cette déclaration. Continuer la lecture de Biodiversité : La société civile environnementale s’insurge contre l’exploitation pétrolière dans les Virunga et la Salonga.

Tourisme : les Virunga intéresse de plus en plus les touristes

Après trois projets de viabilité exécutés dans le Parc National des Virunga, les résultats obtenus à ce jour sont très encourageants. C’est ce qu’a affirmé le directeur provincial de l’ICCN, Emmanuel de Merode dans une interview accordée à Environews RDC. Le chef  de l’Alliance Virunga affirme que le  tourisme dans les Virunga connait un succès fulgurant. De quoi assouvir son optimisme.

«Le tourisme est passé de zéro dollar en 2013, à 4 millions de dollars en 2017. C’est un secteur de l’économie qui grandi extrêmement vite en RDC. On pense avoir une croissance qui va au-delà de 40% de revenus chaque année », a précisé Monsieur de Merode. Continuer la lecture de Tourisme : les Virunga intéresse de plus en plus les touristes

Conservation : attaque des installations du chantier de la centrale de Luviro (Nord-Kivu)

5 morts et 2 blessés, tel est le bilan de l’attaque  perpétrée par le groupe May – May, sur les installations du chantier de la centrale de Luviro à Ivingu dans le territoire de Lubero, dans la province du Nord-Kivu, l’Est de la RDC.

Selon le communiqué publié à ce sujet par la direction du Parc national des Virunga, 4 assaillants ont trouvé la mort dans l’affrontement qui les a opposés aux gardes de parc. Un civil également a été tué dans cette attaque. Une civile et un éco-garde ont été grièvement blessés, et acheminés à Goma pour leur prise en charge médicale.

La direction générale du parc condamne fermement cet acte ignoble qui selon les autorités provinciales de l’ICCN, vise à décourager les efforts de développement dans la province du Nord-Kivu.

Elle réitère  son indéfectible engagement à contribuer à la consolidation de la paix et de l’Etat de droit par le renforcement du tissu socio-économique de la province dans le cadre de l’Alliance Virunga, peut-on lire dans ce communiqué.

Dans un communiqué  rendu public mercredi 5 septembre 2017, Virunga SPRL l’organisation chargée de la production de l’énergie au sein de l’Institut congolais pour la conservation de la nature, (ICCN) avait pris la décision de ralentir les travaux de construction de cette centrale à cause de la dégradation de la situation sécuritaire dans cette zone, après l’arrêt de travaux au mois de juillet de la même année.

 

Alfred NTUMBA

 

 

Conservation : Nouveau plaidoyer pour la sécurisation du Parc national des Virunga

La société civile environnementale du Nord-Kivu, et certains acteurs engagés dans le domaine  de l’environnement ont sensibilisé les députés provinciaux de cette Province, sur la sécurisation du parc national des Virunga en vue de favoriser le développement communautaire des populations. Ce plaidoyer a été lancé lors d’une réunion de réflexion organise  par l’Ong Initiative pour le développement et la protection de l’Environnement, ce vendredi 5 octobre 2017 à Goma.

L’objectif poursuivi par cet atelier était d’échanger sur les menaces qui pèsent sur le Parc national des Virunga et proposer des actions concrètes afin pallier à celles-ci,  tout en tenant compte des besoins des riverains.

Selon le député Bariyanga Rutuye,
« il est important de revoir les conventions entre ICCN et les populations locales, pour subvenir aux besoins quotidiens» a t-il proposé.

L’activité a permis également aux parties prenantes de partager leurs expériences de terrain pour en ressortir les recommandations pouvant ficeler les efforts de sécurisation du parc.

« Il est vivement souhaité de façon très urgente une brigade spéciale pour la protection des aires protégées comme décidé par ordonnance présidentiel», a indiqué un des participants.

Avec Tuver Wundi

Biodiversité : le parc de Virunga de nouveau dans le collimateur des pétroliers

La biodiversité dans le parc de Virunga tombe une fois de plus dans les griffes des pétroliers. Sauvé en 2015, après le désengagement de la firme britannique Soco qui voulait y exploiter de l’or noir, le bloc V du Rift Albertin congolais vient d’être réattribué à Oil Quest International, une société offshore, filiale de Oil Quest Holdings, compagnie offshore de l’Ile de Man, possédée par l’homme d’affaires palestinien, Amjad Bseisu, le Britannique , Tom MacKay, conseiller de la société Gemini Oil & Gas, dont le siège est à Londres, et d’un certain Jon Ford, ancien géologue chez BP, renseigne afrique.lalibre.be

Emmanuel Demerode, Directeur provincial de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et Chef de Site du Parc National du Virunga

Selon le journal belge, la société nationale des hydrocarbures du Congo (Sonahydro), a signé un « accord de principe » pour réattribuer le permis de Soco à une société inconnue.

Pour les défenseurs de l’environnement, l’exploration et l’exploitation du pétrole dans ce site du patrimoine mondial de l’humanité pourrait porter atteinte à la biodiversité du parc mais aussi à la survie de plus de 50 milles familles de pêcheurs suite à une marée noire éventuelle. « Les textes de loi au Congo sont extrêmement clairs. L’exploitation pétrolière dans un site du Patrimoine mondial n’est pas admise », avait déclaré en 2014, le conservateur chef du site, Emmanuel de Merode. « L’article 215 de la constitution prévoit que tout accord international qui est ratifié par l’Assemblée nationale a préséance sur les lois nationales, Et donc, il est catégoriquement illégal d’explorer du pétrole à l’intérieur du Parc dans la législation actuelle ».

Le parc national de Virunga avait été menacé de retrait sur la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO par la représentante générale de l’UNESCO, Irina Bokova si les autorités congolaises autorisaient des forages à l’intérieur de celui-ci.

Pour rappel en juin 2014, la firme britannique Soco International avait annoncé l’arrêt de ses activités dans le Parc national de Virunga, inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, suite à une campagne de sensibilisation des défenseurs de l’environnement.

Conservation : 3 gardes parc tués par les Mai-Mai dans le Parc national des Virunga

Le Parc National des Virunga a annoncé ce mardi 15 août, la mort de trois de ses gardes, tués dans la nuit du 14 août en plein exercice de leurs fonctions, par les rebelles du groupe armée Mai-Mai, dans le secteur Nord du parc. L’attaque s’est déroulée à l’occasion d’une patrouille de routine organisées par ces illustres disparus.


Charles Paluku Syaira, Jonas Paluku Malyani et Pacifique Musubao Fikirini ont été attaqués et tués dans leur campement installé dans cette partie du Parc. Un quatrième garde est actuellement porté disparu à la suite du même incident. « Nos pensées et nos condoléances les plus sincères vont aux familles et aux veuves des gardes Charles Paluku Syaira, Jonas Paluku Malyani et Pacifique Musubao Fikirini. Le garde Charles laisse derrière lui son épouse et huit enfants, garde Jonas son épouse et cinq enfants, et le garde Pacifique son épouse et quatre enfants », peut-on lire dans un communiqué émis à ce  à sujet.

Cette attaque porte à huit le nombre de gardes parc morts dans l’exercice de leurs fonctions au cours de l’année 2017. Durant les 20 dernières années, plus de 160 écogardes ont fait le sacrifice de leur vie pour protéger le Parc National des Virunga.

Les autorités du Parc National des Virunga déplorent cet incident et condamnent cet acte de barbarie commise à l’endroit de son personnel. Ils invitent par la même occasion ceux qui souhaitent exprimer leur soutien aux familles des gardes Charles, Jonas et Pacifique ainsi qu’aux proches de tous les autres gardes disparus, de bien vouloir verser une contribution au Fallen Rangers Fund du Parc National des Virunga.

Notons par ailleurs que cet incident n’a pas affecté les activités touristiques du parc.

 

Alfred Ntumba

VIRUNGA : Emmanuel de MERODE souhaite récolter 1 millions de dollars pour le parc

Le Directeur provincial de l’ICCN Nord KIVU Emmanuel de Merode, a annoncé le lancement d’une campagne de financement à hauteur de 1 millions de dollars en faveur du parc national de Virunga, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Emmanuel de Merode, Directeur provincial de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et Chef de Site du Parc National du Virunga

Ce belge né en Tunisie veut relever le défi un peu fou de courir le virgin money london marathon à travers la capitale britannique pour recueillir les fonds au bénéfice du parc national du parc national de Virunga.

Surprise et inquiétude, tels sont les sentiments éprouvés par plusieurs personnes à l’écoute de cette annonce d’Emanuel de Merode, qui il y a trois ans était tombé dans une embuscade qui a failli lui coûter la vie dans le quartier général du parc, à cause de sa fervente défense et protection de ce parc. Le concerné se dit être à la fois enthousiaste et un peu inquiet. Mais sa décision reste étayée par une généreuse offre pour chaque dollar récolter. Paul Lendear Engstrom de l’organisation the world we want foundation ajoutera 1 dollar supplémentaire jusqu’à 500.000 dollars.
«  Ma participation à ce marathon serait pour moi une façon de rendre hommage à 150 collègues qui ont payé de leur vie lors de la protection du parc », a souligné Emmanuel de Merode.

Ainsi, les fonds recueillis seront versés dans un fond spécial créé pour assurer l’avenir des gardes du parc et celui de leurs familles. En effet, ceux qui meurent en accomplissant leur devoir de protéger le parc laissent derrière eux des familles sans aucune source de revenus. Pareil pour les gardes blessés qui deviennent un fardeau financier pour sa famille.

Ces fonds aideront à couvrir les pensions de veuves et des gardes à la retraite, mais aussi pour payer les soins médicaux de rangers blessés dans l’exercice de leur fonction.

Le moment est venu pour faire un don à Virunga, car il n’y en a jamais eu un meilleur comme celui-ci, a déclaré le prince et la star dont le documentaire Virunga diffusé en 2014 a rendu hommage. Les hommes et les femmes qui se battent nuits et jours pour protéger ce parc classé parmi les 20 meilleures destinations touristiques du monde sont d’une motivation incommensurable pour Emmanuel de Merode.

L’avenir du parc national de Virunga est à ce jour menacé par l’exploitation pétrolière de la compagnie SOCO international. Alors qu’Emmanuel de Merode a toujours voulu transformer ce parc en un plus important vivier d’emplois de la région en souhaitant de l’exploiter pour fournir de l’électricité et un soutien médical et scolaire au 4 millions de personnes qui y vivent.

Thierry-Paul KALONJI