HYDROCARBURES

Greenpeace Afrique déplore la précipitation dans le traitement des dossiers relatifs aux  blocs gaziers de la RDC
Hydrocarbures : Greenpeace Afrique déplore la précipitation dans le traitement des dossiers relatifs aux  blocs gaziers de la RDC


Faisant suite au lancement des appels d’offres pour l’exploitation des blocs pétroliers et gaziers, la République démocratique du Congo a procédé à l’ouverture des plis, pour les appels relatifs aux blocs gaziers dans le lac Kivu, à l’est du pays. Dans un communiqué publié ce jeudi 13 octobre, Greenpeace Afrique déplore cependant la précipitation avec laquelle les autorités gouvernementales exécutent ce processus.

Neuf sociétés ont soumissionné pour les droits d’exploration du gaz fossile dans le lac Kivu en République Démocratique du Congo (RDC), y compris la société américaine Symbion Power, une société cotée en bourse qui n’a pas d’expérience manifeste dans le domaine de l’exploration gazière. Le ministre des Hydrocarbures de la RDC a déclaré qu’il souhaitait signer des accords de partage de l’exploration avec les soumissionnaires retenus d’ici le 30 octobre, un délai qui va à l’encontre de la procédure de vérification requise par la loi congolaise. Il est prévu que les entreprises versent des “primes” considérables à la signature du contrat. 

« La loi prévoit un long processus d’évaluation et de vérification après la réception des premières manifestations d’intérêt et le dépôt des offres. Exécuter correctement ces exigences en seulement deux semaines est une mission impossible », a déclaré Irène Wabiwa, responsable internationale de la campagne pour les forêts du Bassin du Congo chez Greenpeace Afrique.

A l’en croire, ce processus précipité est une invitation ouverte à piller le peuple congolais et les écosystèmes dont il dépend, tout en enrichissant rapidement une élite écocide.

Après une ouverture publique des “manifestations d’intérêt”, la loi congolaise accorde cinq jours aux entreprises dont les documents ne répondent pas aux critères initiaux pour contester leur disqualification de l’appel d’offres. Après la publication d’une liste finale de soumissionnaires qualifiés, le ministère lance un appel d’offres comprenant des offres financières et techniques. La vérification de ces offres nécessite, selon la loi, des visites au siège et sur les sites d’exploitation des entreprises. Après l’approbation des soumissionnaires sélectionnés par le Conseil des ministres et la publication des gagnants, les soumissionnaires rejetés ont cinq jours pour contester les résultats. Ce n’est qu’alors que les négociations contractuelles peuvent commencer. 

En outre, aucune évaluation environnementale stratégique de la décision de mettre aux enchères les droits pétroliers et gaziers n’a été réalisée à ce jour, comme l’exige la loi congolaise. Trois des appels d’offres du ministère, dont celui concernant les blocs du Kivu, comportent des anomalies procédurales flagrantes. Des blocs pétroliers ont été désignés sans le consentement libre, préalable et éclairé (CLPE) des communautés locales, comme l’ont signalé récemment sept ONG congolaises et internationales. Il est probable que les communautés locales n’ont pas non plus été consultées sur les blocs gaziers désignés, qui recouvrent la majeure partie de l’île d’Idjwi et auront inévitablement un impact sur la vie de ses 298 237 habitants, dont les autochtones bambous

En juillet dernier, la RDC a mis en appels d’offres 27 blocs pétroliers, y compris des zones de forêts tropicales et de tourbières, et trois blocs gaziers. Les appels d’offres ont suivi la signature d’un accord forestier de 500 millions de dollars avec le groupe de donateurs de l’Initiative pour la forêt d’Afrique centrale (CAFI) lors de la COP26 l’année dernière, qui a autorisé de nouvelles activités pétrolières et gazières dans la forêt tropicale. 

Malgré les efforts d’écologisation déployés par le ministre de l’environnement de la RDC lors d’une récente conférence “scientifique” précédant la COP27, les appels d’offres se heurtent à l’opposition des communautés locales, des scientifiques, des activistes climatiques et des ONG congolaises et internationales

Avec Cellcom/GPA

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous tenir au courant de nos activités.

ILS NOUS FONT CONFIANCE

logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1