FORÊT

La gestion durable des forêts peut rapprocher la richesse de l’Afrique
Forêt : La gestion durable des forêts peut rapprocher la richesse de l’Afrique


PartagezFacebookTwitterLinkedinLe continent africain est entouré de vastes richesses naturelles dans sa forêt tropicale dense, mais

Lors d’un atelier de formation régionale organisée au Safari Club, Nairobi-Kenya, le 20 mai 2019, sous le thème «Gestion durable des forêts et leadership pour les décideurs politiques en Afrique», les participants ont souligné la nécessité pour le continent de trouver une solution durable à la pauvreté, concluant «la forêt si elle est gérée de manière durable, la richesse de l’Afrique sera si proche ».

«Si l’Afrique veut sortir de ses difficultés, le secteur forestier doit jouer un rôle central», a déclaré Derek Berliner, expert en écologie et conservation des forêts en Afrique du Sud.

Les experts en environnement et en foresterie présents à l’atelier ont convenu à l’unanimité que, faute de changements, les problèmes de mauvaise gouvernance qui sévissaient depuis des générations dans le secteur forestier devaient cesser, de même que le flux de bois illégal qui saturait encore les marchés européens et asiatiques.

Les dirigeants et les décideurs africains doivent acquérir les compétences nécessaires pour saisir l’ampleur du défi et améliorer la gestion des forêts en tant que voie à suivre pour mieux lutter contre la pauvreté et la protection de l’environnement en Afrique.

C’est dans ce contexte que cet atelier de renforcement des capacités a été organisé à l’intention des responsables politiques, des institutions, des particuliers, y compris des agriculteurs et des organisations d’agriculteurs.

Les acteurs forestiers qui seront formés seront ensuite en mesure de concevoir et de mettre en œuvre des stratégies et des politiques forestières qui amélioreront la gestion durable des forêts en Afrique tout en répondant aux problèmes nouveaux et émergents.

«Les décideurs des institutions doivent être dotés de compétences supplémentaires en leadership afin d’améliorer les performances du secteur forestier et d’aider le continent à exploiter pleinement son potentiel économique et social tout en répondant aux nombreux problèmes environnementaux mondiaux qui ont émergé et ont sur la foresterie en Afrique », selon un document du Forum forestier africain.

Il note que la communauté mondiale s’intéresse maintenant aux voies de croissance verte axées en particulier sur la foresterie. Les responsables du Forum Forestier Africain disent que cet objectif peut être mieux atteint si les différentes parties prenantes sont mieux équipées avec les connaissances nécessaires pour jouer leur rôle.

« Le renforcement des capacités permettra aux décideurs politiques de s’adapter en permanence à l’environnement en constante évolution qui affecte les forêts », a déclaré leProf Godwin Kowero, secrétaire exécutif de l’AFF.

Selon AFF, il est nécessaire que les gouvernements, les organisations publiques et le secteur privé apportent une réponse plus ferme à la gestion durable des forêts afin de permettre à l’Afrique de tirer le meilleur parti de ses riches ressources forestières.

La couverture forestière actuelle de l’Afrique de 624 millions d’hectares (23% de la superficie terrestre) représente un capital naturel qui soutient les moyens de subsistance en milieu rural et les économies nationales et qui offre un potentiel considérable dans l’économie mondiale.

Les écosystèmes forestiers africains se caractérisés également par une biodiversité élevée et des espèces endémiques, ainsi que par des produits forestiers non ligneux, dont la valeur annuelle du commerce est appréciable. Les forêts représentent 21% du stock total de carbone mondial détenu dans les forêts.

Les experts disent espérer que l’Afrique pourra tirer une meilleure partie de ses riches ressources forestières si les différentes parties prenantes travaillent en synergie dans l’intérêt de tous.

«L’Afrique peut faire mieux si nous travaillons main dans la main. Les décideurs, la société civile, le secteur privé et d’autres acteurs devraient savoir que la gestion durable des forêts est la voie à suivre», déclare Cécile Ndjebet du Réseau de femmes africaines pour la gestion communautaire des forêts (REFACOF), une ONG basée au Cameroun.

Elias Ntungwe Ngalame

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous tenir au courant de nos activités.

ILS NOUS FONT CONFIANCE

logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1