Archives de catégorie : Conservation

Conservation : Le prix d’excellence du Fonds du patrimoine Mondial Africain décerné à Joseph kabila

C’est Madame Marie Oilve Lembe Kabila qui a recu le prix d’excellence du FPMA (Fonds du Patrimoine mondial africains) décerné à son époux, le sénateur à vie et ancien président de la RDC, Joseph Kabila Kabange, pour ses efforts dans la conservation des espèces de faune et de flore en République démocratique du Congo. C’était au cours de la soirée de gala organisée à Kinshasa, ce mardi 01 décembre en marge de la 28ème réunion ordinaire du FMPA.

« C’est un sentiment de fierté qui m’anime en recevant ce prix au non de mon mari bien-aimé. Il est plus que temps et nécessaire de sensibiliser tout le monde pour combattre ce fléau qui est le changement climatique« , a déclaré la première dame honoraire. « Ce que nous vivons comme catastrophe naturelle, c’est à cause de la mauvaise utilisation de la nature par l’être humain« .

Pour cette édition, deux personnalités ont été primées, notamment le congolais Joseph Kabila et la soudanaise Amira El Fadil, commissaire des Affaires sociales de l’Union africaine. Elle a été primé pour ses efforts dans la promotion de la culture africaine.

C’est une reconnaissance qui couronne les efforts de Joseph Kabila qui depuis près de vingt ans a apporté 4 parcs au réseau des aires protégées de la RDC, s’est félicité le directeur généra de l’ICCN, Cosma Wilungula.

« Je suis dans la joie qu’un congolais soit primé. Ça fait plus de vingt ans que nous avons vu des signes. En donnant 4 parc au réseau des aires protégées qui représentent un certain pourcentage dans la lutte contre le réchauffement climatique, je pense que c’est un grand amour pour la conservation« , a déclaré le dg de l’ICCN..

Ce prix a été instauré depuis 2015 par le FMPA pour reconnaitre les personnalités et organisations qui excellent dans leurs efforts pour la conservation du patrimoine mondial africain.

Alfred NTUMBA

Conservation : Le WWF lance un nouveau projet de lutte contre la criminalité faunique en RDC 

«Vers une éradication de la criminalité faunique en RDC pour le bénéfice des populations et de la biodiversité », c’est le nouveau projet lancé ce vendredi 13 novembre,  par WWF-RDC, à Kinshasa. Il s’inscrit dans le cadre des efforts qui sont mis en œuvre pour juguler le commerce illicite de la faune sauvage en RDC. « La demande mondiale en produits illicites de faune sauvage, tels que l’ivoire et les écailles de pangolin, à laquelle s’ajoute la demande locale en viande de brousse, restent toujours très préoccupantes », indique un communiqué du WWF.

La région du Bassin du Congo a perdu 65% de ses éléphants de forêt entre 2002 et 2013 et de récentes enquêtes montrent des déclins localisés importants allant jusqu’à 90% dans certains paysages en raison de la demande internationale illégale d’ivoire, situation à laquelle contribuent certains facteurs tels que les faibles capacités en matière d’application des lois, un manque de financement à long terme pour la lutte contre le braconnage ainsi qu’une implication insuffisante des communautés locales dans la lutte contre le braconnage. Continuer la lecture de Conservation : Le WWF lance un nouveau projet de lutte contre la criminalité faunique en RDC 

Conservation : 24 heures pour le climat, l’UE fait le point sur l’Alliance Virunga

L’Alliance Virunga est un partenariat qui réunit les autorités publiques, la société civile et le secteur privé liés géographiquement au Parc national des Virunga (PNVi) autour d’une vision commune du développement durable et inclusif. Elle poursuit trois objectifs, la conservation des ressources naturelles, la réduction de la pauvreté et la promotion de la paix. Cette mise au point a été faite à Kinshasa, au cours d’une conférence de presse organisée par la délégation de l’UE, en marge de l’événement 24 heures pour le climat.
 

Cela fait plus de trente ans  que l’Union européenne finance le parc national des Virunga à l’Est de la RDC. Ces financements ce sont intensifiés depuis le lancement de l’Alliance Virunga. Une innovation pour la vision de l’UE dans son Green Deal.

« Ce que nous souhaitons faire dans ce partenariat, c’est de rendre au Congo et aux congolais cette richesse naturelle extra ordinaire, qui sont ses parcs de conservation. ce sont des joyaux, des trésors  qui peuvent apporter de la richesse aux populations« , a déclaré Jean Marc Chataigner, chef de la délégation de l’Union européenne en RDC.

Continuer la lecture de Conservation : 24 heures pour le climat, l’UE fait le point sur l’Alliance Virunga

Forêt : Le FONAREDD consulte les parties prenantes pour préparer le nouveau partenariat RDC-CAFI (2021-2030)

Les enjeux au tour de la signature de la lettre d’intention entre la République démocratique du Congo et l’Initiative pour les Forêts d’Afrique centrale (CAFI) pour la période 2021-2030, sont de taille. Il faut faire mieux que le premier volet signé en 2016. Le Fonds National REDD (FONAREDD) a réuni à Kinshasa, ce mardi 20 octobre, toutes les parties prenantes pour des objectifs bien précis, tirer les leçons apprises du premier partenariat RDC-CAFI, identifier les priorités du nouveau partenariat et formuler des nouveaux engagements nationaux.

« Notre rencontre de ce jour vise à puiser sur ce que nous avons bâti ensemble pour baliser l’avenir. En effet, les nombreux échanges que nous aurons durant ces trois jours vont effectivement définir et orienter les interventions du FONAREDD sur les dix prochaines années« , a déclaré Félicien Mulenda, coordonnateur du FONAREDD.

Selon lui, les présentes consultations sont organisées pour que la partie congolaise définisse ses priorités ainsi que des engagements réalistes qui sous-tendront le prochain accord avec CAFI. Les participants venants de toutes les provinces devront identifier, dans tous les secteurs concernés par la REDD, des innovations et des changements qu’ils poserons sur la table des négociations. Continuer la lecture de Forêt : Le FONAREDD consulte les parties prenantes pour préparer le nouveau partenariat RDC-CAFI (2021-2030)

Conservation: La Réserve naturelle d’Itombwe au cœur des discussions à Kinshasa

 La possibilité de mener des stratégies et plaidoyers en vue de capitaliser les actions de la synergie sur l’accompagnement du processus de la réserve Naturelle d’Itombwe a été au centre des discussions entre les autorités politico-administratives et coutumières, les ONGs de conservation de la nature, les acteurs privés et étatiques, les gestionnaires de la RNI ainsi que les acteurs de la société civile environnementale, ce mardi 20 octobre à Kinshasa. 

Cet atelier de deux jours a pour objectifs de présenter l’état d’avancement du processus de conservation de la Réserve naturelle d’Itombwe (RNI), ainsi que les différentes activités déjà réalisées par cette réserve grâce aux appuis de ses partenaires. 

« Notre souci est de voir cette aire protégée atteindre sa mission pour laquelle elle a été créée. Comme celle de gouvernance partagée des ressources naturelles. Nous voulons assurer  l’autonomisation effective des communautés locales et peuples Autochtone vivant dans et autour de cette réserve. Nous voulons que les autorités compétentes s’impliquent effectivement dans la gestion durable de la réserve Naturelle d’Itombwe en la dotant de tous les outils juridiques, principalement son arrêté national qui permettra d’accéder à son processus de la mise en œuvre de son plan d’aménagement et de gestion », a indiqué le coordonnateur de  l’ONG AFRICAPACITY, Jean de Dieu Wasso.  Continuer la lecture de Conservation: La Réserve naturelle d’Itombwe au cœur des discussions à Kinshasa

Conservation : Une marche pour réclamer la sacralisation de l’Okapi et la création d’une juridiction spécialisée sur les questions écologiques

La Radiotélévision Environnement et Conservation de la nature (RTEC) avec l’ICCN et  le WCS ont organisé une marche pour réclamer la mise en place d’une juridiction spécialisée sur les questions écologiques et la sacralisation de l’Okapi, une espèce endémique de la RDC, menacée d’extinction. Cette marche qui a eu lieu le samedi 17 à Kinshasa, est partie du siège de la radio RTEC pour le jardin zoologique de Kinshasa. Cette action s’inscrit en marge de la journée internationale de l’Okapi célébrée chaque 18 octobre. 

« Il était opportun pour nous d’accompagner tous les acteurs qui soutiennent l’Okapi. Il n’ya pas longtemps à Lommela au Sankuru, un Okapi venait d’être abattu pour des raisons d’intronisation. Cela est encore tout frais dans les esprits des gens. Il était temps à travers cette célébration qu’on mette une attention particulière à cette espèce. Nos chefs coutumiers et traditionnels doivent être sensibilisés pour que la peau de l’Okapi ne serve plus à pouvoir consacrer l’intronisation de certaines personnalités », a indiqué Cosma Wilungula, directeur général de l’ICCN. « Il faut qu’ils comprennent  que la peau de l’Okapi ne peut pas être consacré à des activités qui attirent le braconnage ».

Les journalistes de cette chaîne thématiques accompagnés des quelques activistes et environnementalistes ont sur le passage, sensibilisé la population kinoise sur l’existence de l’Okapi, une espèce rare au monde placé aujourd’hui sur la liste rouge d’espèces en voie de disparition et sur les menaces qui pèsent sur cet animal emblématique. « L’Okapi comme espèce animale, c’est une fierté. Cette journée est une interpellation pour nous également que l’Okapi c’est notre identité comme congolais. Nous devrons assurer sa protection afin qu’on en fasse une mine pour la nation », a informé Déo Kujerankuja, directeur technique/WSC RDC.    Continuer la lecture de Conservation : Une marche pour réclamer la sacralisation de l’Okapi et la création d’une juridiction spécialisée sur les questions écologiques

Conservation : Pour avoir tué un léopards, un chasseur aux arrêts  dans la province de la Tshuapa

Un chasseur a été arrêté en flagrance pour avoir tué un léopard, une espèce intégralement protégée en République démocratique du Congo. Les faits se sont déroulés le 19 septembre, dans le village Bofuli, à près de 10 kilomètres d’Ikela Centre, dans la province de la Tshuapa.

Selon un membre de l’Ong Conserv Congo qui suit le dossier, le léopard a été pris dans un piège lui tendu, avant d’être tué par ce chasseur. Saisi par les avocats de cette organisation non gouvernement de lutte contre le braconnage, le commandant chef du commissariat de la Police nationaleCongolaise d’Ikela a décidé de transféré le présumé braconnier au Tribunal de grande instance de Boende, ce jeudi 24 septembre.

« Conserv Congo a chargé son conseil de s’en saisir et que justice soit rendue comme le prescrivent les lois régissant la conservation de la nature dans le pays« , indique Adams Cassinga, coordonnateur de Conserv Congo. « Nous appelons le ministre de l’Environnement et le directeur général de l’ICCN à s’impliquer directement afin que justice soit rendue dans chaque affaire que nous entreprenons. ».

Alfred NTUMBA

Conservation : 32 singes en provenance de la RDC interceptés au Zimbabwe

Trente-deux singes en provenance de la République démocratique du Congo ont été saisis au Zimbabwe, le 05 septembre 2020, par les autorités du pays. Cette cargaison composée essentiellement des singes à queu, notamment les Mangabey et Hocheurs, est sortie de la RDC par Lubumbashi pour l’Afrique du Sud.

Selon les autorités zimbabwéennes, le camion qui transportait ces singes, a été intercepté et arrêté à cause du manque de permis de transit signé par les autorités zambiennes, et zimbabwéennes. A en croire des sources proches du dossier, même les permis émis par la RDC et l’Afrique du Sud pour déplacer ces animaux seraient douteux.

Aucun détail n’a encore été donné sur l’identité de l’importateur ni de l’exportateur de ces singes. Néanmoins, le chauffeur malawite  qui conduisait  le camion et trois congolais qui escortaient les animaux ont été mis aux arrêts  en attendant la poursuite des enquêtes, indique la correspondance zimbabwéenne, dont Environews RDC s’est procurée une copie.

Les premiers éléments de l’enquête indiquent cependant que les suspects n’en sont pas à leur premier forfait. Ils auraient déjà effectué près de cinq transactions similaires pour alimenter un marché illicite chinois en Afrique du Sud.

Du coté de la RDC, aucune déclaration n’a encore été faite ni par le Ministère de l’Environnement et Développement durable, ni par l’ICCN, qui a en charge la conservation des espèces sauvages.  Notons par ailleurs que certains de ces singes en partance pour l’Afrique du Sud, sont inscrits sur l’annexe II de la CITES.

L’Annexe II est la liste des espèces qui, bien que n’étant pas nécessairement menacées actuellement d’extinction, pourraient le devenir si le commerce de leurs spécimens n’était pas étroitement contrôlé. Elle comprend aussi ce qu’on appelle les « espèces semblables ».

Alfred NTUMBA

Conservation : Un adolescent de 16 ans tué dans le parc national d’Upemba, ses présumés assassins toujours introuvables

Un jeune garçon de 16 ans a trouvé tragiquement la mort dans la zone de Kilumbe située dans le parc national d’Upemba au sud de la République démocratique du Congo. Les faits se sont déroulés au mois de mai dernier, lorsque cinq écogardes en patrouille dans cette zone ont surpris ce jeune garçon entrain d’arranger sa pirogue. Ils l’auraient confondu à un braconnier et tiré sur lui à bout portant.  

« En effet, le 07 mai 2020, la population de Kilumbe dans le territoire de Malemba Nkulu, chefferie de Nkulu a enregistré la mort d’un enfant, Ngoy Fidel, âgé de 16 ans, tué par les gardes parc à bout portant. Pour l’instant les 5 gardes parc sont en fuite, malgré les recherches engagées par l’auditorat militaire et les autorités politico-administratives de Kamina, ils sont encore introuvables. L’on croit qu’il y a lieu d’interpeller les responsables qui auraient donnés l’ordre de tirer sur une personne inoffensive », s’indigne les organisations de la société civile de la province du Haut  Katanga.

Pour ces organisations, la mort de ce jeune adolescent témoigne que les gardes parc n’ont pas encore intériorisé les notions de la conservation concertée ou participative. « Aujourd’hui, le bénéfice de la conservation doit aussi profiter aux populations riveraines des aires protégées. La situation dans la zone devient préoccupante dans la mesure où elle ne favorise pas la conservation participative et les initiatives de développement dans la région. Les autorités de l’ICCN et politico-administratives n’ignorent pas les causes et les pistes de solutions proposées par les ONGs », alerte ces organisation.  Continuer la lecture de Conservation : Un adolescent de 16 ans tué dans le parc national d’Upemba, ses présumés assassins toujours introuvables

Conservation : Les Stocks d’Ivoire d’Eléphant de la République Démocratique du Congo: Quel Système de Gestion Mettre en Place? 

Une nouvelle étude de TRAFFIC encourage la RDC à développer un système efficace de gestion des stocks d’ivoire. Les  lacunes du cadre institutionnel et réglementaire,  les confusions dans les rôles et responsabilités des institutions publiques concernées, le faible niveau de coopération et de collaboration de celles-ci, et  leurs faibles capacités sont entre autres des facteurs majeurs qui nuisent à la gestion efficace et sûre des stocks d’ivoire détenus par le gouvernement en République démocratique du Congo (RDC)  font l’objet d’un nouveau rapport TRAFFIC.

Incinération symbolique de l’ivoire dans le Parc national de la Garamba, le mercredi 13 juin 2018, pour célébrer les 80 ans d’existences du parc.

L’étude — Les Stocks d’Ivoire d’Eléphant de la République Démocratique du Congo: Quel Système de Gestion Mettre en Place? — a été menée à la suite des révélations selon lesquelles  pendant 26 ans de 1990 à 2015, un minimum de 7686 kg d’ivoire avait disparu sous  la garde du gouvernement en RDC.[1]

L’Afrique centrale a été identifiée ces dernières années comme l’une des principales sources de l’ivoire illégal alimentant le commerce intérieur non réglementé de l’ivoire en Afrique de l’Ouest et Centrale, et à l’étranger, en particulier en Asie.[2] L’une des sources d’approvisionnement connues de l’ivoire illégal sur le marché reste les fuites dans les stocks détenus par le gouvernement. Continuer la lecture de Conservation : Les Stocks d’Ivoire d’Eléphant de la République Démocratique du Congo: Quel Système de Gestion Mettre en Place?