Conservation : Un mort de plus dans la Salonga, WWF retire son soutien aux patrouilles

L’histoire remonte du 22 novembre 2019, avec la découverte d’un corps sans vie sur la rivière Loile près du port Ikolo non loin du Parc national de la Salonga, au nord-ouest de la RDC. 8 pécheurs ont été arrêtés en plein parc par les écogardes. Selon des sources concordantes, les écogardes auraient tiré de coup de feu de sommation pour dissuader ces pécheurs accusés de violer le terrain, et l’un d’eux aurait fuit et retrouvé mort par la suite.  

Un bonobo dans le Parc national de la Salonga. (Crédit photo, LuiKotae-T.Nicolon)

Joint au téléphone, le directeur de ce parc, Pierre Kafando confirme l’arrestations des pécheurs dans le parc, mais exclu toute confrontation ou un quelconque coup de balle sur le pécheur retrouvé mort.

« On a trouvé quelqu’un mort dans la rivière à la limite du parc. Là où les pécheurs avaient été arrêté c’est à l’intérieur du parc, à une quinzaine de kilomètres de la limite du parc. Et quelqu’un s’il était touché, il ne peut atteindre là-bas », a-t-il affirmé.

Une version de faits confirmée par l’Administrateur du territoire de Monkoto, Monsieur Gwasetebi, qui a envoyé un Officier de police judiciaire. « Je ne peux pas confirmer cela, parce que je n’étais pas sur le terrain. J’avais dépêché un OPJ. Nous attendons la confrontation des écogardes avec les membres de la famille du défunt », a-t-il déclaré.

Selon la société civile, ce nième cas de mort enregistré dans le parc de la Salonga vient confirmer les allégations relayées au mois d’Avril dernier par Buzzfeed, qui avait mis à nu les violations commises sur les communautés locales, par les agents de la conservation de ce parc.

Lire aussi  Biodiversité : Le plus vieux girafe mâle reproducteur d'Europe est mort

« Nous ne cessons de déplorer ça. Malgré tout ce que nous sommes entrain de faire, curieusement ces mêmes pratiques se répètent. Il y’a un dossier de meurtre au tribunal, et dont le jugement est sorti. Nous n’avons pas été satisfait du fait que sur 4 écogardes poursuivis, un seul a été condamné. Nous avons interjeté appel », a déploré Blaise Mudodosi, coordonnateur de l’ONG APEM.

WWF suspend son soutien aux patrouilles

Dans une courte déclaration dont Environews RDC s’est procurée une copie, le Fonds Mondiale pour la Nature, (WWF) a suspendu avec effet immédiat son soutien aux patrouilles dans le Parc de la Salonga, depuis le mercredi 11 décembre 2019. Cette décision intervient alors que les autorités locales de police enquêtent sur le cas tragique d’un corps retrouvé dans le parc.

« Nous envisagerons de lever cette suspension une fois que les autorités auront achevé leur enquête et nous pourrons confirmer que des mesures rapides et décisives seront prises contre toute partie reconnue coupable », indique cette déclaration. « Nous sommes profondément déterminés à assurer l’avenir à long terme des forêts et de la biodiversité pour les personnes et la nature dans des contextes difficiles comme Salonga ».

WWF se dit toutefois déterminé à continuer son appui au travail de développement communautaire avec les communautés locales et autochtones vivant dans et autour de Salonga pendant que la suspension du soutien aux patrouilles de campagne est en place.

Cela comprend des activités liées à la foresterie communautaire, à l’agriculture durable, à l’accès aux marchés et au développement de chaînes de valeur, aux structures d’appui aux communautés et à la gouvernance et au pilotage du mécanisme de règlement des griefs ainsi qu’au déploiement des garanties environnementales et sociales renforcées du WWF.

Lire aussi  Coronavirus : A quelques heures du deconfinement de la Gombe, l’état d’urgence prête confusion aux kinois

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *