Forêt : La CNCEIB saisit le Chef d’Etat-Major de la Force navale et d’autres services étatiques pour l’évacuation des radeaux des grumes d’origine illégale dans les Ilots avoisinant les ports de Kinkole

La Coalition nationale contre l‘exploitation illégale du bois (CNCEIB), s’insurge contre la persistance des radeaux des grumes d’origine illégale dans les Ilots avoisinant les ports de Kinkole. Dans une correspondance adressée au Chef d’Etat major de la Force navale, avec en ampliation d’autres services étatiques, notamment ceux du ministère de transport et voies de communication, cette organisation de la société civile sollicite l’implication de la force navale pour que ces cargaisons des bois d’oeuvre soient saisies et ramenées dans les ports pour la vérification de leur légalité.

« Pour faciliter le contrôle des services de l’environnement et contribuer à la lutte contre la criminalité forestière, nous vous demandons d’instruire les éléments de la Force Navale en poste à Kinkole d’évacuer toutes les cargaisons des bois disséminées dans les ilots et les conduire vers les ports privés aménagés pour accueillir les grumes notamment MICA SARL (ex MOMBEMBE), IBRA (ex MBOMBOKIN) et SAFRICAS« , peut-on lire dans cette correspondance dont Environews s’est procurée une copie.

Cette situation est consécutive à la dénonciation de la Société Civile relative à l’exploitation illégale du bois par les artisanaux dont les marchandises se trouvent stockées et vendues dans les différents ports et ilots de Kinkole dans la Commune de la N’sele, et le long du fleuve.  

« Il a été constaté avec amertume la complicité très alarmante entre les services de la police fluviale, la Détection Militaire des Activités anti-Partie (DEMIAP), la Direction Générale des Impôts (DGI), la Force Navale et les exploitants artisanaux sur l’illégalité qui caractérise leurs activités. Qu’à ces termes, ces exploitants artisanaux traversent la frontière avec leurs marchandises à travers leurs radeaux dont le nombre de grumes dépassent largement celles accostées sur les ports, malgré les différents contrôles sensés exister sur le fleuve Congo et dans les frontières par les services sus indiqués« , précise Philippe Nzita, secrétaire exécutif de la CNCEIB.

La CNCEIB compte sur la volonté de tous les services de l’Etat et surtout sur l’implication personnelle du chef d’Etat major de la Force navale pour que faire respecter la loi dans ces ports et dans les ilots le long du fleuve Congo

Lire aussi  Environnement : 12 journalistes formés par le CIFOR sur les questions environnementales

« Nous osons croire que votre intervention va appuyer les mesures prises par le Gouvernement Congolais en date du vendredi 29 Juin 2020, au cours de la 36ème réunion du Conseil des Ministres dont l’extrait est joint en annexe, qui vise à garantir la gouvernance forestière et à assurer la maitrise du processus de traçabilité du bois artisanal et à veiller à la maximisation des recettes dues au trésor public et à lutter contre la criminalité forestière, notamment dans les ports et ilots de Kinkole« , conclu cette correpondance. 

lire la lettre iciV.S.E_ Final_DENONCIATION_002-SEC-EXECUTIF-CNCEIB_07102020

Alfred NTUMBA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *