<STRONG>CLIMAT

L’Université de Kinshasa abrite la semaine de la science pour rapprocher les politiques et la science sur la lutte contre les changements climatiques</strong>
<strong>Climat : L’Université de Kinshasa abrite la semaine de la science pour rapprocher les politiques et la science sur la lutte contre les changements climatiques</strong>


Les scientifiques, les décideurs politiques, les bailleurs de fonds, principalement l’Agence Norvégienne de développement (Norad), la société civile et la jeunesse estudiantine ont répondu à l’appel en participant à ce rendez-vous scientifique sur le climat et les forêts organisé par l’Université de Kinshasa et le Centre de Recherche Forestière Internationale (CIFOR) dans le cadre du projet “Knowledge for action to protect tropical forest and enhance the rights”, financé par l’Agence norvégienne de développement, Norad.

Cette semaine de la science pour le climat qui a duré trois jours a été lancée le 12 décembre 2022 au Campus de l’Université de Kinshasa. Les trois journées ont porté sur différentes thématiques en lien avec le thème central, “Rapprocher les politiques et la science sur la lutte contre les changements climatiques et la réduction de la déforestation en RDC : Situation antérieure et postérieure à la COP27”.

« Nous nous orientons vers les politiques parce qu’elles peuvent avoir plus de résonances au niveau national, régional et international. La présente conférence aura donc une orientation particulière sur les politiques relatives aux changements climatiques, et à la gestion de l’environnement de manière générale. Nous pensons que c’est un chemin d’impact important qui peut, avec le soutien des partenaires, opérer des grandes transformations », a déclaré Dr. Richard Eba’a Atyi, Coordonnateur régional en Afrique centrale du CIFOR

Selon Blaise-Pascal Ntirumenyera Mihigo, chercheur principal du projet et professeur de droit international de l’environnement à la Faculté de Droit de l’UNIKIN, la première journée a été consacrée à la déforestation et changements climatiques, les aspects politiques, environnementaux et juridiques. Elle a été marquée par six présentations notamment, la typologie globale des politiques de déforestation.

« La typologie des politiques de déforestation se construit à partir de trois caractéristiques essentielles notamment les acteurs visés par la politique, le mécanisme de conduite et la mitigation des moteurs de déforestation. Nous visons à travers un nouveau projet REDD+, faire un diagnostic de la déforestation. C’est-à-dire, identifier le différent contexte de la déforestation pour faire une analyse de politique et développer des politiques et mesures meilleures pour le pays », a renseigné Julia Del Carmen Naime Sanchez-Henkel, chercheuse au CIFOR.

D’autres thématiques comme l’exploitation industrielle du bois en RDC, l’impact de l’exploitation commerciale du bois dans les concessions forestières sur la déforestation en RDC, la déforestation et perturbation potentielle des conditions météorologiques en République démocratique du Congo : aperçu du paysage du parc national de Kahuzi-Biega, l’économie politique de la REDD+ en RDC, et le cadre juridique des changements climatiques en RDC ont été également abordés.

Notons que plus de 300 participants ont pris part à ces trois journées en ligne et en présentiel. Comparée aux autres États du bassin du Congo, la RDC fait face à une dégradation significative de ses forêts. La question des financements de la lutte contre la dégradation et la déforestation reste entière. Cette conférence a ouvert une série d’échanges entre les différents acteurs, bailleurs de fonds, praticiens et la jeunesse estudiantine, afin de relever des propositions capables d’aider efficacement contre la déforestation en RDC.

Nelphie MIE

NEWSLETTER

Inscrivez-vous à notre newsletter pour vous tenir au courant de nos activités.

ILS NOUS FONT CONFIANCE

logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1
logo de partner afd 1