Forêts : Jean-Marie Bolika, « nous attendons des signaux forts du nouveau ministre de l’Environnement»

« Il faut annuler les arrêtés attribuant les concessions forestières en violation du moratoire », tel est l’essentiel du message de Jean-Marie Bolika, chef de programme Gouvernance forestière au WWF-RDC. Invité du Weekend d’ENVIRONEWS TV, l’expert congolais a insisté sur la nécessité pour le nouveau ministre de l’Environnement et Développement durable, Claude Nyamugabo Bazibuhe, de lancer des signaux forts en direction de la communauté internationale, en annulant les concessions attribuées illégalement par son prédécesseur, Amy Ambatobe.

Jean-Marie Bolika, Coordonnateur de Programme Gouvernance forestière/WWF-RDC.

Pour ce cadre au WWF-RDC, avec la diplomatie du nouveau président de la République, la RDC doit donner des signaux forts démontrant que le pays veut changer les choses pour inciter les investisseurs à venir, et rassurer les partenaires techniques et financiers.

« On a fait des rapports plusieurs fois. Mais, le ministre qui était là s’est entêté et il n’a pas voulu changer sa décision. Nous souhaitons que les nouvelles autorités prennent les choses au sérieux », a-t-il indiqué. « Dès que le nouveau ministre va annuler ces concessions, il sera applaudi par les principaux partenaires de la RDC ».

Tout en reconnaissant la faible contribution du secteur forestier au budget de l’Etat, Jean-Marie Bolika reste tout de même convaincu de la nécessité de lever le moratoire instauré sur les forêts congolaises depuis 2002, afin d’aider les pays à tirer profit des immenses ressources forestières.

« Le moratoire doit être levée, oui ! Mais il y’a des conditions. Derrière ce moratoire, il y’a de pesanteurs.  On a aujourd’hui soixante – trois concessions forestières. Si vous partez de 2016 à 2019, il n’y en a pas vingt qui sont opérationnelles », a-t-il précisé.

Lire aussi  Rwanda : formation des journalistes de pays membres du Bassin du Nil

Cette situation est justifiée par le fait que certains opérateurs bien que détenant des concessions, ne sont pas capables de les exploiter, faute de moyens. Jean-Marie Bolika déplore cependant la cacophonie entretenue par l’ancien ministre de l’Environnement qui a retiré et attribué des concessions aux tierces personnes en violation des dispositions légales en la matière.

« Le fait de n’avoir pas respecté la procédure nous met aujourd’hui sous l’embargo de la communauté internationale pour que la RDC ne puisse pas tirer profit du Fonds CAFI (Initiative pour les Forêts d’Afrique Centrale). Et ceci à cause des intérêts individuels », s’est-il indigné.

Monsieur Bolika propose qu’une réflexion profonde soit menée afin de trouver des pistes de solution durable devant aider le pays à lever le moratoire qui n’a fait que trop duré.

« La suggestion que je fais au nouveau ministre c’est de réunir les acteurs clés à savoir, la société civile, le secteur privé, l’administration forestière, les partenaires techniques et financiers et les services connexes dont la justice, la défense, la primature, et la présidence de la République au tour d’une table, pendant une semaine à Kisantu, ils lui donneront des recommandations ».

L’intégralité de cet entretien est à suivre absolument dans INVITE DU WEEKEND, ce samedi 26 octobre, sur ENVIRONEWS TV, en TNT sur canal 103, BleuSat Canal 30 et MediaSat Canal 77.

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *