Forêt : L’Oslo Tropical Forest Forum met un accent particulier sur le rôle essentiel des peuples autochtones pygmées dans la préservation des forêts de la RDC

Un wébinaire a été organisé par l’Oslo Tropical Forest Forum, en collaboration avec la Rainforest Foundation Norway, le jeudi 11 mars. Ce webinaire avait pour objectif de mettre en lumière en quoi les savoirs autochtones offrent des solutions pour la préservation des forêts tropicales et le maintien de la biodiversité. Une des sessions de ce wébinaire a été consacrée particulièrement aux peuples autochtones pygmées de la RDC et la manière dont ces derniers doivent être pleinement associés dans les efforts du pays en matière de développement, de protection des forêts et de leur biodiversité, ainsi que de lutte contre le changement climatique.

Cette session a mis en lumière les connaissances et pratiques traditionnelles de ces peuples qui permettent de garder intactes les forêts congolaises. 

« Le mode de vie des peuples autochtones pygmées contribue à la préservation des forêts et il existe une forte corrélation entre ce mode de vie et le maintien des forêts intactes restantes du pays. Les initiatives nationales et internationales pour la préservation du couvert forestier devraient reconnaitre, récompenser et encourager ces efforts », a déclaré Patrick Saidi, coordonnateur de la DGPA.

Cependant, il se dégage un constat tel que l’immense majorité des financements des partenaires ciblent les moteurs de déforestation, plutôt qu’encourager ceux qui protègent les forêts, en l’occurrence les peuples autochtones pygmées. Cette situation est justifiée notamment par le choix des agences d’exécution de différents projets sur terrain. La CAFI (Initiative pour les Forêts d’Afrique centrale) entend changer ce paradigme, lors de ses prochaines interventions. 

« Au niveau de la CAFI, nous menons une discussion pour voir comment financer les développements à la base. Pour cela nous allons travailler davantage avec les agences d’exécution et les ONGs locales en vue d’atteindre directement les communautés protectrices des forêts», a fait savoir Gaia Allison, conseillère régionale en Climat et Environnement à l’Ambassade de Royaume Uni à Kinshasa.

Lire aussi  Climat : des entités publiques et privées formées sur les finances climatiques en RDC.

Le ministre de l’Aménagement du Territoire Aggée Aje Matembo Toto a réaffirmé la détermination de la République Démocratique du Congo à compter sur les peuples autochtones pygmées dans la prise de décision en matière de développement du pays. Les deux outils produits en 2020 par son ministère consacrent, a-t-il affirmé, clairement cette donne.

 « La gouvernance forestière aujourd’hui ne peut pas s’évaluer sans mettre au centre la question des peuples autochtones. Cela se traduit en acte à travers mon ministère qui vient de produire la politique de l’aménagement du territoire ainsi que le projet de loi relative à l’aménagement du territoire. Ça signifie que nous devons sécuriser les droits et avantages des peuples autochtones», a-t-il précisé.

A en croire le ministre, ces instruments produits à ce jour sont le reflet de l’engagement et la volonté politique du gouvernement congolais à résorber toutes les questions taboues autour de ces peuples. « Nous allons privilégier le dialogue et la consultation dans les affectations et la gestion de nos terres, pour que ceux qui protègent nos forêts puissent en bénéficier réellement», a-t-il informé.

Les peuples autochtones pygmées jouent un grand rôle dans la protection des forêts et de la biodiversité de la RDC. Leurs expériences de gestion qualitative et quantitative des ressources forestières restent un atout indéniable pour les engagements et objectifs que s’est fixée la RDC en matière de la protection de ses forêts et sa biodiversité. 

« Les peuples autochtones sont les premières victimes de la destruction des forêts. Pourtant, leurs savoirs et pratiques traditionnels sont porteurs de solutions efficaces pour la préservation de l’intégrité des forêts. Les initiatives nationales et internationales visant à lutter contre la déforestation et le changement climatique doivent reconnaitre et récompenser ces efforts et placer les communautés dépendantes des forêts au cœur de leur théorie de changement, en les considérant comme acteurs et partenaires davantage que comme bénéficiaires», a martelé Kevin Sasia, directeur pays de la Rainforest Foundation Norway.

Lire aussi  Biodiversité : Patrick Bourgeois Bakwa présente deux livres pour établir le lien entre la littérature, le théâtre et l’environnement

Notons par ailleurs que l’édition 2021 d’OTFF s’est concentrée sur les solutions des peuples autochtones dans le cadre d’un New Deal pour la nature et des solutions fondées sur la nature. La session plénière a tourné autour du «renforcement du soutien international aux solutions autochtones». 

Alfred NTUMBA


2 réflexions sur « Forêt : L’Oslo Tropical Forest Forum met un accent particulier sur le rôle essentiel des peuples autochtones pygmées dans la préservation des forêts de la RDC »

  1. Je suis très heureux en lisant cet article sur le rôle déterminant des peuples autochtones pygmées dans la préservation de la biodiversité de nos forêts. Je travaille avec les peuples autochtones pygmées de la lisière du parc national de Salonga et je serai très heureux d’apporter notre expertise et des informations sur les pygmées oubliés de la province du Sankuru en RDC. Abbé Jerry Lokela, Coordonnateur de l’ONG Amis de faune et flore de Lileka. +243813099087

  2. Ma recherche de master intitulé « L’implication des peuples autochtones Batwa dans la conservation de la biodiversité, ça des peuples autochtones du secteur Mikeno, du Parc National de Virunga, RDCongo » que je vais defendre dans ce mois de Mars 2021, apporte beaucoup des résultats, des conclusions et des recommandations aux autorités des aires protégées pour une implementation dans le partage des bénéfices, la prise de décision et l’amélioration des conditions socio-économiques des Batwa pour une conservation durable.

    J’aime aussi cet article et l’idée d’avoir organisé un tel échange.

    Eliode Bakole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *