FORÊT

Que faut-il faire pour encourager les jeunes congolais à se lancer dans l’entrepreneuriat afin de sauver des forêts du Bassin du Congo ?
Forêt : Que faut-il faire pour encourager les jeunes congolais à se lancer dans l’entrepreneuriat afin de sauver des forêts du Bassin du Congo ?


Le mécanisme de réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+) en RD Congo reste une véritable aubaine pour les jeunes entrepreneurs congolais. Se lancer dans le secteur de l’écologie par exemple va contribuer d’une part à la création des emplois vers des jeunes et à la protection des forêts du bassin du Congo dont la RDC détient près de 65 % à elle seule. Une répartition qui fait du pays un grand fournisseur d’opportunités. Cette information a été livrée sur les ondes de la Radio Okapi, par Alfred Ntumba Prince, directeur général de ENVIRONEWS-RDC, invité du magazine Okapi Services.

L’importance croissante de la notion de la préservation de l’environnement et du développement durable a fait émerger des nouveaux types d’entreprenariats. En ce qui concerne notamment l’assainissement du milieu, le recyclage et autres métiers verts à Kinshasa et dans d’autres villes de la RDC pourtant il existe plusieurs autres opportunités inexplorées en RDC.

” C’est vrai qu’aujourd’hui les jeunes kinois pensent qu’avoir un métier vert, c’est recycler les déchets plastiques, c’est bien mais il faut aller au-delà justement de l’assainissement, l’insalubrité et du recyclage. Il y a beaucoup d’aspects qu’il faut explorer”, a-t-il indiqué. ” Dans le cadre de la foresterie communautaire, on a besoin des cartographes, des aménagistes, des paysagistes, des botanistes. Donc il y a beaucoup de métiers qui se développent aujourd’hui à travers les différents mécanismes qui sont mis en place”.

À en croire ce journaliste environnemental, l’émergence des métiers verts dans les différentes provinces de la RDC offre beaucoup d’opportunités dans le domaine de l’environnement pourtant les jeunes n’en saisissent pas la portée par manque d’information. Ils ont plutôt les yeux rivés sur la politique alors que le pays a encore des espaces vides qui souffrent d’inexploitation.

“Il faut mettre à la disposition de ces jeunes l’information. Aujourd’hui, il y a beaucoup de métiers verts. Une fois informés, les jeunes peuvent sauter sur les opportunités et s’y lancer “, a-t-il poursuivi.

Réagissant aux questions des auditeurs qui sollicitent du gouvernement congolais l’amélioration du climat des affaires, qui représente parfois un obstacle pour les jeunes entrepreneurs. Le directeur général de Environews RDC a encouragé les jeunes à braver cet obstacle.

“Nous espérons que l’État pourra améliorer le climat des affaires. Pour entreprendre au Congo et réussir son entrepreneuriat, il faut avoir des nerfs solides sinon vous allez fermer. Alors qu’ailleurs quand les jeunes veulent se lancer dans l’entrepreneuriat, le pays leur accorde deux ans sans payer les taxes pour leur permettre de s’installer. Et aujourd’hui nous envions ce qui se passe dans ce pays-là “, a-t-il conclu.

Le gouvernement congolais devrait avoir un œil regardant pour encourager les jeunes à se lancer dans l’entrepreneuriat visant la protection des forêts du bassin du Congo, l’État doit faire appel aux jeunes partant de leurs projets aussi analyser les opportunités de chaque projet rentable ou pas avec un appui  financier pour deux raisons, la cause économique, pour réduire le taux des chômages et la cause environnementale.

Silas MUNGINDA

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous tenir au courant de nos activités.

ILS NOUS FONT CONFIANCE

logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1