Archives par mot-clé : Wwf

Conservation : Un mort de plus dans la Salonga, WWF retire son soutien aux patrouilles

L’histoire remonte du 22 novembre 2019, avec la découverte d’un corps sans vie sur la rivière Loile près du port Ikolo non loin du Parc national de la Salonga, au nord-ouest de la RDC. 8 pécheurs ont été arrêtés en plein parc par les écogardes. Selon des sources concordantes, les écogardes auraient tiré de coup de feu de sommation pour dissuader ces pécheurs accusés de violer le terrain, et l’un d’eux aurait fuit et retrouvé mort par la suite.  

Un bonobo dans le Parc national de la Salonga. (Crédit photo, LuiKotae-T.Nicolon)

Joint au téléphone, le directeur de ce parc, Pierre Kafando confirme l’arrestations des pécheurs dans le parc, mais exclu toute confrontation ou un quelconque coup de balle sur le pécheur retrouvé mort.

« On a trouvé quelqu’un mort dans la rivière à la limite du parc. Là où les pécheurs avaient été arrêté c’est à l’intérieur du parc, à une quinzaine de kilomètres de la limite du parc. Et quelqu’un s’il était touché, il ne peut atteindre là-bas », a-t-il affirmé.

Une version de faits confirmée par l’Administrateur du territoire de Monkoto, Monsieur Gwasetebi, qui a envoyé un Officier de police judiciaire. « Je ne peux pas confirmer cela, parce que je n’étais pas sur le terrain. J’avais dépêché un OPJ. Nous attendons la confrontation des écogardes avec les membres de la famille du défunt », a-t-il déclaré. Continuer la lecture de Conservation : Un mort de plus dans la Salonga, WWF retire son soutien aux patrouilles

Conservation : La diminution des éléphants a freiné dans certaines aires protèges de la RDC

Depuis maintenant deux ans, la diminution des populations des éléphants dans certaines airées protégées de la République démocratique du Congo a freiné. Dans les parcs nationaux de la Garamba, Virunga et Salonga, qui jadis étaient considérés comme le bastion des braconniers, le massacre des éléphants connaît une diminution grâce aux efforts des différents bailleurs de fonds qui interviennent techniquement et financièrement dans ces parcs.

Les elphants dans le Parc national de la Garamba en RDC.

Bien que la situation semble s’améliorer, les menaces restent tout de même permanentes, comme le souligne l’alerte lancée récemment par le Fonds mondial pour l’environnement (WWF).

« La situation est très préoccupante pas seulement pour l’éléphant. Nombreux animaux sauvages sont gravement menacés par le braconnage généralisé », a déclaré Arnauld Jacques de Dixmude, chef de section Environnement et Agriculture à la Délégation de l’UE à Kinshasa. « Je veux croire que dans 2O ans l’espèce n’aura pas complètement disparu, dans les meilleurs de cas, elle subsistera dans quelques sanctuaires jalousement protégés, si la tendance actuelle n’est pas renversée ».

La question de la conservation de la biodiversité reste un enjeu crucial pour l’’Union européenne.  A travers le Fonds européen de Développement, cette institution intervient financièrement en Afrique Centrale et plus particulièrement en République démocratique du Congo. Continuer la lecture de Conservation : La diminution des éléphants a freiné dans certaines aires protèges de la RDC

Environnement  : Un édit pour planifier la gestion durable des ressources naturelles dans le Mai Ndombe

Avec une superficie de 127.465 km2, l’ex-domaine de la Couronne royale Belge est doté d’un potentiel important en ressources naturelles. Malheureusement, cette richesse contraste avec la pauvreté de sa population estimée à 1,5 millions d’habitants, d’une part, et des pressions accrues sur ses ressources naturelles, d’autres parts.

La mise en œuvre de la décentralisation à Maï-ndombe, conformément à l’article 2 de la Constitution de la République démocratique du Congo et en application de dispositions offre une opportunité de gestion décentralisée des ressources naturelles. Ce, en intelligence de la loi n°15/004 du 28 février 2015 portant fixation des limites des provinces et celles de la ville de Kinshasa et la loi n°15/006 du 25 mars 2015 déterminant les modalités d’installation de nouvelles provinces.

Le projet intégré REDD+/Mushie (WWF/RDC) a facilité du 04 au 08 novembre 2019, à Inongo, un atelier d’échanges et validation d’un draft zéro du projet d’édit portant modèle d’un plan de gestion des ressources naturelles. Cela après le partage des leçons tirées de l’expérience du processus d’élaboration des plans locaux de développement (PDL) des terroirs et plan de gestion des ressources naturelles (PGRN) dans le territoire de Mushie à Maï-ndombe. Continuer la lecture de Environnement  : Un édit pour planifier la gestion durable des ressources naturelles dans le Mai Ndombe

Biodiversité : Marco Lambertini , « le WWF accompagnera la RDC à préserver sa  biodiversité »

C’est en marge du sommet  Action Climat 2019 et de de la 74e Assemblée générale des Nations-Unies que le président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi  a accordé une audience  à la délégation du Fonds Mondial pour la Nature (WWF), conduite par son directeur général Marco Lambertini. A annoncé un communiqué de presse émis par WWF.

Une rencontre qui a tourné au tour du rôle de premier plan que devrait jouer le pays de Félix Tshisekedi pour répondre à l’urgence planétaire relative au changement climatique et à la perte croissante de la biodiversité mondiale. Cette audience était une occasion pour Marco Lambertini de réitérer à Félix Tshisekedi l’engagement de longue date de son institution  dans la protection de la nature et l’appui à gestion durable des ressources naturelles en RDC. Continuer la lecture de Biodiversité : Marco Lambertini , « le WWF accompagnera la RDC à préserver sa  biodiversité »

Conservation : Plus de financements allemands au WWF ?

Faux rétorque WWF à l’information relayée par Buzzfeed News, qui dans une de ses publications a affirmé que la décision d’interrompre le financement allemand au Fonds mondial pour la Nature (WWF) fait suite aux allégations portées contre cette organisation internationale accusée d’avoir financé des exactions à l’endroit des communautés locales et peuples autochtones dans aires protégées en Afrique et en Asie. L’Allemagne a financé le WWF avec des dizaines de millions d’euros au fil des ans. Maintenant, les fonds ont été gelés. L’Agence allemande pour la coopération internationale (GIZ), dirigée par l’État, a suspendu ses paiements au WWF jusqu’à nouvel ordre.

« Les conditions de paiement sont régies par un contrat privé et soumis aux obligations contractuelles de confidentialité. Pour cette raison, nous vous demandons de bien comprendre que nous ne pouvons fournir aucune information sur le montant des fonds affectés, décaissés, et ou gelés », a déclaré la porte-parole de la KfW, citée par BuzzFeed News.

Le WWF s’était en fait engagé à enquêter sur les incidents et avait envoyé deux équipes d’enquête à la Salonga. Mais lorsque leur rapport a été disponible, le WWF a essayé de garder les résultats secrets auprès de ses partenaires et du public. L’un des enquêteurs a déclaré qu’il avait été menacé de mort sur place. Les équipes se sont également plaintes de l’insuffisance du temps imparti pour clarifier la situation et empêchaient de nouvelles allégations. Continuer la lecture de Conservation : Plus de financements allemands au WWF ?

Conservation : la RDC s’apprête à catégoriser ses aires protégées conformément aux critères de l’UICN

Dans le souci de se conformer aux exigences  de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) relative à la catégorisation des aires protégées, la RDC s’apprête à procèder à la catégorisation de toutes ces aires protégées. Le pays dispose de plus de 60 aires protégées et huit parcs nationaux. Malgré cette richesse, il est difficile de relier une aire protégée à une quelconque catégorie de l’UICN. C’est pour  résoudre ce problème que l’ICCN (Institut Congolais pour la Conservation de la Nature) et ses partenaires s’adonnent à cet exercice de catégorisation des aires protégées que regorge le pays.

«  En Afrique de l’Ouest et Centrale, la RDC est le premier pays qui se prête à cet exercice de catégorisation des aires protégées. Nous lancerons également le processus de l’inscription de nos aires protégées sur la liste verte de l’UICN, car à ce jour  seuls quatre pays Africains l’ont déjà  fait», s’est réjoui Menard Mbende, coordonnateur des aires protégées chez WWF.

Organisé par l’ICCN  grâce à l’appui du WWF et l’accompagnement de l’UICN,  cet atelier  de réflexion sur la catégorisation des aires protégées sur base des critères de l’UICN et sur la liste verte des aires protégées, réunira pendant  deux jours  plusieurs acteurs impliqués dans le secteur de la conservation en République démocratique du Congo.

Pour les organisateurs, ces assises se veulent un cadre propice pour réfléchir et échanger afin de présenter les principes de catégorisation des aires protégées conformément aux lignes directrices de l’UICN,  présenter  le processus de classement des aires protégées dans une catégorie donnée et  définir au final une feuille de route pour la mise en œuvre du processus d’inscription sur la liste verte. Continuer la lecture de Conservation : la RDC s’apprête à catégoriser ses aires protégées conformément aux critères de l’UICN

Agriculture : « Les réalisations de PIREDD dans le Maï Ndombe constituent des cas d’exemples à partager », (Jean Minengu)

Une Délégation de la Présidence de la République vient d’effectuer une visite de terrain dans la Province du Mai-Ndombe, pour se rendre compte des réalisations obtenues dans le cadre du Projet Intégré REDD. Pour le Professeur Jean Minengu, Conseiller du Président de la République au Collège Urbanisme et Environnement, « ces réalisations constituent des cas d’exemples à partager pour illustrer comment la conservation de la nature et le développement communautaire peuvent se réaliser concomitamment et contribuer ainsi à la réduction de la pauvreté des populations ».  

Selon le communiqué sectionnant la fin de cette mission, « plusieurs résultats patents sont à mettre à l’actif des projets exécutés par le WWF-RDC dans la province du Mai-Ndombe. Il s’agit entre autres des plantations agro-forestières, des routes réhabilitées, des ponts en construction, des vergers d’arbres fruitiers mis en place, des palmeraies installées, des associations structurées ».   Continuer la lecture de Agriculture : « Les réalisations de PIREDD dans le Maï Ndombe constituent des cas d’exemples à partager », (Jean Minengu)

Forêts : WWF-RDC évalue son appui aux communautés locales et peuples autochtones

Informer au préalable les concessionnaires, réaliser et innover dans l’élevage, accorder le maximum de temps aux concessionnaires, tels sont les recommandations faites par le Fonds Mondial pour la Nature(WWF) avec les financements du NORAD (The Norwegian Agency for Development Cooperation). Des recommandations formulées à l’issue d’un atelier s’inscrivant dans le cadre d’une mission de facilitation des négociations et suivi des accords des clauses sociales dans les concessions ciblées, que finance WWF au travers de son programme Gouvernance forestière.

Ces assises de 2 jours organisées à Kinshasa, ont été une occasion de présenter le résumé analytique du travail réalisé par chaque ONG afin d’analyser la situation en référence aux résultats attendus, de relever les observations clés et présenter le rapport synthèse de la mission.
« Nous avons déployé les experts de la société civile pour le suivi des réalisations des infrastructures socio-économiques. Ils ont visités les entreprises et identifiés les projets communautaires contenus dans les accords des clauses sociales », a expliqué Jean-Marie Bolika, coordonnateur du programme gouvernance forestière à WWF.
« Nous avons eu au retour des données voulues en terme des résultats des tous ces accords qui étaient prévu entre les entreprises et les communautés locales », a-t-il renchéri.
Au cours de cet atelier, il a été décidé de la poursuite des missions de terrains composées de 9 délégués des ONG actives. Ces interventions d’accompagnement se réaliseront dans les villages dans les villages riverains des exploitations des entreprises forestières, notamment SICOBOIS, IFCO, BEGO CONGO FORESTIERE, SODECOR et CFT.
Les délégués des ONG ciblées notamment CENADEF, GAPE, AVOCATS VERTS, OCEAN, NTOMOKOLO, CWS, AMAR, RAIFORCO, R/VRIEF et GTF ont pu présenter leurs rapports des missions lors de cette rencontre. Continuer la lecture de Forêts : WWF-RDC évalue son appui aux communautés locales et peuples autochtones

Forêt : La province de la Tshopo dotée d’un Conseil consultatif provincial de forêt

La province de la Tshopo dispose désormais d’un Conseil consultatif provincial de forêt. Il a été installé à l’issue d’un atelier de 3 jours tenu dans la salle du ministère de l’Environnement de cette province issue du démembrement. La Tshopo est là 4ème province qui bénéficie de cette initiative du Programme gouvernance forestière piloté  du WWF-RDC.

« La province de la Tshopo est parmi les grandes provinces en conflit de terres et de forêts. Avec ce Conseil qui va travailler de manière permanente, nous osons croire qu’il y’aura de l’ordre dans la gestion de la forêt », a indiqué le ministre provincial de l’Environnement.

L’autorité provinciale a émis le vœu de voir ce Conseil consultatif travailler de manière permanente pour donner les avis et considérations sur la gestion durable et rationnelle des forêts. « Nous avons des taxes et  redevances forestières. Par rapport aux recettes forestières contenues dans le budget de la province, nous allons faire en sorte que ce Conseil soit pris en charge », a-t-il déclaré. Continuer la lecture de Forêt : La province de la Tshopo dotée d’un Conseil consultatif provincial de forêt

Forêts : La province de la Tshuapa dotée d’un conseil consultatif des forêts

Désormais, la province de la Tshuapa dispose d’un conseil consultatif des forêts. Une nouvelle qui réjouit  tous les fils et filles de cette province dont la forêt  est sa seule ressource. L’installation de cet organe technique multi-acteurs  a bénéficié  du soutien des programmes gouvernance forestière et Salonga du  Fonds mondial pour la nature WWF.

 « Doter la province de cet outil indispensable de la gouvernance forestière qui soit participative constitue sans nul doute une avancée significative dans la perspective de la  décentralisation », a déclaré Pancrace Boongo, gouverneur de la Tshuapa.

L’installation de cet organe a été  précédée par un atelier de formation  qui s’est étendu sur  5 jours.  Au cours de ces assises, les différentes parties prenantes ont eu droits aux échanges  sur les matières relatives à la gouvernance forestière, dans le but de renforcer leurs capacités et aussi  d’avoir le même niveau  de compréhension s’agissant de la gestion des forêts. Ceci les permettrait de bien accomplir leur mission qui reste celle d’accompagner  le gouverneur dans la prise des décisions relatives à la gouvernance forestière.

Les parties prenantes  se sont réjouies de  l’installation de cet organe et promettent de tout mettre en œuvre pour pérenniser cette richesse.

«  Je remercie le WWF pour son accompagnement, de mon côté je vais sensibiliser nos populations par rapport à l’utilisation de nos forêts. Je vais les conscientiser pour qu’ils comprennent comment gérer nos forêts, étant notable de la contrée, je crois que mon apport sera important », a affirmé Prospère BAKOLE, président de la société civile forces vives de la Tshuapa.

Héritée de l’ancien domaine de la couronne  royale  de Léopold II, cette  forêt  sur laquelle repose l’espoir de toute la province regorge plusieurs espèces végétales et animales.

Thierry-Paul KALONJI