Biodiversité : Les chimpanzés à face blanche font leur retour dans la Réserve de biosphère de Luki (RD CONGO)

Alors qu’on les croyait disparus à jamais, des chimpanzés réapparaissent dans la réserve de biosphère de Luki, faisant à la fois l’étonnement et la joie des chercheurs. Un exemple de résilience et de survie qui prouve que les efforts de conservation de la réserve peuvent produire des fruits inattendus.

En décembre 2020, les professeurs Jean Semeki et Cédric Vermeulen, respectivement de l’Université de Kinshasa et de l’Université de Liège en Belgique, avaient installé des pièges caméras permettant de capturer des images de la faune de la réserve. Un mois après l’installation de ce dispositif, le mystère de la présence des chimpanzés est enfin levé. La Réserve de Luki abrite effectivement quelques individus de cette espèce de primates en plus de petits mammifères.

La forêt de Luki et ses environs est bien connue pour ses essences forestières mais l’on ne peut affirmer que la diversité de sa faune soit sa caractéristique première. Et encore moins la présence de grands singes. Pourtant des récits ont existé accréditant la thèse de la présence de chimpanzés (Pan troglodytes verus), récits laissant souvent assez sceptiques sur leur authenticité.  

La Réserve est certes la dernière relique de l’ancienne forêt dense du Mayombe. Mais, il ne faudrait pas perdre de vue qu’elle est en quelque sorte un ilot au milieu d’un environnement largement altéré par l’activité humaine ne tenant sa survie qu’à la volonté et la passion de ses défenseurs.

« La présence des chimpanzés est donc un encouragement aux efforts des différents projets mis en œuvre par le Fonds mondial pour la Nature (WWF) les dix dernières années. Le dernier en date étant le projet de ‘Renforcement de la résilience au changement climatique des communautés locales de Luki et de Mai-Ndombe en RDC’, mis en œuvre par le WWF et l’Ecole Régionale Postuniversitaire d’Aménagement et de Gestion intégrés des Forêts et Territoires tropicaux(ERAIFT) depuis janvier 2019 avec l’appui financier de l’Union Européenne », a indiqué Ernest NTUMBA, gestionnaire de ce projet. 

Sous la gestion de l’ERAIFT, l’observation de la faune en général et des chimpanzés en particulier se poursuit. Ceci devrait permettre de mieux cibler l’effort de surveillance à consentir pour protéger les chimpanzés, espèce rare, dont le statut – suivant la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) – est en danger.

Lire aussi  COP 23 : bilan mitigé pour la première semaine des négociations

Ainsi, la présence certifiée de chimpanzés dans la Réserve de biosphère de Luki est une opportunité pour sa conservation et protection.

Si l’évidence de la présence de ces animaux est ainsi démontrée, il doit assurément s’agir d’une évolution positive de leur habitat qui leur a permis de se sentir en sécurité. Les travaux inlassables de préservation de la Réserve fournissent un résultat certes inattendu qui a le mérite de démontrer que les efforts mis en œuvre sont payants. Les arbres et la végétation sont protégés des menaces et ceci profite aux habitants naturels de la forêt. 

La Rédaction

Une réflexion sur « Biodiversité : Les chimpanzés à face blanche font leur retour dans la Réserve de biosphère de Luki (RD CONGO) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *