Hydrocarbures : Didier Bundimbu seul maitre pour l’amélioration de la gouvernance et le rendement du secteur

Remise et reprise au ministère des hydrocarbures mercredi 28 avril 2021, l’ancien vice-ministre à l’enseignement primaire secondaire et technique EPST, Didier Budimbu Ntubuanga prend les commandes de ce ministère stratégique en remplacement du sortant ministre d’Etat Rubens Mikindu Muhima et son vice-ministre Mussa Mondo. Ils ont accueilli leur successeur et l’ont fait visiter les différents compartiments du cabinet situé dans le bâtiment du gouvernement sis boulevard triomphal à Kinshasa Lingwala, avant de procéder à la remise des documents dans le bureau. 

L’ancien locataire du ministère des hydrocarbures s’est déclaré très heureux de céder son fauteuil à un compatriote qu’il connait bien et qui le respecte, de quoi croire que, ce que lui n’a pas accompli, Didier Budimbu va relever le défi.      

Entre autres missions confiées au nouveau patron des hydrocarbures, selon le programme du gouvernement SAMA LUKONDE approuvé lundi 26 avril par l’assemblée nationale, il faut noter la restructuration de la société nationale des hydrocarbures (SONAHYDROC), et contrôler le flux des paiements des sociétés pétrolières installées en RDC sur le plan fiscal et douanier afin d’améliorer la gouvernance, la transparence et le rendement dans le secteur. Ce à quoi Didier Budimbu Ntubuanga a pris la mesure de la tâche pour laquelle il a sollicité l’accompagnement du secrétariat général et de la délégation syndicale. 

Il a également indiqué vouloir s’appuyer sur le contrôle de l’inspection générale des finances afin que la gestion de son ministère soit auditée et rendue publique, dans le souci d’un bon encadrement des fonds mis à sa disposition.

Avec l’arrivée du nouveau Ministre, Il y a lieu d’espérer aussi que la problématique de l’exploitation des hydrocarbures dans les aires protégées va être traitée sans complaisance, en prenant en compte toutes réalités qui entourent ce dossier, au moment où la RDC veut accroitre ses revenus pour faire face aux multiples problèmes de la population mais que les pesanteurs de la protection de l’environnement s’imposent. Une bonne politique managériale est à mettre en œuvre quant à ce.

Lire aussi  Forêt : Tosi Mpanu Mpanu, « Il est temps de revoir le moratoire sur les forêts congolaises »

Roméo KALONJI KATSHIKA 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *