CLIMAT

Voici ce qu’il faut retenir de la COP27
Climat : Voici ce qu’il faut retenir de la COP27


La ville de Sharm el Sheikh (Egypte) a abrité les travaux du 27ème sommet mondial sur le climat (COP27). Du 08 au 20 novembre, les dirigeants mondiaux, les experts du climat, la société civile, les médias et autres se sont donné rendez-vous à ce sommet dit de la mise en œuvre. Tôt le matin du dimanche 20 novembre, les travaux de la COP27 ont abouti à un accord historique. Il s’agit de la mise en place d’un fonds pour les pertes et dommages, afin de soutenir les pays en développement qui sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes du changement climatique.

Le nouveau fonds verra les donateurs contribuer à un fonds mondial pour sauver des vies et des moyens de subsistance des catastrophes liées au changement climatique. L’accord a vu les parties se réengager à maintenir intact l’objectif de 1,5°C pour l’augmentation de la température mondiale et des progrès significatifs ont été réalisés à tous les niveaux sur les questions climatiques.

« Le travail que nous avons réussi à faire ici au cours des deux dernières semaines et les résultats que nous avons obtenus ensemble témoignent de notre volonté collective, en tant que communauté de nations, de faire entendre un message clair qui résonne fort aujourd’hui, ici dans cette salle et dans le monde : que la diplomatie multilatérale fonctionne toujours…. Malgré les difficultés et les défis de notre époque, les divergences de vues, le niveau d’ambition ou d’appréhension, nous restons engagés dans la lutte contre le changement climatique », a indiqué Sameh Shoukry , président de la COP27.

L’accord intervient malgré les défis économiques et géopolitiques importants de l’année dernière et fait suite à des négociations qui ont duré plus longtemps et ont vu la présidence et les partis enfermés dans des discussions détaillées 24 heures sur 24.

A en croire le président de la COP27, l’accord de Sharmel Sheikh a vu des progrès considérables dans tous les domaines et des engagements des pays développés en matière d’atténuation, d’adaptation, de financement et de pertes et dommages pour les pays en développement, conformément à la vision de la présidence égyptienne de la COP27 pour la COP.

« Nous avons entendu les appels et nous avons répondu. Aujourd’hui, ici à Charm el-Cheikh, nous avons créé le tout premier fonds dédié aux pertes et dommages, un fonds qui a mis si longtemps à se constituer. Il était tout à fait approprié que cette COP, la COP de mise en œuvre en Afrique, soit l’endroit où le fonds est finalement établi. Des millions de personnes dans le monde peuvent désormais ressentir une lueur d’espoir que leurs souffrances seront enfin prises en charge, rapidement et de manière appropriée », a rajouté le président de la COP27.

L’accord et les promesses faites sur les pertes et dommages visent à débloquer de plus grandes ambitions en matière d’atténuation et d’adaptation. Au cours de la COP27, des promesses financières ont été faites pour les pertes et dommages de plusieurs pays pendant la COP, notamment l’Autriche, la Belgique, le Canada, la France, l’Allemagne et la Nouvelle-Zélande, rejoignant le Danemark et l’Écosse, qui avaient déjà fait des promesses.

En tant que président de la COP, l’Égypte dirigera désormais l’agenda mondial continu sur le changement climatique conformément au plan de mise en œuvre de Charm el-Cheikh au cours de l’année à venir.

Les progrès enregistrés

L’accord a vu des progrès considérables à tous les niveaux en ce qui concerne l’atténuation, l’adaptation, le financement et les pertes et dommages, conformément à la vision de la présidence égyptienne de la COP27 pour la COP. Il s’agissait notamment d’accords concernant,

L’atténuation

Des réductions rapides, profondes et durables des émissions mondiales de gaz à effet de serre sont nécessaires – en réduisant les émissions mondiales nettes de gaz à effet de serre de 43 % d’ici 2030 par rapport au niveau de 2019 – pour limiter le réchauffement climatique à l’objectif de 1,5 °C.

Le programme de travail sur l’atténuation de Sharm El-Sheikh a été introduit pour intensifier l’ambition et la mise en œuvre de l’atténuation.

L’adaptation

Le programme de travail de Glasgow–Charm el-Cheikh sur l’objectif mondial d’adaptation a progressé et sa conclusion devrait avoir lieu à la COP28. Les Parties doivent intégrer davantage l’eau dans les efforts d’adaptation pour accroître la protection, la conservation et la restauration de la sécurité alimentaire, de l’agriculture, de l’eau et des écosystèmes liés à l’eau, y compris les bassins fluviaux, les aquifères et les lacs.

La Finance climatique

La nécessité de transformer le système financier, y compris les banques multilatérales de développement et les institutions financières internationales, invitées à réformer leurs pratiques et leurs priorités, à aligner et à intensifier les financements pour garantir un accès et une mobilisation simplifiés du financement climatique à partir de diverses sources.

Les banques multilatérales de développement sont appelées à tripler le déploiement du financement climatique d’ici 2025. Cela comprend le déploiement d’une gamme complète d’instruments allant des subventions aux garanties et aux instruments autres que la dette, sans alourdir le fardeau de la dette.

Les pertes et dommages

Mécanismes de financement répondant aux pertes et dommages associés aux effets néfastes du changement climatique, abordés pour la première fois.

Fonds historique pour les pertes et dommages convenu lors de la COP27 pour soutenir les pays en développement et les plus vulnérables souffrant des pertes et dommages induits par le changement climatique.

Des promesses de plusieurs millions de dollars de plusieurs pays pour aider à répondre aux calamités climatiques, avec d’autres engagements d’autres nations qui devraient suivre.

Dispositions institutionnelles établies pour le réseau de Santiago afin d’éviter, de minimiser et de traiter les pertes et dommages associés aux effets néfastes du changement climatique, notamment dans les pays en développement.

Quelques engagements pris à la COP27

Outre le plan de mise en œuvre de Charm el-Cheikh, des engagements ont été pris en faveur de la mise en œuvre de l’action climatique au cours des deux dernières semaines.

Les États-Unis ont annoncé qu’ils verseraient 150 millions de dollars « à titre d’acompte » à des initiatives visant à aider l’Afrique à s’adapter au changement climatique. L’argent accélérera les travaux sur tout le continent africain, à l’appui de l’initiative Adaptation en Afrique.

Cela comprend 10 millions de dollars pour soutenir le lancement d’un centre d’adaptation en Égypte – le Centre d’apprentissage et d’excellence du Caire sur l’adaptation et la résilience, annoncé par l’Égypte, qui renforcera les capacités d’adaptation sur tout le continent africain.

L’Égypte signe des partenariats pour son programme Nexus of Water-Food-Energy (NWFE) afin de soutenir la mise en œuvre d’initiatives climatiques avec des investissements d’une valeur de 15 milliards de dollars, dont un projet énergétique d’une valeur de 10 milliards de dollars et huit projets de sécurité alimentaire, d’agriculture, d’irrigation et d’eau.

Le Forum sur l’hydrogène renouvelable vert a été lancé par le président Abdel Fattah El-Sissi et Alexander De Croo, premier ministre belge, pour trouver des moyens d’accroître les investissements dans l’hydrogène renouvelable vert. Les partenaires du GRHF sont : l’ONUDI, l’IRENA et le Green Hydrogen Council.

Le G7 a lancé un nouveau système d’assurance pour fournir une aide financière aux nations vulnérables touchées par les effets du changement climatique. Appelé le Bouclier mondial. Il recevra un financement initial de 200 millions d’euros. Les premiers bénéficiaires de ce financement sont le Ghana, le Pakistan et le Bangladesh.

Une coalition de philanthropes climatiques de premier plan annonce un investissement de 500 millions de dollars sur les trois prochaines années pour accélérer une transition énergétique juste et équitable dans les pays à revenu faible et intermédiaire, tout en stimulant le développement durable et en créant de nouvelles opportunités économiques.

L’Agence américaine de protection de l’environnement annonce qu’elle étendra sa règle de 2021 sur le méthane afin qu’elle oblige les foreurs à trouver et à colmater les fuites sur tous les sites d’un million de puits du pays et à réduire le méthane de l’industrie pétrolière et gazière.

Alfredo P. NTUMBA, de retour de Sharm el Sheikh.

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous tenir au courant de nos activités.

ILS NOUS FONT CONFIANCE

logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1